Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Miguel : La Rose et la Violette
 Publié le 21/04/13  -  14 commentaires  -  800 caractères  -  374 lectures    Autres textes du même auteur

Fable à morale implicite.


La Rose et la Violette



La Rose, icône du jardin,
Accablait de son fier dédain
La frêle et tendre Violette :
"L'herbe dépasse votre tête ;
Les pieds vous foulent sans vous voir ;
Vous ne sauriez nourrir l'espoir
D'être admirée une seconde,
Tandis qu'aux hommages du monde,
Comme symbole de l'amour,
Ma splendeur a droit chaque jour !"
Et sous l'azur plein de lumière
Elle riait, brillante et fière,
Lorsque les pas d'un jeune oisif
Le menèrent à ce massif.
Son regard sur elle se pose :
"Vit-on jamais plus douce chose ?"
Songe-t-il, soudain transporté ;
"Viens, beauté, ravir ma Beauté !"
Et pour l'offrir à son amante
Il cueillit la Rose charmante,
Laissant à son sage destin
La plus humble fleur du jardin.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ioledane   
6/4/2013
 a aimé ce texte 
Bien
Une fable classique à la morale sans surprise, mais de facture agréable à défaut d'être originale.
Deux choses m'ont un peu gênée :
- le passage soudain au présent, après le passé simple, puis retour au passé simple (cela se voit parfois mais pour ma part je n'aime pas du tout, d'autant qu'ici cela semble dicté par la nécessité de la rime)
- la rime amour / jour, très convenue.
Sinon le style est fluide et passe bien.

   wancyrs   
7/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Moralité : les belles choses sont éphémères car on les sacrifie à nos besoins égoïstes :):)
Qu'elle est belle, la fluidité qui découle de ces vers... mais le narrateur prend trop de place, et pour moi, c'est une erreur qu'il n'ait pas donné la parole à la violette, ce qui est légion dans toute fable qui se respecte. Dommage !

   merseger   
9/4/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une jolie fable sur un thème très classique ( au sens de mille fois traité) mais à qui l'écriture charmante et surannée, extrêmement soignée donne toute sa valeur. C'est ciselé et à défaut d'originalité montre combien le soucis artisanal de créer du beau avec simplicité, sans envol de manches excessif peut atteindre son but. J'ai un doute sur l'absence de diérèse à "sauriez".

   Anonyme   
21/4/2013
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,
Je ne sais pas. Je reste assez mitigée avec votre poème. Il me manque quelque chose.
C'est joliment écrit mais voilà...c'est tout.
Je crois que même si nous avons saisi la morale, vous auriez pu nous l'offrir sous la forme de quelques vers de plus.
Vous voyez ce poème, je le verrais bien enseigné dans une école primaire. Un bon outil mais pour moi pas abouti.

   Anonyme   
21/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Hola Miguel ! Quoi de plus agréable que d'ouvrir ce dimanche de printemps par une si jolie fable fleurie ?

Sujet rebattu il est vrai mais qu'importe ! L'écriture est fluide, la rose pédante comme il se doit et la violette tellement effacée qu'elle n'ose point se manifester... Belle métaphore mais la morale est sauve !

Je ne regarderai plus les humbles violettes qui fleurissent le long de mes haies avec les mêmes yeux mais je ne peux pourtant pas condamner les orgueilleuses roses qui les dominent tant j'aime ces dernières...

Un poème qui a tout pour me plaire et pour lequel je remercie sincèrement son créateur...

Edit... Enivré par la senteur des roses, je n'avais point vu cette malheureuse diérèse non appliquée à "sauri/ez", qui pourtant l'exige, mais la perfection n'étant pas de ce monde, mon pardon vous est tout acquis ! Allez en paix mon fils...

   leni   
21/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est conventionnel et rigoureux C'est un sujet mille fois traité Mais le charme du texte a vite pris le pas à la deuxième lecture Simple: L'herbe dépasse votre tête..Les pieds vous foulent sans vous voir..J'aime Viens ,beauté,ravir ma Beauté...Comme quoi deux virgules et une majuscule ça compte Et puis la Rose a droit à sa majuscule...Merci pour elle Et j'aime la sonorité du dernier vers :"La plus humble fleur du jardin" Un excellent moment... subtil Merci à vous Leni

   Mona79   
22/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Rien n'est plus sympathique que de donner la parole aux animaux ou aux choses. Et sous forme de fable, dont la morale est toujours présente, c'est tout simplement exquis.
Malgré la facilité du style qui coule comme une évidence, nous savons bien que cette facilité n'est qu'apparente, un travail certain est nécessaire pour obtenir un tel résultat. Je suis d'accord avec Merseger, sauri-ez qui est un verbe devrait faire diérèse. Mais ceci est votre choix d'auteur. Nous n'allons pas, comme la rose, perdre la tête pour si peu... la modestie est de rigueur ! Merci pour cette fraîche lecture printanière.

   pieralun   
21/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Miguel,

J'ai toujours admiré tes fables.
Celle de " La mouche et les Dieux ".....je crois, était sincèrement un petit chef d’œuvre.
Celle-ci est fraîche, sans prétention, mais on y retrouve l'écriture d'un vrai poète....., cela n'a pas de prix.

   Marite   
21/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Tout en simplicité (apparente) et en fluidité, cette petite fable classique se lit avec plaisir. Comme Wancyrs, j'aurais cependant aimé entendre la Violette. Bien qu'elle soit réservée et timide, elle aurait certainement trouvé les mots qui aurait pu faire vaciller l'arrogance de la Rose. Mais aussi, une fable plus longue nous aurait moins séduit.

   troupi   
24/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il peut être dangereux de vivre en étant trop séduisant, attirer la convoitise et mourir tandis que discrète la violette continue sa vie tranquille. Superbement bien écrit.

   Anonyme   
6/5/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
j'ai trouvé la fable bien écrite .La douceur de la violette et l'amour transportant d'une aimée ,voici les clés d'un merveilleux amour .

   luciole   
5/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour. J'admire cette clarté de l'expression qui n'empêche pas l'émotion. J'ai beaucoup aimé le vers ""Viens, beauté, ravir ma Beauté !
Peut-être manque-t-il quelques vers supplémentaires pour la morale, même si chacun la comprend.
En tout cas, ce poème a de l'allure.

   Francis   
5/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un printemps précoce aurait-il fait ressurgir la rose altière et la discrète violette dans les jardins d'Oniris ? Oui, cache tes atours si tu ne veux pas rejoindre le vase et le bouquet ! Pour vivre heureux, vivons cachés !
J'ai aimé cette plume au service de la fable.

   jfmoods   
14/4/2018
Cette fable, composée de 22 vers en octosyllabes, est à rimes suivies, suffisantes et riches, tour à tour masculines et féminines.

Les 12 premiers vers mettent en scène la relation entre les deux protagonistes de cette petite histoire, les majuscules ayant vocation à catégoriser les comportements.

La rose est assimilable à une femme de haute noblesse (métaphore laudative : "icône du jardin").

La violette, à l'aspect plus réservé (adjectifs qualificatifs : "frêle et tendre"), s'apparenterait plutôt à une fille du peuple.

La fleur à blason entend bien imposer sa suzeraineté ("Accablait de son fier dédain", "Elle riait, brillante et fière") à sa vassale, la fleur de basse extraction (périphrase assortie d'un superlatif : "La plus humble fleur du jardin").

Structuré par un jeu d'opposition, le discours direct qui jalonne les vers 4 à 12 illustre l'étendue du mépris affiché. D'un côté, le sol où l'on n'est rien ; de l'autre, les hauteurs où chacun peut vous encenser.

Cependant, si cette exposition aux regards flatte l'orgueil de la rose, elle la fragilise tout autant en la laissant à la merci de toute mésaventure ("Il cueillit la Rose charmante").

À l'aune de l'humanité commune, cette fable invite à la modestie. Une trop grande estime de soi conduira l'individu à sa perte.

Merci pour ce partage !


Oniris Copyright © 2007-2018