Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Sphyria : L'enfant martyr
 Publié le 18/07/21  -  7 commentaires  -  744 caractères  -  137 lectures    Autres textes du même auteur

Forme le sonnet sonnettin.
Une pensée pour ces pauvres enfants, il y en a tant !


L'enfant martyr



L'enfant triste se tait mais son regard tremblant
Prononce mille pleurs dans sa chambre de verre.
Il ignore les mots, les paroles de guerre,
Il demeure en silence, est-ce un rêve troublant ?

Mais une cicatrice orne son front brûlant,
Des coups marquent sa peau, dans le noir il se terre,
L'enfant triste se tait mais son regard tremblant
Prononce mille pleurs dans sa chambre de verre.

Il sait guetter les pas du bourreau chancelant,
Il ira tout à l'heure au fond de la resserre
Pour rester à l'écart de la terrible serre.

Sa tête tourne un peu, vertige désolant.
L'enfant triste se tait mais son regard tremblant
Prononce mille pleurs dans sa chambre de verre.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   poldutor   
29/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très belle poésie sur l'enfance martyrisé
Il est insupportable de savoir un enfant violenté par quelque sombre brute, son enfance est à jamais meurtrie, sa crainte des adultes totale!
Si on arrête parfois et l'on condamne les coupables, on ne fait pas assez de "publicité" sur les condamnations, ce qui pourrait donner à réfléchir, on peut toujours rêver!
De bien beaux vers
"Mais une cicatrice orne son front brûlant,
Des coups marquent sa peau, dans le noir il se terre,
L'enfant triste se tait mais son regard tremblant
Prononce mille pleurs dans sa chambre de verre."

"Il sait guetter les pas du bourreau chancelant,
Il ira tout à l'heure au fond de la resserre
Pour rester à l'écart de la terrible serre."
Triste histoire, mais beau poème.
Cordialement.
poldutor en E.L

   Queribus   
2/7/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Je salue tout d'abord la rigueur de la prosodie classique sans fautes et la forme très originale du sonnet sonnettin. Je fais quand même une toute petite réserve sur ces participes présents en -ant qui se succèdent: tremblant, troublant, brûlant, chancelant.

Le fonds lui-même est évident avec des mots simples sans grandes envolées lyriques (et artificielles). Le problème des enfants martyrs est sobrement traité et n'en a donc que plus de force de par sa simplicité. Vous avez su habilement évité les pièges du sujet.

Pour résumer, un excellent travail et du plaisir à vous lire.

Bien à vous.

   Cristale   
18/7/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Le sonnettin, sonnet inspiré du rondel, se compose sur deux rimes et répète trois fois deux mêmes vers positionnés ici comme il se doit.
Il reste donc huit vers sur quatorze qui soient différents.
Un martèlement pour faire écho aux coups ?
La forme respecte la règle, d'où ma notation, mais le fond...
Désolée, une autre fois peut-être saurai-je mieux apprécier...une autre histoire qui soit moins "tire-larmes". L'horreur peut -être exprimée avec certaines métaphores bien que cela soit extrêmement difficile alors que la réalité crue demande moins de travail, mais la poésie dans tout ça ? Ici le langage est trop basique pour me toucher.
Cristale
en E.L.
Edit : complément de commentaire

   Donaldo75   
9/7/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J’ai bien aimé ce poème dont le thème est malheureusement trop d’actualités partout dans le monde même chez nous les champions de la conscience éclairée de la liberté des peuples de l’égalité entre tous et de la fraternité. Il y a dans ces vers, au-delà d’une rythmique réussie et d’une rime intelligente parce que sa sonorité amplifie le thème, un tonalité qui permet de ne pas en voir trop la trame narrative.

Un bel ouvrage.

Bravo !

   papipoete   
18/7/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Sphyria
l'enfant triste se tait, il aurait tant à dire ! mais sous ce toit, tout semble se passer à merveille, puisqu'on n'entend rien !
peut-être que si la porte d'entrée s'ouvrait, laissant passer une âme charitable, on se demanderait " dis-moi petit, c'est quoi cette marque sur ton front ? "
NB combien d'enfants se taisent, loin des regards, loin des questions que l'on peut se poser : " ils ont un enfant les voisins, mais jamais on ne le voit, jamais on ne l'entend... "
NB un poème " cri de douleur " face à ce drame, que l'on découvre un beau jour, quand un fourgon aux " lumières bleues ", s'arrête devant une maison, et en repart avec sur un brancard, une petite forme sous un drap blanc...
Je ne connais pas ce genre de sonnet, mais il convient bien hélas, à ce martyr si tragiquement évoqué !
" son regard tremblant prononce mille pleurs... "
Un infime bémol au 4e vers pour " orne ", verbe qui convient plus à quelque chose de joli...
je me permets de vous inviter à lire de moi, " coups du sort "

   Miguel   
18/7/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Faisons le grincheux tout de suite, avant de nous détendre : la rime "resserre-serre" fait un peu cheville. Pour le reste, le thème est rendu avec juste ce qu'il faut de pathétique (on a si vite fait de tomber dans le pathos), des images fortes et "parlantes", et cette forme du sonnettin qui, avec ses vers récurrents, exprime parfaitement la terreur obsessionnelle de la petite victime. C'est beau et c'est poignant.

   Robot   
19/7/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Je ne suis pas emballé par les vers répétés d'une strophe à l'autre qui donne l'impression de facilité. (autant de rimes et de vers en moins à trouver mais ça réduit l'impact de la composition.) Voilà pour la forme.
Concernant le fond, le martyr est bien rendu sans en faire trop. L'écriture déroulée est fluide, permettant une lecture et une déclamation sans heurts.


Oniris Copyright © 2007-2020