Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
oiselle : Murmures
 Publié le 18/10/20  -  7 commentaires  -  635 caractères  -  103 lectures    Autres textes du même auteur

Tout ce qu'un mot, silence, peut révéler entre ses lettres...


Murmures



En épelant le mot silence
C’est tant d’images en écho...
Lenteur du jour en ton absence
Espoir d’un amour qui s’élance

En épelant le mot silence
Je vois le cil à ta paupière
Le clin de ton œil amusé
Le siècle de notre éternité

En épelant le mot silence
Je sens le ciel à ma portée
Ton goût de sel au pli du creux
Le lien éclos entre nos mains


En épelant le mot silence
Souffle fragile suspendu
Battement de cœur ciselé
Et tout notre temps enlisé


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Provencao   
4/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
"En épelant le mot silence" le paradoxe devient grand.

Le mot silence déborde toutes fragilités imaginées.

En vos vers, le mouvement du temps, la lenteur du jour, les plus intenses dans l’absence, finissent dans le battement du coeur et le temps enlisé.

J'ai bien aimé cette "extase" en écho presque nécessaire pour que le vrai se saisisse du mot et l’envahisse selon les murmures qui ne dépendent plus totalement du Silence....

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Myo   
4/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Le silence est souvent très bavard.
Mais ici, j'ai un peu de mal à discerner son propos.

Dans la 2e strophe, le clin d'œil est amusé et pourtant le temps semble une éternité, signe d'un ennui qui s'étire.
De nouveau dans la dernière strophe, le souffle fragile, le cœur ciselé parlent d'amour mais le temps enlisé en signe plutôt la fin.

La forme libre proposée reste proche d'une structure néo-classique

En EL Myo

   papipoete   
18/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour oiselle
oui, un mot qui peut faire tant de bruit, selon le moment où il se produit ; vous jouez ici avec ce qu'il évoque de votre moitié aimée.
la première strophe mesure le temps sans l'autre, qui dure dure tant ! et c'est le passage que je préfère.
NB je pense que c'est le mot idéal pour un acrostiche, qui m'aurait plus emporté en poésie !
aujourd'hui, devant un collège où l'on a ôté la vie d'un prof, le SILENCE montera jusqu'à cette question en nous : pourquoi ? mais dans le silence...

   Vasistas   
18/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,
Le vide attire le plein
ce que permet le silence
il laisse la place aux souvenirs
dans votre poème
les sons et les images apparaissent doucement
les mots se font échos
le silence par quatre fois invoqué
notre temps s’enlise
fragile
comme votre cœur
heureux de vous lire

   Pouet   
19/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Slt,

un jeu de silence entre les mots, ce que les lettres nous inspirent, l'anagramme en écho de la contemplation. Dire le silence ne saurait le rompre, un prolongement du regard.

Murmures d'un mur entre soi et l'autre.
L'amour, l'absence, le manque et l'espoir enveloppés par la cacophonie du silence.

   Davide   
19/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour oiselle,

Exercice rhétorique amusant, qu'un brin de tendresse enveloppe de sa poésie. En lisant, je me suis plu à voir une narratrice jouer avec les mots, dérouler le silence, le décomposer lettre après lettre, le recomposer, le réécrire, le réinventer à l'infini, le faire parler, pour comprendre, le ciseler pour ne pas s'y enliser, combler l'absence de l'être aimé, ou mieux, faire re-vivre l'être aimé au cœur du silence, au creux du silence.

J'ai trouvé belle et appropriée l'image de l'écho, la réverbération du silence comme un feu d'artifices, éclats de mots pleins de vie ("cil", "clin", "ciel", "sel", "lien")...

Dans le détail, je n'ai pas apprécié le "pli du creux" (v11), un peu déroutant au milieu d'un poème assez lyrique. Mais l'ensemble est réjouissant ! J'ai bien aimé.

   Donaldo75   
23/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Oiselle,

L'exergue promet de la finesse, de la subtilité et je n'ai pas été déçu à la lecture de ce poème. Le silence n'est pas un thème souvent traité ici et c'est dommage car il y a de la matière. Et dans le cas présent, le silence n'est qu'un biais poétique pour parler d'autre chose et de manière subtile, avec douceur et surtout dans une belle tonalité. C'est de la poésie tonale, à n'en pas douter, et dans le genre fine, aérienne, presque vaporeuse parfois mais jamais vide, jamais silencieuse, toujours au-delà des mots.

Bravo !

Donaldo


Oniris Copyright © 2007-2020