Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Nongag : 40 spasmes
 Publié le 19/01/09  -  31 commentaires  -  7071 caractères  -  123 lectures    Autres textes du même auteur

Il s'agit d'une série de courts textes (poésie, réflexions, pensées) d'un maximum de 4 lignes. J'ai plusieurs centaines de "spasmes" d'écrits. Souvent sérieuses, parfois humoristiques, elles germent de l'émotion du moment ou résultent d'une formulation claire d'une idée qui me préoccupe depuis un certain temps. En espérant vous faire réfléchir ou rêver...


40 spasmes



1

Comme le temps est bizarre
Je ne le sens pas passer
Et pourtant il m’use
Tout doucement…



2

J’aime la chaleur que dégage mon ventre
Les matins sont pleins de promesses



3

Les pierres que j’ai ramassées
Je les ai jetées
Pas contre un autre
Mais pour m’alléger



4

Une lumière isolée dans l’obscurité
Un petit point insignifiant
Et pourtant on ne voit qu’elle



5

Le blanc manteau de l’hiver me recouvre de ses bras froids
Mais
Dans ma main
J’ai un petit morceau de printemps



6

Mes faiblesses sont si puissantes
J’ai peur de perdre contre elles…
Mais comme c’est moi qui les fais vivre
Je suis puissant…



7

Pardonner
Ne signifie pas
Accepter



8

Les fins filaments de dentelles givrées redessinent le paysage
Leurs fragilités nous rappellent
L’émerveillement qui fait battre nos cœurs



9

Le gris des jours tristes n’est pas la plus laide des couleurs



10

Exactement
Totalement
Définitivement
Sont des mots aberrants



11

Le regard de l’autre
Est un puits insondable
C’est pourquoi il est si difficile
D’y plonger



12

Descendre
Monter
Descendre…
La vie est un manège



13

J’ai porté la main à mon front
Pour m’appuyer sur moi-même
Me soutenir dans mon corps
Me souvenir de ma mort



14

Les journées s’enroulent autour de mes habitudes
S’imprègnent dans ma chair
Tatouages ridés
Curieux calendrier…



15

- Ah ! Je vivrais bien mille ans !
- Bien sûr, mais, vis-tu maintenant ?



16

Ignorance
Imprudence
Conséquence
Voilà la séquence



17

Je suis fier d’être un humain
C’est ce que tous nous devrions
Dire
Il est temps



18

Se sentant rejeté par sa famille
Il redemanda de l’amour
En guise de confirmation



19

L’homme sans bras sauta
L’homme sans jambe rampa
L’homme sans cœur se moqua



20

Quand la colère monte
Quand le feu est la loi
C’est sur un drap de cendre
Qu’on fait son lit



21

L’homme est un arbre sans racine
Je suis de partout
Je suis immense



22

Semaines
Années
Construisent la tour d’où
Je regarde le monde



23

Croire
Une maladie ou un bienfait ?
Un handicap ou une force ?
Une peste religieuse ?



24

Il l’attendait depuis si longtemps
Enfin la cloche sonna
Mais ce n’était que le mouvement de la corde
Rongée par le temps



25

La fierté
Un petit mirage
Cachant de grands naufrages
Sous un manteau de réussites illusoires



26

Le lion priait depuis des jours
« Seigneur, donne-moi la force de jeûner
Afin de me purifier »
On retrouva ses ossements sous un baobab



27

Battre les consonnes
Séduire les voyelles
Enligner des mots
Pour faire sortir le jus



28

L’inconscient
Est un match de hockey
Cent mille rondelles
Pour un seul joueur



29

La perception des uns
Est le mensonge des autres



30

Ils arrivèrent là où devait se tenir une rivière
Mais seule se profilait la forêt sans trace de cours d’eau
Ils construisirent néanmoins un pont
Il figurait sur le plan



31

Le courage
Avoir des couilles
La détermination
C’est dans le regard des autres qu’on sait si on en a



32

Constamment
Prudemment
Méticuleusement
Je n’avance pas



33

De dépit le roi arracha sa couronne et la lança le plus loin possible
Elle ricocha sur un rocher
S’enroula autour du corps d’un oiseau
Qui se secoua juste au-dessus du roi



34

Le bonheur
N’est pas un fleuve tranquille



35

Déchiré par toutes les possibilités qui s’offraient à lui
L’homme indécis s’ébranla dans toutes les directions à la fois
Sa peau se détacha en longs filaments
Découvrant un fruit mûr



36

Un jour le lièvre gagna enfin une course
Et la tortue vint le féliciter



37

Si jamais le Petit Chaperon Rouge ne va pas visiter sa Mère-grand
Le loup mangera la vieille quand même
Mais que fera le chasseur ?



38

Finalement, les trois petits cochons construisirent un bordel
Le premier engagea les filles
Le deuxième s’occupa des rendez-vous des clients
Et le troisième déposa le magot à l’abri loin des deux autres



39

Ce fut le premier grand conseil des anges et des démons
Des myriades se présentèrent pour la rencontre
Ils se regardèrent enfin sans faux-fuyant
Et éclatèrent de rire



40

Une route bien balisée
N’est qu’une suggestion
Rien de plus


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
19/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bon, il ne s'agit pas d'un poème mais bien d'impressions et de sentences distinctes. Et ce n'est pas mal, même si elles semblent avoir été jetées là sans souci de cohérence.

"Le gris des jours tristes n'est pas la plus aide des couleurs"
Constamment/Prudemment/méticuleusement/Je n'avance pas"
et le 35e spasme, sont mes préférés.

   Anonyme   
19/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une belle alternance de pensées ironiques, philosophiques, écho du quotidien, humoristiques, banales, cruelles parfois décalées. Un évident voulu manque de lien aussi. Cet auteur aime prendre des risques et cela, rien que cela mais tout cela mérite une mention particulière, la démarche l'étant.

Fallait oser poster en poésie oui m'sieur...

Exceptionnel pour l'acte et la démarche, entre moyen + et bien + pour l'aspect littéraire comment évaluer ceci ?
3,5,9,10,19,35 je les aime bcp

Merci Nongag la démarche me fait un peu penser à celle de Serre en BD

   Anonyme   
19/1/2009
 a aimé ce texte 
Passionnément
C'est excellent! Démarche originale, déroutant, et puis, très vite , j'ai adoré me promener dans ce méandre de pensées, de "brèves", de petites vérités bonnes à dire. Un kaléïdoscope de maximes, d'anecdote.
Au bout du compte, très poétique, dans son foisonnement. Une foultitude de réflexions à méditer. On peut reprocher le manque de structure , l'ordre aléatoire de ces petits bijoux. M'en fous. Je ne retiendrai que le meilleur.

Bravo.

   nico84   
19/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime quasiment toutes tes pensées. A part 2 ou 3 par ci, par là, je trouve tes réflexions simples et profondes, diverses mais précieuses.

J'ai vraiment déguster ces pensées comme des haïkus, on lit, on pense, on sourit, on félicite.

Bravo pour avoir eu l'audace et la créativité. J'apprécie beaucoup ! :)

   marimay   
19/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Nongag,
Pour certains j'ai souri (36 38).
Pour d'autres, j'ai pensé: ah oui! c'est vrai! (32 37)
D'autres encore m'entraînent à réfléchir un peu à la manière des kôans (7 15 21).
Assurément il y a beaucoup de poésie dans vos spasmes:
"Les journées s'enroulent autour de mes habitudes
S'imprègnent dans ma chair
Tatouages ridés
Curieux calendrier..."
Bravo pour la qualité et l'originalité de l'ensemble.

   Anonyme   
19/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Pour moi, 20 spasmes, ça suffisait. Sinon j'ai trouvé ça très bon dans l'ensemble. Ca ressemble un peu, même si rien n'est comprable, aux "Maximes" de Larochefoucault ou à du Cioran ultralight par la forme bien évidemment mais aussi un peu parfois par la réflexion... Après est-ce de la "poésie" ou pas? Oui certainement. Si ce n'en est pas, quelle importance?

   Nongag   
24/1/2009
Merci, merci!

Vos commentaires me bercent le cœur et... il est si bon d'être lu.

Non, il n'y a aucune "cohérence". Chacun des "spasmes" est né de sa propre "nécessitée" même si certains ont été écrits un a la suite de l'autre, ce qui peut donner, par moment, une impression de continuité.

EDIT :

Ben non, je ne sais pas moi plus si on peut toujours appeler ça de la poésie. Je suis certain que quelques spasmes possèdent la qualité et le style qui lui correspond mais pas l'ensemble... c’est évident.

Mon but n'est pas de faire absolument de la poésie, ce sont de courtes pensées et/ou réflexions dont certaines empruntent la méthode poétique.

Mais pour ceux qui ne comprennent ou n'apprécient pas le genre (je n'ai pas de problème avec ça) je vous demande: où aurais-je bien pu publier ce genre de texte?

Merci de votre lecture en tout cas. J'apprécie les commentaires de tout ordre.

   karminator   
19/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Nongag : "Non, il n'y a aucune "cohérence"."

évidement qu'il y en a une, sinon, personne n'aurait apprécié!
la cohérence est un souffle, un coeur qui bat, il peut s'arrêter net, ou aller plus vite, moins vite, nous étourdir, mais, dans un (ou plusieurs) textes mis ensembles, il y a toujours une cohérence, sinon on ne les aurait pas mis ensembles

j'ai bien aimé certains spasmes, mais sans vraiment plus, je salue surtout le style pêté !

   xuanvincent   
19/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai bien apprécié dans l'ensemble les pensées de ce texte, notamment le 15.

   ristretto   
19/1/2009
le 14
me parle poétiquement
et me laisse un goût de trop peu .. et la suite ?

pour le reste, des pensées interessantes,d'autres moins
compilation

   Lylah   
20/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Pour le fond, de jolis passages, d'autres plus convenus.
Pour la forme, une écriture un peu plus "resserrée" pour certains les aurait portés à un degré au-dessus... mais l'ensemble témoigne d'un regard original.
J'ai particullièrement aimé le 21 , le 24 .;.et le 26 :)

   asics   
20/1/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Quelques pensées personnelles, d'autres plus universelles. De belles citations et pensées de vie. Un peu long, mais un beau travail.

   Anonyme   
20/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Mettre un commentaire
Se taire
ou une petite bière ?
avant la vraie
Je ne sais
clic
alambic

   Melenea   
21/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai adoré ces réflexions, ces "spasmes" qui sont comme des clichés de conscience, des flashs de pensées, comme nous pouvons tous en avoir mais que tu nous as servi avec générosité... Quand je suis arrivée à la fin, j'en redemandais...

Et de la poésie ? moi j'en ai trouvé dans la manière de présenter les choses, à l'abrupt...

Mél

   Marite   
21/1/2009
J"ai bien aimé. C'est un peu long mais finalement on ne décroche pas avant la fin. Ce que je préfère: "Ah si je vivais mille ans! Bien sûr mais vis-tu maintenant?" Très bonne question...

   widjet   
4/2/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Dans ce flot interminable de spasmes, on trouve de tout.
La pertinence ou la poésie (8, 11, 14, 15, 20, 21) est parfois présente. Mon préfèré - et de loin ! - est le spasme 34 que j'aime vraiment beaucoup. Mais, hélas l'auteur n'évite pas toujours le banal voire l'insipide (7, 12, 34).

L'écriture, assez plate, ne rend pas toujours service à ses reflexions.

Pas mauvais en soi, mais franchement rien de transcendant.

Widjet

   An-Honyme   
22/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je pense que tout ceci, arrangé en prose, aurait peut-être eu plus de sens, de profondeur... J'avoue que sous cette forme de poésie (en est-ce une ?), j'ai vite décroché...

   Anonyme   
22/1/2009
Bonsoir nongag ! Ces spasmes me rappellent un bouquin dont j'ai perdu le nom et qui proposait, pour chaque jour de l'année, une citation, un proverbe, une maxime issus du boudhisme; 365 mini textes à méditer du premier Janvier au trente et un Décembre ; les années bissextiles n'ayant pas été prises en compte, ça faisait un jour de repos tous les quatre ans ! J'avais bien aimé...
Cordialement ! Alexandre

   David   
23/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Nongag,

Un petit air commun aux poèmes courts japonais dans certains spasmes, il y en a de drôles, certains ont plus de poésie ou s'apparentent à des pensées philosophiques, une bonne impression générale.

J'aime bien le 26.

   jensairien   
25/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
vraiment sympa à lire. J'ai beaucoup aimé, profond et léger, drôle et amer. C'est selon mais il y a une couleur locale, une musique au dessus de tout ça.
Je n'ai pas aime le "je suis fier d'être un humain" et puis "fier" est un mot vide de poésie.
J'ai aimé beaucoup de choses mais je retiendrais l'histoire du roi et de sa couronne boomerang ainsi que l'histoire du chasseur et du chaperon rouge.
Vraiment original.

   Ephemere   
30/1/2009
Dernière ligne droite avant les 40 spasmes des lecteurs pour répondre à ceux de l'auteur. Sont-ce des aphorismes ?
Le plat était indigeste mais je n'ai pas vomi, juste un spasme.
FMR

   jasmin   
2/2/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Étonnant comme forme d’écriture
J’ai bien apprécié le spasme 3

   lotus   
4/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Même si on ne peut appeler ça de la poésie au sens propre, il y a des spasmes qui en ont un parfum.
Certains m'on plu, plus que d'autres. Je garde le mystère des mes choix.
Je salue ton innovation.

   Flupke   
6/2/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le titre est chouette et je trouve que c'est une manière originale de présenter certains points philosophiques, parfois Zen. Difficile d'être d'accord avec tous les numéros.
J'ai bien aimé 3, 4, 12, 14, 16, 27, 29, 32
Pour le 5 je trouve que « blanc manteau de l'hiver » fait un peu cliché.

   Faolan   
7/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Que dire de plus...
J'ai aimé. Pas tout, mais beaucoup. Réfléxions, humour, non-sens,... il y en a pour tous les goûts !
Merci.

   Absolue   
20/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime surtout le 27 (puissant) et le 33 (poétique et drôle). J'aime ces spasmes modiques:-)

   myrtille   
23/2/2009
Je ne sais pas exactement ce que c'est que la poésie, mais je crois que les mots doivent savoir saisir l'instantané, les morceaux de vie simplement, j'aime beaucoup ton principe de "spasmes".
Après sur le contenu en lui-même, parfois une petite impression de déjà-vu (je pense notamment au "puits insondable" et au "fleuve tranquille"), mais pour les autres, j'en garde quelques-uns en tête même après la lecture

   Anonyme   
16/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai beaucoup aimé celui ci...

14

Les journées s’enroulent autour de mes habitudes
S’imprègnent dans ma chair
Tatouages ridés
Curieux calendrier…

entre autres. mais il me parle un peu plus.

La force de l'habitude rentre dans la peau, et c'est si bien dit. En élargissant, il y a de la crucifixion là-dedans.

Si ces spasmes devaient rester abondants, il faudrait consulter.

   Selenim   
17/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
L'efficacité en 40 spasmes.

Ma préférence pour le 8.

Succinct mais poignant.

   jaimme   
12/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Moi ce qui m'a le plus impressionné, c'est la démarche. J'imagine une serviette en papier dans un resto, une feuille de papier aux toilettes, un carnet noir. Ou rien de tout ça...?

J'aime peu: 1.4.8.12.14.16.21.22.30.33.37
J'aime moyennement: 2.5.7.11.17.19.20.23.24.25.27.29.32.34.40
J'aime beaucoup: 3.6.9.10.13.15.18.26.28.31.35.36.
et j'adore: 39!!

Et il faut une note??? Pfff!
Bon j'ai passé un bon moment. J'aurais aimé une recherche un peu plus poétique sur la formulation (mon gout) et donc merci nongag!!!

   Mr-Barnabooth   
12/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Tout a déjà été dit.
La forme est très originale et j'aime beaucoup cette notion poétique de spasme.
Beaucoup de variante dans la qualité de ces spasmes.
(perso, là j'ai la flemme de faire un tri)
Mais certains m'ont beaucoup plus et dessus je me suis arrêté.
Comme celui ci (le n°9, je crois)
"Le gris des jours tristes n'est pas la plus laide des couleurs"

Amitiés de Mr B.


Oniris Copyright © 2007-2019