Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
sympa : Et briser le silence [Sélection GL]
 Publié le 09/08/18  -  20 commentaires  -  848 caractères  -  258 lectures    Autres textes du même auteur

Une jeune femme se recueille sur la tombe de sa mère, victime de violences conjugales.


Et briser le silence [Sélection GL]



Qu'en est-il aujourd'hui de mes rêves d'enfant ?
Dis maman le sais-tu ? Je n'en suis pas certaine ;
Je rêvais de bonheur et du prince charmant
Et toi tu démêlais ta pelote de laine...

En silence, toujours, tu m'écoutais parler,
Une larme parfois se perdait sur ta joue
Mais tu ne tardais pas à la dissimuler
D'un revers de la main, tout en faisant la moue.

Souvent tu me disais : « Va ! Nous verrons demain » !
Et je m'en retournais sans demander mon reste :
Mais comment deviner quand on est un bambin
Que tes rires cachaient une douleur funeste ?

Je suis seule aujourd'hui. Pourquoi ? Toi, tu le sais.
Peut-être est-ce la peur de vivre la souffrance
Tout comme toi, maman, quand la porte s'ouvrait
Et que papa brisait, de ses coups, le silence...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Miguel   
23/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Quelques fort beaux vers et quelques autres plus maladroits. Mais il émane de l'ensemble une telle intensité de sentiment qu'on y adhère volontiers.

   BlaseSaintLuc   
28/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
thème très difficile à prendre à bras-le-corps , l'auteure s'en sort fort bien, le texte est maitrisé, avec tact, sensibilité mais pas mièvre, sérieux et précis, ce n'est pas un grand texte, mais ce sont les mots justes, ils touchent au cœur et ils font mouche.

"Je suis seule aujourd'hui. Pourquoi ? Toi, tu le sais.
Peut-être est ce la peur de vivre la souffrance
Tout comme toi, maman, quand la porte s'ouvrait
Et que papa brisait, de ses coups, le silence..."

C'est glaçant !

   Hananke   
9/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour

C'est un joli texte qui semble écrit avec beaucoup de pudeur
pour en arriver à la terrible conclusion que l'on sent poindre
inévitablement au fil de la lecture.
Il est seulement dommage que l'incipit nous dévoile à lui seul
toute la trame et le message final du poème.
Je pense qu'il aurait été judicieux de s'arrêter à : sur la tombe de sa mère, le lecteur aurait, peut-être, été tenu mieux en haleine, si je peux m'exprimer ainsi.

Oui, finalement, un très joli texte tout en retenue sous-entendue
mais qui aborde franchement un sujet récurrent et inadmissible.

   Robot   
9/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je vous conseillerais de ne pas trop en dire dans vos préambules. Heureusement, je les regarde rarement avant de lire le poème. Il aurait été vraiment dommage que je connaisse la source d'inspiration, ça aurait brisé la force de la découverte du drame en dernière strophe.

Un texte sensible, plus récit en vers que poésie d'ailleurs.
Le thème, et la manière dont il est traité avec cette douceur et cette incompréhension de l'enfance, donne à ce regard rétrospectif du narrateur beaucoup d'intensité quand on découvre au dernier vers ce que recouvrent ces souvenirs.

   Marite   
9/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le rythme régulier et la succession des rimes adoucies de ce sonnet néo-classique dévoilent, tout en pudeur, une souffrance profondément enracinée et une douleur persistante qui empêche l'enfant devenu adulte de vivre pleinement et de s'épanouir. Ce poème me semble être un premier pas, une sorte de pause qui permet, enfin, de se décharger d'un fardeau qui n'en finissait plus d'alourdir les pas.

   Coeurdeloup   
9/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Thème difficile et douloureux… l'auteure l'exprime avec beaucoup de pudeur… Les mots "coulent" sans excès de sensiblerie….


L'ensemble m'a touchée.

   papipoete   
9/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour sympa
joli pseudonyme !
je suis seule à présent, sans toi Maman, qui me souriais entre deux larmes que tu ne pouvais retenir ! Et j'ai peur, en songeant à ce moment, quand la porte éclatait sous les coups de Papa !
NB l'auteure parle à sa mère qui n'est plus là, mais si présente dans son coeur, lui pose ces questions dont elle sait hélas, qu'elles n'auront point de réponse ...
Un sujet vieux comme l'humanité ( ma voisine vient de perdre son mari ; en fait, avec ce départ elle gagne enfin la paix après tant de " portes défoncées ... " )
Un poème tout en simplicité, mais si riche de vérité ! Vos alexandrins ne seront jamais désuets, tant qu'ils serviront l'actualité !
PS je n'avais pas lu l'incipit !

   PIZZICATO   
9/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un langage simple, d'autant plus émouvant, pour rappeler ce fléau qu'est la violence conjugale.

" Qu'en est-il aujourd'hui de mes rêves d'enfant ? "
" Peut-être est-ce la peur de vivre la souffrance
Tout comme toi, maman ". Un fardeau psychologique ; des images qui, en filigrane, s'installent pour la vie.

Si l'exergue ne nous avait pas renseignés, ce dernier vers aurait été bien plus percutant.

   Cyrill   
9/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Sympa,
Un texte émouvant sans être tire larmes.
Les mots simples servent très bien le propos.
Briser le silence, comme dans le titre, à ce sujet signifie habituellement dire la vérité, dévoiler la violence.
Ici, vérité et violence sont actées, et non dite dans le dernier vers, pour briser ce même silence. J’ai bien aimé ce paradoxe.
Merci pour le partage.
Cyrill

   hersen   
9/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Je pense que ce poème vaut par la pudeur dont l'auteur a su habiller son sujet plus que par l'écriture, qui manque sans doute de poétique.
C'est "raconté" (tout en pudeur je le redis, et c'est sa force) mais pour moi il y aurait un travail à compléter afin d'apporter une mise en poésie qui amplifierait le sujet et la façon qu'a l'auteur d'aborder le sujet.

Mais le déroulement est bien mené, jusqu'à cette fin terrible.

Merci de cette lecture

   izabouille   
9/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Les mots sont justes, il n'y a pas besoin de rajouter quoi que ce soit, tout est dit avec simplicité sur un sujet ultra-sensible. C'est une poésie très émouvante, j'ai bien aimé.
Merci pour ce beau texte

   Vanessa   
9/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
Ce poème est un chant d'Amour.
Je le verrais bien accompagné d'un Fado.
Il y a une delicatesse dans vos mots qui touche profondemment et la lecture à voix haute est si musicale et juste , je pense que techniquement c'est un très bon texte.
Bravo.

   jude-anne   
10/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Sympa,
J’ai apprécié vos vers tout en délicatesse.
La sobriété du texte le rend d’autant plus touchant.
Merci de l’avoir partagé.

   Lulu   
10/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Sympa,

J'aime beaucoup votre poème qui me parle et me touche particulièrement. J'ai notamment aimé la simplicité des mots qui vont droit au coeur et à l'interlocutrice. On ne se perd pas dans des ambiguïtés de sens propres parfois à la poésie. Vous rappelez si bien, au-delà des mots exprimés, que la poésie, c'est aussi simplement la sobriété d'un message.

Cela dit, tout ce poème est très bien exprimé. La simplicité, ce n'est pas forcément être en dehors de la beauté.

J'ai aimé aussi la délicatesse de la tonalité. "En silence, toujours, tu m'écoutais parler". On devine une belle relation en dépit de ces choses si dures à vivre.

Et puis, ces mots, touchants, "Je suis seule aujourd'hui. Pourquoi ? Toi, tu le sais."

Un bel hommage à une mère qui a enduré ce que l'enfant savait.

J'ajouterais enfin, et seulement, que votre poème m'apparaît à la fois doux et touchant.

Bien cordialement.

   Queribus   
11/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Un poème fort bien écrit avec des mots simples que tout le monde peut comprendre; le sujet me semble traité avec force et délicatesses en même temps.

Sur la forme, je me permets d'attirer votre attention, sur le troisième quatrain où l'on dénote quatre rimes à l'hémistiche:
----souvent tu me disais
Et je m'en retournais
Mais comment deviner
Que tes rires cachaient

Ceci est à éviter et donne une impression de lourdeur et devrait être corrigé; c'est dommage car l'ensemble dénote tout de même une bonne maitrise de la prosodie.

Bien à vous.

   Quidonc   
13/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un texte inégal, peut-être ? Mais qui suis-je pour le juger. En tous les cas beaucoup de sensibilité. Le thème des femmes soumises et battues n'est malheureusement pas passé de mode.
On avance à pas de géant dans la technologie, mais parfois je me demande si ce n'est pas au détriment du genre humain...
Quoi qu'il en soit j'ai beaucoup aimé cette lecture.

Merci pour ce partage

   Vincendix   
15/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Sympa,
Un texte douloureux et malheureusement toujours d’actualité, la violence conjugale ne touche pas seulement celle (ou celui) qui la subit, elle a des effets collatéraux sur les enfants.
Sans pathos ni grande envolée lyrique, ces vers expriment parfaitement la situation.
Vincent

   MFAYARD   
20/8/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Un coup de poing.
Que dire d’autre ?
Retrouver en silence ses propres souvenirs…
Zut, je vais pleurer.

   PaulMUR   
5/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quand un texte vous met la larme à l'oeil, il n'est plus aucune loi, théorie ou autre qui existe.
Le coeur à ses raisons qui raisonnent aussi dans le nôtre.
C'est une agréable larme que j'ai versé sur ce poème malgré que l'auteur ait dû en verser de désagréables.
Cette façon de décrire un moment de la vie me plait énormément, tout en délicatesse et retenue, même si ce moment est horrible.
Je la félicite pour ce moment qui m'a été donné de la lire.

   Eki   
24/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Intense, touchant...et ce dernier vers brutal qui jette son cri d'effroi !

Eki


Oniris Copyright © 2007-2018