Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Forums 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Miguel : Le Chameau et le Dromadaire
 Publié le 29/10/22  -  26 commentaires  -  774 caractères  -  280 lectures    Autres textes du même auteur

Est-on toujours le mieux placé pour critiquer les autres ?


Le Chameau et le Dromadaire



Un Chameau, qui n’avait jamais vu de miroir,
Pouffait sans retenue au dos d’un Dromadaire :
« Dieu, que cette éminence est donc plaisante à voir !
Je n’en puis trop louer l’heureux propriétaire !
Elle est pour le guetteur une place de choix :
Si le désert un jour vient à manquer de dunes,
À louer son échine au tracé de guingois,
Mon tortueux ami gagnera des fortunes. »
Et, comme Cyrano raillant son propre nez,
Quoique avec moins de verve et plus de suffisance,
Il allait poursuivant de ses traits obstinés :
« Quel charme sans pareil ! Quelle rare élégance !
Nul doute qu’Apollon jalouse tant d’appas »,
Et croyait de la sorte égayer l’assistance :
Mais on riait de lui, qui ne se voyait pas.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
14/10/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

J'ai très sympa votre petit poème à la façon Monsieur de la Fontaine rencontrant Edmond Rostand. Les rimes sont nettes et élégantes.

Merci pour cette lecture amusante et gratuite.


Anna en EL

   socque   
17/10/2022
 a aimé ce texte 
Bien
La paille et la poutre, quoi. J'ai trouvé l'argument amusant, les vers enlevés, les rimes bien menées : assurées, efficaces, naturelles. Que demande le peuple lecteur ?
Eh bien, pour ma part, dans une fable versifiée j'attends des ruptures de rythme qui apportent une fantaisie supplémentaire, une signature « ceci est une fable » tout comme la majuscule systématique en début de vers constitue une signature « ceci est une poésie en vers classiques ou néo-classiques ». Alors, quand je lis une fable tout en alexandrins, il me manque quelque chose ; je comprends que cela m'est sans doute personnel.

   pieralun   
18/10/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Hormis la ponctuation, bien trop présente, j’ai lu avec beaucoup de plaisir cette petite fable.

L’idée est excellente, vraiment: il fallait y penser.

L’écriture ne l’est pas moins et les traits d’humour ne manquent pas:
- si le désert un jour vient à manquer de dunes
- ou comme Cyrano raillant son propre nez

Je mets un petit billet sur Miguel

Pieralun en EL

   Myo   
29/10/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ah, il est tellement plus simple de voir "la paille dans l'œil du voisin que la poutre dans le sien "

Bravo pour l'idée lumineuse et la mise sous forme de fable qui lui sied à merveille.

Un petit bémol pour " Pouffait sans retenue au dos d'un Dromadaire"
.. ce serait plutôt "du dos" mais il faut alors modifier le vers.

Mais un grand bravo pour le reste.
J'adhère ( comme la meilleur colle qui soit, la Drom ... car la drom adhère ... hm, je sors... ;-) )

Myo

   Corto   
29/10/2022
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Un gentil poème pour enfant jusqu'à 10 ans. Pourquoi pas ?

A première vue les rimes sont en place, les pieds sont en rangs bien ordonnés, mais je laisse les Sorgéliens se prononcer.

Une fable est une fable, la morale qu'ont peut en tirer n'est pas ici trop compliquée.
Comme une leçon de respect et de modestie c'est d'ailleurs là son meilleur atout.

   wancyrs   
29/10/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Salut Miguel,

Un poème qui illustre bien le "Avant d'ôter la paille dans l'œil de ton frère, ôte d'abord la poutre dans le tien" de Jésus-Christ. Je sais, je sais, on va encore me taxer de celui qui veut évangéliser, mais que voulez-vous ! Le chameau (deux bosses) se moque du Dromadaire (une bosse), ignorant qu'il en a deux. Bon, c'est un peu de la fable car même s'il n'a pas de miroir ce chameau, il peut quand-même voir son semblable chameau et conclure qu'il a deux bosses, mais bon... les personnes qui sont concentrées à se moquer des autres ne voient rien, même pas les évidences.

Merci pour ce rappel, Miguel. Le phrasé est un peu obsolète, mais on est au classique, une forme qui vit de souvenances...

Wan

   Hananke   
29/10/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

La Fontaine au goût du jour ou l'hôpital qui se moque de la Charité.

Un petit texte amusant avec son penchant vers Cyrano.

Peut-être qu'une ponctuation un peu plus discrète aurait fluidifié
davantage la lecture de ce poème.

Mais bon, une plaisante lecture qui nous remémore tant de souvenirs
écoliers.

   Cristale   
29/10/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Miguel,

Ah ! quel chameau ! Ce n'est pas la compassion qui l'étouffe.
Mais, si dans dans son désert point de lac où se mirer, la faute est à moitié pardonnée.

Une petite fable sympathique qui rend hommage également à quelques célèbres classiques.

Merci pour ce plaisir de lecture,
Cristale

   Mokhtar   
29/10/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Petite fable drôle et sympathique qui déclenche un rire amusé.

Le style est aisé et adopte avec brio le style de la tirade du nez de Cyrano.

L'anicroche du second vers et l'excès de ponctuation déjà signalés ont mon modeste aval.
Mais inviter l'auteur à re-bosser serait un peu chameau.

Merci Miguel de nous avoir fait sourire

   poldutor   
29/10/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Miguel
J'ai bien aimé ce poème/fable.
Si en lisant on veut mettre le "ton" (comme on nous le demandait en CE2), votre ponctuation est parfaitement adéquate, elle ne m'a pas gêné, bien au contraire...
Je suppose que l'on n'enseigne plus "l'art" de ponctuer, afin de rendre un texte compréhensible. Les textes très peu "ponctués" favorisent certainement l'entrainement à l'apnée mais pas le rendu de la poésie...
J'ai aimé le clin d'œil à Cyrano.
Bravo
Cordialement
poldutor

   GiL   
29/10/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Miguel,

Jolie petite fable, ma foi, sur une idée originale. Rien à dire sur les vers, parfaits comme d’habitude. J’aurais un peu tendance, comme socque, à regretter l’octosyllabe mêlé à des vers plus courts qu’on associe généralement à la fable, mais je reconnais qu’ici l’alexandrin, dans son style légèrement suranné, fleure bon le Grand Siècle.

Je n’ai rien perçu de choquant au deuxième vers : primo, « au dos de » est une locution synonyme de « derrière » ; deusio, « pouffer », verbe intransitif, n’a pas de complément, pas plus que « s’esclaffer » : on ne peut pas dire « pouffer de qqn »… Quant à la ponctuation, elle ne m’a pas gêné ; on pourrait peut-être à la rigueur se passer des virgules à la fin des vers 9 et 13...

Merci de m’avoir mis de bonne humeur pour la journée.
GiL

   Ornicar   
29/10/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Miguel,

Touchez ma bosse, monseigneur ! Eternelle parabole de la paille et de la poutre au royaume des camélidés dans une courte fable, ni trop longue, ni trop courte.
L'argument est des plus simples, voire des plus simplistes : l'un se moque de l'autre, porteur d'une bosse, sans voir et sans savoir que lui même en a deux.
Le texte est véritablement excellent, scénographique comme doit l'être une fable, éminemment drôle et cocasse avec ce monologue du chameau, ce clin d'oeil à Cyrano convoqué en plein désert, où pour le coup se presse toute une "assistance"qu'on imagine aisément rire aux éclats.
Le tout est servi par une langue magnifique, savoureuse, à la fois précise, concise, imagée, au charme légèrement suranné, d'une constante élégance.
Un véritable régal qu'il serait snob de vouloir bouder !

Ornicar

   Lebarde   
30/10/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Miguel
Beau poème/fable classique parfait sur le plan technique que les plus irascibles et intransigeants sont bien obligés de reconnaître, même du bout de la plume .
Bravo et merci monsieur le professeur d’assurer avec autant de brio la survie de ce genre de poésie si difficile à écrire ….et à faire reconnaître à sa juste valeur.
La reprise du proverbe sans âge «Voir la paille dans l’œil du voisin …. » en mettant en scène des personnages/animaux est originale et bien vue avec un écriture simple et limpide.
Rien à dire, j’aime bien évidemment.
Merci.
Lebarde

   inconnu1   
30/10/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Jolie fable sur le thème, à la technique parfaite et la morale toujours d'actualité. J'ai du mal à voir le parallèle entre Cyrano et notre chameau. Cyrano fait de l'autodérision, du second degré alors que, si j'ai bien compris, notre chameau n'a pas conscience de sa bêtise.

Bien à vous

   Yannblev   
30/10/2022
Bonjour Miguel,

Toujours sympa l’exercice de la petite fable. D’autant qu’ici la construction est particulièrement soignée, ce qui dans le genre est une qualité évidente. On lit sans obstacle et la « morale » à prouver est limpide et inévitable. L’exercice est donc vraiment bien réussi.

   Lotier   
30/10/2022
Ce chameau parvient à l'exploit de déblatérer en blatérant : respect !
La morale, du « balaie devant ta porte » à « connais-toi toi-même » ( en cherchant bien), me laisse un peu sur ma faim. J'aurais volontiers vu une petite prolongation vers « tout est question de perspective », voire « à chacun sa vérité » . Exemple :
Le cheval qui suivait acquiesça d'arrogance :
Ils sont laids tous les deux, même bosse perchée,
De sa position, pas une différence…

   Anonyme   
31/10/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Miguel,

Une petite fable plaisante et ma foi amusante, qui plus est en vers classiques techniquement maîtrisés.
On voit toujours les défauts chez les autres sans forcément voir les siens.
Une lecture agréable

   Anonyme   
31/10/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le nez de Cyrano est une dune, que dis-je une péninsule, mais c'est dommage d'avoir mis en regard sa tirade en regard, car par la comparaison elle amoindrit l'humour de votre texte et on se demande s'il y a une mise en abyme "humble".
Reste de nombreux traits d'humour qui valent largement la peine "Si le désert un jour vient à manquer de dunes", "Nul doute qu’Apollon jalouse tant d’appas".
La présence d'une assistance arrive trop tard à mon avis, son introduction aurait été préférable dès avant la première réplique. La seconde réplique n'est pas assez longue, après nous avoir mis en appétit.
Pour faire La Fontaine, il faudrait aussi une action : le chat qui mange le rat qui se croyait aussi fort que l'éléphant, le fromage qui tombe du bec du corbeau. Ici, une assistance simplement se rit du Chameau.

   cherbiacuespe   
31/10/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
En voici un qui mérite sa place au sommet des dunes humoristiques. La plume est acérée, le verbe fouette sans pitié, la moquerie se cache partout jusque dans sa morale. Il faut le mettre entre toutes les mains qui se pensent à l'envers du ridicule. Heureusement, celui-ci ne tue plus depuis longtemps.

Diablement bien écrit, court et efficace, poésie qui se laisse lire facilement et qui batifole dans la bonne humeur bien grinçante. Du tout bon !

   senglar   
31/10/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Miguel,


Très plaisant à lire ce poème moralisant où l'on voit la paille qu'il y a dans l'oeil de l'autre et non pas la poutre qu'il y a dans le nôtre. Voici donc un doublement bossu (qui n'est pas sans rappeler un roi nu) qui raille un mono bossu, se rendant de ce fait doublement ridicule.
Si le dromadaire n'a qu'une bosse et mauvais caractère il n'en est pas moins le vaisseau du désert, l'autre qui en a deux n'a à faire valoir que le lait de chamelle et est passé dans la langue populaire comme un très sale trait de caractère. Il a ici le mauvais rôle et c'est bien normal.
Je retiendrais en seconde leçon que l'apparence tout comme l'habit ne fait pas le moine. Ce qui veut dire que tu m'as rappelé deux leçons fondamentales à moi qui portant n'ai aucune bosse pas même celle des maths.

J'ai bien apprécié !

   papipoete   
1/11/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Miguel
" tu t'es vu ?
- non, pourquoi ?
- pour rien... toi qui te fous de cette bosse du chameau ! "
NB un Miguel fabuliste pour nous faire sourire, sans se griller les neurones et des lignes qui font mouche comme :
" nul doute qu'Apollon jalouse tant d'appas "
Un petit texte sans prétention, ne soulevant aucune tempête " religieuse ou artistique ! "

   EtienneNorvins   
1/11/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Drôle matière jouée sur un virtuose chalumeau...
Mais tout est déjà dit en commentaire et l'on vient trop tard. Juste le plaisir d'une appréciation reflétant le plaisir qu'on prit à la lecture :)
Merci !

   Robot   
1/11/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une fable dont j'ai apprécié la forme et le fond.
L'écriture est pourvue d'un dynamisme qui convient bien au sujet.
Quant à la morale à tirer elle se résume dans le dernier vers.

   Donaldo75   
1/11/2022
Salut Miguel,

D’ordinaire je suis friand de fables ; ici, je suis mitigé. Je ne sais pas si je la trouve trop courte – tiens, ça me fait penser à un jeu de mots du dessinateur scénariste Greg dans un Achille Talon où le titre était trop marrant et suranné en même temps : « c’est un peu court sire cuistre » mais il est vrai que j’avais quatorze ans quand je l’ai lu alors ça explique ma crise de rire – ou pas assez mordante toujours est-il qu’elle recèle un vrai potentiel comique – un peu comme dans les dessins animés de Hanna-Barbera Productions comparés à ceux de Tex Avery qui eux transforment ce potentiel en réalité. C’est bien vu de toucher au chameau et au dromadaire, deux camélidés dont nous avons toujours du mal à dire qui de l’un est l’autre et inversement et dont le physique n’exerce pas la même fascination auprès des esthètes et les poètes que les chevaux pourtant des animaux cons comme la Lune. J’aurais bien vu un style plus percutant au lieu de rester dans le registre à l’ancienne au risque de transformer un pastiche en potiron (Halloween a laissé des traces) et de résonner daté, de sembler poussiéreux dans le style. La fable, cela peut rester moderne également dans la forme. Envoyer des sondes sur Pluton ou calculer l’âge de l’Univers n’empêche pas les formes classiques de poésie et peut même en inspirer des thèmes ou des styles différents de ce que l’écolier français lit depuis des lustres ou qu’il a été forcé d’ingurgiter de force.

Bon, je vais m’écouter un petit concert de luth pour accompagner ce commentaire.

   StephTask   
6/11/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Miguel,

En tant qu’expert proclamé en camélidés, depuis que j’ai effleuré le sujet jadis à Madère, il m’était impossible de ne pas commenter ce poème. Il est dense, diablement bien écrit et rend hommage dans sa structure à la fois au théâtre et aux fables. D’ailleurs, si la catégorie fable devait être ajoutée au menu d’Oniris, nul doute que ce texte trônerait fièrement dans cette catégorie. Merci pour ce vaisseau de rimes qui a traversé mon désert.

   Lavekrep   
19/1/2023
Modéré : Commentaire trop peu argumenté.


Oniris Copyright © 2007-2023