Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Nongag : Spasmes 121 à 160
 Publié le 01/04/09  -  14 commentaires  -  7254 caractères  -  42 lectures    Autres textes du même auteur

Songes incertains ?
Pulsions incontrôlées ?
Antilopes de l'esprit ?
Sarcasmes impertinents ?
Manifestes pseudo-philosophiques ?
Enfilades de lieux communs ?
Sérénades de l’éphémère ?

Un peu tout cela
Et tout ce que vous en ferez
Spasmez à volonté !
Et mastiquez bien…


Spasmes 121 à 160



121

Le calme se tient toujours loin de la tempête
Mais il peut trouver une petite cachette
Entre la tête
Et le cœur



122

Grandir
C’est beaucoup plus
Que le simple fait de manger sa soupe
Ou de finir ses croûtes…



123

J’ai pénétré dans le cercle de tes désirs
Et je m’y suis reconnu
C’est pourquoi dès que tu me touches
Je m’enflamme



124

L’inspiration est une mystérieuse amante
Elle surgit sans prévenir
Traverse mon corps
Je suis un canal



125

Si l’infini ne finit pas
Nous ne trouverons jamais
La fin finale
De tout cela !



126

Si Dieu est parfait
Qu’est-ce qu’il a bien voulu faire
Avec nous ?



127

Le fanatisme
Est la maladie mentale
La plus terrifiante qui soit



128

La lente transformation d’un grain de sable en perle
Se déroule sans bruit
Sans tapage
Et loin des regards



129

Nous avons des instincts
Nous avons des besoins
Nous avons des droits
Et bientôt nous aurons des responsabilités



130

La cohérence de ce monde m’échappe
Tout comme m’échappe
Celle de ma personne
Malheureusement



131

Se battre contre soi-même
Impossible
Comment gagner ?



132

Tombe tombe la pomme
Guillaume
Et pourquoi l’as-tu mangée ?
Et si je visais où elle est maintenant ?



133

Toutes les phases de notre vie sont valables
Car ce sont par elles
Heureuses ou non
Que nous nous sculptons



134

Les idées neuves me heurtent
Bousculent mes dogmes
Écartèlent mes certitudes
Souffrances nécessaires



135

L’écrivain angoissé
Écrivait à l’encre noire
De grandes envolées sinistres
Sur du papier couleur nuit



136

Si je mets en scène mon futur
En utilisant uniquement le décor de mon passé
La pièce va être prévisible
Emmerdante et triste



137

Le comédien qui ne savait pas son texte
Improvisait avec un partenaire ivrogne
Sur les planches d’un vieux théâtre pourri
Devant un metteur en scène endormi



138

J’étais assis là
À ne rien faire
Sans même écouter
Ma propre conscience



139

Ma peau m’habille parfaitement
Comme un univers enveloppé
Rien ne s’échappe d’important
Je respire, je respirais, je respirerai



140

Après d’innombrables efforts
Le jongleur arriva finalement à faire voler dix objets à la fois
On le félicita puis on lui demanda :
« Tu peux faire mieux ? »



141

L’homme reconnaissait cette fièvre
Elle le brûlait depuis sa naissance
Il calma ses gémissements
Et se remit à l’œuvre



142

Robin des Bois devint roi grâce à sa popularité
Il fit pendre tous les riches
Et imposa une loi qui dictait l’égalité entre tous
Mais ceci est une histoire connue…



143

Jamais
Le hamster
Qui galope dans mes pensées
Ne s’essouffle



144

Pour entreprendre les plus grands projets
Demain est toujours la journée la plus appropriée
Dommage qu’on n’y arrive jamais…



145

Où est le silence ?



146

Adam et Ève se louèrent un appartement à deux pas du quartier le Paradis
Ils trouvèrent chacun un travail peu payant
Dans l’entreprise multinationale
God inc.



147

Même la misère des riches
Fait encaisser plus d’argent
Que celle
Des pauvres



148

Ma femme s’est fait refaire les seins
Gonfler les lèvres
Remonter le visage et « liposucer » le gras
Je cherche ma femme…



149

Cette société qui veut toujours un coupable
Même quand il n’y en a pas
Ne comprenez-vous pas ?
Nous sommes mortels…



150

Il y a toujours un ogre qui dévore les enfants dans la forêt
S’il n’était pas là
Qu’est-ce qui les motiverait ?



151

Quand l’enfant en moi
S’ennuie avec le vieux que je deviens
Je fais des efforts
Pour l’amuser



152

Quand le renard a attrapé le lièvre
C’était beau et horrible à la fois
Selon le point de vue



153

Les gens trop raisonnables
Me font irraisonnablement chier
Les gens trop irraisonnables
Aussi



154

Nous vendons les pierres de nos maisons
Une à une
Pourquoi s’étonner
Quand elles s’écroulent



155

La fatigue est une impression
Incroyablement puissante
Comme une panne d’essence
Le contraire d’un frisson



156

Électrons immortels qui passez au travers de mon corps, qu’apprenez-vous de moi ?
En quoi mon destin vous est-il profitable ?
Pour cet univers en expansion
Suis-je l’expérience ultime de l’indécision ?



157

Les nuages d’antan projettent leurs ombres jusqu’ici
Jusqu’à aujourd’hui



158

L’insomnie
Est le compagnon d’infortune
Du navigateur sans repos



159

Car la crainte est un fléau
Qui annihile nos pouvoirs
Et suspend le présent
Pervertissant la réalité



160

Il est temps de vider les sacs
De retourner les poches
De faire la liste des biens et des maux
Qui en moi subsistent


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
1/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Spasmes réussis! Vraiment ceux-là (comme ceux de la première fournée) se savourent. C'est drôle (137, 146, 148), pertinent (122, 126, 153), inventif, paradoxal...
Bien, bien, bien, je comprends la métaphore de la boite de chocolats-surprise...

   Anonyme   
1/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Nongag ! Beaucoup de citations pleines de sagesse mais j'ai malgré tout préféré... tes premiers spasmes !
Peut-être un petit phénomène d'usure et de "déjà vu" ?

   nico84   
1/4/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Pareil, j'ai préféré les premiers mais ci quelques uns de ceux ci sont intéressant avec de l'humour.

Je n'ai vraiment aimé que le 148 ! Mais d'autres sont pas mals quand même, celui là ressortant du lot pour moi.

Bonne continuation, je te suis avec intêret.

   Luz   
1/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Pensées, haïku,... les deux à la fois ? Poésie de toute façon.
J'ai beaucoup apprécié.

   FIACRE   
1/4/2009
Beaucoup d'aphrorismes comme il nous en vient de temps en temps sur nos calepins ouverts.
A mastiquer et aussi à laisser macérer.

   xuanvincent   
1/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai apprécié plus ou moins ces petits textes.

Ceux-ci figurent parmi ceux que j'ai le plus appréciés :

132

135

138

140

144

145

147

151

154 **

   David   
1/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Nongag,

les mêmes défauts récurrents sur tes spasmes comme des molécules d'ADN sur leur spirale, mais j'ai plutôt aimé celui là plus que les précédents, les éclats préférés : 121, 122, 123, 124, 125, 126, 127, 128, 129, 130, 131, 132, 133, 134, 135, 136, 137, 138, 139, 140, 141, 142, 143, 144, 145, 146, 147, 148, 149, 150, 151, 152, 153, 154, 155, 156, 157, 158, 159, 160, vivement le 161...

   lotus   
1/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Les spasmes te reprennent à ce que je vois.J'ai trouvé ça assez bien dans l'ensemble.Quelques-uns me plaisent particulièrement.

123waouwwwwmon préféré, 124...,126 excellente question!,128très poétique,130ben oui,je me fais souvent cette remarque,143tiens tiens,153pareil pour moi...

   Azurelle   
2/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Excellent cet enchaînements d'idées, certains me font penser à des haïkus. Les mots s'enchaînent, les idées se nouent puis le texte se fait, ton texte est magique. Merci pour ces spasmes vivifiants.

   Lylah   
2/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Entre philosophie et poésie pure, beaucoup de belles choses dans ces nouveaux spasmes !
Mes préférés pour cette fois : 121, 124, 126, 133, 138, 141, 143, 151, 152, 153 ,155...
A suivre !

   Anonyme   
2/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Le 137ème spasme a ma préférence. Shakespearien ?

   Anonyme   
2/4/2009
Bonsoir,
Certains spasmes me semblent un peu "bizarre", mais c'est a l'appréciation personnelle de chacun.

J'avoue que voir des nombres dans une poésie me déroute, j'aurais plus imaginé en ses spasmes , des battements de coeurs par exemple.

A bientôt

   Flupke   
4/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une très bonne fournée. Mais cette fois-ci ceux qui me plaisent sont trop nombreux pour que je les cite. Et ceux qui m'ont moins plus ne sont pas forcément mauvais mais l'expression d'une personnalité/vision différente de la mienne.
Je ne pense pas que l'on puisse parler de pseudo-philosophie. Simplement d'une vision, philosophie personnelle, expérimentale, empirique, style la lanterne de l'expérience n'éclaire que celui qui la porte. Une pointe de sagesse Zen. J'aime bien la variété et l'absence de monotonie.

   jaimme   
12/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
dernier décompte:
- non: 137.148.152.153 (eh, très peu!)
- moyen:121.124.125.127.129.132.134.135.138.139.142.144.
145.149.154.156.157.158
- bien: 122.126.128.130.131.133.136.140.146.147.150.155.160
- j'adore: 123.141.143.151.159

Donc (roulement de tambour), selon moi la qualité est au rendez-vous, et certains spasmes sont vraiment excellents. Non, ça c'est un mauvais commentaire. Reprenons: bien plus de spasmes ont déclenché les miens!!
Bravo!


Oniris Copyright © 2007-2019