Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Quidonc : Cardamine
 Publié le 24/01/19  -  7 commentaires  -  1080 caractères  -  141 lectures    Autres textes du même auteur

Autrefois, on demandait aux enfants de ne jamais cueillir la cardamine sous peine de se faire mordre par un reptile dans l'année à venir...


Cardamine



Aux mois des renoncules,
Des premiers laboureurs,
Avant les canicules,
Mois des arbres en fleurs,

Dans un pré déjà vert,
Des sépales graciles,
Au sortir de l’hiver,
S’épanouissent, fragiles,

Et maints pétales lisses,
Libérés, indolents,
Offrent leurs blancs calices
Aux alizés galants.

Si vous cherchez l'aurore,*
Trouvez la cardamine,
Quand le jour se colore,
La sauvage butine.

Comme lui, les enfants,
Aux chants des alouettes,
Vous goûtez triomphants
Le piquant des bluettes.**

Mais, petits prenez garde !
Avant que de vieillir,
À trop vite cueillir
Les saveurs de moutarde,

Prenez garde, gourmets,
Qu’un serpent trop accort
Vous morde et vous emporte
À Dieu ou à jamais.


_____________________________________________________
(*) Aurore : papillon printanier assez commun, friand de cardamine.
(**) Bluette : au sens littéraire, une petite amourette.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Gemini   
8/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Je connaissais la cardamome, mais pas la cardamine.
Bel exercice. Ces vers courts en hexa (le vers 8 fait 7 syllabes) sont difficiles à manier. On ressent beaucoup de fraîcheur dans ce texte qui se lit comme une comptine. On est en contact direct avec la nature, le bon vieux temps. C'est gai, très vif, très enlevé. La seule remarque concerne cet étrange emploi du féminin sur l'adjectif accort (dernière strophe) concernant un serpent masculin. Vu la qualité du texte, il doit y avoir une explication toute simple qui m'échappe (la plus simple serait que c'est moi qui dévisse). Autrement on pourrait dire : "Qu'une couleuvre/vipère accorte".
Belle rime gourmets/jamais.

   papipoete   
9/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
contemporain
vous pouvez courir dans les champs, petits et grands, mais prenez garde à la cardamine où s'aventure le papillon " Aurore " ! ne la cueillez surtout pas ! ce serait là vous jeter un mauvais sort...vous faire mordre dans l'année par un serpent !
NB un poème bucolique, dont les images nous renvoient tantôt à notre enfance, tantôt " un peu plus tard " quand nous courions le " guilledou "!
Des vers au vocabulaire tout simple ( comme je l'aime ), mais fort élégants, très imagés .
vos hexasyllabes sont parfaitement " néo-classiques "
papipoète

   INGOA   
13/1/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Je ne comprends pas l'intérêt du changement de rime des deux dernières strophes sauf à casser l'équilibre des autres et c'est dommage car le texte est très plaisant, même s'il attribue à la cardamine des pouvoirs maléfiques alors que je ne lui connais que des propriétés dépuratives, notamment pour l'estomac.

   PIZZICATO   
24/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème plein de fraîcheur, aux images agréables.

" Des sépales graciles,
Au sortir de l’hiver,
S’épanouissent, fragiles,"

" Vous goûtez triomphants
Le piquant des bluettes."

Les deux derniers quatrains, allusion à une superstition bizarre, m'ont moins séduit.

   Robot   
24/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je ne connaissais pas cette légende des cardamine et de la morsure de serpent.
Mais il y a tellement d'espèces de cardamines. Peut être est-ce lié au cresson qui est une cardamine et que l'on ramassait dans l'eau où pouvait se trouver des couleuvres.

Toujours est-il que c'est d'abord le titre qui a attiré mon attention car j'ai une passion pur l'étude de la flore.

En tout cas ce texte qui ne prend pas la tête, avec son appel champêtre je l'ai trouvé agréable à lire.

"Et maints pétales lisses,
Libérés, indolents,
Offrent leurs blancs calices
Aux alizés galants."

C'est joliment dit.

   Lulu   
24/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Quidonc,

J'ai bien aimé ce poème qui nous plonge dans un printemps qui se profile, bien que timidement encore…

J'ai aimé, notamment, le rythme d'ensemble et vous avoue n'avoir perçu les rimes qu'à la troisième strophe… Je les ai trouvées discrètes, et, de fait, fort intéressantes. Elles assoit une belle musicalité.

La ponctuation renforce, par ailleurs, cette douce musique, notamment et encore, à partir de la troisième strophe, me semble-t-il.

J'ai aimé le jeu de mot sur "l'aurore" avec cette belle coloration du jour….

C'est beau dans l'ensemble et sympathique. Ma lecture me laisse portée et porter vers un environnement paisible, du fait de la thématique, mais aussi du choix des vers courts qui concourent à un rythme à la fois doux et musical.

La peur du reptile est une surprise, au final, et apporte une dimension vibrante au texte ; comme un témoignage, un vécu qui nous ferait oublier nos rêveries…

Bonne continuation.

   Vincente   
25/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une belle musicalité, un ton gracieux et champêtre pour dire une mise en garde. L'injonction est délicate et l'on peut imaginer qu'elle parle efficacement aux enfants. C'est une alternative pour informer à la façon de certains contes populaires ("prends garde au loup..."), elle est ici très sympathique et pour le lecteur aussi intéressante que pour l'enfant.


Oniris Copyright © 2007-2019