Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Luz : Premier chemin
 Publié le 25/11/16  -  18 commentaires  -  561 caractères  -  212 lectures    Autres textes du même auteur

Souvenir de prime enfance, la neige.


Premier chemin



La blancheur du silence
rayonnait face au givre
des sapins pétrifiés,
l’air était lame fluide.

Les mâchoires glacées
de la source des roches
étranglaient lentement
le son rauque de l’eau.

Âcre odeur des genièvres,
un oiseau sous la haie
grattait son nid de terre
et de feuilles mêlées.

Une fumée humide
montait du feu de bois,
il neigeait sur les pas
de son premier chemin.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
2/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien
libre
Les sapins blancs et la source glacée ont planté le décor, à l'occasion de la venue d'un hôte charmant aussi haut que trois pommes ; un enfant marque dans le chemin ses premiers pas sur neige .
NB cela pourrait être mignon avec le second quatrain en particulier, mais je suis déstabilisé par " âcre odeur des genièvres " ; en effet, ce vers ne se rattache-t-il pas à " une fumée humide montait du feu de bois " ?
Peut-être que d'autres lecteurs seront plus éclairés que moi ?

   socque   
5/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Je trouve qu'il y a une douceur et une simplicité bienvenues dans ces quelques vers. D'ordinaire je n'aime guère le rythme d'hexasyllabes, mais là, pour moi, il est approprié pour restituer un moment figé malgré l'oiseau qui gratte. J'ai vraiment vu cette fumée humide.

Les mots sont évocateurs, expressifs sans en faire des tonnes. Un poème exemplaire, pour moi, de la force brute des mots quand on sait les servir. Une mention pour le deuxième quatrain, mon préféré avec son eau au son rauque.

   Ananas   
5/11/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Je ne suis pas convaincue par votre titre.

Le premier quatrain m'a un peu cassé l'envie de continuer ma lecture. Le dernier vers... désolée, je n'aime vraiment pas.

Ensuite le deuxième quatrain devient intéressant, les images sont plus visuelles, et agréables à lire. Et cela continue sur le troisième quatrain, dans la même veine. Rythmé et bien géré, les images sont agréables.

Le dernier quatrain tombe à plat, complètement. Ça redevient insipide, alors que c'est justement là que le poème devrait percuter.

Du coup l'ensemble est assez inégal, il y a de la beauté cachée derrière deux vers plats (et si botaniquement ça m'éclate assez, en poésie j'apprécie moins) et c'est ma foi fort dommage.

Mes excuses à l'auteur je n'ai donc pas trouvé d'ambiance, ou en tout cas elle n'était pas là, elle s'est posée et est repartie aussi sec, sans m'avoir permis de m'imprégner de ce que l'auteur a voulu faire passer.

Une prochaine fois peut-être !

Bonne continuation.

   Ora   
6/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je suis partagée,
Il y a dans ce poème de belles images d'hiver à la musicalité intéressante:
Les mâchoires glacées
de la source des roches
étranglaient lentement
le son rauque de l’eau.

D'autres passages toutefois sont plus râpeuses à mon oreille, beaucoup moins poétiques: "Âcre odeur des genièvres"

Enfin, il s'agit d'un souvenir d'enfance mais le narrateur parle à la dernière strophe de "son premier chemin", il est absent du poème qui semble pourtant évoquer ses propres souvenirs, pourquoi pas de MON premier chemin?"

Je suis finalement mitigée à l'issue de cette lecture qui ne m'a pas réellement permis de me laisser couler au fil de ses vers ni trouver un sentiment de cohérence malgré de belle images qui auraient pu davantage m'emporter.

   Brume   
6/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

C'est un enchantement d'être plongée dans la blancheur des paysages. De la simplicité naît un tableau extraordinaire. C'est visuel et pas seulement, la seconde strophe offre une impression auditive.
En hiver la nature n'est pas figée et vous l'avez bien démontré.
Une strophe de plus n'aurait pas été de trop.
L'écriture est fluide, les images sont belles.
En tout cas j'ai adoré contempler ce paysage étincelant, et cette vie tranquille qui s'anime discrètement sous mes yeux.

   MonsieurF   
25/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Salut camarade haïkiste !

Je suis un peu embêté à la lecture de ce poème, parce que j'en apprécie la teneur, l'aspect nature mais je n'aime pas le rythme des vers que je trouve forcé (je pense que c'est lié aux hexasyllabes).

J'aime ce qui ce dégage de ce texte, cette force évocatrice de choses très simples, j'ai pensé beaucoup à Giono à le lisant. J'aime aussi la douceur qui est présente dans l'ensemble, mais le rythme me semble un peu trop forcé en afit.

Finalement en le relisant j'aime beaucoup, malgré les petits bémols évoqués !

   Vincendix   
25/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un texte gentillet mais sans plus, comme une aquarelle représentant un paysage enneigé sans beaucoup de relief. C’est vrai que la nature est belle en toute saison et que les souvenirs d’enfance sont toujours amplifiés.
Quelques parties du tableau sont tout de même intéressantes mais dans un texte aussi court, il aurait fallu plus de force.

   Annick   
25/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un tableau délicat. Je l'aurais aimé plus complet car il me semble qu'il est à peine ébauché. J'aurais apprécié un poème plus long où le personnage, à peine évoqué ici, aurait pu avoir une place plus importante, ce qui aurait donné à ce très beau tableau tout son sens.
De belles trouvailles !

Magnifique :

"La blancheur du silence
rayonnait face au givre
des sapins pétrifiés,
l’air était lame fluide.

Les mâchoires glacées
de la source des roches
étranglaient lentement
le son rauque de l’eau."

   TheDreamer   
25/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Un poème tout en sensations visuelles qui s'ouvre par une jolie métaphore : "la blancheur du silence". Il est vrai que la saison froide le silence est plus prégnant à travers l'air. L'espace semble prendre d'autres teintes que celles plus chaudes et colorées des mois plus doux. L'automne et l'hiver tout semble plus "transparent", plus "fluide" comme l'énonce le vers : "l'air était lame fluide" (une autre belle métaphore est plutôt bien vue.

La 2nde strophe est belle aussi avec une image qui restitue bien la difficulté que l'eau a pour se frayer un chemin à travers les anfractuosités de la roche. C'est encore bien vu !

J'apprécie un peu moins les 2 dernières strophes, mais, le poème est plutôt réussi.

   plumette   
25/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
c'est très visuel et je partage avec plaisir ce paysage enneigé.

votre incipit explique finalement le titre et le dernier vers, qui ne se suffisent pas à eux-mêmes.

les premiers pas dans la neige d'un enfant émerveillé par cette bizarrerie climatique ?

on n'est pas tout à fait dans l'hiver puisque le genièvre est encore odorant. Une neige précoce?

Un doux moment qui sollicite les sens: la vue, l'ouïe, l'odorat.

Merci

   PIZZICATO   
25/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Des images intéressantes, d'autres un peu plus convenues ; un tableau agréable de la nature enneigée.

" Les mâchoires glacées
de la source des roches
étranglaient lentement
le son rauque de l’eau." des images expressives dans ce quatrain.

   Pouet   
25/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bjr,

Beaucoup aimé, très bien écrit.

Un rythme fort agréable, des images bien senties.

Pas grand chose à ajouter au final, pour moi, un très bon poème, évocateur. On ne tombe ni dans la grandiloquence ni dans le bucolique exacerbé, l'auteur n'en fait pas trop.

Quand j'aime un texte je m'aperçois que je reste assez sec niveau argumentation désolé.

Un texte de qualité.

Au plaisir.

   framato   
25/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Luz,

J'ai globalement apprécié votre texte, cependant je le trouve, dans sa forme actuelle un peu lassant, trop lisse selon mon goût personnel.

Deux raisons principales : la ponctuation qui impose votre rythme sans laisser de choix au lecteur, le rythme exasyllabique un peu monotone.

Je pense que ce texte, composé d'image "flash, de petits instantanés, aurait gagné à être construit sous forme de haïkus, ce qui aurait permis des ruptures de rythmes bienvenues.

J'aime par ailleurs beaucoup les deux derniers vers.
J'aime assez également l'équilibre entre les différents sens qui sont tous abordés, que ce soit la vue, l'odorat, le toucher et l'ouïe, je pense que cela participe à créer le climat de plénitude qui se dégage de ce texte, climat un peu atténué par l'utilisation exclusive de vers exasyllabiques (je sais, je redonde !).

Plaisant, mais perfectible, il me semble.

Merci en tout cas de nous avoir donné ce texte à lire.

   MissNeko   
26/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Beaucoup de douceur dans ce poeme dans lequel on entre à pas feutrés. Il inspire le silence et le désir de contemplation.
Coup de cœur pour :

Les mâchoires glacées
de la source des roches
étranglaient lentement
le son rauque de l’eau.

Sublime.

J ai beaucoup aimé que vous fassiez appel aux sens : l'ouïe, la vue, l odorat.
Merci pour ce partage

   Sodapop   
26/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai adoré... un poème court mais efficace. Quelques vers qui décrivent très bien la beauté du décor avec une sublime délicatesse. J'apprécie particulièrement ces poèmes qui ressuscitent des images du passé, des souvenirs d'enfance, et qui permettent à l'auteur de vraiment partager ces images capturées par la conscience.
Merci pour ce moment.

   Anonyme   
26/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Luz,

Vous avez réussi le tour de force de retranscrire fidèlement en quelques vers bien ciselés la magie d'une nature pétrifiée par le froid et la neige. Inutile d'en rajouter, finalement, car ces quatre strophes - courtes - décrivent à elles seules, et avec justesse, l'essentiel d'un hiver rude et de cet oiseau qui fait ses premiers pas...

Bien à vous,

Wall-E

   Alexandre   
26/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Luz... Joli tableau qui me rappelle mon enfance et ses hivers rigoureux. Si j'ai une préférence pour le second quatrain...

Les mâchoires glacées
de la source des roches
étranglaient lentement
le son rauque de l’eau.

... j'aime beaucoup l'ensemble et la chute est à la hauteur de ce qui précède...

il neigeait sur les pas
de son premier chemin.

Seul bémol, ce vers que je trouve un peu trop abstrait à mon goût...

l’air était lame fluide.

Un poème de saison, simple mais bien tourné... Merci !

   Yavanna   
29/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Atmosphère magnifiquement rendue... j'y étais.

Quand un poème parvient à allier un appel à tous les sens pour (re)construire un vécu, il atteint son but.

Je trouve le rythme hexasyllabique adapté à la circonstances : des vers courts et descriptifs pour planter un décor brut, c'est parfaitement adapté au rythme de la nature et à ce qu'elle nous offre à contempler et à respirer.

J'ai beaucoup aimé, merci.


Oniris Copyright © 2007-2018