Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
lucille : Des lambeaux et des restes
 Publié le 20/10/16  -  8 commentaires  -  1171 caractères  -  119 lectures    Autres textes du même auteur

Petit texte de jeunesse lorsque l'éternité semble palpable.


Des lambeaux et des restes



Les dieux quelquefois content tout bas,
L’histoire de cet homme d’en bas,
L’histoire de ce tout petit rien,
Qui arrêta la faux d’une seule main.

Les dieux quelquefois chantent tout bas,
La fureur délivrée de la dame,
Le cri de la terrible lame,
Le silence qui couvrit leurs deux voix.

Les dieux quelquefois tremblent tout bas,
Devant l’homme dont l’amour, une fois,
Prit le cœur par la main, simple geste
Puis s’en fut en riant des lambeaux et des restes.

Les dieux autrefois se prenaient pour des chats,
À coup de griffes, à coup de dents, ils jouaient de nos âmes,
Puis lassés s’en allaient laissant place à la Dame,
Spectateurs impatients, ils commentaient déjà…

Mais l’éther prit corps, se fit masse puis bloc, lentement se figea
Quand la courbe cruelle se leva par trois fois,
Et qu’après la seconde l’instrument se brisa,
Les dieux, dit-on, se signèrent ce jour-là.

Les dieux quelquefois content tout bas,
L’histoire de cette âme d’en bas,
L’histoire grotesque, n’est-ce pas,
Où l’homme eût si mal,… qu’elle gela.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Proseuse   
20/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour!

Comment vous dire ? Dès qu' un dieu apparait dans un poème, je ne peux m' empêcher de lire le texte comme une légende ! Je crois, que j' ai la foi d' un enfant qui un jour a cru au père noël !
Alors, votre texte en appelle souvent à ces dieux et du coup j' ai du mal à le lire .. religieusement parlant !
Le poème est tout à fait bien composé à mon goût et j' en aime sa forme et puis, ... j' ai écouté l' histoire !
Merci pour ce partage

   Anonyme   
9/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Je n'ai pas tout compris mais cela m'a plu, finalement. Je pense que ce texte fait référence à la mythologie grecque et ses différents dieux. Cette "âme d'en bas" - pour reprendre vos propres termes - est celle d'un homme ("Ou l'homme eût si mal", sic dans le texte).

Bien à vous,

Wall-E

   PIZZICATO   
20/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je crois comprendre que les dieux racontent l'histoire de ce simple humain qui a osé défier la mort " Qui arrêta la faux d’une seule main La fureur délivrée de la dame " ; " Prit le cœur par la main, simple geste
Puis s’en fut en riant des lambeaux et des restes." Métaphore de l'âme qui abandonne le corps ?
" Puis lassés s’en allaient laissant place à la Dame " Symbolisent-ils le destin qui joue avec les humains ? Puis arrive un jour la Dame à la faux et fait son ouvrage.


C'est ma façon de percevoir ce texte.

   Ora   
20/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
J'ai beaucoup aimé le rythme de votre poème, son esprit, sa cadence, son thème aussi et ces "dieux qui content tout bas…". Je le trouve très réussi! Merci

   MissNeko   
21/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

Votre poème est agréable à lire. La répétition de "les dieux quelquefois" donne un rythme agreable. J y ai lu un humain qui défié la mort.
Merci Pour ce partage

   leni   
21/10/2016
j'ai un peu de difficultés à comprendreDevant l'homme dont l'amour
prit le coeur par la main.....puiss'en fut...eT là mon interprétation s'arrète Légende ou histoire grotesque je suivrai les con MERCI à VOUS
Et salut cordial LENI

   Marite   
21/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Séduite par le rythme et les mots de ce poème, surtout les premiers de tous les quatrains " Les dieux quelquefois ... Les dieux autrefois ..." sauf l'avant dernier qui me laisse très perplexe au niveau de la compréhension du fond :
" Mais l’éther prit corps, se fit masse puis bloc, lentement se figea
Quand la courbe cruelle se leva par trois fois,
Et qu’après la seconde l’instrument se brisa,
Les dieux, dit-on, se signèrent ce jour-là."

"la courbe cruelle" : la faux je pense mais elle se brise la seconde fois qu'elle se lève ... cela laisse-t-il supposer que la mort a été vaincue et donc n'existait plus ?
Pourquoi les dieux se signèrent-ils ce jour là ?
Enfin ce sont les questions que je me pose car je ne trouve en ma mémoire aucune référence à une quelconque légende déjà lue. J'aimerais beaucoup savoir ... par curiosité.

   Anonyme   
22/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime le rythme, la cadence. Sans regard religieux pour moi les dieux et les destins se tiennent la main.
Merci de ce partage.


Oniris Copyright © 2007-2020