Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Provencao : Le voile
 Publié le 13/07/18  -  9 commentaires  -  501 caractères  -  179 lectures    Autres textes du même auteur

Un coin de voile qui se soulève
sur un peu de ciel bleu.
Un festival de lumière, de sons et d'images
subliminales prenant
leur envol le long des vers...






Le voile



Le voile irradie
Et s'épanche en secrets
Le soleil évapore
Les couleurs du jour

S'échouent en une marée d'or
Miracles de la peur du vide
Démons blancs chassés de la mémoire


Le voile se déchire
Sur le souvenir qui s'enfuit
Le diamant brûle en lointain secret
Puisqu'il fige le rêve

Écoute l'anxiété du matin
Apprécie l'évanescence du jour
Chasse l'enfermement de tes larmes
Au sommet de tes maux


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
5/7/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

J'ai été surprise de découvrir votre poème que vous présentez dans la catégorie "néoclassique".
Au sens des classifications sur ce site, Oniris, votre texte me semble plutôt relever du poème "libre".
Ce n'est pas gênant en soi, juste surprenant.
Pour ce qui est de votre poème, j'ai trouvé les deux premiers paragraphes très intéressants ; poétiques, imagés, originaux.
Cependant les deux suivant ne me semblent pas à la hauteur.
L'emploi de "qui" et de "puisque" deux lignes plus loin n'est pas très harmonieux.
Quant au dernier paragraphe, il me semble être un peu contradictoire : il faudrait écouter l'anxiété mais dépasser la morosité ou le tourment.
De plus le cumul des mots anxiété, larmes et surtout "maux" me semble malhabile, ces termes sont trop directs, trop "pathologiques" alors que dans le début du poème, vous aviez trouvé de belles images pour faire surgir l'émotion, le sentiment.

Personnellement avec quelques retouches, ce poème me plairait vraiment beaucoup.

Bonne continuation,
Éclaircie

   Donaldo75   
13/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Provencao,

J'aime beaucoup l'image du voile qui peut s'interpréter de différentes manières (que je ne détaillerais pas, chaque lecture étant personnelle) surtout avec l'image supplémentaire du diamant.

"Le voile irradie
Et s'épanche en secrets
Le soleil évapore
Les couleurs du jour "

Voile, soleil, couleurs, on dirait un tableau de William Turner.

"S'échouent en une marée d'or
Miracles de la peur du vide
Démons blancs chassés de la mémoire"

Le pictural reste dans la même tendance, toujours Turner, toujours des couleurs fortes en symbolique religieuse (le blanc et l'or).

"Le voile se déchire
Sur le souvenir qui s'enfuit
Le diamant brûle en lointain secret
Puisqu'il fige le rêve "

Le dernier vers, du fait de l'usage de "puisque" perd un peu de sa puissance.

A la fin du quatrième quatrain, j'avais envie de dire "Amen". C'est dire la symbolique religieuse que j'ai perçue dans cette poésie.

Ce fut un plaisir de te lire.

Donald

   Robot   
13/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
De belles images ressortent de dessous ce voile un peu mystérieux qui s'entrouvre.
J'aime bien:
Le soleil évapore les couleurs.

L'impression d'émerger d'une torpeur un peu triste qui se disperse peu à peu.

   PIZZICATO   
13/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Ne reste pas prisonnier des souvenirs, déchire le voile qui enferme tes maux. C'est ainsi que je perçois ce texte.

Des passages m'ont plu, d'autres moins.
Le dernier quatrain a ma préférence.

" Le soleil évapore
Les couleurs du jour " s'évaporer est un verbe pronominal. Mais peut-être la licence poétique....

   Gabrielle   
13/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Des images subliminales pour poser un regard nouveau sur la peur du vide, nos démons blancs, sur le souvenir qui s'enfuit, sur le diamant qui brûle en lointain secret,l'anxiété du matin, l'évanescence du jour et enfin l'enfermement des larmes chassé au sommet des maux (chute).

Ainsi, l'auteur(e) propose une perception nouvelle par l'intermédiaire d'un filtre: "le voile".

Très intéressant.

Cordialement.



G. Michel

   papipoete   
13/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Provençao
le voile cache les souvenirs gris qui ressurgissent dès le soleil couché .
Au matin, déchiré par la lumière, le voile se déchire et chasse les démons ... jusqu'à la prochaine lune ...
NB ainsi va la vie, rideau levé pour la nuit, rideau baissé le jour, quand le grand-maître des tourments est projectionniste .
L'absence de ponctuation gêne la lecture, et la dernière strophe mérita des guillemets et points d'exclamation !
" démons blancs " détonnent un peu ( le Mont Blanc )
Une réflexion profonde sur la conscience ...

   Carmiquel   
13/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Qu'ils s'épanchent du voile, que le voile se déchire, les secrets le resteront... Car c'est un étrange état psychique, original et beau qui est dit là : la peur y est miracle, la mémoire libérée des démons mais des souvenirs aussi. Le voile peut se déchirer, c'est sur du vide, les couleurs du jours, évaporées, restent les "maux" / mots...
Pourquoi se formaliser du quatrain quand il oblige à séparer si fort le verbe ( " s'échouent") de ses sujets. Pour la rime et le mètres, le poème s'en est déjà affranchi ?

   Lulu   
14/7/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Provencao,

Je crois qu'il est difficile en un texte court de toucher vraiment, mais cela dépend, car à lire les mots de votre présentation, là, oui, je suis touchée, les trouvant très poétiques. C'est, à ce niveau, comme si vous aviez trouvé les mots justes plus spontanément...

Le poème en lui-même me laisse plutôt sans émotion. Je n'ai pas réussi à partager l'émotion de la narration, juste perceptible à la fin avec les impératifs "Ecoute l'anxiété du matin / Apprécie l'évanescence du jour / Chasse l'enfermement…"

En fait, avant ces impératifs, le texte me semble froid, comme s'il n'y avait personne au coeur du poème…, les descriptions manquant de quelque chose pour les faire vibrer un peu. La première strophe, en dépit de sa simplicité apparente, suppose un effort de représentation chez la lectrice que je suis… Je cherche les couleurs du jour… Peut-être que des pointes de couleurs plus précises auraient été les bienvenues ?

Puis, commencer la seconde strophe par le verbe "S'échouent" m'a un peu gênée. Je me suis demandée quel en était le sujet à la première et, de même, plus tard, à la seconde lecture. Un manque de fluidité, en ce qui me concerne, donc.

L'intention est belle, cependant, dans l'ensemble… Je pense qu'en creusant à peine le texte, en allant plus loin, on pourrait avoir quelque chose de plus intéressant.

Enfin, à la fin du poème, les possessifs me paraissent alourdir le texte. Vous avez écrit ceci :
"de tes larmes" et "de tes maux"... Pour alléger, j'aurais mieux vu, simplement : [des larmes] et [des maux], car l'impératif qui précède porte déjà la marque de la seconde personne du singulier.

   lucilius   
14/7/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour Provencao,
Dès le départ, votre poésie me pose problème. "Le voile irradie…". Bien, mais il irradie quoi ? N'aurait-il pas été plus judicieux d' écrire "le voile s'irradie" ? Le voile se lève, laissant passer une irradiation… Votre tournure (qui se veut métaphore peut-être) manque de sens.

"Le soleil évapore
Les couleurs du jour
s'échouent en une marée d'or…"

Encore un flou du sens, en l'absence de ponctuations. Certes, vous êtes maître d'œuvre mais le locataire de vos mots ne doit pas affronter un dédale.

C'est un peu (beaucoup) dommage, car les deux dernières strophes sont nettement plus abouties. Un texte qui, à mon sens, mériterait un léger remaniement pour être pleinement apprécié.


Oniris Copyright © 2007-2018