Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MissNode : Chouette [Sélection GL]
 Publié le 24/08/19  -  14 commentaires  -  605 caractères  -  197 lectures    Autres textes du même auteur

En forêt de chênes, l'automne, en Cévennes.


Chouette [Sélection GL]



l’eau est passée avec ses baguettes magiques
elle a déposé sa poussière verte
pour épouser la pierre
la confondre à la mousse
l’inclure à la verdure

et le ciel est passé avec ses poudres d’étoiles
il a déposé ses voiles diaphanes
pour épouser les collines
les confondre aux nuages
les inclure à la brume

la pierre est passée avec ses rugosités grises
elle a déposé ses graines de granit
pour épouser les chênes
les confondre aux lichens
les inclure à la roche

le gecko me l’a dit
la chouette a répondu


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
28/7/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voici une très belle manière d'observer et d'interpréter la nature, surtout lorsqu'on s'immerge dans une forêt de chênes.

Le narrateur est inspiré, en s'extrayant des contingences du temps pour définir à sa manière le rôle de chacun des éléments.

Joliment, l'eau, le ciel puis la pierre jouent leur rôle pour construire cette étonnante nature que l'on remarque si complexe et merveilleuse.

Une nature qui nous invite à la humer, la caresser, à lui dire combien on se trouve bien avec elle, en elle.

Le final qui vient en clin d’œil au titre qui nous avait appelé est le complément discrètement animal à la description minérale et végétale qui nous envoûte.

Grand bravo à l'auteur pour cette balade.

   poldutor   
29/7/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,
Belle évocation de l'automne, tout est silence, calme.
J'aime : l'eau....a déposé sa poussière verte"
" ...et le ciel est passé avec ses poudres d’étoiles"
Poésie rafraichissante...
Cordialement.
poldutor en E.L

   Lebarde   
29/7/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Description naturaliste d’une grande délicatesse témoignant d’un sens de l’observation d’une grande justesse.
La première strophe est sur ce point magnifique:
« elle a déposé sa poussière verte
pour épouser la pierre
la confondre à la mousse
L’inclure à la verdure « 

La répétition dans chaque strophe des mots, des formules, de la même dissymétrie des vers donne à ce poème libre une originalité et une musicalité, plaisamment ressentie à la lecture.
Une jolie écriture que j’ai appréciée.
Bravo pour ce travail
En EL

Lebarde

   Gabrielle   
31/7/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Une symbiose où l'eau, le ciel et la pierre prennent vie et ne deviennent qu'un .

Un texte intéressant qui renvoie aux beautés de la création et à de mystérieux assemblages...

Un grand merci à l'auteur(e) qui a su, avec finesse, dépeindre ce décor très prisé des peintres surréalistes.

   Eclaircie   
1/8/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Un poème en trois tableaux construits sur le même modèle avec les même verbes.
J'aime bien car les images induites font oublier la reprise des verbes.
Je me dis que ce texte doit être facile à apprendre et retenir.
Il est agréable à découvrir, et le côté naïf, enfantin des deux derniers vers accentue l'impression.
On sent le narrateur sensible et attentif à son environnement et capable d'évoquer le temps, apte à retenir l'attention.

Merci du partage,
Éclaircie

   Hananke   
24/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour

Trois très belles strophes font que les 2 vers de fin ne sont pas
à la hauteur de cette beauté.
Dommage, elles (les strophes) méritaient mieux
que cette terminaison lapidaire.

   Robot   
25/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poème qui observe les traces laissées dans la nature par le temps et les éléments.

Chaque strophe est d'un parfait balancement dans la construction et les images. Même les répétitions volontaires n'alourdissent pas et renforcent l'équilibre du récit.

Le gecko et la chouette personnifient la nature qui s'adresse au narrateur.

   senglar   
24/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour MissNode,


Un paysage préservé sur lequel règne la chouette, un paysage où chacun épouse l'autre. L'eau épouse la pierre, enfante la mousse ; le ciel épouse les collines, enfante brumes et nuages ; la pierre épouse les chênes, enfante les lichens. On dépose, confond, inclut.

C'est "Chouette" !

Puisse le gecko se méfier de la chouette qui pourrait à son tour le déposer, le confondre, l'inclure.
L'enlever, l'étripailler, le bouffer quoi !
Après tout c'est elle la reine...

Ce poème, bucolique, pastoral, donne envie de se poser dans les Cévennes, l'automne, en forêt de chênes.
Merci pour cette invite au voyage, à la paix, à l'extase, MissNode :)

Si je n'entends pas le gecko c'est que la chouette l'aura mangé "Kwake... Kwake..."...
Si je n'entends pas la chouette c'est qu'elle sera en train de digérer "... uh uh... uh uh...'...
Pas chouette ça !
lol


Senglar
paressant

   Donaldo75   
24/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour MissNode,

Rien à dire, la poésie est indéniable. J'ai particulièrement apprécié les images, le rythme et le découpage.

"le gecko me l’a dit
la chouette a répondu"

C'est une belle fin.

Bravo !

Donald

   papipoete   
24/8/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonsoir MissNode
" Vous n'êtes pas au courant ? Dame Nature s'est parée de beaux atours... l'eau a rendu la pierre plus verte qu'émeraude ! les collines se sont illuminées de poussières d'étoiles ! et la pierre s'est frottée aux arbres comme l'ours qui se gratte... "
C'est un gecko qui me l'a dit...
NB encore un exemple de ce que la poésie libre, est capable de dire avec délicatesse et grâce... ici deux animaux qui faisaient un brin de causette !
Avez-vous déjà écouté tout ce que deux merles, peuvent se dire d'un côté de la plaine à l'autre ?

   MissNode   
25/8/2019

   Davide   
26/8/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour MissNode,

J'ai un peu de mal à comprendre le lien entre le poème et son titre, car le distique en dénouement ne saurait à mon sens "résumer" le condensé des trois premières strophes.

Dès le premier vers, je ne vois pas le rapprochement entre "l'eau" et "ses baguettes magiques". Que sont les baguettes magiques de l'eau ? Les gouttes de pluie qui s'effilent en tombant ? Les branches de bois mortes flottant dans les ruisseaux ? Je ne comprends pas !
A contrario, "le ciel" et "ses poudres d'étoiles", de même que "la pierre" et "ses rugosités grises" sont de belles images évocatrices.

En tout état de cause, j'ai beaucoup aimé chaque tableau de ce tryptique, une manière bien originale de décrire cette si jolie saison que l'on appelait "brumaire" - entre autres - à une autre époque.

Il est dommage que le charme contemplatif de ce poème soit rompu par ces derniers vers, mignons certes mais bien moins poétiques :
"le gecko me l’a dit
la chouette a répondu"

Merci du partage,

Davide

   wancyrs   
26/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut MissNode,

J'aime te lire, car il y a une finesse particulière dans tes vers. Si je me souviens bien, ce texte est un fragment de "tambours de Lune" que tu m'a fait lire et que j'ai aimé ? Je ne sais pas si tu as déjà construit un inouchouck, mais ton texte me fait penser à la construction d'un de ces fameux édifices. Tes strophes se posent gracieusement une sur l'autre, comme dans cet exercice on pose une pierre sur l'autre, et à la fin on a une belle image de l'ensemble. Merci de m'émerveiller chaque fois, mon amie.

Wan ! xx (au Québec xx c'est deux bises sur la joue)

   BernardG   
11/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une construction originale, un univers onirique (pas trop ☺) qui nous conte une nature observée avec l'oeil du poète.....avec une chute étonnante !
Le renvoi bien sûr de chouette à chouette, du dernier vers au titre.

Seul "gecko" m' a ennuyé (mais si peu)....Le poème perd sa valeur universaliste en ciblant le sud....

La construction initiale qui était 12 10 6 6 6 est un peu bancale par la suite

Bravo


Oniris Copyright © 2007-2020