Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
SaintEmoi : Vote qui peut
 Publié le 20/05/21  -  11 commentaires  -  1036 caractères  -  135 lectures    Autres textes du même auteur

Si les communicants étaient des poètes, est-ce que notre démocratie se porterait mieux ?


Vote qui peut



Je suis bien satisfait, me disait un ami,
Alors que nous parlions des élections futures,
Que notre gentil maire – car il est bien gentil –
Se livre à des courbettes avec bien peu d’allure.

Il me disait encore qu’un maire séculier
Valait mieux de nos jours qu’un magistrat absent,
Qu’il faut gratter la croupe à tout particulier,
Et l’acheter en somme sans lui parler d’argent.

Je méditais en coin ces paroles stupides,
Préférant pour ma part des élus inspirés,
Combattants acharnés des projets insipides,
Des citoyens en somme d’idéaux habités.

À vous tous, courageux, qui briguez les Édiles,
Goûtez donc aux labeurs et à ses tristes joies
Avant que de venir diriger notre ville,
Vous saurez ce que sont tous nos matins sans foi.

Mais à toi l’électeur, qui vote sans péril,
Toi qui t’abstiens pourtant en nos pays tranquilles,
Tu n’as aucune gloire à retenir ta voix,
Nourrissant en silence ton propre désarroi.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
23/5/2021
Bonjour,

Un poème engagé présenté en contemporain. Original comme idée !

Je ne répondrais pas à l'exergue, pas sûre que la poésie ou non, du communicant change quoi que soit au taux d'abstention.

Par contre, la teneur du poème peut m'amener à méditer.
Je le voudrai plutôt en libre votre poème, c'est possible ?
Ensuite, si vous ne voulez que convaincre l'électeur, ok, mais pour ce qui est de la réflexion autour du candidat, vous risquez de faire fuir l'électeur.
À moins que cet élu me paye vraiment beaucoup ....
Sur le plan de la composition, je n'ai pas retenu de passage "râpeux" sauf :
"Vous saurez ce que sont tous nos matins sans foi." avec une inversion un peu bizarre.
D'autres part, votre poème faisant montre de trop de jugements de valeur:
"gentil maire", "paroles stupides", "courageux"
Je ne le prendrai pas pour argent comptant, ni n'en retiendrai la "morale" finale.

Éclaircie

Édit, le 23;05, à la lumière d'autres commentaires, je lis votre poème un peu différemment et enlève l'appréciation initiale.
(mais je n'apprécie toujours pas trop les catégories plutôt classiques et assimilé, que je sais moins bien aborder que les autres.)

   cherbiacuespe   
5/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème sur la politique, fallait oser. Sur ce site je n'en ai pas souvent lu d'aussi hardi. Car le verbe est haut en couleur et sans concession. Manque juste un peu de "fétide". Mais le sujet ne prête pas forcément aux grandes envolées lyriques ni aux subtiles légèretés.

La forme me satisfait pleinement. je ne la trouve pas heurtée et c'est le risque avec ce sujet. Ça se lit facilement, d'une bonne et simple composition, l'harmonie fond/forme est d'un alliage solide. Agréable surprise donc.

Cherbi Acuéspè
En EL

   Cyrill   
7/5/2021
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Voilà donc un poète communicant !
Et que me dit-il : as-tu été voter ? Va et sois glorieux !
Je ne m'engagerai pas dans le débat.

Mais il me semble que l'auteur a voulu embrasser trop de sujets dans un seul poème : celui de l'abstention, celui de l'élu sans inspiration, celui de l'ami aux paroles stupides qui aime, ou pas, un gentil maire.
Je n'ai pas bien compris en fait. J'ai cru déceler un ton ironique mais pas sur.
Du coup je suis un peu paumé.
Et puis poésie et politique, je ne suis pas très convaincu.

Merci pour la lecture.

   Donaldo75   
7/5/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Je trouve ce poème réussi parce que la forme ne dénature pas le fond ; certes, ce n’est pas simple de poétiser sur ce thème et peut-être il y avait-il de la place pour du plus lyrique mais je respecte le choix de l’auteur car tout ceci est sérieux à mon goût et le message passe bien de cette manière. Alors, mettre des bémols dans ce constat ne me semble pas - en tout cas dans mon commentaire du jour - indispensable. Chacun son truc. Moi, la politique, ça m'intéresse beaucoup et je trouve le sujet trop peu traité en poésie, ce qui est quand même dommage.

Merci pour le partage.

   ANIMAL   
20/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Un bon texte qui me fait penser dans sa forme et son rythme à une fable de La Fontaine. Il se lit aisément et sans accroc.

Avant de vouloir diriger les autres, encore faut-il savoir comment ils vivent -et donc quels sont les problèmes auxquels ils sont confrontés- nous conseille ce poème au dessein pragmatique. Il semble y avoir là une certaine logique mais tout n'est-il pas qu'illusion ? Car cela changera-t-il quelque chose à la gestion de l'élu une fois qu'il sera au pouvoir, c'est une autre question.

« Le pouvoir tend à corrompre, le pouvoir absolu corrompt absolument » a dit Lord Acton. A méditer.

   papipoete   
20/5/2021
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour SaintEmoi
Voilà qui n'est pas banal, de poétiser sur le fait de voter pour le devenir d'une municipalité...
Ah, ce Maire qui sourit à tout le monde, prête une oreille à qui ne le mérite pas ; lui qui ne songe qu'à multiplier ses mandats, quitte " à gratter la croupe à tout particulier ", a-t-il sa place là où il règne ?
NB on critique... c'est sûr qu'on ferait mieux que lui ! y'a qu'à ! Y faudrait ! Si c'était moi !
Tous les rôles aisés, où courbettes et petit-four sont de sortie, font des jaloux ; mais que vienne à devoir régler une guerre de voisinage, annoncer un décès à une famille, ou autre tourment, feraient-ils des candidats se bousculer au portillon ?
y'a qu'à est bien pratique, mais venez donc chaque jour vous frotter à la réalité du terrain...
quoi qu'il en soit, venez quand viendra l'appel, voter !
la 3e strophe est celle que l'on voudrait voir comme idéale, quand la dernière dit simplement " chiche ! "
le 7e vers me fait bien sourire !
techniquement, le 3e vers s'échappe avec ses 13 pieds, le 4e aussi, le 5e aussi...

   Lebarde   
20/5/2021
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour SaintEmoi

Je ne suis convaincu ni par le sujet ni par l'écriture de ce poème et je cherche encore ce qu'il veut ou voudrait démontrer ou dénoncer.

"Je suis bien satisfait.....
.........
Que notre gentil maire ....
Se livre à des courbettes avec bien peu d’allure."

Que faut-il comprendre?

"Je méditais en coin ces paroles stupides,"

Il est vrai que celles de la 2ème strophe le sont un peu et je ne sais pas trop ce que sont "des projets insipides".

Des propos de café du commerce mis en vers, en somme.

Vous avez compris que je ne suis pas enthousiasmé.
Désolé.

Lebarde

   woodmoodwoom   
21/5/2021
Ce qui peut déranger ici, c'est qu'il n'y a pas de bons rôles, me semble-t-il, du côté des élus, et du côté des votants, où qu'ils se placent, ce qui peut heurter l'amour-propre de certains. Le mélange du thème avec le genre a fait que j'ai tout de suite accroché. Je vois du second degré partout, si bien que j'ai même l'impression que le poème en tant que moyen d'expression passe aussi pour dérisoire. Quelques réserves : je me demande à quel point le décroisement des rimes à la dernière strophe est un parti pris (seul mon côté psychorigide en souffrira) ; et ma lecture s'est cassé au quinzième vers «avant que de»... Au-delà de tout ça, il y a de la bonhommie et de la rondeur dans la verve, une simplicité se dégage du ton, ce qui m'a fait penser à la Fontaine dans un autre registre. Pas de lyrisme, de la satire, pas d’envolés promises mais un rire bien terrestre. Merci pour ce partage et à vous relire avec plaisir.

   Yannblev   
22/5/2021
Bonjour Saint Emoi,

Le texte est appliqué, la métrique de rigueur pour des alexandrins de douze pieds comptés, la rime sans défaillance.

Il s’agit donc bien d’un poème quand on appelle les choses par le nom qu’on leur donne à première vue. A la seconde vue si on détecte bien un côté fable parfaitement mise en vers on a plus de mal, du moins en ce qui me concerne, à cerner la dimension poétique de l’évocation.
Sans doute que la politique et ses turpitudes rentrent assez difficilement dans cette dimension particulière où l’émotion ne peut pas se permettre d’être absente. J’avoue que la pratique de l’élection des édiles ne m’a jamais ému plus que de raison et c’est peut-être pour ça que ce poème ne m’émeut pas du tout.

C’est vrai que le thème choisi, dénoncer à la fois les édiles corrompus et les électeurs défaillants, n’est pas si facile à traiter poétiquement. C’est méritoire que de s’y essayer mais même en soignant particulièrement la forme comme ici on risque fort de trouver plus facilement une audience au Café du Commerce.

Merci du moment.

   Sorsal   
22/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le style dégage un parfum suranné qui a son charme, en contraste avec le thème traité qui est très actuel. J'apprécie l'humour de ce poème.
Très bien tourné, à mon sens.
En particulier, le dernier quatrain est impactant et entraîne une réflexion. Peut-être parce qu'il concerne davantage de personnes? Il m'a donné l'envie de relire plusieurs fois tout le texte et ainsi, j'ai pu en goûter pleinement toute la saveur.

   PourDiogene   
27/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Texte subtil sur les maux de notre démocratie.
Beaucoup d humour, de second degré sur un thème plus que difficile.
Je vois pour ma part une unité de sens que je partage pleinement :
L'absence d engagement des élus et plus encore des citoyens... qui gagneraient à rêver ensemble nos lendemains.
Bravo.


Oniris Copyright © 2007-2020