Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MissNode : Sur la Terre comme aux cieux
 Publié le 25/08/21  -  5 commentaires  -  2985 caractères  -  81 lectures    Autres textes du même auteur

Hommage à l'artiste peintre Hannah https://www.facebook.com/hannahartistepeintre/


Sur la Terre comme aux cieux



Les paysages-miracles d’ici-bas
Souvent détails de l’intérieur du corps
Les tournoiements profonds des nuées de là-haut
Fée partenaire de Dame Nature
Tu les célèbres de tes lumières d’encre


Saison des floraisons colorées
Saison des ocres automnes
Bleus givrés confrontés aux couchants de feu
Brumes sur les plages troubles
Anémones des profondeurs marines
Crépitements des volcans écarlates


Organes rouges de sang vif
Et leurs veines-sentiers intérieurs
Muscle du cœur vibrant
Muqueuse de la matrice tendre
Et même
Noyau de la cellule originelle


Tu sais les reflets des astres sur les rosées
Tu sais leurs ellipses retrouvées sous nos pores
Le flux des galaxies déposé en rivières
Comme la pulsation des planètes
Transmise à nos artères
Ou la respiration des étoiles
Soufflée dans nos poumons


Avec les couleurs de l’infini
Avec les lumières du néant
Tu joues tu jongles tu jubiles
De tes doigts-plumeaux au liquide docile
Dans le rythme de tes inspirations
La mélodie de tes visions d’outre-monde


Dans tes tourbillons tu irradies
Depuis l’œil du cyclone
Jusqu’aux échos de l’espace
Comme l’onde arrondie
Mille fois recommencée
Du caillou dans l’eau plane
Et les bleu roi ricochent
Sur les cramoisis
Rencontrent les violines
Repoussent les noirceurs


Parfois des paysages telluriques
Amorcent des printemps lumineux
Rejoignent des automnes flamboyants
Toujours suggèrent
Des veines géologiques
D’une verdure turquoise mêlée à l’or


Souvent des incendies vrombissent
Dans les cieux d’un levant
Dans les yeux du couchant
Léchant copieusement des eaux claires
Ou de sombres collines
Aux crêtes dévorées par les flammes


D’où te viennent les cascades
L’immaculé bleuté
Plonge dans un gouffre
De noirs et bleus contrariés
Crève les ombres glauques
Illumine soudain le trop-plein de chagrins


D’où te viennent les banquises
Aux eaux figées dans l’éternelle glace
Dont les mouvances pourtant
Giclent d’éclaboussures gelées


Car tes couleurs
Car tes lumières
Balancent
Leur danse de sorcières
La transe des soigneurs
Secouent
Les ordres ancrés dans l’habitude
La cohorte des clichés galvaudés
Surprennent
Les feux follets fugitifs
L’éclat de rire du nouveau-né
Adoucissant enfin
Les douleurs du quotidien
L’impact des lésions sauvages
Les ravages de l’existence bornée


Baume aux senteurs aériennes
Tes couleurs tes lumières
Suivent leur cours dans nos corps
Nourrissant des avenirs nouveaux
Des balades au parcours paisible
Un retour au cœur confiant.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
25/8/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour MissNode
j'avoue ne pas connaître cet artiste, dont la peinture vous comble de bonheur, et votre vocabulaire pourrait venir à manquer de mots, pour nous entraîner à votre suite au pied des cimaises !
NB la 7e strophe me plait particulièrement, mais cela ne signifie pas que les autres soient anodines !
je verrais bien les oeuvres colorées de ce peintre, se projeter aux murs, plafonds et sols des " Carrières de Lumière " des Baux de Provence.
si j'osais, je dirais que les " noirs " de Soulage, n'auraient pas la même empreinte dans ce lieu merveilleux !
Un bémol, quant à la longueur du texte... mais comment arrêter votre plume, par la beauté de la seconde strophe par exemple, éblouie ?

   Provencao   
25/8/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour MissNode et merci de m'avoir fait découvrir cette artiste peintre que je ne connaissais pas.


" Tu sais les reflets des astres sur les rosées
Tu sais leurs ellipses retrouvées sous nos pores
Le flux des galaxies déposé en rivières
Comme la pulsation des planètes
Transmise à nos artères
Ou la respiration des étoiles
Soufflée dans nos poumons "

J'aime beaucoup cette "respiration des étoiles" qui convient de cerner dans son inflexible altérité sans il serait presque impossible d'accéder à cette poésie véritable dans son autarcie intrinsèque et son harmonie, élégante avec une simple condensation.


Au plaisir de vous lire
Cordialement.

Merci.

   EtienneNorvins   
25/8/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour MissNode,

Merci de nous faire découvrir cette artiste, ainsi que les textes d'Odile Vecciani qui les accompagnent... Votre hommage est cosmique (macro et micro), plein de puissance et de rythme - j'apprécie tout particulièrement 'la pulsation des planètes' et 'la respiration des étoiles / Soufflée dans nos poumons'...
Seul (petit) bémol : vous pourriez faire l'économie de quelques 'Tu' ou 'Tes' - puisque le lecteur sait que vous faites référence à une plasticienne. Ce qui rendrait la lecture plus jubilatoire - ex. Tu joues jongles jubiles / De doigts-plumeaux au liquide docile"
Respectueusement,

   Atom   
27/8/2021
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Ce poème est selon moi une accumulation de poncifs - New Age - auxquels par moments j'aimerais pourquoi pas adhérer...

"Comme la pulsation des planètes
Transmise à nos artères
Ou la respiration des étoiles
Soufflée dans nos poumons"

mais il y a quand même surtout des redondances qui font certes un poème fleuve qui aurait peut-être gagné à juste ruisseler.

   MissNode   
6/9/2021


Oniris Copyright © 2007-2022