Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
PIZZICATO : Ton bébé
 Publié le 09/05/15  -  23 commentaires  -  2543 caractères  -  283 lectures    Autres textes du même auteur

Texte, musique, chant : Yves Alba

http://ahp.li/e609049aa364a04970d2.mp3


Ton bébé



Depuis deux mois tu voyages avec ton patron
Vous traitez des affaires au Brésil, au Japon.
Mais avant de partir tu m’as recommandé
De veiller sur ta môme ; elle a dix mois passés…
J’ai déjà bien du mal à m’occuper de moi
Pourquoi m’as-tu laissé ton bébé sur les bras ?
Tu dis que c’est un ange, à chacun ses idées !
Quand il est avec moi il ne fait que pleurer
Ton bébé.

Tous les matins à sept heures il faut l’emmener
Chez sa nounou qui crèche à l’autre bout d’la ville.
Je l’habille en vitesse et j’avale un café.
Je lui mets son walkman pour la tenir tranquille.
Y faut pas que j’oublie doudou, tous les guignols,
La suçu, le landau, le parc, les petits pots.
Enfin, quand j’ai fourré tout ça dans la bagnole
Je m’aperçois soudain que j’ai laissé là-haut
Ton bébé.

Il est huit heures et quart quand j’arrive au boulot.
Le patron fait la gueule, il a dû mal dormir.
Je dis bonjour vit' fait, je rejoins mon bureau.
En passant, Natacha m’adresse un beau sourire.
J’ai vraiment pas la tête à jouer les jolis cœurs !
J’ai envie de m’asseoir, faut que je décompresse.
J’ai déjà un message sur le répondeur :
C’est la nounou qui râle, elle trouv'pas les Pampers
De ton bébé.

En sortant du bureau faut la récupérer.
C’est vraiment la cohue, j’me gare en double file.
Je fonce au quatrième. Sur la porte d’entrée
Je trouve un petit mot qui dit « on est en ville »
J’peux pas attendre ici, je suis trop mal garé !
J’ai pas envie de retrouver une contredanse.
Mais quand j’arrive, trop tard ! les flics sont passés…
Mieux vaut, dans ces cas-là, ne pas dire c’que je pense
De ton bébé.

On rentre à la maison ; c’est l’heure de manger.
Elle se met à pleurer, elle a les crocs, Marie.
’Suis pas un cordon bleu, j’envisage une purée.
Pour la distraire un peu je fais des pitreries.
Elle me balance sa cuillère sur le nez,
Elle tape dans son assiette, ça fait gicler la purée…
Comme j’ai pas eu le temps d’enlever mon costard,
Me voilà décoré ! J’te jure que j’en ai marre
De ton bébé !

Mais quand vient l’heure du marchand de sable
Ses yeux se ferment, elle s’endort dans mes bras.
Je mets au lit ce drôle de petit diable.
J’oublie mon stress, je craque quand je vois
Ses petits poings fermés sur ses draps roses ;
Je suis tout chose
En regardant dormir ton bébé.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   leni   
9/5/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour mon ami Yves
Paroles musique arrangement et chant!!!!
Il n'est pas possible d'écrire plus vrai dans toutes ces situations
C'est le film d'un tranche de vie dans laquelle la tendresse flirte
avec le pittoresque Et on sourit en écoutant une chanson inhabituelle
C'est cool frais et joli La mélodie est d'une infinie douceur Et le marchand de sable fait une apparition brève sur quelques images : LES PLUS SIMPLES DE LA VIE OUI LES PLUS SIMPLES
BRAVISSIMO

MERCI pour ce superbe moment

Leni

   Francis   
9/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un bébé qui occupe beaucoup de place dans la vie ! Du sourire à l'attendrissement, ce texte joliment mis en musique raconte avec simplicité, sensibilité, poésie et humour la journée des "nouveaux" parents écartelés entre la vie professionnelle et la vie familiale. Dur, dur de concilier les deux mais que de bonheur face à ces petits poings sur les draps roses !

   bipol   
7/3/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
bravo Yves

tu as su retranscrire la réalité

de cet enfant qui t'es confié

avec tous les petits ennuis que cela procure

ton récit est tellement juste qu'on a l'impression que ça t'est arrivé

et cette musique qui colle à tes mots

j'ai tout adoré

   Robot   
9/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
(à mon avis de dilettante) Quand la musique s'accorde au texte, quand les deux modes d'expression sont en harmonie cela nous donne une belle œuvre.
Le chant apporte encore plus de réalisme à ce texte, car plus qu'une chanson, c'est un poème mis en musique. Comme on pourrait le dire d'un texte de Jean Richepin ou de Paul Fort, qui reste poésie après qu'un compositeur s'en soit emparé sans en dénaturer l'essence.
Bravo à l'équipe.

   papipoete   
9/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour PIZZICATO; qui n'a pas eu de petit à élever, à garder à la rigueur, ne peut imaginer la vérité de ce poème. Rien n'est inventé, il y manque certainement d'autres images! Hormis le bébé qu'on oublierait comme la mémé plantée sur sa chaise au moment du départ en vacance!
On l'aime, on le chérit Bébé quand il sourit! On le hait, le battrait quand il braille la 3e nuit d'affilée ( ayant lui, dormi toute la journée )!
Mais au coucher, on remet le compteur à zéro, lui fredonnant un air. Un quart d'heure après, on guette par la porte entrouverte et le tableau des " petits poings fermés sur ses draps roses " nous émeut, nous rend " tout chose ".
Je pense à la Lolita de Renaud, et je souris...

   Pimpette   
9/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je constate avec plaisir que Pizzicato est une bonne Nounou!

EN plus des soins habituels il compose ses berceuses lui même et ses petites purées sont excellentes

Parfois un peu excédé par toutes les corvées, bien entendu,...la tendresse n'est pas loin...on te le reconfiera demain, c'est certain!!!!!

   Automnale   
9/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce texte drôle, sentant le vécu, est un petit rayon de soleil.

C'est bien long deux mois, avec un bébé sur les bras !

J'ai particulièrement aimé :
"Tu dis que c'est un ange, à chacun ses idées !
Quand il est avec moi, il ne fait que pleurer"

Ou encore :
"Y faut pas que j'oublie doudou, tous les guignols,
La suçu, le landau, le parc, les petits pots".

Oh ! Les Pampers ne sont pas là ! Zut alors ! (c'est amusant).

Et "Pour la distraire un peu je fais des pitreries" (c'est touchant).

La musique enlevée, les bruitages bien choisis, la douceur irrésistible de la fin font de "Ton bébé" une chanson très originale. Le timbre de voix, évidemment, ne gâche rien.

Merci, Pizzicato, pour ce sourire du matin.

Devant un tel travail de pro, je reste admirative.

   funambule   
9/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voilà un texte à la fois souriant et tendre que Clarisse, ma belle fille (16 ans) à repris instinctivement dès le premier refrain. C'est quand même moi qui commente (mais ça confirme ma bonne impression) ! Je ne classerais pas ça dans la poésie mise en musique, le souci des sons est réel et plutôt bien mené. Par endroits la (non) césure des alexandrins exige un peu de rattrapage à l'interprétation... mais bon, on se débrouille et ça passe bien. C'est un peu le déroulé d'un film qui met de bonne humeur, imprime l'envie d'être vivant et de tout savourer, y compris ce qui par instant est insupportable. En fait tout le texte détermine le personnage "par écho" et ça, c'est chouette; la musique va bien (même l'espèce d'orgue "bontempi qui m'aura fait un peu "tiquer") , l'interprétation légère et (néanmoins) nuancée. Je confirme mon adhésion première.

   Anonyme   
9/5/2015
Salut Pizzicato
Ça sent le vécu
C'est drôle et tendre
Ça fait un peu penser à " trois hommes et un couffin"
Sauf que là y en a qu'un

C'est super

Merci Pizzicato

   Anonyme   
9/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Yves ! Dure journée pour la nounou occasionnelle que tu interprètes avec talent mais une fort jolie chanson pour les auditeurs que nous sommes...
J'ai beaucoup aimé le dernier couplet qui efface d'un coup, d'un seul les tourments de la journée. Bien aimé aussi la courte intervention du bébé qui donne encore plus de vécu à cette mélodie.

Bravo et merci...

   Anonyme   
9/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"Ton bébé" est un bébé comme les autres finalement, c'est ce qui le rend charmant tout au long de ce texte. Un texte poignant donc, ou finalement bébé s'endort en serrant ses petites mains, après avoir affronté toutes les petites péripéties de la journée, tant il a tout à apprendre. Et vous le regardez là, tendrement, dormir, souriant malgré tous les petits revers de cette folle journée qu'il vous faut tous les jours affronter, pour la bonne cause.

"Ton bébé", c'est aussi le votre, non ? En tout cas vous vous en occupez bien.

Areu !

Wall-E

   PIZZICATO   
9/5/2015
merci-pour-le-bebe-t20485s0.html

   Anonyme   
10/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir !

Finalement vous ne vous en sortez pas mal même si il y a quelques débordements ....En tous les cas pas de souci à vous faire pour l'avenir ,votre reconversion " en nounou " agréer et sur une bonne voie !
Un texte amusant ,plein de tendresse et comme vous on " craque " à la fin devant ce petit diable qui s'endort comme un ange !

   boudune   
18/6/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Bien vu et attendrissant. C'est plein de choses en prise avec le quotidien. La musique est joyeuse, même si un peu désuète.

   ameliamo   
20/8/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Exceptionnel « Ton bébé ». Une poésie adorable et charmante, sur une musique adéquate et une interprétation sur mesure. Un grand plaisir de l’écouter.

   madawaza   
3/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
A quand la famille nombreuse...
DE chansons ...Bien sûr
Texte et musique super !

   Anonyme   
14/1/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
C'est génial cette écoute, mots, voix, musique, la dernière strophe reflète la tendresse qui s'est crée avec ce "bébé", tout est dit, du bonheur à l'état pur.

   Lefablio   
12/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonsoir Pizzicato,

euh elle revient quand???

Je ne peux m'empêcher d'imaginer la mère au soleil à Rio

mais c'est sûrement parce que je me mets à votre place!!!

j'aime le texte , un peu moins la mélodie et l'instrument

   Annick   
22/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bravo pour les paroles et la musique. Une vision très juste, une chanson à l'écriture fluide et agréable.
L'expression "Ton bébé" ponctue la fin de chaque strophe pour rappeler, comme un leitmotiv, (ou un refrain) que ce bébé n'est pas le tien. Elle marque une distance, ce qui a un effet comique.
Juste une petite remarque : je trouve que dans la chanson, on ne distingue pas assez bien les paroles. Heureusement que je les avais sous les yeux. Est-ce moi qui serais un peu sourde ? C'est possible. :-))
Merci pour ce très beau partage.

   Syzygie   
29/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je n'ai pas encore écouté la version mise en musique...Mais , après une première lecture rapide la gourmandise m'a conduit à le dire à voix haute à ma Compagne...Je ne suis pas un bon interprète, pourtant l'effet a été merveilleux...
Je reviendrai donc pour découvrir votre interprétation musicale !

   LGduVar   
19/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Merci pour ce partage... Ce bébé va grandir... D'autres misères, d'autres chansons...

   EvaDam   
25/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Belle oralité, rythme surprenant, tangage de la m/paternité.

   Amandine-L   
18/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Pizzicato,

j’ai aimé lire cette tranche de vie, poème touchant, cocasse. La fin du poème, où il est suggéré l’attachement, tranche bien avec la répétition de « ton » bébé. Merci pour ce partage.


Oniris Copyright © 2007-2018