Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Miguel : Babyphobie [Sélection GL]
 Publié le 08/08/15  -  16 commentaires  -  658 caractères  -  262 lectures    Autres textes du même auteur

Une petite imprécation jubilatoire et très politiquement incorrecte.


Babyphobie [Sélection GL]



Ça braille au restaurant ; à l’église ; ça braille
Dans les trains, dans la rue, au spectacle… où que j’aille.
Quelque abri que je cherche, en vain toujours je fuis,
Cela braille à toute heure et partout où je suis.
Toujours il s’en trouve un pour meurtrir mon oreille ;
Si celui-là s’endort, un autre se réveille,
Et je trouve à la vie encor quelque douceur,
Tant que ces forcenés ne braillent pas en chœur.
De jour comme de nuit, au soleil comme à l’ombre,
Je suis persécuté par ces braillards sans nombre :
Où donc es-tu, savant, qui nous fabriqueras
Des bébés OGM et qu’on n’entendra pas ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
15/7/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
De jour comme de nuit, au soleil comme à l’ombre,
Je suis persécuté par ces braillards sans nombre :
Où donc es-tu, savant, qui nous fabriqueras
Des bébés OGM et qu’on n’entendra pas ?

c'est un cri du cœur

jubilatoire comme vous le dites

mais à mon humble avis

un peu trop direct

c'est très bien écrit mais

je ne décolle pas

pas de petites images

pas de fenêtres ouvertes vers l'inconnu

jai bien aimé

   papipoete   
9/8/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Voici un poème " braillant " de vérité; Qui n'a pas maudit l'auteur de ces vocalises en aigus, quand la nuit avançait à grands pas vers l'heure de se lever pour aller bosser! Et ce bon moment qui s'annonçait autour d'un délicieux repas au restaurant, un samedi-soir sur la terre, quand s'installa juste à côté un couple et son " braillard " chéri!
Votre dernier vers est même tendre par rapport à ce que notre esprit exaspéré, put tramer dans ces instants!
Puis bébé grandit, et se met à chanter, et l'on oublie qu'on l'a haï!
Ces alexandrins sont à la hauteur de ce cri du coeur!
J'avais commenté ces lignes en "aveugle" et voici la parution de ce "haut-cri" qui fête votre retour parmi nous, grands ou fort modestes rimeurs; depuis Juillet 2014, votre talentueuse écriture nous manquait, ainsi que vos commentaires si précieux!

   lala   
21/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Jublatoire ! Oui c'est le bon mot ! C'est à la fois inattendu et pourtant, je ne peux pas nier me reconnaître (un peu) dans ces audacieuses pensées !
Un peu dommage de passer de "ça braille" à "cela braille" ... ça fonctionnait bien !
Pour rester positive, je dirais bien qu'ils braillent en coeur ...
L'ensemble dans la forme est fluide et rythmé à souhait.

   Ioledane   
25/7/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Quel humour féroce ! Mais le parti pris "incorrect" est annoncé dès l'incipit, alors on l'accepte ou pas.
Au pire si l'on est dérangé par ce texte, pourquoi ne pas imputer au narrateur quelque traumatisme familial aussi terrible qu'inoubliable ? Mais plus modestement, qui n'a ressenti un jour l'envie d'échapper aux hurlements d'un bébé en colère ? ...
Pour ma part, je trouve la chose plutôt bien réalisée et amusante : la récurrence du mot "braille" (et de ses dérivés) nous agresse plaisamment, le style est fluide et l'ensemble bien mené. L'idée du bébé OGM et silencieux fait joliment froid dans le dos.
Belle réussite dans son parti pris.

   Anonyme   
31/8/2015
Bonjour Miguel
L’incipit nous prévient, un humour qui déraille jusqu’au bébé OGM, il fallait oser.
Mais oubliant le second degré, je sens une part de vérité. Il est vrai que parfois, on aimerait que le bébé que nous fûmes, se taise. Vivement qu’il parle, que l’on comprenne ses messages, c’est si doux d’être papy.
Merci pour ce bon moment

   Anonyme   
8/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Miguel ! J'entends déjà brailler les parents outragés qui n'auront pas tenu compte de l'incipit. Cela dit, un petit texte joliment tourné avec pour chute et remède un appel à la science, fallait le trouver ! Un humour un tantinet décapant pour dénoncer ces nuisances enfantines auxquelles seuls les durs de la feuille ont une chance d'échapper mais il faut bien que prime jeunesse se passe...
J'ai bien aimé, merci !

   Robot   
8/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Provocateur et humoristique: un texte qui sort des sentiers battus. Jubilatoire et pas si incongru que ça puisqu'il me semble avoir lu qu'aux USA un laboratoire proposait des pilules pour enfants agités qui étaient utilisées abusivement pour rendre "normaux" des mômes qui s'exprimaient de la manière dont tout bébé et jeune enfant l'a fait depuis l'origine... enfin je suppose car je n'ai pas vécu au temps de Neandertal... encore que la taloche devait servir aussi de calmant à l'époque. "OUIIIINNNN ! (second degré)

   Anonyme   
8/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Eh bien moi je dis qu'il faut oser crier son exaspération.
On a beau les aimer (quand ils se taisent), il faut bien avouer que souvent ils exagèrent.
Bravo, pour cet humour décomplexé. !

Le passage de "ça braille" à "cela braille" m'a un peu déçue. Sinon, le rythme accroit l'énervement. C'est très bien.

   Hananke   
8/8/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour et bon retour Miguel

Ah ça pour brailler, ça braille ! C'est un phénomène de société.

Au restaurant, oui, à l'église, je ne sais, ce n'est pas trop mon coin.

Quelques bonnes choses :

Tant que ces forcenés ne braillent pas en chœur
Je suis persécuté par ces braillards sans nombre

On peut juste regretter le manque d'envolée lyrique et d'épaisseur
pour ce long cri même si la chute est bonne.

   Gemini   
9/8/2015
Salut Michel,
Moi non plus je n'aime pas les grandes gueules. Et j'attends moi aussi avec stoïcisme qu'on invente la pilule à les faire taire. En attendant, ces braillards nous les gonflent. Au bout du compte, les mômes c'est comme les vieux : il faudrait les tuer dès la naissance.
Je ne sais pas ce qui préside au classement de ce texte en contemporain, peut-être la seule présence de l'acronyme qui sonne si mal le classique ? La surutilisation du mot en cause (braille, mot d'aveugle) ? En tout cas, on sent que tu t'es fait plaisir.
J'aurai une remarque sur la balance du vers 9 ; "jour, nuit / soleil, ombre" qui, et c’est un comble, me semble peu contrastée. Peut-être aussi, au dernier vers, un autre mot que "bébés", lardons par exemple pour mieux exprimer ton aversion de la classe biberon (que tu fais bien par ailleurs au vers 4, avec "cela"). Enfin, vu la catégorie, tu aurais pu t’offrir une césure loupée pour mieux dire : « Des lardons OGM que l’on n’entendra pas. ».
A plus.
PS : Je te trouverai un autre titre... L'oral (l'anal) et les cris ?

   Lulu   
9/8/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je ne savais pas que la babyphobie existait à ce point... J'en suis fort étonnée. Je le suis d'autant que j'adore les bébés et que je suis toujours charmée d'en entendre un pleurer... "Comme c'est mignon..." me dis-je le plus souvent.

Indépendamment de cela, j'ai bien aimé votre poème parce qu'il est bien écrit. Il sonne "classique" et ce n'est pas pour me déplaire. Du reste, je prends ce que vous dites avec humour avec recul et n'ai pu m'empêcher de sourire au cours de ma lecture.

   Arielle   
9/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un petit billet d'humeur et d'humour vache qui réjouit mon âme de grand-mère indigne ! Impeccable dans sa forme comme une couche-culotte bien ajustée.
Je suis pour la suggestion de Gemini aux petits lardons frits dans les OGM.
Bravo pour ce retour en beauté !

   Anonyme   
9/8/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

alors sur la forme c’est assez marrant.

Pour le fond si vous parlez des bébés… je me demande où vous vivez, à proximité d’une maternité peut-être, car par chez moi c’est assez supportable.
Si vous parliez des petits enfants par exemple lorsqu’ils crient tous en même temps dans les cours d’écoles primaires, moi je trouve ça touchant, mais bon je ne suis pas instit et j’apprécie d’autant plus que je suis à distance respectable, j’admets.
Donc grosso modo je ne suis pas convaincu par ce texte, pas emporté, un peu agacé même, mais très peu. Pourquoi ?
Peut-être parce que comme vous je suis assez (de plus en plus) sensible au bruit et je ne suis pas sûr, loin s’en faut, que ce soient les bébés les plus bruyants…rien que les automobilistes ou les motards (les motards sont souvent pires), les artificiers du 14 juillet aussi me les cassent (les oreilles entendons-nous bien), bon un mois par an…
Quant aux OGM, ben sans doute que la chimie peut déjà aider les mal embouchés à baigner d’aise dans le bruit des autres, faut que je me renseigne...

Sans acrimonie aucune.

A vous relire.

Corbivan

   OH2Warenghien   
30/8/2015
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↓
Poésie sans profondeur, où les rimes sont téléphonées..., copie à revoir!

   Blacksad   
31/8/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Amusant sur le fond. Un peu d'anti-politiquement correct sur le sujet des petis nenfans qui sont trop meugnons... ça fait jamais de mal. Parole de papa.

Sur la forme, c'est bien écrit notamment sur le rythme de diction que j'aime bien. Par contre, les rimes sont un peu faciles, était-ce nécessaire d'en faire du coup ?

Je le prends comme un texte léger, humoristique et sans autre prétention. Mais ça fait du bien aussi =)

   Cidjy   
10/6/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
C'est ni plus ni moins excellent.
Vif, rapide , incisif. Génial
J'attends une suite !!!!....Non......, je vais me permettre de l'écrire et de vous la soumettre !


Oniris Copyright © 2007-2018