Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Proseuse : Le temps à géométrie variable [concours]
 Publié le 21/12/19  -  18 commentaires  -  897 caractères  -  275 lectures    Autres textes du même auteur


Le temps à géométrie variable [concours]



Ce texte est une participation au concours n°28 : Un vide vertical... de toutes les couleurs
(informations sur ce concours).





Un vide vertical tranche le jour
Coupe en deux la lumière.

Autour d'un halo de lune,
Naît en demi-teinte le crépuscule

Un silence se creuse
Et le vertige penche.
Le temps suspendu passe à gué
Des étoiles en étoiles
Polissant le noir de la nuit.

Le vide se tait
Longtemps... loin...
Jusqu'aux murmures
Et frémissements des heures blanches
Escaladant les fanfreluches de l'aube.

Un plein horizon tranche la nuit
Coupe en deux les ténèbres

Autour d'un rayon de soleil,
Le jour point de toutes les couleurs.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   ANIMAL   
23/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Voici une façon poétique d'aborder le passage du temps : le crépuscule, le silence de la nuit puis l'arrivée d'un jour nouveau.

Il y a de très beaux vers dans ce poème, comme :

"Le temps suspendu passe à gué"

"Le vide se tait
Longtemps... loin ...
jusqu'aux murmures
Et frémissements des heures blanches"

J'aime moins la sonorité de "Un plein horizon" mais l'image portée par ces deux vers est cependant jolie.

Un texte réussi qui respecte les contraintes du concours.

en EL

   Cristale   
25/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Du crépuscule à l'aurore voici une déclinaison poétique d'un tableau merveilleux qui s'offre à nos yeux.

Tous les vers détiennent une magie particulière dont, entre-autres :

"Autour d'un halo de lune,
Naît en demie-teinte le crépuscule"

et cette finale :

"Autour d'un rayon de soleil,
Le jour point de toutes les couleurs."

Une jolie écriture assurément délicate :

"Le temps suspendu passe à gué
Des étoiles en étoiles"

Ce poème aurait pu supporter moins de majuscules et moins de ponctuations. Juste un avis sur la forme qui ne change en rien la joliesse du fond.

Bravo et bonne chance pour le concours !

Cristale
en E.L.

   Michel64   
28/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Autour d'un halo de lune,
Naît en demie-teinte le crépuscule"

Voici (entre autres) deux vers que j'ai beaucoup aimé dans ce poème.

Ce paragraphe est aussi très expressif :

"Le vide se tait
Longtemps... loin ...
jusqu'aux murmures
Et frémissements des heures blanches
Escaladant les fanfreluches de l'aube."

Quel dommage par contre ceci :
"Le temps suspendu passe à gué
Des étoiles en étoiles"
je pense presque à une faute d'étourderie tant je voudrais lire :
"D'étoiles en étoiles"

Mais j'ai beaucoup aimé l'ensemble.

Michel64 (en EL)

   pieralun   
30/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Un poème assez obscur..
Il semble qu’il traverse une nuit, du crépuscule jusqu’à l’aube
J’ai particulièrement aimé: Le temps .......à gué , très belle image.

   Anonyme   
21/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Cette évocation picturale ( "demi-teinte", "lumière", "halo", "le noir de la nuit" ) en mouvement du soir au matin est peinte avec sobriété, sans admiration outrancière... mais plutôt avec la complicité de celui/ celle qui sait regarder le monde.

J'ai particulièrement aimé le passage du silence aux manifestations sonores de l'aurore : " jusqu'aux murmures et frémissement des heures blanches" et la composition ordonnée en diptyque : " tranche le jour" , " tranche la nuit".
" Le temps suspendu passe à gué" est un très beau vers.

Bref, un tableau harmonieux et empreint de douceur.
Merci

   papipoete   
21/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour concurrent ( e )
et voici un bel exemple d'écriture, où la poésie resplendit à travers des images si bien dessinées !
Dans la 3e strophe " le temps passe à gué... d'étoile en étoile " et parlant plus loin du jour qui se lève " les fanfreluches de l'aube ", si tendre vision !
NB la répétition du premier distique, appliqué à la nuit, est une belle originalité, et ces vers libres n'ont rien à envier à d'autres formes poétiques !

   Vincente   
21/12/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je n'ai pas aimé le titre à cause de son côté technique, genre cours de physique.
D'autant qu'à peine entré dans le poème lui-même, la sensation d'un lieu poétiquement regardé est évidente, et bien séduisante, mais… je dois nuancer la séduction.

De sa part sans regret, je dirais que l'atmosphère installée et l'intention poétique m'ont beaucoup plu. Et puis, j'ai trouvé très inspirés ces quatre vers :

"Un silence se creuse / Et le vertige penche", belle trouvaille en particulier ce "vertige" qui "penche".

"Le temps suspendu passe à gué / Des étoiles en étoiles", très joli, bien que j'aurais plutôt écrit : "D'étoiles en étoiles" qui sonne mieux.

De sa part avec un peu de regret, je signalerais quelques discordances :
- Première strophe, en deux vers en partie redondant ("tranche le jour / coupe en deux la lumière"), je vois que les deux considérations sont différentes mais aussi très proches, si bien que dans un texte court, leur proximité devrait être plus fondue.
- Le mot "fanfreluches" me semble un peu en marge du champ lexical, l'évocation "plane" dans une rêverie cosmique et l'on tombe sur ce vocable gentiment familier…
- Avant dernière strophe, même remarque que pour la première, cette redondance un peu lourde, et c'est bien dommage de perdre un peu de sa pertinence car un "horizon" qui "coupe en deux les ténèbres" est une formulation très bien vue.

Si bien que plaisir n'a pas été entier, mais la rencontre avec "l'univers" de ce poète a été bien sympathique.

   Queribus   
21/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Je dois dire tout d'abord que j'ai bien aimé la forme du poème: deux distiques suivis de deux strophes de cinq "vers" suivis à nouveau de deux distiques, c'est-à-dire cette façon de mêler, quelque part, classicisme avec modernité avec une très grande habileté.

Votre texte est empli de très belles images poétiques qui se succèdent les unes les autres, je dirais même qu'elles forment la totalité de tout le poème. J'aurais cependant couper la totalité de la ponctualité à l'exception peut-être des points de suspension mais ce n'est qu'un tout petit détail.

En conclusion, de la très belle ouvrage dans une modernité et "une liberté" fort bien assimilées, ce qui n'est pas toujours évident.

Bien à vous.

   Eclaircie   
22/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

J'aime beaucoup le titre qui évoque ce "vertical" dans son contexte géométrique.

J'aime beaucoup le poème qui reste lié à cette géométrie, dans un flux d'images délicates ornant le passage de la nuit au jour.
Bien sûr très sensible au thème (j'adore la nuit du "matin"), le poème embrasse la nuit dans son ensemble mais fait la part belle (et colorée) à l'arrivée de l'aube.

La reprise des deux premiers vers, dans leur construction, exposant l'horizontalité forme l’abscisse et l'ordonnée très harmonieusement.
Le "vide" et le "plein" sont exprimés. Le mot "rayon" est là-aussi très bien choisi.

J'ai beaucoup aimé :
"Et le vertige penche.", le verbe, de plus anime le graphe du texte.
"Escaladant les fanfreluches de l'aube." mention plus, plus, plus !

Un bémol : je me suis demandée pourquoi "des étoiles en étoiles" était au pluriel.

Bravo et merci du partage.
Éclaircie

   plumette   
23/12/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Du crépuscule jusqu'au lever du jour,

toute une nuit de silence

J'ai été déroutée par: Des étoiles en étoile qui ne m'ont livrées un sens qu'à à la deuxième lecture: les étoiles, agencées en forme d'étoile font ressortir le noir de la nuit,

Jusqu'au jour qui s'éveille en murmurant.

Bravo pour les fanfreluches de l'aube , une bien jolie trouvaille

   Harold   
24/12/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Voici donc en quelques vers d'une poésie absolue les secrets de la nuit, et puis du jour, aussi, racines de la vie qui poussent dans l'obscurité et naissent et renaissent dans le bel éclaboussement de toutes les couleurs du monde!
Très belle "mise en scène"de l'ensemble du tableau avec grandioses jeux de lumières sans hasard, on sent bien que des forces considérables régissent ce prodigieux et inexorable spectacle de la vie qui rejoint au petit jour la Poésie.
Mes vers préférés:
Tout le troisième paragraphe, et:
Le vide se tait
Longtemps... loin...
Ainsi que la fin:
Autour d'un rayon de soleil,
Le jour point de toutes les couleurs.

   solo974   
25/12/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,
Le titre que vous avez choisi ne m'a pas particulièrement séduite.
En revanche, j'ai bien aimé la façon dont vous avez repris - en le modulant - le premier distique :
"Un vide vertical tranche le jour
Coupe en deux la lumière."
"Un plein horizon tranche la nuit
Coupe en deux les ténèbres"
Ce choix confère en effet à votre poème une plus grande cohésion.
Bien à vous et bonne chance pour le concours !

   fried   
26/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime cette description poétique de la nuit qui arrive passe d'étoiles en étoiles (impression que la terre tourne car les étoiles se déplacent dans le ciel) puis le jour qui revient, le temps nous a joué un tour c'est passé trop vite. J'aime beaucoup "les fanfreluches de l'aube"
En peu de mots c'est une jolie description épurée de la nuit.

   Lebarde   
27/12/2019
 a aimé ce texte 
Bien
"Un vide vertical tranche le jour
Coupe en deux la lumière"

"Un plein horizon tranche la nuit
Coupe en deux les ténèbres"

Belle idée originale que de débiter en quatre morceaux notre espace soumis au rythme incessant du temps que les rotations de nos astres découpent en jours et nuits.

La poésie est séduisante et pousse le lecteur aux rêveries sans fin.

J'ai bien aimé même si le propos m'est apparu un peu décousu, mais qu'importe la poésie est là.

Lebarde

   Lariviere   
31/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

La fenêtre du commentaire étant aussi (peut être même surtout) un lieu consacré aux éventuelles critiques constructives, je suis un petit peu obligé de meubler, mais ca va rester court malgré tout, ; j'ai beaucoup aimé ce poème et franchement, je ne vois pas grand chose à dire qui soit utile à l'auteur, si ce n'est mon simple ressenti.

J'ai trouvé que ce poème était parfaitement abouti.

Sur le fond, on suit avec plaisir ce cycle circadien décrit avec beaucoup plus de poésie et de finesse que ce qu"on trouve habituellement à lire sur le sujet dans les revues de physiologie humaine, et pourtant... Ici la forme colle parfaitement au fond, la ponctuation des strophes assure efficacement le rythme, le souffle et l’atmosphère. Ceux-ci s'appuient pour cela sur des vers et des images (je n'en cites pas, c'est sur l'ensemble du texte) au style assez sobre en fait sur l'écriture,très épuré, mais très impactant, très poétique, très réussi à mes yeux et oreilles pour dégager pleinement toute la beauté crépusculaire.

Sur ce "passage interstitiel" entre le jour et la nuit, j'ai trouvé là encore l’atmosphère très évocatrice, très bien rendu, de cet entre-deux tout "en demi-teinte" (dans le texte!) posé comme une fente sur la réalité de l'espace temps (décrite dans la strophe d'entame), une leçon de patience aussi, pour qu'ensuite la nuit fasse place au jour et que forcément, ensuite, le jour fasse place à la nuit... à moins que ce ne soit l'inverse !... ;)

J'ai bien aimé aussi la nuit et son temps suspendu qui est très bien rendu sur le rythme, images et ponctuations dans la strophe 5 (bravo pour les points de suspension, sur un si court c'est pas évident de les utiliser avec efficacité !).

Celle-ci (la strophe) s'articule avec brio sur la strophe suivante, sur fond comme sur forme, pour préparer ce final, qui se réalise en parfait miroir de l'entame... et quoi de mieux qu'un effet de miroir sur le début et la fin du poème pour exprimer cet éternel recommencement du cycle entre le jour et la nuit, entre la nuit et le jour, entre la lune et le soleil, dans leur éternel jeux d'ombres et de lumières, sur l' horizon comme sur les esprits bohèmes et vagabonds que possèdent tous les poètes, c'est à dire tout le monde... ;)

En conclusion, j'ai apprécié ma lecture ; j'ai trouvé ce poème parfaitement mené. A mon sens et mes oreilles, ce texte est fluide et maîtrisée, je dirais presque qu'il ronronne, mais non pas comme une vulgaire chaudière à bois, plutôt comme un chat (noir ou blanc) qui ronronne d'extase dans son sommeil de chat devant le feu de cheminée qui réchauffe la pièce, mais pas seulement, à la veillée, comme aux premières heures de l'aurore... je l'avoue, j'ai aimé être ce chat (de gouttières) et profiter moi aussi de ce moment de grâce où le poète fouille avec simplicité dans les merveilles naturelles du monde pour nous offrir ce genre de belles visions contemplatives et partageables.

Merci encore pour cette belle lecture et bonne chance pour le concours !

ps : désolé, j'avais dit que ce serait court...

   STEPHANIE90   
2/1/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour,

j'ai beaucoup aimé votre poésie "à géométrie variable". Des droites tranchent et coupent, des courbes creusent ainsi le temps en demi-teinte, mais vos mots me percutent au point du jour.
J'ai aimé tous les vers.
Merci pour ce moment suspendu à la page de votre poésie,

Stéphanie90

   Proseuse   
10/1/2020

   Robot   
12/1/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une poésie trés visuelle et expressivement agréable qui a su utiliser le libre pour nous présenter ce passage de l'ombre à la lumière du crépuscule à l'aube.

(Commentaire rédigé en publication anonyme)


Oniris Copyright © 2007-2020