Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Nongag : Spasmes 41 à 80
 Publié le 04/02/09  -  16 commentaires  -  7416 caractères  -  49 lectures    Autres textes du même auteur

Voilà un deuxième service de spasmes pour vous, chers Oniriens.

Est-ce de la poésie ?
Certains disent non, d'autres oui
Ce ne sont que des touches de piano
Visions personnelles en quelques mots
Des bijoux sans prétention
Des fleurs que l'on cueille ou non
Et le seul objectif qui m'anime
N'est pas votre amour unanime
Mais bien celui de faire réfléchir
Mais qu'est-ce qui nous fait vivre ?


Spasmes 41 à 80



41

Je connais le sexe des anges
C’est celui que vous leur prêtez



42

Si chaque arbre ne pensait qu’au fait
Qu’il n’est qu’un
Perdu dans la multitude
Les forêts seraient moins belles



43

Si c’est dans la merde
Que se trouve la nourriture
De cette merveilleuse nature
Ce monde peut être beau



44
Construire un pont entre deux mondes
C’est accepter de partager le sien



45

Dans la course folle de chaque jour
Prendre une grande respiration
Et simplement regarder autour



46

Nous sommes
La minuscule cohorte des vivants
Perdue dans le temps



47

Lorsque le délire des religions se sera éteint
Dans le silence qui suivra
Qui sait ce que nous entendrons ?



48

Il nourrissait sa peur
En ayant peur d’elle



49

Il suivait toujours l’enseignement du maître
Était toujours dans son ombre et dans ses pas
Le jour de la mort de ce dernier
Il s’évapora



50

Lorsque le spermatozoïde pénétra l’ovule
Ils furent tous deux catapultés dans ce monde
Aujourd’hui encore
Ils se demandent où ils sont



51

Il traversa les plus grands déserts
Navigua sur les océans et se fraya un chemin dans des forêts inextricables
Il rejoignit le maître au sommet de la plus haute montagne qui lui lança :
- Que fais-tu ici ? Pars chez toi et va vivre ta vie !



52

Cette dure préparation
Ce labyrinthe échevelé
La fermentation d’un alcool rare
Moi



53

La question n’est pas nouvelle
La réponse n’est pas connue
D’où nous vient la capacité de la poser?



54

L’ennui est le plus grand des aveux
Nous ne savons pas jouir
Du moment unique
Maintenant



55

Dans la tour de guet
La sentinelle s’est endormie
L’ennemi est toujours bien informé



56

J’ai aimé chaque centimètre de ta peau
J’ai goûté chacun de tes désirs
J’ai caressé toutes tes zones érogènes
Mais je ne sais pas qui tu es



57

Marcher dans la forêt
Tout simplement



58

Je trouve la vie trop courte
Pourtant je ne l’habite pas de mes meilleures intentions
Je ne la construis pas par mes meilleurs efforts
Je ne la chéris pas assez



59

S’il n’y a qu’un seul dieu
Il doit bien s’emmerder



60

Les livres sacrés
Sont le rêve à demi éveillé
D’un enfant bâtissant des châteaux de sable
Au milieu du désert



61

La chaleur de ton corps est un baume sur ma peau
La caresse de tes yeux me construit dans l’espace
Tes mains me façonnent sans rudesse
Tes paroles me bercent



62

J’aime voir tes yeux pétiller
Quand ma virilité se dresse devant toi !



63

Fuir est toujours possible
Mais un jour
Se battre est inévitable



64

L’action est le remède
Et nous pouvons dire :
- C’est fait !



65

Je trouve incroyable d’avoir le pouvoir d’imaginer
Que nous voguons sur un petit vaisseau
Entre les murs étoilés et les parois opaques
D’un mystère



66

Si l’univers va en se complexifiant
Pourquoi est-ce que j’arrive en plein milieu de l’histoire ?
Zut !



67

Travailler, bien sûr
Dormir, évidemment
Manger, indispensable
Mais quoi d’autre ?



68

Le ciel était bleu écarlate
Le vent froid volait la chaleur des corps
Le blanc immaculé de la neige attendait un peintre génial
Et moi je suis passé en raquettes



69

Deux serpents en colère se bouffaient la queue
Et ainsi à qui mieux mieux
Ils disparurent
L’un dans la gueule de l’autre



70

Je suis un flocon de vie
Perdu dans la tempête du temps
Et je m’inquiète
De peccadilles



71

Tout peut se dire
C’est la manière qui compte



72

La horde de loups poursuivait le wapiti
Épuisé, il fut achevé sur la toundra
Le festin fut royal
Il n’y a pas de morale



73
Les machos
Dans leurs autos
Sont idiots



74

Lorsque le dieu Volcan s’éveilla
Il y eut un grand moment de joie chez les indigènes
Mais le chaman déclara au peuple :
- Enfuyez-vous, toutes nos croyances sont fausses !



75

Le pêcheur dort au bout de sa ligne à pêche
Pendant ce temps
Le ver discute avec les poissons



76
Lorsqu’il y a un conflit
L’idiot frappe
Le poltron s’enfuit
Et le sage prend des notes



77

Marcher au cœur de l’étang
Sous les reflets jaune et rouge de l’eau
Je travaille en forêt
C’est le printemps



78

Il rêvait de posséder toutes les femmes
Tout ça avec un pénis de quinze centimètres
Et quelques décennies de vie



79

C’était une très belle femme
Qui attendait le prince charmant
Malheureusement pour elle
Seuls des hommes l’abordaient



80

Quoi qu’on en dise
Il est beau de voir des hommes courir après une petite rondelle noire
Ou un ballon
Juste pour le plaisir de se dépasser


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   David   
4/2/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Nongag,

C'est la succession des petites phrases qui m'a plu le plus, je n'ai pas vraiment percuté le long de ce fil, parfois trop philosophique, trop contemplatif, quelques lieux communs à peine reformulés : 46, 50, 53, 54, 56, 58, 63, 71, 73, 79.

Un quand même qui ressort au final, le 75 j'aime bien.

   Anonyme   
4/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Vos nouveaux spasmes ( "Spasmes 2" ou "Spasmes - Le Retour"), font penser un peu à ces films (Schreck 2/ Les visiteurs 2/ La vérité si je mens 2, etc) qui vivent sur le succès du précédent. On se réjouit de leur sortie, et puis on se dit: "Il y a de bonnes trouvailles, mais je préférais le premier!"

Vous avez trouvé un créneau, mais attention à maintenir la même qualité...Et ce n'est pas facile de surprendre un public exigeant!

J'aime bien l'image du 69. Je vous soupçonne , à ce propos et par ailleurs, d'être un sacré coquin!

   Anonyme   
4/2/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Pour ma part j'ai trouvé ces "spasmes" bien moins percutants que certains des 40 premiers. Ici quelques "lieux communs" sont venus parasiter ma lecture. Je n'ai pas adhéré à la reflexion de l'auteur cette fois-ci. Une prochaine fois.

   widjet   
4/2/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Les 40 premiers Spasmes m'avaient laissés un goût mitigé, mais contenaient quelques bonnes "vibrations". Ceux là en revanche sont franchement moins réussis (peut-être faudrait il en faire moins ?). En cherchant bien et dans le nombre, on en trouve bien encore un peu (47 - 59 - 62 - 75) , mais c'est beaucoup trop chiche.

L'auteur aime le sexe. Qu'il se rassure, nous aussi ! :-))

W

   ristretto   
4/2/2009
 a aimé ce texte 
Pas
encore moins convaincue que la première fois

je n'y trouve pas de poésie

j'espère vous lire autrement

   Marite   
4/2/2009
Bonjour Nongag
J'ai préféré les 40 premiers. A la lecture des 40 derniers il m'est venu ceci en tête: " Le cours d'une vie est comme le cours d'une rivière, c'est plus facile et moins fatigant de se laisser porter par le courant que de nager à contre-sens" Est-ce un spasme?

   Anonyme   
4/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Les 40 premiers spasmes étaient une bonne surprise, mais ceux ci sont moins convaincant. Il en ressort tout de même de très bons, dignes de la première série. Je pense notamment au 65, 66, 68 et 75.

   Lylah   
4/2/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Assez d'accord avec la plupart des commentaires. Un tri, un "resserrement" de ces spasmes les rendraient plus percutants, plus originaux, avec une vraie "patte d'auteur". Il y a des trouvailles, des sourires, des pensées fortes, mais le tout est un peu trop délayé à mon goût et on se retrouve dans une sorte de "bavardage" un peu vain. Perfectible...

   lotus   
4/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Les spasmes, une trouvaille interessante , il me semble.

Il y en a qui me font sourire, d'autres me font réfléchir ou m'interroger sur un éventuel message caché.

C'est original mais attention de ne pas tomber dans la monotonie.

Je m'en vais découvrir les premiers.Après tout, peu importe le sens de la lecture pourvu qu'on y trouve un sens profond.

   Anonyme   
4/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Il y a à boire et à manger dans ces "spasmes" Certes.
Mais je trouve ça très original et ça vaut le détour.

   nico84   
4/2/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
De l'avid général, une petite baisse de la qualité et surtout de la spontanéité.

J'aime aimé les 44,53,59, 75 et 76. Mais beaucoup moins incisif que la derniére fois.

Ne baisse pas les bras, il y a quand même su bon. Parfois le tome 3 est meilleur que le 2.

   xuanvincent   
5/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Comme les autres lecteurs, j'ai préféré dans l'ensemble les 40 précédents "Spasmes". Une partie d'entre eux toutefois ont davantage retenu mon attention et intéressée.

   Flupke   
6/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un peu moins percutant que la première rafale
Bien aimé 53 (assez Zen), 68, 72, 74, 75, 79.
Pour l'ourobouros binaire je suspecte le numéro choisi délibérément.

   myrtille   
17/3/2009
Voilà ceux que j'avais manqués. J'aime encore. A lire par petit bout. Des petites "touches de piano" comme tu dis, j'aime bien cette image. Certains passent avec une impression de déjà-lu, d'autres restent un peu plus.

   NICOLE   
27/6/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Je suis désolée, mais ça ne m'a pas touchée du tout. J'ai trouvé l'ensemble un peu trop décousu pour moi.
Cependant, j'ai apprécié le comique (involontaire ?) du paragraphe 62.
Bon, comme je ne veux pas risquer de passer à côté de quelque chose, je vais aller lire les autres spasmes.

   jaimme   
12/9/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Le score est moins bon:

bof: 41.43.45.49.53.55.57.60.62.63.65.67.68.69.70.73.75.77.80
moyen: 42.46.47.48.50.52.54.56.58.61.64.72.76.78
bien ou très bien: 44.51.59.66.71.74.79

Merci encore!

edit: il est assez amusant de voir que les "meilleurs" sont souvent différents d'un commentateur à l'autre... Un spasme à écrire, assurément!


Oniris Copyright © 2007-2019