Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
sympa : La chose
 Publié le 26/03/18  -  11 commentaires  -  621 caractères  -  213 lectures    Autres textes du même auteur

Le coup de foudre.


La chose



Quelle est donc cette chose
Qui trouble mon humeur
Avec son air moqueur
Savez-vous quelque chose ?

Son regard bleu marine
Envoûtant, redoutable
Serait-il responsable
De mon humeur chagrine ?

Mon cœur devient-il fou
À danser la chamade
Ou se rend-il malade
Quand il voit ses yeux doux ?

Pourquoi ce tremblement
De mon corps malheureux
Quand ses bras chaleureux
M’enlacent tendrement ?

Quelle est donc cette chose
Enivrante et glamour
Ressemblant à l’amour
Ça me dit quelque chose…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   BeL13ver   
9/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Poème guilleret grâce aux hexasyllabes, amusant. Il me paraît plutôt contemporain, avec une ponctuation un peu déficiente. Après, c'est surtout un inclassable.

L'auteur s'amuse avec les mots, le chant, l'amour. Il se laisse prendre au jeu des sentiments qui éveillent les sens. Le sentiment amoureux est joliment évoqué grâce aux strophes centrales qui racontent si bien ces moments où l'on ne sait plus trop si l'on désire quelqu'un, ou si l'on est malade.
Un poème délicat, envolé, amusé !

BeL13ver, en Espace Lecture

   Synoon   
26/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poème aux termes simples, facile à suivre, mais pas moins bien construit et agréable à lire. J'ai par contre assez peu aimé le "chose" qui rime avec lui-même.

Quatre questions, décrivant certains symptômes classiques de l'amour, puis le début de la réalisation.
Je me questionne cependant sur "Ressemblant à l’amour". Faut-il y voir autre chose ? Ou bien juste se dire que ce qui ressemble le plus à l'amour, c'est l'amour ?

Un poème léger et joyeux, en somme, que j'ai beaucoup apprécié :).

   Hananke   
26/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

C'est chantant comme du Verlaine.

Un petit poème bien sympathique ( c'est normal pour l'auteur)
qu'on lit avec plaisir et qu'on oublie tout aussi vite.
Sans se casser la tête pour essayer de comprendre : c'est léger,
sautillant, comme un refrain que l'on murmure.

   Anonyme   
26/3/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
C'est joliment posé, "La chose", se lit et se relit avec un certain amusement rempli de grâce. Voici un poème bien charmant, sa lecture est distrayante par sa simplicité astucieuse.

Un petit air léger se promène dans le courant de vos mots et s'impose sans fracas, juste ce qu'il faut tant le rythme est fluide.

Les interrogations qui jalonnent votre poème sont de bon aloi, elles établissent comme une complicité "taquine" entre l'auteur et le lecteur. Elles le rendent plus attractif.

Je suis sous le charme attendri de "La chose".

   papipoete   
26/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour sympa
vraiment SYMPA ce poème avec ce questionnement au charme désuet, dans ses phrases aussi douces, comme écrites avec du coton pris à un nuage souriant !
Comme c'est charmant, et j'aimerais entendre l'amoureux de notre temps, sur son banc public se dire << quelle est donc cette chose/qui trouble mon humeur ? >>
NB chaque strophe me fait rosir de plaisir, tant vous maniez le vers de belle façon ! Comme j'aimerais retourner en arrière, et recevoir de ma " douce " ce billet-doux ...
Vos hexasyllabes ( bien rares en versification ) ne souffrent aucun reproche !

   SaintEmoi   
26/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'adore cette fausse légèreté du propos, car enfin il n'y a rien de plus important que l'amour, qu'il soit là ou qu'il manque, il est la vraie denrée de nos existences.
Votre poème a cette fluidité qui fait qu'on le lit et le relit comme on descend un pente légère, facilement, tout en flânant pour entrevoir ce quelque chose ....
Merci

   Donaldo75   
26/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour sympa,

Ce poème a du rythme, parait léger voire simple mais recèle de vrais trésors d'évocation. Il ne fait pas de chichi, c'est tout.

"Son regard bleu marine
Envoûtant, redoutable
Serait-il responsable
De mon humeur chagrine ?"
Je crois bien que c'est le cas.

"Mon cœur devient-il fou
À danser la chamade
Ou se rend-il malade
Quand il voit ses yeux doux ?"
Et ça ne va pas s'arranger.

"Quelle est donc cette chose
Enivrante et glamour
Ressemblant à l’amour
Ça me dit quelque chose…"
Je me disais aussi.

On a tous connu cette sensation de ne rien contrôler ou comprendre ou je ne sais quoi d'autre. Ici, le poème nous remet cet épisode en mémoire, sans nous traumatiser.

Bravo !

Donaldo

   Damy   
26/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une chose à se rendre malade ? C'est l'amour. Donc à consommer sans modération. J'ai consommé votre poème sans modération et j'ai pris quelques petits coups de plus pour le plaisir de quelques frissons de lecture bienvenue.
Votre écriture a la beauté des choses simples qui ne se présentent pas deux fois: elle est unique visuellement, musicalement et physiquement (elle m'a donné l'envie d'une valse à 6 temps).

Merci, sympa, pour cet instant magique.

   PIZZICATO   
26/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Que c'est agréable à lire. Un questionnement qui n'en est pas un, presque espiègle.

" Serait-il responsable
De mon humeur chagrine ? " Oh, combien un " regard bleu marine
Envoûtant, redoutable " peut chambouler le coeur !

L'amour, encore et toujours ...

   Robot   
26/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ses 6 quatrains en hexa ont une fluidité agréable et cette forme toute simple convient bien à ce questionnement sur ce thème de l'émergence de la passion amoureuse.

Il y a un ressenti vivifiant et primesautier tout au long du récit. Je ne relève rien de particulier, je prends tout.

   jfmoods   
27/3/2018
Ce poème est composé de cinq quatrains en hexasyllabes, à rimes embrassées, pauvres, suffisantes et riches, égalitairement réparties entre masculines et féminines. Le rythme, vif, épouse la thématique développée ici.

Le poète, au coeur chaviré (métonymies : "Son regard bleu marine", "ses yeux doux", "ses bras chaleureux / M’enlacent tendrement"), ménage un espace de convivialité avec son lecteur, invitant celui-ci à interroger sa propre expérience ("Savez-vous quelque chose ?").

L'amour naissant suscite un retour sur soi, une cristallisation à la fois douloureuse et exaltante de la pensée sur le territoire intime (métonymie : "son air moqueur", questions fermées : "Serait-il responsable / De mon humeur chagrine ?", "se rend-il malade / Quand il voit", "devient-il fou / À danser la chamade", questions ouvertes : "Pourquoi ce tremblement / De mon corps malheureux", gradation anaphorique : "Quelle est donc cette chose / Qui trouble mon humeur", "Quelle est donc cette chose / Enivrante et glamour / Ressemblant à l’amour").

Tomber amoureux, c'est, avant tout, acter un bouleversement profond (adjectifs qualificatifs : "Envoûtant, redoutable"). C'est, ensuite, s'efforcer de le nommer (entête : "Le coup de foudre", litote : "Ça me dit quelque chose").

Merci pour ce partage !


Oniris Copyright © 2007-2018