Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Robot : Logiques décousues d’échos enivrés…
 Publié le 22/10/18  -  21 commentaires  -  1150 caractères  -  212 lectures    Autres textes du même auteur

Délires, in vino, verre et tasse.


Logiques décousues d’échos enivrés…



Hé les… faons !… Les enfants…
Que vois-je ?… Un éléphant !
L’icône rose de ma jungle.
Fantasmatique, asthmatique.
Au fond du verre, c’est l’hallali…
la lie de mes cuvées épiques…
épicuriennes.

Catégorique !
À mon rosé je reconnecte,
c’est là… le… hic…

Errant en rang… je poétise !
Dérangeant, en troupe.
Petite queue en croupe
l’éléphanteau, trompe levée…
vers son repas d’herbe séchée
avance au pas de son papa…
pas à pas…

Pas passionnant ?
Alors toutes affaires cessantes,
fermé, pour aujourd’hui, j’débraye !

Je m’en retourne à ma bouteille.

Dedans je vois un saumon ! Rose !
C'est le moment, j’prends ma pause.
À demain…
à deux mains, j’écrirai un poème.
Ça donne envie, c’est pas du vice
de rimailler sur les clovisses.

Excuse… j’bafouille… j’ m’embrouille.
J'suis rond comme un bouchon
compte tenu… compte tenu…
que j’ai vidé le contenu
du vase de Soissons… Non !…
du bocal de boisson…
… où le poisson rose tourne en rond.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   izabouille   
2/10/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
C'est très tordu, le pinard devait être bon (et l'herbe séchée aussi??) ! Très tordu et tordant aussi, j'ai bien aimé toutes ces petites bafouilles, les éléphants roses ou pas, les jeux de mots qui s'enchaînent. C'est très gai à lire et je l'ai relue, pour le plaisir! ça donnerait même envie de boire un p'tit coup!
Merci pour ce bon moment de pur plaisir et santé !

   lucilius   
7/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour, tirade bouchonnée décousue et pleine de… logique. En connexion directe avec ce délire "in Vino" dont je ne crains pas d'attraper la "gueule de bois". Lecture truculente et enivrante à consommer, bien sûr, sans modération.

   Brume   
8/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Super les jeux de mots hallucinés, les sonorités, et la tonalité.
Le délire est bien transposé, et je dirais même bien travaillé.
Chaque strophes sont liés, ne perdent pas le fil de l'histoire.
Car souvent dans les poèmes dits décalés le fil conducteur est sans importance.
Là on reste dans l'ivresse, on reste dans l'ambiance.
J'ajoute, superbe rythmique, qui offrent à votre poème du caractère et un côté sautillant, pétillant, attachant.

   Castelmore   
8/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Pas un hic à rajouter
Pas un hic à enlever
Une belle couleur, une belle cuisse, de beaux parfums
Une belle cuvée avec du nerf et de l'allant

Gare au beaujolais nouveau qui arrive le 12 novembre ...
Avec un sourire

   LeopoldPartisan   
9/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
pas mal du tout ce court texte d'ivresse bucolique et sans logique. Ici l'auteur en usant des leitmotifs bien entrés dans les mœurs ne nous fait pas une redite mille fois entendue mais un véritable poème humoristique et original. J'ai en plus ris de bon cœur à la fin du texte qui contrairement à ce que l'on pourrait croire reste véritablement logique dans son royaume d'absurdise. Une belle réussite qui met vraiment de bonne humeur lorsque l'on découvre ce texte par un matin un peu froid d'octobre.

   Miguel   
9/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ah mais c'est génial cette idiotie ! C'est plus vrai que nature ; un vrai discours d'ivrogne, avec la poésie en plus. C'est digne de l'OULIPO.

   Pouet   
22/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Slt,

L'auteur nous montre qu'il a une palette poétique très bariolée.
Cette petite fantaisie est ma foi bien plaisante.

Mon passage préféré:

"Ça donne envie, c’est pas du vice
de rimailler sur les clovisses."

Avec le vase de Soissons de la fin pour faire bonne bouche.

Bon les éléphants roses, je ne suis pas certain qu'on puisse en voir avec le jaja, plutôt son reflet dans la cuvette des gogues... Mais faut dire que je suis sobre comme un dromadaire ballonné alors je ne sais.

"la petite queue en croupe" m'est apparue assez salace - bien que fort honnête - et peu en lien avec le sujet qui mettrait plutôt en berne tous les fiers pavillons... :)

"à demain/ à deux mains" ... Oui, hummmm, peut-être dispensable: à deux pieds sinon... Ok, non plus.

Allez je ne boude pas mon plaisir et salue ce petit instant récréatif, écrit à jeun j'en suis persuadé, car fort bien calibré et étudié.

Au plaisir.

   Annick   
22/10/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'aime la répétition approximative des sonorités qui ricochent de mot en mot tout au long du poème. Les mots eux-mêmes semblent ivres et hésitent en un balbutiement incertain. Les points de suspension et la ponctuation forte accentuent ce vacillement des vers.

Hé les… faons !… Les enfants…
Que vois-je ?… Un éléphant !

Les allitérations et les assonances font merveille également :

Au fond du verre, c’est l’hallali…
la lie de mes cuvées épiques…
épicuriennes.

L’icône rose de ma jungle.
Fantasmatique, asthmatique.
Au fond du verre, c’est l’hallali…
la lie de mes cuvées épiques…
épicuriennes.

Catégorique !
À mon rosé je reconnecte,
c’est là… le… hic…

J'ai apprécié particulièrement les jeux de mots : l'allalli/la lie, compte tenu/contenu, errant/en rang, à demain/à deux mains...

J'ai vraiment aimé tourner en rond avec le poisson rose...

Bouh ! Je suis toute étourdie !

Merci Robot.

   PIZZICATO   
22/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un délire mais un délire avec du sens !
On imagine même un hoquet aux vapeurs éthyliques.

Les allitérations et jeux de mots m'ont fait penser à Boby Lapointe.

" Pas passionnant ? ". Bien sûr que si !! Un délire poétique.

   Luz   
22/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Robot,

Très bien les jeux de mots poétiques ; ça me rappelle un peu Boris Vian.
Beaucoup de rose : l'éléphant, le rosé bien sûr, le saumon et le poisson. Comme quoi l'alcool fait voir la vie en rose (mais pas toujours...)
Bientôt le beaujolais nouveau !
Merci.

Luz

   papipoete   
22/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonsoir Robot
un grand assoiffé face à son amie, dive bouteille, lui fait un brin de causette et de délire en délire pousse le " vers " un peu loin jusqu'au fond de ses souvenirs, à la rencontre d'un " hé les ...faons ! ", et le final du " vase de Soissons, contre le bocal de poisson " est bien embrouillé !
Pas tant que cela, puisque l'auteur retrouve ses marques bafouillées, et les mettant bout à bout, nous sert un poème enivrant !
Bravo pour n'avoir pas tremblé, tu n'as pas dépassé les lignes, malgré un petit verre dans l'nez !

   Cristale   
22/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Peut-on poétiser sur tout ? Oui ce texte en est la preuve.
Grisée par le rythme, la sonorité des mots, amusée par la technique, j'ai bu à grosses goulées trente quatre vers enivrants.

   BlaseSaintLuc   
22/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ah ah ah, et en plus c'est drôle ! Que dire de plus , rafraîchissant, comme une large goulée ,une énorme rasade, un bon coup de rosé ,
J'aime beaucoup cette cascade de mots, un vrai millésime.

   jfmoods   
23/10/2018
I) Un buveur impénitent

Le poème s'inscrit résolument sous l'égide de Bacchus (éthylisme obsessionnel : "Au fond du verre", "la lie de mes cuvées [...] / épicuriennes", "À mon rosé je reconnecte", "Je m’en retourne à ma bouteille", "j’ai vidé le contenu [...] du bocal de boisson" onomatopée : "hic", comparaison : "J'suis rond comme un bouchon", gradation : "j’bafouille… j’ m’embrouille").

II) L'ivresse des mots

L'alcool révèle la poésie, force subversive du langage (détournement de l'entête : "in vino, verre et tasse", rimes suivies, croisées et embrassées, rimes internes, jeux de mots : "Hé les… faons" / "éléphant", "À demain… / à deux mains", "compte tenu" / "contenu", marabout : "pas à pas… / Pas passionnant ?", ponctuation expressive, obsession des thèmes : "rose", "éléphant").

"- Ton client là, ton espagnol ,12 verres cassés, ça te dit rien ?

- Dis-donc toi, primo ça fait 15 ans que je t'interdis de me parler puis deuzio si tu voulais pas qu'il boive, t'avais qu'à pas le servir.

- Alors là Monsieur, grand I, je rétorque que primo je l'ai viré, deuzio des ivrognes y en a assez dans le pays sans que tu les fasses venir de Paris.

- Un ivrogne ?

- Ah ben un peu oui ! Même que le père Bardasse qui boit 15 pastis par jour il en revenait pas !

- Ah parce que tu mélanges tout ça toi ! Mon espagnol comme tu dis et le père Bardasse. Ah... Les grands ducs et les bois sans soif. Les princes de la cuite, les Seigneurs, ceux avec qui tu buvais le coup dans le temps mais qu'ont toujours fait verre à part. Dis toi bien que tes clients et toi ils vous laissent à vos putasseries les Seigneurs. Ils sont à 100 000 verres de toi, eux, ils tutoient les anges.

- Oui mais nous-autres, on est encore capables de tenir le litre sans se prendre pour Dieu le père.

- Mais c'est bien ce que je vous reproche : vous avez le vin petit et la cuite mesquine, dans le fond vous méritez pas de boire. Tu te demandes pourquoi il picole l'espagnol ? C'est pour essayer d'oublier les pignoufs comme vous." (Michel Audiard, "Un singe en hiver")


-> https://www.toutreinventer.com/les-papes-de-la-réinvention/audiard/

Merci pour ce partage !

   leni   
23/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bjr Robot
C'est tout à fait déjanté et drôle MDR

J’aime ce passage

Errant en rang… je poétise !
Dérangeant, en troupe.
Petite queue en croupe
l’éléphanteau, trompe levée…
vers son repas d’herbe séchée
avance au pas de son papa…
pas à pas…


Et tu nous fait le coup du vase de soissons

Bravo Clovis Salut cordial LENI

   hersen   
23/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Mais mais mais Robot ?

En EL, jamais je ne t'aurais attribué ce poème !

Un plaisir de lecture, une invention délectable, les sons en hic qui me font trébucher à ma lecture, bon sang, pour un peu, je me croirais dans la bouteille, hip...non dans le bocal, hips, non, je veux dire...je sais plus...

   Donaldo75   
23/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Robot,

J'ai trouvé ce poème bien déliré, réussi sur les jeux avec les mots, les images et le décalage entre tout ça. On sent qu'il y a du travail; comme quoi, la déconnitude et la rigolance ne sont pas de longs fleuves tranquilles (je me ségolénise ces derniers temps, et pourtant je n'ai pas mangé de champignons récemment).

Bravo !

Don

   myndie   
24/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Robot,

Quelle bonne idée que cette poésie poivrote pleine de gaîté et pétillante comme vous voyez sans doute quoi :)
On est proche de Nougaro là, avec en plus un pied dans le delirium tremens!
ça fait un bien fou de lire ce genre de texte.
je n'ai rien d'autre à ajouter que bravo et merci.
Ah si, peut-être : patron, la même chose que le monsieur siouplaît!

myndie

   emilia   
24/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une forme travaillée et un jeu très agréable sur la langue « délirante »… ; j’aime beaucoup la seconde strophe avec cette évocation enfantine de l’éléphanteau et de son papa que l’on dirait tout droit sortie du dessin animé de Disney autour du personnage de Mowgli dans « Le livre de la jungle » et qui est si attendrissante… ; l’expression évolue avec humour et dérision avec au final « ce poisson (qui) tourne en rond » avec un vocabulaire choisi en fonction du degré d’alcoolisation et laissant transparaître le plaisir communicatif du narrateur…

   Robot   
25/10/2018

   wancyrs   
28/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Voilà un beau délire, Robot ! Assez bien rimé, assez bien rythmé, et je crois que s'il faut picoler un coup pour avoir une si belle inspiration, prochainement je me met à l'essai. Non, sans rire, j'ai aimé les jeux de mots cohérents mais pas si évidents, et surtout cette façon de sauter du coq à l'âne qui rend l'ensemble authentique, assez représentatif d'une personne sous l'emprise de l'alcool.

Merci pour le partage !

Wan


Oniris Copyright © 2007-2018