Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Luz : Jamais de la vie
 Publié le 02/08/16  -  11 commentaires  -  1817 caractères  -  137 lectures    Autres textes du même auteur

Il paraît qu’il ne faut jamais dire jamais…


Jamais de la vie



Jamais, de ma vie jamais,
Ne ceindrai la belle épée
Dessus l’habit vert-de-gris
De l’illustre Académie.
Je me lasse vite de l’immortalité.

Jamais, de ma vie jamais,
La respectable louchée
Ni modeste cuillerée
De caviar ne mangerai.
Je préfère les œufs d’or de mon poulailler.

Jamais, de ma vie jamais,
N’aurai l’envie de goûter
Ce vin soi-disant exquis
Grand cru romanée-conti.
Je ne bois qu’aux bons vieux tonneaux de mes amis.

Jamais, de ma vie jamais,
Ne voudrai être nommé
Président de directoire,
Chemise bleue, veste noire.
Les cravates me serrent bien trop le kiki.

Jamais, de ma vie jamais,
On ne viendra agrafer
Sur ma veste, près du cœur,
La rouge Légion d’honneur.
Je ne mérite pas du tout de la patrie.

Jamais, de ma vie jamais,
Ne voudrai être invité
Aux noces de la princesse
Ou au bal de la comtesse.
Le baisemain me casse les pieds et les reins.

Jamais, de ma vie jamais,
N’aurai l’idée d’habiter
En hôtel particulier,
Gentilhommière ou palais.
J’aime mieux ma cabane en rondin de sapin.

Je ne suis qu’un paysan
De collines et genêts,
Je cueille les fleurs des champs
Au soleil de ma vallée.

Je veux, à celle que j’aime,
Offrir d’étranges vers fous,
Qui feraient un beau poème
D’un peu plus de quatre sous.

Mais mon âne certains soirs,
M’accordant son doux regard
De mâcheur de pissenlits,
Hoche la tête et me dit :

« Jamais, de ta vie jamais,
Les muses t’ont oublié…
Tu n’écris que piètres vers
Aussi pauvres que ta terre.
Tu n’es qu’un paysan aux sillons de travers. »


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   MissNeko   
2/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour.
J aime beaucoup la comparaison que vous faites entre une vie luxueuse avec une vie simple mais tellement plus naturelle.
Il y a de la candeur dans vos vers et un côté rendre et touchant.
Merci pour ce partage

   PIZZICATO   
2/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
" Jamais, de ma vie jamais, ". Oui, savoir ce que l'on ne voudra jamais faire, jamais être. Rester fidèle à soi-même, fidèle à ses convictions, ses envies. Les distinctions sont là juste pour gonfler l'orgueil.
Ce texte me convient.

Ne jamais non plus se dévaloriser.
A ce propos je trouve la chute un peu sentencieuse.

   papipoete   
2/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonsoir Luz,
Jamais de la vie, vous ne tendrez l'échine aux courbettes et autres mondanités, mais toujours je crois, vous écrirez de fameux vers tel " je veux, à celle que j'aime
offrir d'étranges vers fous,
qui feraient un beau poème
d'un peu plus de quatre sous . "
Et il faudra bien un jour tendre la main, la joue à votre douce admiratrice conquise par tant de vers galants ...Mais je pense que cette " cérémonie " s'est déjà produite ?

   archibald   
2/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
A la première lecture, je n'avais pas vu que le texte était classé dans la catégorie "chansons". Pourtant, j'ai immédiatement pensé à celle de Brassens : "Le petit joueur de flûteau". C'est donc bien une chanson. Comme toujours dans cette catégorie, on est frustré de ne pas avoir la composition. Je me demande par exemple comment faire avec les dodécassyllabes des couplets un à sept et du dernier, vu qu'il n'y a pas de régularité dans les coupes des vers. J'espère avoir bientôt l'occasion d'entendre ça.

   Pimpette   
3/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Luz

J'aime à te lire, reconnaître un ton personnel déjà repéré sans d'autres textes...du sérieux et du drôle mêlés...beaucoup de charme!
Un style...

"Jamais, de ma vie jamais,
On ne viendra agrafer
Sur ma veste, près du cœur,
La rouge Légion d’honneur.
Je ne mérite pas du tout de la patrie. ""

Eric satie disait:
- ce n'est pas suffisant de refuser la Légion d'Honneur, encore faut-il me pas l'avoir méritée!!!!

   hersen   
3/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Dans un sens, c'est assez facile de se retrouver soi-même dans ce poème car tous nous voulons refuser beaucoup de choses...tant qu'on ne nous les offre pas !

C'est particulièrement cela que j'aime dans cette poésie, on sent bien que même s'il y avait des propositions, avec l'auteur, "ils" ne feraient pas affaire.

le gars tranquille, qui observe ce qui l'entoure, qui se nourrit de ce qui l'entoure. Et ça le nourrit drôlement bien ! (je pense à tous vos haïkus sur la vie à la ferme)

Et puis tiens, allez, pour encore appuyer ses dires alors qu'on a déjà bien compris la mentalité du gars, il nous en remet une couche : pour un peu, il met un point d'honneur à faire ses sillons de travers !
dans uns profession où on est observé sous toutes les coutures par les confrères; (j'ai dans l'idée qu'on doit parler de vous dans votre canton...)

déjà en lisant vos haïkus, et maintenant en lisant votre poème, je me dis que votre ferme doit sentir bon le plaisir de vivre, d'en vivre.

ça, c'était le fond, maintenant, sur la forme, "jamais de la vie" récurrent me plait moins, disons que ça lasse un petit peu, alors que je ne me lasse pas du sujet.

   corbivan   
4/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Sympathique prise de position poétique…pour ne pas marcher dans la combine de l’esbroufe, et aller, et rester partisan de la vie simple qu’on sent d’instinct plus vraie et plus riche.

Le petit clin d’œil de l’âne de la fin m’a bien amusé…chez moi ce serait mon (mes) chien(s) qui pourrai(en)t m’en dire autant…

A+

C.

   funambule   
5/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
C'est bien, c'est même très bien; une idée qui peut sembler "con", parfaite donc en chanson où la seule prétention à avoir serait celle d'être un donneur de matière, un pourvoyeur de réflexion... voire un simple "divertisseur" émotionnel. La structure est bonne, y compris le décrochage de la dernière rimes des couplets qui peut dégager des espaces intéressants. Seul bémol, si c'en est un, je ne sais trop où situer le texte, suranné ou pas, moderne ou pas... à voir finalement en musique si la chance sourit.

   Anonyme   
5/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Jamais, de ma vie jamais"...
Un texte vrai, intelligent, sublime...

Bravo !

Wall-E

   Zoe-Pivers   
6/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Donnez la parole à un âne et voilà ce qu'il en fait, l'ingrat ! :)
Mais bon, il le rend encore plus touchant votre poème.
Merci et belle soirée
Zoé

   FABIO   
28/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Oui ,une vision personnelle de l'auteur qui s'écoule plutôt tranquillement au fil de ma lecture , si c'était une chanson il faudrait des cuivres pour accentuer les jamais.


Oniris Copyright © 2007-2018