Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
lucilius : Pages d'amour [Sélection GL]
 Publié le 02/08/18  -  12 commentaires  -  1172 caractères  -  181 lectures    Autres textes du même auteur

Savoir se préparer pour tout affronter.


Pages d'amour [Sélection GL]



Quand fourbus tes étés n'auront plus de solstices,
Que ton corps signera son dernier armistice,
Viendra appréhender l'état d'apesanteur,
Retourne-toi avec lenteur.

T'épouseront mes yeux, te baiseront mes lèvres,
Te couvrira mon corps pour apaiser ta fièvre,
Et ton mal sourira de ce léger affront
Où les pages d'amour ridulent sur mon front.

Quand ton souffle épuisé perdra de l'altitude,
Que la mer montrera trop de sollicitude
Pour que sa lame grise écrête les sillages,
Retourne-toi sur son pillage.

T' agripperont mes mains, te retiendra mon cœur,
T'irriguera mon sang de sa fieffée couleur,
Et ton mal sourira de ce léger affront
Où les pages d'amour ondulent sur mon front.

Quand tu n'entendras plus que l'écho du silence
Sur la vague mourante, enflée de pestilence,
Que ta vie rognera les fibres de sa toile,
Retourne-toi vers les étoiles.

T'inonderont mes pleurs, te noiera ma tendresse,
T'emporteront mes mots teintés de maladresse,
Et ton mal sourira de ce léger affront
Où les pages d'amour stridulent sur mon front.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
21/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Vous allez, auteur, me réconcilier (mais je n'étais pas vraiment fâchée, juste ignorante) avec les formes classiques.
L'accroc à mon avis :
"ViendrA Appréhender" au vers 3.

L'ensemble est solide, "comme on dit chez les néo ou les classiques".

Ce qui me ramène à la présentation de votre poème :
"Savoir se préparer pour tout affronter." :
En écrivant ce beau texte qui vous aura coûté des heures ?
L'inconvénient et l'avantage d'oniris, c'est qu'il y a souvent une telle distance entre l'auteur-auteur, l'auteur-commentateur, l'auteur- copain de la 3ème mi-temps.
Tout ceci donne parfois le vertige.

J'espère ne pas avoir dévié par trop de votre texte.
Mais, il est là sous mes yeux et rien n’empêchera mon esprit de vagabonder entre les lignes.

Éclaircie

   papipoete   
23/7/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
néo-classique
je n'ai jamais cessé de t'aimer, et à l'aune de ton grand départ, je pleure mes larmes de douleur, alors que chaque jour que nous partageâmes ensembles, je cueillais les perles de rosée à ta bouche sucrée .
Je suis là près de toi, pour t'aider à prendre le dernier train, ferme les yeux mon Amour, retourne-toi ! je suis près de toi !
NB quelle merveilleuse déclaration d'amour, à celle qui illumina la vie de ce compagnon, ce confident, ce frère ...
Chaque quatrain est si bien ouvragé, que je ne puis en retenir un, en particulier .
Le refrain avec variation " retourne-toi ... " est si touchant !
ces 3 octosyllabes face à tous les alexandrins, mettent peut-être en échec le " néo-classique " ?
papipoète

   Vanessa   
27/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Voici une belle déclaration d'Amour.
N'est-ce pas dans le malheur que l'on reconnait ceux qui nous aiment vraiment ?
J'aime cette alternance des strophes qui parlent de grande souffrance aussitôt apaisée par le sentiment d'amour.
C'est très rassurant de lire vos pages.
:-)
"Et ton mal sourira de ce léger affront
Où les pages d'amour .... "
C'est très joli mais je n'ai pas compris en quoi c'était un affront.
???

   jude-anne   
2/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Lucilius,
Ayant été charmée par vos deux dernières publications, j’étais heureuse de découvrir un de vos textes édité aujourd’hui.
J’avoue ne pas être déçue tant il est délicat et travaillé.
Le vers « Où les pages d’amour ondulent sur mon front » et ses répétitions quasi à l’identique m’ont particulièrement charmés.
Pour la progression dans la paronymie, J’aurais personnellement interverti « ridulent » et « ondulent ». Mais c’est juste une histoire de ressenti.
Je suis dérangée dans ma lecture par les mots sillage et pillage leur quasi homophonie me fait grincer les oreilles.
Tout comme ça a déjà été dit, le mot « affront » me dérange un peu dans ma compréhension.
Sinon, de mon avis de novice, ce poème est réussi
Je vous souhaite bonne continuation.

   PIZZICATO   
2/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
C'est peut-être inhérent au classique ce ton grandiloquent pour parler d'amour. Ce n'est pas ce qui me séduit le plus en poésie.
Nonobstant, ce texte est bien écrit et le fond bien rendu.

Les inversions (nombreuses) donnent plus de force aux images.

   fried   
2/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voila un texte qui me parle avec émotion.
J'aime les vers répétés qui participent au rythme agréable du poème et ce vers "retourne-toi vers les étoiles " c'est une belle image.

   izabouille   
3/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est un texte magnifique qui m'a beaucoup touchée, une belle déclaration d'amour. J'ai bien aimé les répétitions "retourne-toi".
Bravo à l'auteur.

   INGOA   
3/8/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Vos écrits ont décidemment le don de m'émouvoir, peut-être parce que vos mots sont compréhensibles et sonnent juste, peut-être parce qu'ils reflètent des tranches de vie qui nous sont propres. Je ne suis pas assez calée pour juger la forme mais je suis très sensible à ces pages d'amour, par l'intensité de leur évocation.

   Cyrill   
7/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poème (qui me semble) très travaillé, construit avec rigueur, et d'une fluidité bien agréable.
On oublie qu'il y est sans doute question de maladie, de mort prochaine peut-être. On retient la beauté des mots et de leur assemblage.
La répétition régulière du vers :
"Et ton mal sourira de ce léger affront" et la presque répétition du suivant concourent à cette impression de légèreté qui plane sur l'ensemble du texte, aux vertus apaisantes.
Merci pour ce partage, car oui, ce sont vraiment des mots à donner, à recevoir !
Cyrill

   Donaldo75   
7/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Lucilius,

Ce que j'aime avant tout dans ce poème, c'est qu'il possède un vrai ton, et que sa construction est recherchée.

Je ne ferai pas de commentaire composé sur l'ensemble, parce que ça me saoule et que je laisse l'exercice à plus aguerri que moi. Cependant, dès le premier vers, le lecteur sent la charge dramatique dispensée par ce poème. Et il n'est pas déçu par la suite.

Bravo !

Don

   Rectitude   
11/8/2018
Commentaire modéré

   Willis   
11/8/2018
Poème d'amour d'un "évincé" .
-Quand ton charme aura moins d'effets, que tes désirs s'estomperont, je serai là. Là à t'attendre, disposé à pardonner.

Je pense que ce texte aurait sa place parmi les bons poèmes classiques de ce site, avec quelques arrangements car le style est des plus plaisants.

   Tychillios   
13/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Le texte à l’allure d’un exercice d’écriture automatique dadaïste, il manque de cohésion et de cohérence. Les mots qui terminent certains vers semblent projetés sur le papier pour satisfaire la rime. (altitude, sollicitude ; sillage, pillage) . Il est malheureusement entaché d’associations hasardeuses (fieffée couleur, enflée de pestilence, pages d’amours qui stridulent sur le front …) La troisième strophe résume bien toutes ces faiblesses. La versification du premier couplet dénote sur le reste du texte. Le sens de l’injonction : retourne-toi (avec lenteur, sur son pillage, vers les étoiles) est décalé par rapport à la logique du texte, il reste très incertain ou en suspens. Les deux derniers vers qui concluent le poème ne sont pas liés et laissent le lecteur interrogatif.


Oniris Copyright © 2007-2018