Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Recanatese : Tendresse nue
 Publié le 28/04/17  -  12 commentaires  -  850 caractères  -  238 lectures    Autres textes du même auteur

À la tendresse…


Tendresse nue



Toi que le poète délaisse
Étouffant ton chant sous le lourd
Vacarme criard des tambours
De la passion vengeresse,

Bénie sois-tu, humble tendresse,
De tes haillons filtre l’amour
Affranchi des charmants atours
De la passion vengeresse.

Pied-à-terre de la folie,
Île éphémère d’où paraissent
Les flots oublieux où paresse
Le temps par ta lèvre aboli.

Par-delà les champs d’ancolies,
Tes mains, séraphiques maîtresses,
Démêlent les divines tresses
De l’humaine mélancolie.

Tendresse nue que rien ne presse,
Déesse que rien ne ternit,
Ni le feu de Jupiter ni
De Saturne les maladresses.

Au cœur des bréliennes caresses
De vieux amants qui n’ont de nid
Que tes belles pages jaunies
Vibre ta lyre enchanteresse.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   David   
8/4/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Je regrette un peu que me soit imposé cette détresse supposée de la tendresse, qui ne me semble pas du tout évidente, la plupart des poésies que j'ai pu côtoyer "joue de sa lyre" et je n'ai pas remarqué une présence accru de "passion vengeresse". Néanmoins, le jeu de rimes est plaisant, dans sa simplicité malgré tout assez rigoureuse, le poème offre des vers chantant et touchant même.

   socque   
13/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime bien. Je ne suis pas sûre que ce soit une très bonne idée de tourner toujours autour des même rimes : esse - our - i, mais certains vers ou expressions me plaisent fort :
le lourd
Vacarme criard des tambours
De la passion vengeresse (dommage de répéter ce dernier vers à mon avis, cela dit)
De tes haillons filtre l’amour
paresse
Le temps par ta lèvre aboli
Tes mains, séraphiques maîtresses

Associer la passion vengeresse et les charmants atours, en revanche, je me demande... Ils ne font pas assez féroces, ces atours, à mes yeux. Le rythme pour moi est sympathique, l'ensemble fluide.

   luciole   
28/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai bien aimé : quelques belles images, une jolie musique. Et puis vivre sans tendresse, comme disait Bourvil, non non non non :o)
on ne le pourrait pas

   Recanatese   
28/4/2017
Modéré : commentaire de l'auteur sous son texte (si besoin ouvrir un sujet dans « Discussion sur les récits »)

   BeL13ver   
28/4/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Il y a des choses que j'aime beaucoup dans ce poème :

- le début du troisième quatrain, malheureusement alourdi par l'emboîtement de propositions subordonnées.
- le cinquième quatrain, avec notamment le contre-enjambement de ni dans son troisième vers.

Après, l'ensemble paraît un peu hétéroclite.

   Vincendix   
29/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un assemblage hétéroclite, des rimes répétées, plus ou moins alternées et disposées un peu anarchiquement, un doublon avec « la passion vengeresse ».
Pourtant, en fin de compte, la lecture est plaisante, avec des vers agréables, quant au sujet, il est traité sans lourdeur.

   Michel64   
29/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien
De très beaux vers :

"Par-delà les champs d’ancolies,
Tes mains, séraphiques maîtresses,
Démêlent les divines tresses
De l’humaine mélancolie."

J'aime moins le doublement du vers "De la passion vengeresse" et même l'arrivé du sentiment de vengeance qui semble venir en opposition avec cette tendresse. Je n'ai peut-être pas tout compris.

J'ai trouvé du charme à l'ensemble même si certaines images m'ont échappé.

Au plaisir de vous lire encore
Michel

   papipoete   
30/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Recanatese,
La tendresse, ce sentiment qui bat dans le coeur d'un enfant, d'un amant, d'une âme aux cheveux blancs, n'est pas du genre "tape à l'oeil " ; elle attend . puis le moment vient, où l'humble fibre console d'un amour brisé et même prend sa place à jamais !
NB les octosyllabes se font belles, se parant de mille atours pour évoquer la tendresse, toute nue ...
Le 2e quatrain resplendit au milieu de ses 5 frères ! Pour un poème si bien ciselé, j'aurais tenté d'accrocher à sa boutonnière, la forme " néo-classique " ?

   Pouet   
1/5/2017
Bjr,

Le ton, un brin "daté", ne me parle que modérément. La répétition de "vengeresse" ainsi que les (trop) nombreuses rimes en "esse" ou celle "ancolie/mélancolie" (assez ressassée) n'emportent pas vraiment mon adhésion non plus.

En revanche:

"Pied-à-terre de la folie,
Île éphémère d’où paraissent
Les flots oublieux où paresse
Le temps par ta lèvre aboli."

Rien que pour ces quatre vers ce poème vaut le détour me concernant. Magnifique.

Alors je ne sais pas trop comment évaluer le poème, un quatrain me parle vraiment beaucoup et je suis moins sensible au reste.

Je vais donc m'abstenir de noter pour ce coup-là.

Cordialement.

   Donaldo75   
8/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Recanatese,

J'ai été un peu paresseux sur cette lecture et n'ai finalement commenté qu'au bout de mon troisième essai. Pourtant, à chaque fois j'ai aimé ce poème sans vraiment comprendre pourquoi.

Les rimes en "aisse", "our" et "ie" donnent de la sonorité à ce poème, les deux premiers étant des graves et le troisième des aiguës, ce qui rend la lecture agréable. Les références culturelles, le petit côté prière parfois, la richesse du vocabulaire confèrent à l'ensemble un côté vraiment classique, à l'ancienne.

C'est peut-être ça qui m'a plu, comme si on me contait ce poème pendant mon sommeil. Une forme subconsciente de retour à mon passé de collégien, quand nous étudiions les poèmes français, à l'aune des commentaires de professeurs sachant.

Merci,

Donaldo

   fried   
11/5/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Joli poème, il y a de belles sonorités.
Une évocation de ce qui n'est pas tendresse, la tendresse elle même est peu apparente.
J'ai moins aimé le dernier quatrain.

   lucilius   
15/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Poésie musicale aux sonorités agréables mais à la composition un peu simpliste. La tendresse est bien dépouillée et le titre cohérent.


Oniris Copyright © 2007-2020