Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Robot : Les ânes et les caravaniers
 Publié le 22/12/18  -  17 commentaires  -  1258 caractères  -  141 lectures    Autres textes du même auteur

Fable.
[Ce texte ne fait pas référence à l'actuel mouvement des gilets jaunes. Son écriture a commencé durant l'été 2018.]


Les ânes et les caravaniers



Un solipède prolétaire
Marchait sur le sol ensablé.
Il suivait son itinéraire
Mais paraissait bien accablé.
Il ruminait son infortune
Sous la lourdeur de son fardeau :
Son patron engrangeait des thunes
Grâce à la charge sur son dos.
Pendant une petite pause
À la fin d’une après-midi,
Notre baudet lassé propose
Une révolte à ses amis.
Ce fut alors forces ruades
Sur le seigneur caravanier
Qui, surpris par cette algarade,
Appela les autres âniers.
Mais les onagres, les ânesses,
Venus de tous lieux par milliers,
Débordèrent avec rudesse
Le contingent des négriers.
Hémiones, mulets venus joindre
Leurs forces à la sédition,
En peu de temps chacun vit poindre
L’amorce d’une solution.
La plupart des maîtres cupides,
Craignant la contagion des faits,
Accordèrent quelques subsides
Et un allègement du faix.

La chose paraît innocente
Mais depuis ce jour au désert
Les chameaux aussi s’impatientent,
Les chevaux aiguisent leurs fers.

Si ce qu’ont obtenu des ânes
En regroupant tous leurs efforts,
Il est possible, ou je me damne,
Que des humains soient aussi forts.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
28/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
contemporain
un baudet las de porter de plus en plus lourd bât, en toucha 2 mots à ses collègues ongulés qui, d'accord avec lui, acceptèrent la grève sur le tas . Le maître, cupide, craignant pour son commerce, accepta les revendications de ses " porteurs " ; ce qui inspira fortement chameaux et chevaux ! Et les hommes,ne purent-ils en prendre de la graine ?
NB une fable très divertissante, où l'animal montre l'exemple à l'humain ; mais il faudra luter contre les " ya qua, j'voudrais bien, oui mais " et autres obstacles aussi épais que des barricades !
L'on rit beaucoup devant l'ardeur de ces ânes, et les tournures drolissimes de l'auteur " hémiones, mulets venus joindre leurs forces à la sédition " et la strophe finale laisse tant à méditer ...
Sans décortiquer jusqu'au dernier vers, je vois un texte " néo-classique ", non pas " contemporain " ?
papipoète

   Corto   
30/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voici une fable amusante où dès le début on est surpris avec ce "solipède prolétaire". L'accablé organise une révolte où des milliers de congénères "Débordèrent avec rudesse Le contingent des négriers". La suite est éclairante car les "maîtres cupides, Craignant la contagion des faits, Accordèrent quelques subsides Et un allègement du faix."

Le final en apothéose s'envole: "Si ce qu’ont obtenu des ânes
En regroupant tous leurs efforts, Il est possible, ou je me damne,
Que des humains soient aussi forts."

Le texte est bien conçu et se laisse lire avec plaisir voire complicité.

Du temps de Jean de la Fontaine on aurait aussi applaudi.

   Queribus   
2/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

La bonne surprise du matin:un texte fort bien troussé, un peu à la manière de La Fontaine avec des octosyllabes néo-classiques, une écriture bien maitrisée avec un soupçon d'humour qui rend le tout fort agréable à la lecture.

Bravo et merci.

Bien à vous.

   Anje   
4/12/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Contemporain.
Une fable qui a dû être écrite à l'encre jaune d'un gilet, dans le coin d'un rond-point, sur le bord d'une palette. Et qui fait son effet comme l'alternance parfaitement suivie des rimes féminines et masculines à parité.
Merci de ce partage.
Anje en EL.

   PIZZICATO   
22/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une fable amusante - prémonitoire ? - non dénuée de sens à méditer, corroboré par la chute.
" Si ce qu’ont obtenu des ânes
En regroupant tous leurs efforts,
Il est possible, ou je me damne,
Que des humains soient aussi forts ".

J'ai bien aimé :
" Un solipède prolétaire ".

"En peu de temps chacun vit poindre
L’amorce d’une solution "

" La plupart des maîtres cupides,
Craignant la contagion des faits,
Accordèrent quelques subsides
Et un allègement du faix. " On est en plein dedans.. (sourire)

   Hananke   
22/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Vous faites bien de préciser votre pensée dans l'incipit car on aurait
pu y voir une source d'inspiration.
Mais c'est peut-être, un texte prémonitoire tant il se rapporte
au sujet d'aujourd'hui, malgré son avertissement.

Bonne fable dans son ensemble.

   hersen   
22/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Top, ton texte, Robot !

Et c'est tellement prémonitoire que pour un, on te demanderait d'écrire la suite !!! :))

Le rythme est excellent, les rimes sont là. les meilleures rimes, ce sont celles que j'oublie et qui, quand je reviens au texte après la première lecture, se montre dans toute leur pertinence.

Bref, j'ai vraiment aimé, à tous les points de vue !

merci pour cette lecture !

   Donaldo75   
22/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Robot,

J'avoue ne pas être un afficionado de la fable ou du conte poétique; je ne sais pas pourquoi mais ce genre me gonfle assez souvent, et pas uniquement à cause de la fin.

J'ai été surpris par celle-ci; je te sais adepte de la poésie critique à l'encontre de tes concitoyens mais pas forcément spécialiste de la fable. Je trouve qu'elle est bien réussie, marrante, pas piquée des vers dans le choix des images, brillante par endroits.

Bravo !

Don

   Cristale   
22/12/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Voilà une fable dont j'imagine l'ampleur du travail pour obtenir une telle fluidité.

Entre-autres de mes passages préférés :
"Hémiones, mulets venus joindre
Leurs forces à la sédition,
En peu de temps chacun vit poindre
L’amorce d’une solution."

"La chose paraît innocente
Mais depuis ce jour au désert
Les chameaux aussi s’impatientent,
Les chevaux aiguisent leurs fers. "

Je ne peux pas tout relever tant l'ensemble est bon dans cette histoire qui prouve encore que tout n'est recommencement.

Je suis bluffée par la tonalité et le rythme de votre poème.

Bravo Robot !

   wancyrs   
23/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Robot,

J'aime beaucoup le rythme et le travail sur la rime ; en toute finesse. Tandis que je lisais, je m'attendais à une fin convenue, mais vous m'avez surpris. Le texte m'a rappelé ma jeunesse, lorsqu'enfant je récitait une fable de Jean Lafontaine : les voleurs et l'âne... Votre texte est prémonitoire, il me semble ; on dirait que vous parlez des Gilets Jaunes avant le mouvement...

   sympa   
23/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Et ben, si les ânes s'y mettent aussi....
Votre fable écrite avec une pointe d'humour et une belle qualité d'écriture est bien agréable à lire.
Les animaux aussi ont le droit de se rebeller !
J'ai beaucoup aimé.
Merci .

   emilia   
24/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une fable étonnamment prémonitoire, à l’humour grinçant, qui colle tout à fait à notre triste actualité, où l’accablement et l’infortune conduisent à la révolte et au débordement, avec une grande crainte de contagion… Nous pourrions espérer de l’homme qu’il sache que la violence au cours de l’histoire a toujours été mauvaise conseillère et cette fable pourrait faire sourire si nous n’étions pas confrontés à des drames humains et des événements très graves pour lesquels il serait urgent de trouver en effet des solutions équitables qui tiennent compte de tous les paramètres nécessaires sans sombrer dans la haine et la vindicte… , mais c’est un autre sujet et bravo à vous pour cet écrit soigné et efficace…

   Eki   
26/12/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Comme quoi...les ânes seraient donc les éclaireurs des hommes avant l'émeute...

Ce solipède prolétaire m'a intriguée...et je l'ai suivi.

J'aime bien cet écrit qui nous parle d'intelligence animale...que les hommes en prennent de la graine !

Sans pénétrer les capacités cognitives des animaux, cet écrit reste une fable amusante mais quel est donc son vrai message ?

Ne jamais charger la mule car comme dit le proverbe "Qui veut voyager loin ménage sa montage"...

   Robot   
29/12/2018

   bipol   
30/12/2018
Bonjour Robot

Cela peut se passer de commentaire

mais bon, nous verrons bien où cela va nous mener

j'imagine que les ânes sont beaucoup moins idiots

qu'ils n'en on l'air, l'écriture si belle soit-elle

ne fait pas tout et me parait un mirage

ainsi des sots si hauts soient-ils restent des sots

   bipol   
30/12/2018
Bonjour Robot

Cela peut se passer de commentaire

mais bon, nous verrons bien où cela va nous mener

j'imagine que les ânes sont beaucoup moins idiots

qu'ils n'en on l'air, l'écriture si belle soit-elle

ne fait pas tout et me parait un mirage

ainsi des sots si hauts soient ils restent des sots

   embellie   
6/1/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Excellente cette fable. Tu as dû beaucoup lire La Fontaine, ce qui est très "formateur". Je me suis régalée de l'osmose entre fond et forme.
Il est évident de dire qu'elle était prémonitoire, écrite au mois d'août, quand on suit les événements actuels, mais moi je dis que c'est un sujet de tous temps, universel, que tout cela s'est déjà produit et se produira encore, les humains étant ce qu'ils sont...


Oniris Copyright © 2007-2019