Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Malitorne : Voyeur
 Publié le 02/07/20  -  13 commentaires  -  1029 caractères  -  314 lectures    Autres textes du même auteur

Promenade bucolique ?


Voyeur



En promenade, au beau milieu de la journée,
Vers les vallons charmants où coule la Tardoire,
Je découvris soudain, au détour du sentier,
Une scène, grand Dieu, que j’eus du mal à croire !

Là, sans doute la fille d’un agriculteur,
Assise nonchalante sur un tas de foin,
Devant une grange entourée d’un champ de fleurs,
Avec les deux genoux l’un de l’autre bien loin.

Cela n’aurait pu être qu’un simple détail,
Si son endroit secret, de la sorte exhibé,
Attirant l’œil tel l’aimant capte la limaille,
Ne portait aucun tissu, rien pour le cacher !

S’offrait-elle ainsi aux caresses du soleil ?
Sous la robe, n’y avait-il point de pudeur ?
Je l’ignore, en tout cas cette fente vermeille,
Donnait à mes pas une nouvelle saveur.

Aussi discret qu’un chat, derrière les buissons,
Je contemplais l’indécente presque assoupie,
Mon âme, mes sens, transportés par l’émotion,
Louant la plus jolie balade de leur vie.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lebarde   
19/6/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Rien d'original dans ce poème sur un sujet tellement repris par tellement d'auteurs qu'on a la sensation de l'avoir déjà lu et relu maintes fois.
Tout y est; la campagne bucolique, la meule de foin, le champs de fleurs en arrière plan d'une petite ferme et sa grange, cette jeune paysanne nonchalante et rêveuse qui dévoile sans pudeur aucune, son intimité qu'elle expose au chaud soleil d'été.
Sans en avoir l'air mais sachant très bien qu'on la regarde elle attend toutes les initiatives d'un improbable promeneur et puis, il est là ce citadin en promenade, découvrant comme par hasard la scène qui attire son regard et lui échauffe l'âme et les sens.

Rien d'exceptionnel en effet dans cette histoire, vue, souhaitée, revue, reprise en décor dans le creux des assiettes à dessert de nos grand mère, si ce n'est cette délicate sensualité qui transpire des vers.
L'écriture est limpide, facile à comprendre, sans messages subliminaux, plutôt agréable à lire mais quand même pas de quoi s'enflammer et s'enthousiasmer.

On est en contemporain donc je ne m'attarde pas sur la forme et la prosodie; seules quelques rimes gênantes qui auraient pu être évitées:
journée/sentier, agriculteur/fleurs, exhibé/cacher, détail/limaille et d'autres encore ...

et puis, ici ou là, des anomalies de césure qui cassent un peu la fluidité du poème qui m'est présenté pour une deuxième fois en lecture sans avoir inspiré aucun autre commentaire. Alors bon!

Avis mitigé de ma part.

En EL

Lebarde

   Eclaircie   
20/6/2020
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Bonjour,

Un poème, assez stéréotype de l'image de la paysanne et (j'imagine) du Monsieur lettré.
L'écriture est agréable, la sensualité présente.
Ce qui me gêne le plus c'est ce tableau où la femme est l'objet, restera l'objet (du désir, du fantasme, du plaisir).
Un poème très, trop daté pour me charmer.
Il me semble que la poésie est enfermée là dans un cadre désuet, dont, mais c'est perso, j'aimerai la voir sortir.

Bonne continuation,
Éclaircie

   socque   
2/7/2020
 a aimé ce texte 
Pas
Je trouve dommage au vu du sujet que vous ne vous soyez pas attaché ou attachée à une plus grande fluidité de vos vers. En l'occurrence, pour moi la scansion des dodécasyllabes bute à cause de leur césure baladeuse :
Là, sans doute la fi/lle d'un agriculteur
Assise nonchalan/te sur un tas de foin
Devant une grange en/tourée d'un tas de foin
Cela n'aurait pu ê/tre qu'un simple détail
Attirant l'œil tel l'ai/mant capte la limaille
Ne portait aucun ti/ssu, rien pour le cacher
Sous la robe, n'y a/vait-il point de pudeur
Donnait à mes pas u/ne nouvelle saveur
Je contemplais l'indé/cente presque assoupie
Mon âme, mes sens, trans/portés par l'émotion

Cela fait trébucher ma lecture, trop souvent pour que je puisse l'attribuer à une volonté délibérée d'illustrer le trouble du narrateur tourneboulé.

J'aime assez qu'on passe des vallons, but de la promenade, à la "vallée" charnelle qui l'interrompt, mais cela ne suffit pas à me convaincre. Je ne "sens" pas à la lecture la chaleur du soleil, les insectes bourdonnant dans le champ de fleurs, la sueur qui, certainement, perle soudain sur la peau du narrateur... Bref, pour moi ce poème manque de sensualité, ce qui est un comble.

   papipoete   
2/7/2020
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
bonjour Malitorne
On peut rire de tout ou presque ; on peut écrire sur tout ou presque ; alors pour ne pas jouer Sainte Nitouche, je me hasarde dans le dos de ce " contemplateur ".
Qui n'a pas un jour lorgné sur la voisine bronzant en petite tenue, ou guetté les ébats d'amoureux se croyant " invisibles " ? Mais cela, c'était " avant " quand on a l'âge bête ou pas encore dégourdi ?
J'aimerais que le héros eut peu de printemps à son compteur, et lui pardonnerais cet appétit...
NB le texte est si j'ose dire, bien troussé et put garnir les paroles d'une chanson salace.
La dernière strophe est la plus " innocente " de ce poème dédié au vice ; mais le personnage central ( sûrement fille d'agriculteur ) est si provocateur, comme choisi là pour offusquer le lecteur !
Et la " fente vermeille " pas très poétique, coule de la langue du " voyeur " à merveille...
Techniquement, je pense que la forme " contemporaine " est l'originale, car les rimes ( entre autre ) sont fort aléatoires !

   Davide   
2/7/2020
Bonjour Malitorne,

Dans ce poème, l'écriture cahoteuse (avec notamment des dodécasyllabes en lieu et place d'alexandrins) condamne tout de go mon plaisir de lecture.

Le lascivité de cette scène champêtre, qui s'offre à nos yeux impudiques, aurait mérité, selon moi, d'être savamment distillée, amenée dans une fluidité licencieuse beaucoup plus subtilement.

Aussi, mes yeux se sont heurtés à tout un tas d'expressions bien alambiquées (strophes 2 et 3, en particulier) atténuant la teneur érotique du poème, et ce, malgré l'humour que l'on sent poindre à chaque mot :

"sur un tas de foin" (mouais...)

"Avec les deux genoux l’un de l’autre bien loin." (bizarre comme formulation)

"Cela n’aurait pu être qu’un simple détail,
Si son endroit secret, de la sorte exhibé,
Attirant l’œil tel l’aimant capte la limaille,
Ne portait aucun tissu, rien pour le cacher !" (trop compliqué à lire, et puis, je ne cautionne pas cette métaphore de l'aimant et de la limaille, hors propos dans un poème désireux de susciter l'émoi... et même le rire).

Sur un thème éculé comme celui-ci, sans doute faudrait-il commencer par retravailler l'écriture, la versification. Émaillé de beaux alexandrins, ce poème aurait eu mon suffrage, au moins un peu ! ;)

   sympa   
4/7/2020
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Malitorne,

EDIT : Je devais être mal réveillée en commentant ce texte que je relis ce jour...
Contrairement à ce voyeur qui a bel et bien vu, j'ai cru voir ...et réagi un peut trop rapidement...ça arrive...
Dommage que vos vers ne soient pas en alexandrins , la lecture en aurait été bien plus agréable.
On ressent trop souvent les césures mal placées à plusieurs endroits
Le fond est plutôt sympatique, pourtant.

   Hananke   
3/7/2020
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour

La poésie érotique a toute sa place dans la littérature poétique
et j'en ai moi-même une belle anthologie.
Mais ce qui me gêne ici n'est pas l'érotisme mais plutôt une absence
quasi complète de poésie, justement.
Ce n'est pas parce que ce texte est découpé en quatrain qu'il doit
porter l'adjectif poétique et je verrais mieux un ensemble un peu
plus fourni et détaillé pour créer une petite nouvelle ou un récit.

Comme nous sommes en contemporain, je ne parlerai pas
de la prosodie tout à fait aléatoire.

Il y avait beaucoup mieux à faire avec le sujet que de rester
discret derrière le buisson !

   Cristale   
3/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ah quand même ! (smileys aux yeux exorbités)

Aussi que n'avez-vous pris le temps de coucher vos vers sur le lit aux draps bien tirés de l'alexandrin et de jardiner plus délicatement vos rimes ?

Sinon la scène est croustillante, pleine de coquinerie. (on a vu pire :))

Un plaisir à réécrire sans précipitation :)

Merci Malitorne!
Cristale

   Sadbutfun   
4/7/2020
 a aimé ce texte 
Un peu
Haaaa mais c'est trop gentil, un peu trop convenu aussi. L'idée est sympa quand même, le rythme aussi, mais je crois que d'une part, la forme aurait pu être peaufinée, et de l'autre, et bien... je ne sais pas, plus de détails, peut-être !?

Pour mon goût personnel, il y a trop de retenue, pas assez de tournures poétiques, et un manque flagrant d'originalité.

C'est pas grave, c'est comme le reste, il faut pratiquer pour s'améliorer ;)

   BernardG   
4/7/2020
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Malitorne,

Le poème est bien tourné, c'est plutôt le thème qui m'enthousiasme peu.....Cette approche "adolescente" du sexe
féminin met un peu mal à l'aise, peut-être parce que le lecteur est
projeté trop rapidement dans une vision de"mort de faim".
J'ai trouvé habile les 2 derniers vers où ce sont les sens qui louent la balade.

Cordialement

Bernard G.

   Francois   
7/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Le poème est plutôt agréable et raconte une scène probablement imaginaire (encore que...), teintée d'érotisme. L'auteur ne tombe pas dans la vulgarité et arrive à nous faire sourire.
On peut critiquer la forme mais il s'agit de vers de 12 pieds, non césurés, pas des alexandrins donc...
On aurait pu imaginer deux autres conclusions : la jeune fille s'éveille (elle est "presque assoupie"), toute confuse et réalise l'indécence de sa tenue...
Ou, plus intéressant : elle ouvre les yeux, remarque le narrateur et l'invite à le rejoindre...

   Yannblev   
6/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Malitorne,

Vous prolongez et dédouanez un peu ce voyeurisme borderline en le transcrivant d’une manière souple et élégante… discret comme un chat vous n’en avez peut-être pas eu l’audace ? vous nous auriez alors décrit la suite avec le même raffinement… bel essai transformé aurait on annoté.

Merci pour ce partage

   Donaldo75   
8/7/2020
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Malitorne,

Ce type de poésie n'est définitivement pas ma tasse de thé. Au-delà de la scène et de sa narration que je trouve linéaire et trop descriptive, c'est la tonalité qui ne m'a pas enthousiasmé. Je trouve l'ensemble un tantinet vieillot dans l'expression. Pour moi, la poésie, même rimée et versifiée dans les canons traditionnels, c'est plus que de la forme, des mots les uns derrière les autres et assemblés en phrase, des images livrées à leur expression première. Ici, mon impression de lecture ne correspond pas à cette attente.

Une autre fois.


Oniris Copyright © 2007-2020