Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Mona79 : Harmonie
 Publié le 05/06/11  -  12 commentaires  -  772 caractères  -  306 lectures    Autres textes du même auteur

À tout âge de la vie, l'amour...


Harmonie



Dans mon verger d'automne aux pâles floraisons,
Goûtons de nos vins doux la vendange nouvelle ;
Dissipant le brouillard qu'un soupir échevelle,
S'enflamme ton désir à mes derniers tisons.

Grappiller chaque fruit au hanap des saisons
Ranime le flambeau que ta fougue révèle :
Je consume en mon cœur ma plus haute javelle,
Pour embraser d'amour mes sombres horizons.

Se livrant sans réserve aux fièvres de l’ivresse,
Chaque sens, ébloui, tremble sous la caresse
Que le sceau de ta bouche imprime sur mon corps.

L’archet voluptueux en mesure s'élance,
Le tempo de nos voix ajuste ses accords,
L'extase peut vibrer aux orgues du silence.



 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
18/5/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Beaucoup d'allure ! La forme est impeccable et le fond très sympa. Quelques vers qui me plaisent fort, notamment les trois premiers.
Quelques facilités aussi, à mon avis : "embraser d'amour", les sens éblouis, "le sceau de ta bouche"...
Un poème un peu trop sage pour le sujet, je dirais ; un champ lexical plus audacieux n'aurait pas nui selon moi.
Mais de l'allure, pour sûr.

   Charivari   
5/6/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Classique, très classique. En général très bien écrit, même si pour moi, cela manque cruellement de sentiment, d'émotion.

J'ai particulièrement tiqué sur le terme "javelle", que je ne connaissais pas. Je suis donc allé voir dans le dictionnaire, et comprends mieux le terme, mais je continue à me poser la question : est-ce judicieux de glisser un terme qui nous fait automatiquement penser à un produit d'entretien pour parler de la saveur d'un vin ?

c'est assez symptômatique de ce type d'écrit, un peu précieux : lu par le quidam pas très cultivé comme moi, ces textes nous paraissent un peu ridicules, de par leur décalage avec le monde actuel

   pieralun   
27/5/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Un sonnet parfait, dans les règles à tous les niveaux.
Beaucoup de musique grâce à une écriture très fluide, beaucoup d'allitérations en "s" et "z" ainsi que les rimes en " zons" , " elle" et " esse ".
Je n'ai pas relevé de vers au dessus des autres....mais l'ensemble est bon.
Un petit reproche toutefois: cela frôle le cliché par endroits, un peu trop de lyrisme.
Le fond n'est pas nouveau ( peu importe), mais il est très bien traité.
Les vers sont cohérents et nous amènent vers les tercets avec un totale compréhension du propos qui ne se noie pas , comme souvent, dans l’excès de lyrisme.
Un très bon sonnet

   Lunar-K   
5/6/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Avant de pouvoir être savouré, le vin "doit mûrir", être travaillé, préparé, pendant une période plus ou moins longue. La dégustation n'est que la consécration de toute cette attention. La métaphore semble suggérer, et c'est cela qui en fait toute la beauté et la tendresse, qu'il en est de même pour l'amour, pour l'étreinte, qu'elle ne s'offre vraiment qu'après un temps d'incubation relativement important et que, le moment venu, c'est dans le silence (l'harmonie ?) qu'elle se donne.

Malgré l'aspect un peu éculé de ce thème, voire de la métaphore, je le trouve traité ici avec justesse et subtilité. La lecture de ce poème est agréable bien qu'elle manque un peu, selon moi, d'émotion et de sensualité. C'est dommage pour un texte qui s'y prêtait pourtant merveilleusement bien.

   Miguel   
6/6/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un beau sonnet, bien fait , comme je les aime ; un classicisme de bon aloi, qui n'empêche pas qu'on y sente quelque chose de frémissant, avec le verbe "embraser" (le lieu commun ne me gêne pas, on est dans le domaine classique), l'adjectif "voluptueux", le beau vers du "sceau de ta bouche". L'évocation de l'automne au premier vers donne à l'ensemble un tonalité un peu mélancolique, un peu murmurée, qui confère au poème un charme un peu triste dans cette tendresse amoureuse, qui me plaît.

   Anonyme   
6/6/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Mona et félicitations pour ce très beau sonnet...
Peu importe que ce sujet ait été mille fois traîté, il l'est ici avec beaucoup de charme, de pudeur et soutenu par une très belle écriture. J'ai une petite préférence pour les quatrains mais l'ensemble m'a vraiment enchanté...car c'est ainsi que j'entends la poésie. Merci pour ce précieux moment de lecture. Alex

   Pascal31   
7/6/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le thème est usé jusqu'à la corde et pourtant, quand le poème est bien écrit, ça fonctionne toujours ! Et c'est le cas ici, avec ce sonnet à la métrique impeccable. La métaphore est très bien trouvée et la température grimpe... jusqu'à l'extase du dernier vers !
Allez, si je devais chipoter, je dirais que j'ai moins apprécié ce "hanap des saisons", qui m'a un peu sorti du poème. D'un autre côté, j'ai gagné un mot dans ma besace ! Bravo pour ce très beau poème.

   beth   
10/6/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Poème profond de Mona poétesse née, que je n’ai pas voulu commenter jusqu’ici par pudeur…
Rien à dire : sonnet parfait, rimes enlacées comme il se doit, images claires, métaphores pertinentes, vocabulaire choisi dans le registre classique, doux crescendo vers le point d’orgue…
Réussi ! J’ai bien hâte de vous lire encor…Merci à vous de nous offrir vos écrits.

   kamel   
10/6/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour
Je me suis arrêté un bon moment pour lire ce sonnet,afin d'opter uniquement une critique objective sur le résumé.En effet,"a tout âge"signifie l'intégration totale de toute vie capable de jouir de ses sentiments de l'amour.
Est-il possible de définir cet amour à un âge où toutes les vibrations d'un corps ne livrent aucune réserve aux fièvres de l'ivresse?
Et pourtant l'âge d'or à de tout temps mesurer ce mot sans arriver à sa fin.
Ce sonnet parfume cette extase avec des vers où chaque mot révèle une charge sémantique de l'amour. Le style employé encadre une forme à un fond bien agencés l'un de l'autre pour en assurer une bonne coordination.
Bonne continuation

   hevoeh   
17/7/2011
Excusez-moi du peu très chère poétesse, la saison de l'automne ne se distingue pas par une quelconque pâleur, mais au contraire c'est le temps de l'explosion de mille et une couleurs dans tous ces endroits où la nature règne encore; et même dans un modeste verger du limousin ou d'ailleurs.

Cela dit, vous écrivez très bien. J'ai pris plaisir à déguster avec vous ce vin nouveau.

Très cordialement

Ps: un sonnet A.O.C

   Anonyme   
18/7/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une très belle langue, classique et pure.

"Se livrant sans réserve aux fièvres de l’ivresse,
Chaque sens, ébloui, tremble sous la caresse
Que le sceau de ta bouche imprime sur mon corps."

L'harmonie, comme un nirvana à atteindre. Celui de Mona va bien à sa plume.

   Eponine   
23/7/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Mis á part les " pâles floraisons" du premier vers qui m´attristent un peu, je trouve ce sonnet vraiment tres beau tant pour son fond que pour sa forme. Les parfums de l´automne y sont magistralement
bien évoqués.


Oniris Copyright © 2007-2019