Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
LeopoldPartisan : Symétrie
 Publié le 11/05/15  -  16 commentaires  -  1110 caractères  -  320 lectures    Autres textes du même auteur

Effet miroir.


Symétrie



Aux platitudes rugies ou vociférées
Ma préférence ira
À l’amplitude chuchotée
D’une attitude susurrée

Le monde crie, le monde pleure
Le monde prie, le monde meurt
Et malgré ces clameurs
Ma joie demeure

J’aime la géométrie
De ton cœur à l’envers
Et la coquetterie
De ton âme en hiver
J’aime l’effronterie
De ton corps de travers
Et la galanterie
De ton salut de pivert

Le monde brille, le monde leurre
Le monde plie, le monde affleure
Et malgré ces rumeurs
Ma joie demeure

… Mais seulement toi
Aimeras-tu la géométrie
De mon salut à l’envers
Et la coquetterie
De mon corps en hiver
Aimeras-tu l’effronterie
De mon âme de pivert
Et la galanterie
De mon cœur de travers…

Le monde vrille, le monde écœure
Le monde étrille, le monde apeure
Et malgré ces humeurs
Ma joie demeure
Aux certitudes mugies ou invectivées
Ma préférence ira
À la gratitude chuchotée
D’une plénitude susurrée


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
22/4/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Le monde vrille, le monde écœure
Le monde étrille, le monde apeure
Et malgré ces humeurs
Ma joie demeure
Aux certitudes mugies ou invectivées
Ma préférence ira
À la gratitude chuchotée
D’une plénitude susurrée


je cite cette dernière strophe entre autre

votre texte est particulièrement magnifique

c'est un excellent texte de chanson écrit en effet de miroir effectivement

et ce miroir peut bien être la métaphore de la difficulté d'aimer

il ne manque que la musique pour l'habiller

j'ai adoré

   Anonyme   
29/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Effet miroir…pari réussi. Si certaines images me laissent perplexe, ou un peu sur ma faim, des passages virevoltants tels que :
« J’aime la géométrie
De ton cœur à l’envers
Et la coquetterie
De ton âme en hivers
J’aime l’effronterie
De ton corps de travers
Et la galanterie
De ton salut de pivert »…me plaisent beaucoup et font un beau contraste avec d’autres

comme :

« Le monde vrille, le monde écœure
Le monde étrille, le monde apeure
Et malgré ces humeurs »…

donc que votre joie demeure et à vous relire.

   Robot   
12/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Ce texte est plus qu'une chanson, mais j'y vois un beau texte libre, parfois étrange mais très imagé, avec des expressions qui ont beaucoup d'impact.
Aux platitudes rugies ou vociférées
Ma préférence ira
À l’amplitude chuchotée
D’une attitude susurrée
La première strophe donne le ton, les quatre dernier vers confirme la philosophie du texte.
En lisant ce vers,"Que ma joie demeure" moi l'agnostique, j'ai songé à ce psaume chrétien: "Jésus que ma joie demeure"

   Hananke   
11/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

J'aime bien les paroles de cette chanson sans musique
qui nous serine en antienne les infirmités du monde
par le miroir de l'être aimé.
Beaucoup d'optimiste aussi dans ce texte :

Le monde crie, le monde pleure
Le monde prie, le monde meurt
Et malgré ces clameurs
Ma joie demeure

   papipoete   
11/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour LeopoldPartisan; ce poème monologue que 2 voix pourraient dire, tant les affirmations se juxtaposent aux questions, égraine d'étincelantes pépites telles celles des 2e et 3e quatrains, qu'un vocabulaire pourtant ordinaire sait évoquer.
Le tout susurré dans ce monde qui crie, qui pleure où pourtant, grâce à elle, votre joie demeure?

   Francis   
11/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Belle symétrie entre les phrases déclaratives du début et les phrases interrogatives qui leur succèdent. Beau contraste entre le monde qui vocifère, pleure, écœure parfois et ce petit bonheur chuchoté, susurré. Jeu de miroir qui pourrait se chanter !

   leni   
11/5/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
bonjour Léopold
je lis tous tes écrits Ici j'ai eu l'impression que tu m'attendais au coin d'un bois D'habitude je te reconnais en braconnier des idées Ici tu étais nippé en garde-chasse Avec des glands sur le revers de ta veste
ET ça te va à ravir Ton texte a un look d'enfer et il me plait Les idées balancent bien sonores Elles s'articulent J'ai eu l'impression de lire un jeu de mot UN LEGO Quelle petite merveille

Le monde crie, le monde pleure
Le monde prie, le monde meurt
Et malgré ces clameurs
Ma joie demeure

J'ai craqué à Ma joie demeure!!!!

Le monde vrille, le monde écœure
Le monde étrille, le monde apeure
Et malgré ces humeurs
Ma joie demeure

Et là tu as enchainé fort joliment

Belle graine d'ananar en pot!!!

Salut amical à toi d'un voisin belgicain


Leni Gaston

   funambule   
11/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
De l'audace... enfin de l'audace ! Je ne suis pas convaincu que la structure tienne complètement la route, l'introduction et le final compliquent un peu la tâche d'un éventuel compositeur... j'entends cependant l'idée et elle n'est absolument pas irréalisable. A contrario l'ambition de l'ensemble est justement le principal pole attractif de ce texte qui semble destiné à un compositeur abouti et ambitieux.

Ça sonne, ça bouscule les conventions, ça "veut" et ça "parvient"; qu'ajouter?

Si un compositeur comprend tout nous sommes devant la matière riche d'un potentiel qui aurait mérité un effort de présentation plus pointu.

Toujours est-il que "bravo", c'est du très bon !

   Agueev   
11/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Loin d'être fan des exercices de style j'ai été agréablement surpris par ce texte. Le piège de la symétrie ou de l'effet miroir est d'instaurer une certaine lourdeur dans les vers afin de coller au thème. Or LeopoldPartisan, tu as écrit un poème fluide avec de très beaux vers et une rythmique métronomique.

Le seul point noir...Le pivert !!! que vient-il faire ici ? Un truc m'a échappé.

   PIZZICATO   
11/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
L'effet miroir et la symétrie sont fort bien rendus tout au long de ce texte riche en images.
J'aurai une petite réserve pour les quatre derniers vers que je trouve un peu abscons.
Quant à la partie musicale je trouve que c'est du " petit lait" pour un rap ! Le phrasé y est sans contestation.

   Anonyme   
11/5/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Ce texte n'a pour moi rien d'une chanson ; plutôt une fulgurance géométrique aussi intelligente que subtile. Tout le contraire d'asymétrique, pourrait-on dire.

Le jeu de miroir est excellemment décrit.

Fantastique !

   jfmoods   
12/5/2015
Les champs lexicaux du tapage ("rugies", "vociférées","crie", "clameurs", "rumeurs", "vrille"), de la violence subie et exercée ("pleure", "prie", "meurt", "plie", "écoeure", "étrille", "apeure") et du faux-semblant ("brille", "leurre", "affleure") jalonnent le texte, offrant une représentation peu amène du monde extérieur. Confortés par l'anaphore ("Ma joie demeure" x 3), deux oxymores ("amplitude chuchotée", "plénitude susurée"), placés aux deux extrémités du poème, figurent la charge d'idéal, la charge d'apaisement du monde intérieur. L'individu s'adosse à une projection amoureuse (question fermée au futur : "Aimeras-tu" x 2). La "symétrie" du titre tient dans ce rapport à l'amour, à ce champ de correspondances, en miroir, d'une strophe à l'autre, dessinant une construction en chiasme de la relation ( "ton coeur", "mon salut" / "ton âme", "mon corps" / "ton corps", "mon âme" / "ton salut", "mon coeur").

Merci pour ce partage !

   Anonyme   
12/5/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Que dire encore... Sacré Léopold. Ben j'avais envie de te dire que autant dans le positif que dans le négatif tu ne laisses jamais indifférent. Ce texte m'a ému bien plus que je ne voudrais jamais le montrer. Toi mon Loulou t'as trouvé ton âme sœur. Et cela depuis longtemps avec des hauts et des bas. Bravo à mon prédécesseur qui nous fait un analyse de pro pour un texte de pro. Bluffé carrément bluffé .

   Anonyme   
12/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Belle inspiration.
Un texte miroir - un peu fêlé - qui me plait pas mal.
Je pense étrangement à Little Red Riding Hood Hit the Road de Robert Wyatt. Une chanson envoutante avec un effet miroir.

Une chose : Le pivert est-il uniquement là pour rimer avec hiver ?

   Pussicat   
16/5/2015
Je n'ai pas pris attention à la catégorie en cliquant sur le titre de votre texte inscrit dans la liste des dernières poésies publiées, j'ai lu le titre et trouvé une correspondance avec la forme choisie, et puis la première strophe m'a emballée... ces deux vers : "À l’amplitude chuchotée / D’une attitude susurrée" me parlent, je ne saurais vous dire pourquoi... le texte sans musique se suffit à lui-même avec ses choeurs refrains puissants dont le coeur crie un état du monde qui s'élève à l'unisson de ses rimes et de ses assonances : "Le monde crie / pleure / prie / meurt / brille / leurre / plie / affleure / vrille / écœure / étrille / apeure"
Les deux strophes en miroir sont magiques et fonctionnent à merveille, et à vous lire, "Ma joie demeure" !
Un très beau texte, bravo !
à bientôt de vous lire,

   ameliamo   
4/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Une belle chanson ayant sa propre musique intérieure. Des vers non seulement expressive et merveilleux par leur originalité, mai aussi par leur aspect esthétique.


Oniris Copyright © 2007-2018