Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Proseuse : La mise...
 Publié le 06/08/17  -  5 commentaires  -  1195 caractères  -  138 lectures    Autres textes du même auteur

Mais alors, se pourrait-il que l'Homme, lui, soit "le" mauvais joueur ?


La mise...



Le crépuscule a pris la main
Et d'étoiles plaque son or
Au fond de l'outre-mer d'un jardin d'Éden
Et les satrapes rayons de lune
Dilapident leurs onces d'argent
Par les fenêtres ouvertes
Sur des eaux avides de beautés et de richesses.

L'ombre, d'ennui, s'étend et s'embrume
Pour informe et pâle à peine
Sortir un peu de l'indifférence,
Le silence au creux d'un songe s'épaissit
Et d'un tour de force magistral,
Qu'on jurerait impossible,
Prend de la consistance et gagne
En corps, en voix, en vie…

Ainsi, la nuit plus endurcie s'arc-boute
Et mine de rien, dessous, le temps coule
Bon an mal an, tirant d'eau-tirant d'air
Un petit filon clinquant d'éternité
Embarque l'humanité toute entière
Là, même la misère espère…

Puis, surgit l'aube diamantaire
Qui de lumière rafle la mise
Rien ne va plus, la main passe…
Mais, la chance comme le monde
Tourne et tourne encore, les ombres fuient
Le jour, ivre, lui s'invite au jeu
Les paris sont ouverts
Ce jourd'hui fera-t-il mieux que la nuit
Mieux que tous… nos hier ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Grange   
25/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Commenté en EL

On pourra toujours discuter de l'ajustement de telle formule et d'inversions audacieuses mais l'ensemble est intelligent, ne manque jamais d'élégance et fait mouche à l'envoi !

Et les satrapes rayons de lune
Dilapident leurs onces d'argent
Par les fenêtres ouvertes
Sur des eaux avides de beautés et de richesses.

À l'évocation des satrapes j'ai craint que la porte ne me fut claquée au nez mais ce fut au contraire une invitation pressante à se glisser à la table du poète à laquelle je me suis senti convié.

La fin est vraiment bien travaillée [ comme le reste d'ailleurs mais j'appuie le propos ] et exempte de toute facilité ; vraiment c'est un ouvrage où la peine n'a pas été ménagée ; le poète a pris son temps pour nous enchanter de son art ! Bravo à lui/elle.

   papipoete   
6/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Proseuse,
La mise est de ... les jeux sont faits, rien ne va plus ! Autour de la table du hasard, point de barons ni de duchesses, mais les éléments ; le crépuscule, l'ombre, la nuit puis l'aube qui rafle la mise !
NB notre auteure promène sa plume comme un lévrier sur le gazon, où chaque ligne brille par sa poésie ! " puis, surgit l'aube diamantaire qui de lumière rafle la mise " ...
Je crois me souvenir que êtes blessée suite à une chute, mais suis rassuré de voir que votre immense talent n'a rien !

   Anonyme   
7/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Proseuse,

Voici un poème qui se mérite, je trouve.
Il est beaucoup moins limpide que les autres de tes productions, Proseuse, à mon avis, mais gagne en intensité de couleurs. Comme si l'auteur avait choisi plus de pinceaux pour peindre sa toile.

le titre est assez neutre à mes yeux, ni intrigant ni trop banal ni surtout vraiment porteur d'une idée poétique. Il ne déclenche pas d'images en lui-même.

Le deuxième vers, d'entrée de jeu, démontre au lecteur, par son inversion et/ou son manque de virgule après "étoiles" qu'il devra être attentif à ce qu'il lit.
La ponctuation, est à mon sens un peu défaillante, car j'aurais plutôt vu : "Pour informe et pâle à peine
Sortir un peu de l'indifférence," soit une virgule après pâle, soit une disposition différente des vers ainsi :
"Pour informe et pâle
À peine sortir un peu de l'indifférence,"

J'ai l'air d'insister sur cette ponctuation, mais en libre, on attend qu'elle soit complètement absente et que la découpe des vers la remplace ou soit logique -ok, c'est quoi la règle logique en poésie ?- pour la lecture.

Voilà pour les moins, je ne vais pas citer tout ce qui m'a un peu arrêtée dans mon plaisir de découvrir et m'approprier ce poème.

Passons aux plus, comme toujours chez toi des images originales et souvent fantastiques -"la misère espère", "le jour, ivre, lui s'invite au jeu " , un chemin de pensée poétique harmonieux. Des préoccupations qui sont miennes aussi. Des expressions rares ou désuètes -"ce jourd'hui", qui sans être trop nombreuses attirent l'œil et l'attention.

Un bon moment de plaisir, globalement.
Merci et bravo !

   Harold   
7/8/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Une grande partie engagée entre le jour et la nuit dont le principal enjeu est la beauté de la nature avec ses ors, ses argents et ses diamants comme autant de riches couleurs, mais la lumière est en passe de gagner, certainement juste jusqu'au crépuscule nouveau... La vraie richesse est là, et c'est le plus beau des messages.
De très belles images surgissent, celle de ces rayons de lune sur les eaux, celle de ces étoiles d'or, celle d'une aube à l'éclat de diamants et même celles du silence et de l'ombre... Le temps est donc là aussi, qui avance ses heures et qui joue en silence.
Le pari final d'un jour plus beau que les autres donne une belle touche d'optimisme, celle dont nous avons bien besoin...
De belles expressions appuie le propos, "d'étoiles plaque son or", "L'ombre d'ennui s'étend et s'embrume" "Là même la misère espère", "de lumière rafle la mise", etc...
Pour moi c'est le lecteur qui rafle la mise, merci.

   letho   
8/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Proseuse

je m'y suis prise à trois fois pour entrer dans ce texte..bêtement je relisais " le crépuscule a pris la main...", la main de qui ? bon, je recommence " le crépuscule a pris..." Un peu dommage de bloquer sur le premier vers...
Surtout que la suite vaut son pesant d'or, pas plaqué du tout. Cet espace vital entre l'homme et ce qui l' environne, se recrée sous nos yeux de manière forte et originale.

A un point tel que je rêverais d'y vivre, dans ce monde là ! Merci...


Oniris Copyright © 2007-2017