Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Luz : Un bout de route
 Publié le 10/01/20  -  11 commentaires  -  1202 caractères  -  131 lectures    Autres textes du même auteur

Un souvenir.


Un bout de route



Souvent,
je revois ce bout de route
qui filait sur un ouest d’Aubrac.

Après un virage,
la 4L découvrait une courte ligne droite
et dévalait vers un pont de pierre.

Un instant,
le val et ses prés
râpés par quelques moutons,
des chardons fleuris,
la lumière.

L’instant d’après,
le pont traversé,
l’image fugace d’un ruisseau entre les aulnes,
puis le bois
et l’épaisseur de l’ombre.

Étrange,
la mémoire de ce paysage ordinaire,
un creux sans horizon
croisé il y a si longtemps.

Pourquoi ce bout de route en particulier,
parmi tant et tant ?

Peut-être l’harmonie, le calme de ce val ;
mais aussi le regret de n’avoir entrevu
qu’un souffle de ruisseau, de n’avoir pas compris
les courbes, les éclats de joie de son courant ;
oui, peut-être ce manque...

Comme un regard perdu dans le flot de la foule ;
ces yeux qu’on voulait retenir
avec l’espoir de vivre encore une eau qui chante.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Alfin   
9/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Oui, c'est beau, oui c'est bien écrit et oui ça me touche.
C'est vrai. Je rêve d'aller sur ce bout de route qui file en Aubrac.

Si possible en 4L car nos voitures aseptisées et climatisées retiennent dans le filtre HEPA et à particules toute la poésie des paysages que l'on traverse.

Quelle belle écriture vraiment réjouissante !

Merci et au plaisir de vous lire,

Alfin en EL

   Eclaircie   
14/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

"Un bout de route", un titre tout simple et intrigant qui incite à découvrir le poème.
Le poème est présenté en "libre" et l'aspect visuel, la mise en forme qui apparaît confirme ce choix. J'apprécie, comme si l'auteur installait un décor confortable et harmonieux pour accueillir le lecteur.

Poème "intimo-descriptif" bien réalisé, à mes yeux. Mes yeux, car je vois très bien ce "bout de route", ce "pont", ce "val" (et je ne connais pas du tout la région évoquée).

L'entrelacement des vues et sensations qui en émanent est bien dosé, par exemple la" joie" appartient au "courant".
Une sensualité de bon aloi émerge du poème, par les images et le vocabulaire.

Les deux derniers vers sont une très belle dernière vue.
J'ai aimé le sentiment que donne le narrateur de tant apprécier la nature mais sans se déconnecter de l'humain. Un bon équilibre je trouve.

Bravo et merci du partage,
Éclaircie

   Gabrielle   
19/12/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Le texte traite des regrets.

Le ressenti exprimé au travers de ce texte nous renvoie sur la notion de choix et sur les actes manqués.

La vie est-elle choisie à l'avance (Marivaux "(Le jeu de l'amour et du hasard) ? La fatalité existe t-elle même en amour ?

Des questions qui posent un débat sur la question du mariage dans nos sociétés industrielles avancées.



Gabrielle

   Hananke   
10/1/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

Il existe des instants de route ou d'autres choses qui s'impriment
et restent dans l'esprit plus que d'autres sans que l'on sache
vraiment pourquoi.
Ce bout de route en fait parti pour l'auteur.
Surtout en l'associant au croisement d'un regard aperçu dans la foule

Le seul reproche que je ferai est le fait que ce coin de route
n'est pas très original, on peut le rencontrer partout :
un val, un ruisseau, des moutons, un pont de pierre, l'ombre des bois
etc...etc...

Je pense qu'un endroit remarquable doit posséder quelque chose
de plus pour s'imprimer dans la mémoire.

   Corto   
10/1/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Joli souvenir.
C'était au temps où la 4L roulait, c'était au temps où la 4L découvrait.

Quoi de mieux que l'Aubrac pour se fondre dans les méandres du cœur du sud de la France ? Et ce cœur qui vous attache par son "pont de pierre" puis son "val et ses prés râpés par quelques moutons".

Ce souvenir lointain revient mais "Pourquoi ce bout de route en particulier, parmi tant et tant ?".

L'ambiance créée par ce poème est intimiste, et peut être partagée par ceux qui sont allés à l'aventure, sans GPS, presque sans carte routière, car ces outils ne servent guère la montée de l'émotion en pays inconnu.

Le contact montré ici est brut, sans artifice, avec cette nature qui ne se découvre qu'après le prochain virage "l’image fugace d’un ruisseau entre les aulnes".

Très finement l'auteur fait glisser ce souvenir vers un autre qui a provoqué une émotion sans doute encore plus aiguë: "Comme un regard perdu dans le flot de la foule ; ces yeux qu’on voulait retenir".

Le vers final est brillant "avec l’espoir de vivre encore une eau qui chante". Il réunit symboliquement ces deux souvenirs précieux.

L'intimité ici est reine. La pudeur s'impose.
Le lecteur se laisse volontiers entraîner dans ce prudent partage.

Grand bravo à l'auteur.

   Michel64   
10/1/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Voici un poème qui me parle. Nous avons tous (peut-être) des images du passé qui restent dans nos mémoires, sans même qu'elles soient vraiment originales. Pourquoi celles là et que font elles vibrer en nous ?

Vous avez très bien rendu cela dans ce texte et je me suis laissé porter.

Deux bémols cependant :

Pourquoi parler de la 4L ? "Se découvrait une courte..." m'aurait suffit; mais peut-être est-ce pour signifier le côté ancien du souvenir, tout simplement.

J'aurais peut-être arrêté avant le dernier tercet, pour rester dans un seul souvenir. Même si l'on peut faire ce parallèle j'ai l'impression de redémarrer une autre histoire.

Mais j'ai beaucoup aimé.

Merci pour la lecture

   hersen   
10/1/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Luz,
c'est un poème d'une grande sensibilité que tu sais retranscrire aussi simplement et tranquillement que la 4L avalait ses kms.

j'aime par-dessus tout l'impression induite par des mots val, ruisseau, pont de pierre et d'autres encore, que c'est toute une âme simple qui se serait donnée si...

Un bout de route. Oui, un bout de route à faire avec quelqu'un. Et faut-il aimer la campagne pour se rappeler, si longtemps après... (car la 4L est un équivalent datation carbonne, de nos jours !) :)))

Merci de cette jolie lecture !

   papipoete   
10/1/2020
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Luz
un flash-back sur un parcours en auto, un chemin emprunté mille fois, sans y prêter attention jusqu'au jour où, devenu " rêveur " l'auteur repasse dans sa tête cet endroit où il y avait tant à voir !
NB sagesse et contemplation ont fait place à cette banalité du conducteur qui roule, roule...
Cette route, heureusement marque le héros, sans raisons tragiques ! Combien d'endroits traversons-nous là où il y eut tant de drames " là ma tante à 30 ans ; là une famille entière brulée vive et tant d'autres..."
par contre la 4 L , notre première auto familiale, quels souvenirs !

   plumette   
10/1/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
une bien agréable lecture pour ce milieu d'après-midi.

l'Aubrac, la 4L, le pont de pierre, le val et le ruisseau, tous ces mots qui reconstruisent le souvenir! Celui de l'auteur mais aussi celui de la lectrice que je suis.

Joli découpage de ces strophes, les 4 premières comme autant de petites images laissées en suspend, puis les suivantes en mode réflexion partagée avec délicatesse.

   Cristale   
11/1/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Finesse de l'écriture, images, couleurs, mouvement, sont les mots venus lors de ma lecture.

Je ne saurais évoquer la forme dite libre par ignorance des règles mais je sais apprécier la mise en page aérée, le phrasé clair et précis dans l'évocation de souvenirs lointains mais prégnants.

Un poème pareil à "l’image fugace d’un ruisseau entre les aulnes"
"Comme un regard perdu dans le flot de la foule "

Très joli !

Cristale

   Donaldo75   
14/1/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Luz,

Je ne suis pas un fervent lecteur des poésies sur les souvenirs aussi ai-je mis un bémol lors de ma première lecture ; ceci étant dit en préambule, je précise que j’ai relu ce poème à tête reposée, en rangeant les bémols et les dièses dans leur armoire à tonalités. Du coup, je peux commenter cette poésie en toute sérénité.

Et justement, en parlant de tonalité, c’est ce qui m’a le plus frappé dans cette lecture, au bon sens du terme puisqu’elle a réussi à installer un climat de lecture, à projeter mon imaginaire dans des contrées pas si lointaines et pourtant inexplorées. Au final , ce voyage dans tes souvenirs a été agréable.

Merci pour le partage.

Donaldo


Oniris Copyright © 2007-2020