Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
PIZZICATO : Ayant appartenu
 Publié le 21/10/20  -  16 commentaires  -  1966 caractères  -  151 lectures    Autres textes du même auteur

Plume ayant appartenu à ce grand homme, ce Personnage...


Ayant appartenu



https://ahp.li/74ff3b9b0e0cfdf64383.mp3
Texte, musique et voix : Yves Alba – Pizzicato


Je m'ennuie.
J'ai envie de quitter cette vitrine
pour ne pas être à jamais
dans ce musée
un objet sans vie.
Moi la plume inconnue
j'ai écrit tellement de pages.
Plume ayant appartenu
à ce grand homme, ce Personnage.

Rêves et chimères qui ont grandi avec lui
les a-t-il un jour trouvés en la « Douce Italie » ?
Elle a inspiré sans doute
le plus beau de ses romans
mais aussi mis sur sa route
un amour bien trop brûlant.
Comme au jeu de hasard
les couleurs de l'amour changent,
tantôt le rouge ou le noir.

Je m'ennuie dans cette cage.
Tous les gens me dévisagent.
J'attends patiemment qu'un nouvel ami
subrepticement m'emporte d'ici.
Une main pour me conduire,
un peu d'encre pour écrire.
Je retracerai, pour qui me délivre,
ce qu'il n'a jamais confié dans ses livres.
Certains soirs de grande peine
de rancœur, parfois de haine.
Les mots trop violents que le cœur s'écrie
lorsque la passion bouscule l'esprit.

« Mathilda, Mathilda », toi qui l'as toujours éconduit,
ton prénom que de fois l'ai-je écrit !

Moi, la plume en argent sur un socle de feutrine
je n'ai plus d'âme sans lui.
Je m'ennuie dans cette cage.
Qui donc aura ce courage
subrepticement m'emporter d'ici
me donner sa main pour une autre vie.
Ce n'est bien sûr quand j'y pense
rien qu'une folle espérance.
Car il est certain que ma liberté
coûterait la sienne à qui oserait.

On veillera sur moi pour des siècles encor
puisque je vais rester figée dans ce décor.
Rappelez-vous longtemps que cette plume est celle
ayant appartenu à Mr Henri Beyle.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Cristale   
4/10/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément
L'on dit que les vieilles pierres pourraient raconter beaucoup de choses secrètes d'entre les murs et que les arbres en savent plus que tous les ouvrages des bibliothèque.

Cette plume garde sur elle l'empreinte génétique de la main de Sthendal et porte en elle la vie, les pensées les plus intimes du grand homme.

Au plus proche de l'écrivain, donner la parole à l'objet avec lequel il a écrit tant de chefs-d'oeuvre est assez original. En poésie cela se nomme : prosopopée.
Un texte riche de par la syntaxe et l'essence poétique qui en émane.

J'ai bien peur que, si quelqu'un l'adoptait, cette plume ne se retrouve dans une autre vitrine et constate avec effarement que les auteurs utilisent des objets étranges qui écrivent tout seuls, et sans encre...

J'aime beaucoup la voix et la musique qui rendent vie à l'objet figé derrière sa vitre. Une idée originale que de lui prêter une voix guillerette et pleine d'espérance.

Ce qui m'a attirée sur cette composition a d'abord été le texte que, isolé, j'ai lu comme un poème classé en contemporain et que je considère comme un hommage à cet immense auteur, Henri Beyle, dont la lecture de ses plus célèbres oeuvres a laissé des traces dans ma mémoire d'adolescente.

Un bel ensemble, bravo à l'auteur du texte, de la musique, et à l'interprète.
Cristale

   Queribus   
4/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Personnellement, j'ai beaucoup apprécié et le texte et la musique mais le texte me semble très ardu pour le grand public: il est long, très explicite et fort bien tourné mais qui, de nos jours, sait qui était Henri Beyle. De ce fait, il ne peut s'adresser qu'à un public de connaisseurs et non à un public populaire. Le texte témoigne toutefois d'un gros travail dans la recherche de l'expression; la musique est gaie et plaisante et s'écoute avec plaisir.

En conséquence, beaucoup de plaisir en ce qui me concerne avec toutefois de grosses réserves sur son accessibilité au plus grand nombre.

Bien à vous.

   eskisse   
21/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Pizzicato,

L'idée de faire parler la plume esseulée de Stendhal me plait beaucoup. Mais c'est vrai que le poème semble s'adresser à des "Happy few" ( il faut comprendre par exemple qui est "Mathilda" ) selon le voeux de l'écrivain pour ses propres romans.

Le choix de terminer le texte par "Henry Beyle" me convainc d'autant moins que Stendhal a choisi pour pseudonyme, pour nom de plume : Stendhal. Il exécrait la famille de son père et ce nom de Beyle.

Je trouve cependant original et plaisant qu'on écrive une chanson sur lui !!!
Merci pour ce parcours au fil de la plume !

   Donaldo75   
21/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour PIZZICATO,

J'ai trouvé que cette chanson remplissait toutes les cases de mon exigence de lecteur de poésie quand il vient en section chansons; il y a de la richesse dans ces vers, du récit car mine de rien le baladin nous raconte une histoire et nous l'écoutons avec nos yeux, nos oreilles et notre coeur. Je ne me suis pas ennuyé un instant et n'ai pas eu l'impression d'une cage, loin de là, pour reprendre un de tes vers. Il y a de la nourriture pour l'esprit comme disent les Anglais quand ils ne veulent pas paraître trop américains à manier sans vergogne du superlatif latinisé.

Bravo !

Donaldo

   papipoete   
21/10/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément
bonjour PIZZICATO
non, je ne rêve pas ; c'est bien à notre chanteur que j'écris !
Mon maître est parti au-delà des nues ; l'on garda de moi, maints souvenirs, des livres que l'on feuillette ; ils vivent de procurer émois et plaisirs d'être lus et tournent les pages, vibrent les mots !
Mais moi, sa plume que l'on admire à travers le verre d'une vitrine, je me languis ; je voudrais tant qu'entre des doigts nouveaux, elle retrouve la ligne, et copie comme avant ce que Stendhal inspiré, faisait courir sur vélin...
NB l'auteur, qui écrivit et chanta tellement pour les autres, prend ici toute la place que son talent mérite !
la musique guillerette semble être gaie, enjouée pour dire à qui ouvrira la cage dorée " vous verrez, ne le regretterez pas ! essayez-moi ? pour un poème en rouge et noir, un récit aux couleurs de Chartreuse de Parme... sortez-moi d'ici, je vous en prie ! "
l'avant-dernière strophe est ma préférée, quand celle qui conclue cette chanson est le dernier S.O.S. d'une " plume en détresse... "
Donnez-nous encore et encore de votre allant qui rime avec talent...

   Robot   
21/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Même sans musique voici un texte qui aurait aussi bien pu s'inscrire en poésie libre.

J'aime particulièrement le passage suivant qui exprime l'appel à renaître de la plume de S.:

Une main pour me conduire,
un peu d'encre pour écrire.
Je retracerai, pour qui me délivre,
Ce qu'il n'a jamais confié dans ses livres.
Certains soirs de grande peine
de rancoeur, parfois de haine.
Les mots trop violents que le coeur s'écrie
lorsque la passion bouscule l'esprit.

Un bel hommage à Stendhal présenté sous un angle original.
La preuve qu'une chanson peut être autre chose qu'une bluette et posséder un fond et une écriture véritablement poétique.

   Hananke   
21/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour

Très bon texte et très belle musique entraînante, j'aime beaucoup.

Il m'arrive également d'avoir envie de quitter cette vitrine mais pas pour être dans un musée.
J'aime bien également la comparaison de l'amour à un jeu de hasard,
tantôt le rouge, tantôt le noir.
Bravo, cette jolie chanson nous fait oublier la morosité ambiante et l'absence de léni.

   sympa   
21/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour PIZZICATO,

Un bel hommage à Stendhal en livrant les états d'âme de sa "plume en argent"aujourd'hui enfermée dans la vitrine d'un musée.
Faire parler la plume de cet écrivain célèbre est original et m'a beaucoup plu tout comme la mise en musique et l'interprétation, qui sont un grand plus .

   Corto   
21/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Elle est très vivante cette plume. Elle est en tout cas passée ici du statut d'outil à celui de personnage essentiel. On comprend donc qu'elle ne veuille plus être "un objet sans vie".

Toute la démarche joliment créée est parfaitement évocatrice, y compris cette trouvaille qui indique "Car il est certain que ma liberté
coûterait la sienne à qui oserait".


Cette plume a su provoquer émotion et sympathie.
La chanson est un plus vraiment positif, le ton et le rythme très bien adaptés.

Bravo pour le texte, la musique et la voix..

   Ascar   
21/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très original que de faire parler cette plume. Je me suis délecté de l'histoire.

l'ensemble est servi par une belle écriture, une interprétation convaincante et une musique entrainante.

Prestation aboutie

   plumette   
22/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
un grand plaisir d'écoute, puis de lecture dans un second temps!

la musique assez entraînante contraste avec la mélancolie du texte.

J'ai vraiment aimé que vous donniez la parole à cette plume en vitrine qui aimerait bien reprendre du service.

un thème original ! Alors qu'aujourd'hii nous tapotons sur des touches et que ce geste n'a plus rien à voir avec ce que vous racontez dans votre histoire, les plumes continuent de nous faire rêver et de symboliser l'écriture et même peut-être l'inspiration.

   Pouet   
22/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Slt,

je trouve une réelle valeur ajoutée à la musique et la voix qui rendent comme un sentiment d'urgence et de fantasmagorie collant bien au thème. Thème d'ailleurs original, donner la parole à la plume imprégnée de l'imaginaire de l'auteur.

J'ai une préférence pour le dernier couplet, mais l'ensemble est fort plaisant.

Cela fait longtemps que je me dis que je devrais ouvrir un livre de Monsieur Heni Beyle.

Mes amitiés au camarade leni en passant.

   emilia   
23/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un plaisir de vous retrouver dans cette chanson – hommage qui donne vie à la plume de Stendhal, cette plume prolifique reçoit derrière sa vitrine les honneurs qui lui sont dûs, ainsi qu’à son propriétaire qui lui a confié son âme ; celle qui a partagé l’intimité de l’écrivain connaît son véritable nom autant que ses nombreux noms de plume, elle pourrait à loisir se remémorer tous les mots qu’elle a méticuleusement formés, habituée à la main qui la guidait, ce pourrait être un sacrilège que de la remettre en service… ; mais pourquoi n’aurait-elle pas le droit de rêver et d’espérer un renouveau « comme une folle espérance » volage, à l’instar de ce grand personnage qui a multiplié les conquêtes ? La musique qui l’accompagne, vive et entraînante, s’harmonise bien avec la vie riche et passionnée de l’épicurien qu’il a été ; merci à vous pour cette belle composition où l’on reconnaît votre talent habituel…

   archibald   
23/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Pizzi,

A la lecture, je me suis demandé comment un texte de style aussi libre allait pouvoir être mis en musique. Eh bien, ça fonctionne tout à fait et le texte s'en trouve bien structuré. Tu me permettras quelques réserves sur certaines formes syntaxiques, notamment les deniers vers de la troisième strophe ; des phrases nominales qui m'ont un peu heurté, peut-être est-ce affaire de ponctuation, mais à l'écoute, ça passe.
Depuis peu, je tâche tant bien que mal de me lancer dans la composition pour mettre de la musique sur mes textes, c'est donc avec une oreille attentive que j'ai écouté plusieurs fois ta mélodie. Je trouve qu'il y a de très intéressantes modulations qui rendent la musique plus complexe qu'il n'y paraît. Le mélodiste débutant que je suis apprécie.

Archi

P.S. : Tu ne veux pas faire un petit passage sur mon fil Brassens ? Il a un peu de mal à démarrer.

   Cat   
26/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai lu d'abord. C'est chouette de faire parler la plume ! Elle a tant à dire sur ce qui fait son encre, son sang... En plus, c'est avec une belle eau qu'elle s'exprime.

Ensuite, j'ai écouté et aimé la mise en musique, et le chant qui donne vie aux mots, façon Pizzi, of course ! ^^

Eh moi qui trouvais que tu te faisais rare !... (voir la Vocathèque)
Belle coïncidence ! J'apprécie beaucoup.

Merci pour ce tout, Pizz'Yves.


Cat

   solo974   
30/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour PIZZICATO,
Quelle joie de vous lire, et de vous entendre !
Bravo pour cet hommage à Stendhal, dont j'aime toutes les œuvres.
En donnant la voix à sa plume, vous faites montre d'originalité et de créativité, et cela m'a beaucoup plu.
J'ai tout particulièrement aimé cette strophe :
"Je m'ennuie dans cette cage.
Tous les gens me dévisagent.
J'attends patiemment qu'un nouvel ami
subrepticement m'emporte d'ici.
Une main pour me conduire,
un peu d'encre pour écrire.
Je retracerai, pour qui me délivre,
ce qu'il n'a jamais confié dans ses livres.
Certains soirs de grande peine
de rancœur, parfois de haine.
Les mots trop violents que le cœur s'écrie
lorsque la passion bouscule l'esprit."
La chute est également très bien trouvée.
Un grand bravo à vous et à vous relire !


Oniris Copyright © 2007-2020