Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MonsieurF : Septembre naît de l'orage
 Publié le 02/10/16  -  15 commentaires  -  1077 caractères  -  226 lectures    Autres textes du même auteur

C'est la rentrée…


Septembre naît de l'orage



Septembre naît de l'orage
Sous les ciels impavides les jours fuient dans la nuit
Les pas pressés, le matin de rosée, dans le bleu plus frais
Enfants cartables sur le dos
(n'oublie pas ton goûter la trousse ton cahier)
S'effacent le sable, le vent, l'océan au couchant éclaboussé orange
surtout la chaleur dans la mélancolie des jours de gris –

Septembre naît de l'orage
Les amants se repoussent à l'opposé des pôles
Dans leurs yeux les regrets des dunes après le fracas incessant
Arles brillant de soleil
(où étais-tu ?)
Meurent les souvenirs
Un matin dans la blancheur du givre
l'amour dans la pluie –

Septembre naît de l'orage
Dans les herbes jaunies prémices de neige
Les pétales d'après
La vie se repaît de l'oubli
Ton sourire cheveux noirs yeux mica
(qui êtes-vous vraiment…)
Se mélangent les heures, se mélangent les peaux
il ne reste du passé que l'absence –


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lulu   
15/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

je ne comprends pas trop la logique de la ponctuation. Je l'aurais préférée plus franche ou carrément absente. Ainsi, par exemple, j'aurais mis une virgule au second vers après "les ciels impavides". Par ailleurs, je trouve dommage d'inclure des parenthèses qui n'apportent rien en tant que signes. De même pour les tirets. Je pense que les mots devraient se suffire à eux-mêmes.

Indépendamment de cela, j'aime assez cette forme d'inspiration née de la période de la rentrée. Le locuteur semble porté par ses pensées et ses réminiscences.

Ma préférence va à la première strophe dont les images me parlent davantage. J'ai eu un peu de mal avec "Les amants se repoussent à l'opposé des pôles" à la seconde strophe, trouvant l'image trop complexe.

Peut-être, enfin, aurais-je évité la répétition de "Septembre naît de l'orage" ? S'il y a une forme de parallélisme au sein du poème, entre les strophes, je crois que l'on pouvait s'en dispenser.

En somme, je suis plus touchée par le fond que par la forme ici.

   FABIO   
18/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Joli poème ,les images sont nostalgiques et le rythme bien équilibré,
les mots choisis donnent une très bonne impression de regret.
Toutefois je suis surpris par le sens que vous avez voulu donner à"fracas incessant" et puis la suite avec "Arles" . A développer.

bravo pour votre travail

   leni   
2/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
BONJOUR
QUAND je lis un de vos poèmes je me demande toujours quelle est la photo décrite dans le texte ainsi j'ai mon fil C'est un ensemble diaporama de septembre C'est limpide et simple C'est bien construit
TOUTES les 2è paries c'est ce qui reste
s'efface le sable
meurent les souvenirs
il ne reste que l'absence
ET enfin Qui êtes-vous vraiment? C'est un texte plaisant à lire et on peut tous s'y reconnaître
Par contre mon ressenti affectif est en manque Manque donc de l'affectivité Excusez-moi d'être si direct

Merci Mon salut très cordial LENI

ps peux-tu me dire si ton écrit suit une photo?

   Robot   
2/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un texte doux et nostalgique. Une écriture à la fois impressionniste et réaliste.
Un rythme lent très agréable à lire mais aussi à dire. - J'aime bien les poèmes qui se disent - et celui-ci en fait partie.
Un bon moment passé à réciter ce texte de saison.

   Pimpette   
2/10/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Boujou!
Une sympathie immédiate pour ce texte...

Septembre dans tous ses états. Beau sujet qui déborde le sens personnel
pour devenir l'automne de tous à la lecture

la forme libre donne de la force au texte

Un bo final:

"La vie se repaît de l'oubli
Ton sourire cheveux noirs yeux mica
(qui êtes-vous vraiment…)
Se mélangent les heures, se mélangent les peaux
– il ne reste du passé que l'absence –

   Alcirion   
2/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Digressions mélancoliques en trois strophes, l'orage laisse derrière lui un vague-à-l'âme un peu déprimant et l'inquiétude de ce qui est à venir... Beaucoup de sonorités en r qui donnent de la force au propos, le tout est équilbré et fort plaisant à la lecture.

Comme Lulu, je trouve que tirets et parenthèses n'apportent pas plus, la mise à part décalée du dernier vers, par exemple, étant suffisante.

Sensations agréables au final.

   Brume   
2/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour MonsieurF

"Les amants se repoussent à l'opposé des pôles"- j'ai compris le sens après, mais j'avoue que je suis restée bloquée sur cette image un laps de temps. Je pense que c'est les vers "se repoussent" qui cloche.

J'aime bien les passages mis en parenthèses, comme une aparté, des voix, cela donne du relief.

Le titre est superbe! j'ai aimé les couleurs de la nostalgie: ocre, gris, blanc, bleu, mica...
Les regrets ont malgré tout un parfum de fraîcheur grâce aux souvenirs qui nous replongent dans les amours de vacances, le soleil et la mer.

   Vincente   
2/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour MonsieurF,

La mélancolie de votre texte est gracieuse et d'une belle inspiration, se nourrissant de réalités simples dans un regard impressionniste.
J'ai bien aimé votre façon de faire succéder les images provenant de champs différents, créant une sorte de percussion entre les éléments de votre évocation.
Dans le vers "Les amants se repoussent à l'opposé des pôles", le jeu de mots avec le sous-entendu "aimants" de sens opposés qui se repoussent est une sympathique trouvaille.
J'ai aussi beaucoup aimé "La vie se repaît de l'oubli / Ton sourire cheveux noirs yeux mica", sensible remarque du premier vers suivie du ciselé radieux qu'offre l'image du visage.
Je n'ai pas trop compris le titre, est-ce parce qu'il n'est pas évidemment introductif que vous l'appuyez en le plaçant à nouveau en tête de chaque strophe ? L'orage est-il l'expression de la tempête intérieure qui nous perturbe dans le début d'automne opposé aux douceurs de l'été ? A part cela la construction du texte m'est apparue judicieuse.
Au plaisir de vous lire.

   Sodapop   
2/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime beaucoup ce texte en vers libres. Il coule paisiblement et on prend beaucoup de plaisir à le lire. On sent que vous êtes resté très libre dans votre écriture, sans vous soucier des rimes et vous avez su trouver un rythme entrainant. J'aime moins la dernière strophe qui pour moi se détâche un peu du thème Septembre mais c'est un avis personnel, cela représente certainement beaucoup pour vous. J'aime bien le titre qui revient à chaque strophe. Bravo pour l'ambiance que vous avez su créer.

   Proseuse   
2/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
On en veut toujours un peu à l' automne parce qu' il clôt l' été !
Du coup c' est la saison des mélancolies et des regrets et vous le dites bien joliment, cependant , les parenthèses m' ont un peu gênée dans ma lecture ( comme si vous ne me donniez pas tous les mots!) de même "les amants se repoussent du côté des pôles" l' interprétation de ce vers me renvoie plus vers une idée "scientifique" alors, que tout le reste du poème se veut dans l' affectif ! ça rompt un peu le charme, je trouve !
j' aime beaucoup les deux derniers vers que je trouve très beaux

-"Se mélangent les heures, se mélangent les peaux
il ne reste du passé que l' absence "-

En final un très bon moment à vous lire ! Merci

   Anonyme   
2/10/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'ai vu septembre, je n'ai pas entendu l'orage.
J'aurais aimé entendre gronder l'écriture.
Bien qu'une certaine élégance entoure vos vers pour exprimer vos sentiments je trouve l'ensemble trop pâle pour en retenir véritablement quelque chose.

   MissNeko   
2/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très joli poème qui me ferait presque aimer le mois de septembre ( que je déteste au plus haut point)
De belles images, une plume élégante.
Merci pour ce partage

   Alcyon   
19/10/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour

j'adore la pluie donc j'ai lu et relu
quelques belles images dans les deux premières strophes
mais je n'ai pas ressenti de vives émotions, désolé
je pense que les parenthèses sont inutiles et dénaturent le poème
je trouve que le premier vers entres les parenthèses n'a pas du tout sa place dans le poème

merci pour ce partage et que la pluie demeure

   MonsieurF   
19/10/2016

   Morgan   
13/12/2016
Images d'une grande originalité ! Écriture prégnante !
Tout est là. C'est de la grande poésie.
Et puis quel rythme !
Je suis littéralement porté aux sommets.
Merci pour ce beau partage MonsieurF


Oniris Copyright © 2007-2018