Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Luz : Retrouver la rivière
 Publié le 07/06/18  -  14 commentaires  -  852 caractères  -  188 lectures    Autres textes du même auteur

Retrouver quelques traces de souvenirs d'enfance au bord de l'eau.


Retrouver la rivière



Retrouver
Les frissons du courant caressant les galets,
La fuite du poisson aux reflets vif-argent,
Le gour noir polissant l’enclume du rocher,
Le cristal de l’hiver dans l’eau bleue du printemps.

Retrouver
Au tombant blond du soir les truites et leurs ronds,
Les racines cheveux qui flottent tout au bord,
L’air lourd, pâle, brûlant, zébré de moucherons,
Les algues ondulant sous la lumière d’or.

Retrouver
Les portefaix figés dans le bois et la pierre,
Les bulles qui tournoient dans le ciel du remous,
L’onde venue des nuits où dorment les bruyères,
Les fleurs d'iris dressées au bord du sable roux.

Retrouver
Le miroir des rivières
Et leur flot d’éternelle enfance inachevée.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ombhre   
22/5/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Un magnifique poème aux images travaillées, précises, au rythme envoutant comme le chant d'une rivière. L'écriture est maîtrisée et nous fait voir à chacun NOTRE rivière, celle qui nous a enchanté quand nous étions enfants.
Je suis me suis promené le long de ses berges, ai savouré le bal de l'eau et des rochers, les sons des moucherons.
Une trouvaille que cette image:
"Le cristal de l’hiver dans l’eau bleue du printemps.", mais il y a tant de belles images !

Trouvaille aussi ce mot "Retrouver" qui revient comme une litanie.

Merci pour ce très beau partage.

   BlaseSaintLuc   
24/5/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
voilà ,ça c'est de la nostalgie bien mis en images, pas de pathos, pas de "sépia" un pêcheur sans doute? qui tourne habilement son propos le long de la rivière du temps .

   Papillon26   
29/5/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Il y a comme un souvenir d'enfance dans cette évocation de retrouvailles avec la rivière. Les joies pures et simples que l'on vivait à les regarder vivre, alors que la pollution n'était pas encore en marche.

   papipoete   
29/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
contemporain
l'auteur n'est pas un " citadin ", à voir la description qu'il fait de la nature ! Le bord de l'eau est un domaine qui inspire sa plume, qui remonte dans le temps, quand smartphones et jeux-vidéo n'existaient pas !
Il se revoit enfant, à contempler la rivière et ses atours ; sa faune et sa flore, et d'un trait délicat nous en fait une toile brillante !
le 4e vers ; le 6e vers ( les racines cheveux qui flottent tout au bord ) et le vers ultime, rutilent ... et je me souviens .
papipoète

   Lariviere   
8/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Attiré par mon nom, j'ai lu ce poème avec intérêt !... ;)

J'ai bien aimé la maîtrise de l'écriture et l'atmosphère qu'elle créée, même si cela ne saute pas aux yeux (et oreilles) à la première lecture.

Sur le rythme, les relances sont pauvres, mais je pense que c'est intentionnel :

"Les portefaix figés dans le bois et la pierre,

Les bulles qui tournoient dans le ciel du remous,

L’onde venue des nuits où dorment les bruyères,

Les fleurs d'iris dressées au bord du sable roux."

Cette monotonie veut donner au texte ce cours tranquille, pas celui de la rivière, mais celui du narrateur qui la contemple et ainsi ce rythme atone accentue l'effet béat de la contemplation, à mon avis... selon comme on lit ce texte, parfois ca fonctionne et parfois moins...

Les images sont voulues dans la même optique et je les trouvent forts belles ainsi, flamboyantes ; les mots choisis même si le registre est celui de l'emphase, me semble être cohérent et très adapté, même si c'est clairement construit dans un style qui mélange paradoxalement le naïf et l'emphase. C'est fait ainsi pour rendre la vie à cette rivière et à ses rivages alentours et pour exprimer l'éclat merveilleux à la fois des souvenirs, mais aussi de la nature, dans sa beauté spontanée. J'ai paradoxalement trouvé celle-ci très bien décrite et très réaliste dans les détails pour représenter cette vie "bucolique" qui grouille autour de tous les points d'eau et les rivières, surtout si on a pris soin de garder nos yeux d'enfants :

"Retrouver

Les frissons du courant caressant les galets,

La fuite du poisson aux reflets vif-argent,

Le goure noir taillant l’enclume du rocher,

Le cristal de l’hiver dans l’eau bleue du printemps.

Retrouver

Au tombant blond du soir les truites et leurs ronds,

Les racines cheveux qui flottent tout au bord,

L’air lourd, pâle, brûlant, zébré de moucherons,

Les algues ondulant sous la lumière d’or."

En ce sens, l'idée de cette anaphore-rejet est plutôt bien ; c'est la fragile relance rythmique.

Mon seul bémol, et encore, serait sur les trois vers de fin constituant cette métaphore ; elle brille comme un beau cliché, mais c'est vrai qu'ici, elle prend peut être sa juste place puisque ce "cliché" est cohérent avec la tonalité et le fond du poème et qu'ainsi, il clôt très bien l'ensemble.

Bravo à l'auteur et bonne continuation à lui dans sa démarche d'écriture.

EDIT : je suis embêté actuellement avec ces "notations" mais c'est personnel, en fait... j'ai aimé lire ce texte en terme de ressenti et pour mon avis technique, finalement, il n'y a pas besoin de note. Je change donc mon j'ai aimé "bien" (je sais plus dans quel sens la flèche déjà) en un j'ai aimé "beaucoup" ; car finalement, il s'agit de MON appréciation du texte et pas de la technique, alors ça serait injuste que, paradoxalement, je lèse l'auteur alors que j'ai aimé le lire.

   plumette   
7/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce poème est très évocateur pour moi qui aime l'eau vive des rivières.
j'ai bien aimé sa construction sur le mode de la répétition avec ce "retrouver" suivi d'une énonciation, qui évoque aussitôt une sorte de retour aux sources...

Dans la deuxième strophe, j'ai un peu moins aimé " les racines cheveux" qui paraissent redondantes avec les algues qui ondulent deux vers plus loin.

j'ai cherché ce qu'était un gour noir, il faudra m'éclairer sur ce point ( google désigne un fromage?)

j'aime beaucoup la manière dont se termine le poème tant il me semble que c'est de l'enfance que nous vient le goût de la rivière.

Plumette

   PIZZICATO   
7/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Vous nous offrez là un panel de fort belles images, visuelles, au bord de cette rivière " retrouvée ", compagne de l'enfance.

Pour n'en citer que deux parmi toutes les autres " Le cristal de l’hiver dans l’eau bleue du printemps. "

" Le miroir des rivières
Et leur flot d’éternelle enfance inachevée."

On peut sans peine se subsituer au regard de l'auteur pour admirer ce panorama que le temps n'a pas altéré.

   Cat   
7/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Luz,

Ce sont de bien belles images qui miroitent dans votre rivière !

Vos mots les cultivent de manière fort délicate.

Bravo et merci.

A vous relire

   Anonyme   
7/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai lu votre écrit une première fois tel qu'il m'est présenté. Puis une seconde fois en supprimant ce "Retrouver", leitmotiv "entêtant", qui rend au fil de mots, la lecture bien moins fluide. Ainsi les images me sont parvenues bien plus facilement, avec un meilleur ressenti.

Le titre "Retrouver la rivière" tout comme vos propos sont suffisamment explicites? J'ai été tout de suite projeté dans le vif du sujet.

Je connais cet immense plaisir que peut procurer le cheminant du suivi du mouvement d'une rivière, de son paysage, de la vie qui l'habite, c'est magique à tout moment de la journée. De plus c'est très apaisant. Une belle sensibilité ressort de ce poème, elle entraîne son cours vers ses propres souvenirs.

Cependant j'aurais aimé "retrouver", des petites touches un peu plus personnelles, pour casser un peu ce côté descriptif.

   LylianR   
7/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
L'anaphore "Retrouver" fige un peu le tout. De plus, la grande majorité des vers commencent par un substantif, ce qui fige davantage le tableau, et par la même, le cours d'eau.

L'ouverture du dernier vers sur "l'enfance inachevée" me semble un peu écrasée par cette longue accumulation.

Cependant, de bien jolies images comme : "Le gour noir polissant l’enclume du rocher", "Les racines cheveux qui flottent tout au bord", "L’air lourd, pâle, brûlant, zébré de moucherons"...

   jfmoods   
7/6/2018
Sous l'instance de l'anaphore ("Retrouver"), le poète ravive, au fil des saisons ("hiver", "printemps"), l'émerveillement natif de l'eau (métaphore : "Le miroir des rivières").

Dans cet univers où alternent le mouvement ("La fuite du poisson", "les truites et leurs ronds", "Les racines cheveux qui flottent tout au bord", "zébré de moucherons", "Les algues ondulant", "Les bulles qui tournoient dans le ciel du remous", "L’onde venue des nuits", "flot d’éternelle enfance inachevée") et l'immobilité ("Les portefaix figés dans le bois et la pierre", "dorment les bruyères"), une féconde palette de perceptions s'invite (vue : "reflets vif-argent", "Le cristal", "l’eau bleue", "tombant blond", "lumière d’or", "fleurs d'iris", "sable roux", toucher : "Les frissons du courant caressant les galets", "L'air [...] brûlant", ouïe : "polissant l’enclume du rocher").

Merci pour ce partage !

   Pouet   
8/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bjr,

oui, un texte fort poétique et musical. J'ai beaucoup apprécié.
Par exemple, ce vers au final assez simple me semble très réussi et évocateur:

"Le cristal de l’hiver dans l’eau bleue du printemps. "
Simple mais pas simpliste, ce vers résonne très bien.

Il y a aussi ce troisième quatrain bucolique en diable, très très bien rythmé et d'une indéniable poésie.

Quant au dernier vers, il sublime ce très bon texte que j'ai lu avec grand plaisir.

   hersen   
8/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
On retrouve bien ici ton rapport avec la nature et pourtant, tu nous offres de jolies trouvailles, toujours.

par contre, je suis moins séduite par l'anaphore. Elle donne un côté statique à cette rivière. c'est ton choix, donc je suppose que tu y as une raison, tu n'es pas nouveau en poésie :))

Pour ma part, et je te le dis comme je le pense et n'y vois pas ombrage, seul le dernier "retrouver" me convainc, parce qu'il apporte une très belle fin logique à ton texte.

ceci dit, ne crois pas que j'aie été insensible !!!

merci de cette lecture

   Vasistas   
11/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,
C'est un très joli tableau, avec de belles couleurs, un rivière que l'on observe comme avec détachement, une rivière encore présente mais lointaine, c'est assez sage comme perception, Zen.
Je reconnais cette rivière très apaisante, elle a aussi marqué mon enfance et est décrite ici avec talent, merci


Oniris Copyright © 2007-2018