Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Miguel : Va où ton cœur te mène
 Publié le 20/10/21  -  10 commentaires  -  654 caractères  -  221 lectures    Autres textes du même auteur

Pour la liberté d'aimer.


Va où ton cœur te mène



Ta façon d’être heureux, c’est toi que ça regarde :
Aime qui tu voudras, homme, femme, ou les deux.
Qu’on approuve ton choix ou qu’un sot le brocarde,
Prends le bonheur sans bride, et surtout, donne-le.

L’amour est une tendre et magnifique rose,
Quels qu’en soient le velours, le parfum, la couleur.
Si celle-ci te plaît, où ton regard se pose,
Cueille-la sans attendre, et sans honte, et sans peur.

Pratique les vertus de la nature humaine :
Sois juste, charitable, honnête et fraternel.
Le reste t’appartient : va où ton cœur te mène,
Et la voix qui t’émeut, réponds à son appel.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   poldutor   
6/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Très belle complainte, ode à l'amour.
Comme disait Félix Leclerc (je crois) :
"Quand les hommes vivrons d'amour..."
J'aime bien cette façon d'encourager à aimer :
" Aime qui tu voudras, homme, femme, ou les deux."

le deuxième quatrain est une belle définition de l'amour :

"L’amour est une tendre et magnifique rose,
Quels qu’en soient le velours, le parfum, la couleur.
Si celle-ci te plaît, où ton regard se pose,
Cueille-la sans attendre, et sans honte, et sans peur."

Le troisième quatrain sublime les vertus humaines et les deux derniers vers sont ceux que je préfère:

"Le reste t’appartient va où ton cœur te mène,
Et la voix qui t’émeut, réponds à son appel"

   papipoete   
8/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
contemporain
Tu cherches le bonheur, celui qui fait battre le coeur ; quels que soient les yeux qui t'invitent, masculin ou féminin, souris-leur et profite de la vie ! N'est que la méchanceté d'un regard, ou des paroles de haine qui te fassent te détourner... mais si ton amour est une rose, cueille-le pour tout ce qu'il représente, paix et beauté !
NB un poème sur la tolérance, l'acceptation de la différence dans un corps où bat un coeur empli de bonté, charité à partager !
" ta façon d'être heureux " va bien à ce texte, que des vers si doux portent de belle façon !
Chaque strophe est louange, et la seconde est ma préférée !
Dommage ce choix de rimes dans le premier quatrain ( deux/donne-le ) car l'ensemble put viser la forme " néo-classique " ( les dodécasyllabes ne comportent pas de faute ! )
papipoète

   EtienneNorvins   
11/10/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Une belle ode à l'amour, au bonheur et à la tolérance ... même si le premier vers semble un brin prosaïque - et masculin ('heureux')...
Bien que peu original sur le fond, j'aime beaucoup le deuxième quatrain, qui fait résonner de jolis échos (ah ! Ronsard...). Plutôt que sans 'peur' toutefois, qui est un peu redondant après 'honte', je suggèrerais 'pudeur' qui filerait l'érotisme un peu échevelé du 2ème vers / 1er quatrain.
Le dernier quatrain fait peut être entendre un bref dialogue entre agapê et éros - le premier réduit à une injonction (à nouveau très masculine... : 'fraternel') alors que le second signifierait 'liberté' ? Heureusement que le vers final emporte l'adhésion avant qu'on y ait trop réfléchi, car il n'est pas sûr qu'il faille toujours répondre à l'appel d'éros...

   Vero   
20/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Miguel,

Très bel écrit prônant l'amour, le bonheur, la tolérance, le respect, le soutien et la liberté d'aimer.
Bref, un tout presque utopique, parfois, si je m'en tiens à ces deux alexandrins en particulier :

Pratique les vertus de la nature humaine :
Sois juste, charitable, honnête et fraternel.

Mais bon, l'espoir fait vivre.

J'ai beaucoup aimé le message qu'a voulu transmettre l'auteur au lecteur et beaucoup devraient s'en imprégner.

Beaucoup d'élégance et de douceur dans ces vers.

   Hananke   
20/10/2021
Bonjour

Un bon texte contemporain même si je suis persuadé qu'il aurait du
être classique en changeant simplement ce : donne-le mais bon
c'est le choix de l'auteur, on ne va pas le contrarier.
Une belle philosophie est décrite ici mais justement cela me gêne
quelque peu, car la réalité est bien loin de cette volonté exprimée.

Ce texte me semble un prêche dans le désert, ce pourquoi, je n'y
suis guère sensible ou pas plus que ça. Peut-être trop utopique
pour mon esprit.

Disons que j'ai passé l'âge de croire au Père Noel.

   Vincendix   
20/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Miguel,
Bien d’accord, l’amour est un sentiment inaliénable quel qu’il soit mais mon expérience de la vie et mes quelques connaissances dans le genre humain modèrent mon enthousiasme, il est souvent confondu avec des pulsions moins nobles.
J’apprécie l’écriture et l’intention.
Vincent

   Cristale   
20/10/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Miguel,

La rime "deux" "donne-le" (bof), un petit hiatus "va où", on est presque juste mais c'est peut-être le souhait de l'auteur.

J'ai aimé la fluidité du discours, la syntaxe avec une petite préférence pour le deuxième quatrian.

Lire "du Miguel" est toujours un moment agréable de poésie.

Merci pour ce partage.
Cristale

   Donaldo75   
20/10/2021
La forme est travaillée - je rejoins les deux autres commentaires qui soulignent que c'est dommage de ne pas l'avoir peaufiné en classique mais évidemment je respecte le choix de l'auteur qui nous expliquera probablement pourquoi - et rend bien hommage au thème. Concernant ce dernier, je ne suis pas fan de ce type de message délivré de cette manière; cela me donne un peu trop l'impression d'assister à un prêche ou alors à une forme discourue d'allocution dans une association caritative. Ce n'est pas une critique, juste mon retour de lecture. J'attendais peut-être plus de lyrisme et moins de fleurs bleues dans le traitement de ce sujet.

   Hiraeth   
21/10/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Je dois avouer que ce n'est pas le meilleur poème que j'ai lu de Miguel. Sans doute d'ailleurs est-ce un texte de jeunesse, dont on peut admirer la candeur et que tout le monde approuvera sur le fond ; mais sa forme (bien que maîtrisée assurément : claire, simple et sans fioriture dans le pur amour de l'esprit classique) peine à nous secouer et à renouveler notre vision. Le vers 5 notamment est trop cliché, même si le suivant introduit un peu de nouveauté.

Les rimes m'ont plu, y compris la rime "deux" / "donne-le", j'ai trouvé qu'elles coulaient toutes naturellement sans paraître forcées. J'ai apprécié la tonalité familière (au sens d'intime, proche) du premier quatrain qui va droit au but, comme un ami qui nous donnerait franchement son avis ; j'ai moins aimé par contre le ton du dernier, qui m'a paru un peu trop didactique, un peu trop surélevé. C'est une question de goût : les voix poétiques qui prennent des allures de maître à penser ont tendance à m'agacer.

Dans l'ensemble cependant, ce fut une lecture agréable, comme toujours avec Miguel (je rejoins par là Cristale).

   Doute   
21/10/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Le poème est plutôt bien écrit (je ne m'aventurerai pas à faire de critiques sur ce point là puisque je ne suis pas assez douée en poésie pour cela).
En revanche, le thème m'a paru quelque peu simple et cliché... Pour moi, il me paraissait trop "soyons gentils, aimants, fraternels et le monde sera beau" (si je l'ai bien saisi en tout cas). Je n'ai pas du tout apprécié le vers "l'amour est une tendre et magnifique rose"... trop naïf, trop romantique éperdu... de plus j'ai déjà lue cette phrase un bon nombre de fois, autant dans des poèmes que dans des romans. Ce qui est dommage puisque les 3 vers suivants de la strophe sont intéressants et transmettent bien l'idée !
J'ai particulièrement apprécié la première strophe.
En bref, une écriture que j'ai apprécié, mais je n'ai pas accroché au sujet, ce qui me semble être davantage de ma faute que celle de l'auteur.


Oniris Copyright © 2007-2020