Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
sympa : Plume endormie
 Publié le 03/07/18  -  11 commentaires  -  831 caractères  -  209 lectures    Autres textes du même auteur

Un poète vieillissant et en gros manque d'inspiration, demande (à sa façon) à ses muses de ne plus venir le voir.


Plume endormie



N’allez pas me parler, je ne suis pas d’humeur :
Je suis las d’écouter vos langues de vipères
Cancaner sur mon sort, brailler sur mes galères,
En jurant que demain ne sera que meilleur !

Ma plume est en sommeil, je n’ai plus rien à dire,
Si ce n’est que j’ai bu quelques verres de vin
Pensant que mon cerveau s'agiterait enfin,
Que nenni, c'est un fait ! Je ne sais plus écrire.

Mon âme de poète est à l'heure d'hiver :
Le soleil autrefois éclairait mes pensées,
Leur permettait d'avoir de grandes envolées,
Maintenant qu'il n'est plus, je quitte Vancouver.

J'irai me reposer, sans vous, en Tunisie,
En regardant tourner les aiguilles du temps,
Avec ce fol espoir qu'un matin, le printemps
Éveillera les sens de ma plume endormie.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
25/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
classique
je n'ai plus envie d'écrire, et bientôt je ne saurai plus tenir ma plume ! Je suis d'humeur chagrine, pareil à l'allure du soleil, qui sur mon corps et mon âme, ne brille plus ! Peut-être que loin de vous " bonnes gens des cancans ", je retrouverai mes sens et encrerai le vélin ?
NB l'auteur se fait morose, et plein de mélancolie, guide sa plume endormie pour ces quelques vers doux-amers !
ces alexandrins m'apparaissent sans faille .
papipoète

   Hananke   
3/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Encore un texte de plus sur la page blanche et la Muse endormie...
Et une autre façon de le chanter.

Concernant la forme, la rime pensées/envolées empêche le classique
et même le néo : il eût fallu une seconde rime en sées ou une première
en lées. Idem pour Tunisie et endormie

Mais bon, cela ne nuit pas à ce texte sympathique et quelques vers
valent le détour :
Mon âme de poète est à l'heure d'hiver

Et l'ensemble du dernier quatrain.

   Annick   
3/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce poème est gouleyant et roule bien en bouche quand on le déclame, même si l'arrière goût est un peu amer tout de même : il s'agit d'un poète qui a perdu sa muse. "Le moteur" ronronne et le texte suit son petit bonhomme de chemin, sans chaos, en trottinant de manière harmonieuse.

J'ai remarqué un emploi fréquent du verbe "être" et qui me semble un peu affaiblir l'impact des idées :

Je cite : Je ne "suis" pas d'humeur/Je "suis" las d'écouter/en jurant que demain ne "sera" que meilleur/Ma plume "est" en sommeil/Si ce "n'est" que j'ai bu quelques verres de vin/Que nenni, "c'est" un fait ! Je ne sais plus écrire/ Mon âme de poète "est" à l'heure d'hiver/Maintenant qu'il "n'est" plus, je quitte Vancouver.

Est-ce voulu par l'auteur pour montrer son état, son désarroi ?

La dernière strophe, finalement porteuse d'espoir, avec ses verbes expressifs, est plus tonique :

J'irai me reposer, sans vous, en Tunisie,
En regardant tourner les aiguilles du temps,
Avec ce fol espoir qu'un matin, le printemps
Éveillera les sens de ma plume endormie.

J'ai aimé ce poème plaisant à lire.

   Quidonc   
3/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Rassurez vous Sympa, si je peux en juger par ce texte, vous savez toujours écrire. Et si la muse venait à vous bouder, il vous reste l'art que vous maîtrisez à n'en pas douter.
Même si le thème de l'absence d'inspiration est souvent exploité et même si le ton est clairement désabusé, vous l'abordez d'une façon qui ne manque en tout cas pas d'esprit. On ne peut s'empêcher de sourire à la lecture de ses vers en espérant relire les fruits de votre plume réveillée.

   erratum   
3/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir, ami Sympa !
Voilà un thème (hélas, selon les critiques que j'en reçois) récurrent dans mes divers sonnets et autres poésies... Je m'y retrouve bien et j'apprécie ces alexandrins sans faille ; on y sent un certain désarroi que nombre de commentateurs d'Oniris me reprochent souvent ; la ponctuation pourrait être, à mon humble avis, améliorée en ajoutant une virgule après "vin", des points de suspension après "enfin", et en remplaçant la virgule après "nenni" par un point d'exclamation, en remplaçant celui-ci après "un fait" par deux points... Je ne reviens pas sur les éléments de commentaires précédents... Amitiés ! D.

   leni   
3/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bjr sympa la plue n'est jam&is tout à fait endormie

D'emblée elle annonce la couleur
N’allez pas me parler, je ne suis pas d’humeur :
Je suis las d’écouter vos langues de vipères
Cancaner sur mon sort, brailler sur mes galères,
En jurant que demain ne sera que meilleur !


C'est la plume heure d'hiver
ON part en tunisie où les aiguilles du temps vont à nouveau tourner....

A bientôt.AGR2AABLE 0 LIRE SALUT CORDIAL LENI

   PIZZICATO   
3/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
L'inspiration s'amenuise-t-elle quand le poète vieillit ? Peut-être est-elle moins riche ; elle suit les saisons de la vie, certes. " Mon âme de poète est à l'heure d'hiver "
Mais si la flamme n'est plus aussi vive, elle ne disparaîtra tout à fait qu'avec le poète lui-même...

Une façon intéressante de confier cette angoisse.

   Vincendix   
4/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Sympa,
Sempiternel sujet, à chaque fois l'auteur se plaint d'un manque d'imagination et pourtant il écrit un texte qui tient debout.
Tant qu'il reste assez de neurones pour écrire un mot... ou deux, pas de souci!
Vincent

   madawaza   
10/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bj Plume endormie
J'avais l'impression de lire un de mes écrits.
Mais j'y pense, à tous 2 + nos semblables, en pondant simplement un vers chacun ou en trinquant un verre ensemble, nous devrions retrouver le goût d'écrire.
Ceci lu, j'ai pris plaisir à vous lire.

   sympa   
11/7/2018

   Donaldo75   
11/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut sympa,

Comment ça, je n'ai pas commenté ce poème ?
Tu es sûr ?
Attends, je vérifie.

Argggggg !
C'est vrai.
Que, quoi, qui, pourquoi...

Le plus fort, c'est que ce poème, eh bien, permets moi de te le dire, je te le dis comme je le pense (là, je parle comme Sarkozy 2007 tellement je n'ai pas d'arguments mais que je veux que ça ne se voit pas), je l'ai trouvé sacrément bien tourné.

"N’allez pas me parler, je ne suis pas d’humeur :
Je suis las d’écouter vos langues de vipères
Cancaner sur mon sort, brailler sur mes galères,
En jurant que demain ne sera que meilleur !"

Le ton est posé.

"Mon âme de poète est à l'heure d'hiver :
Le soleil autrefois éclairait mes pensées,
Leur permettait d'avoir de grandes envolées,
Maintenant qu'il n'est plus, je quitte Vancouver."

Une question: pourquoi Vancouver ?
Est-ce pour la rime ou Vancouver signifie-t-elle quelque chose de précis, du genre une ville où il fait froid en hiver ?

"J'irai me reposer, sans vous, en Tunisie,
En regardant tourner les aiguilles du temps,
Avec ce fol espoir qu'un matin, le printemps
Éveillera les sens de ma plume endormie."

Qu'est-ce que j'aimerais pouvoir aller me reposer dans un beau pays ensoleillé, loin des klaxons de la ville vociférante, des hordes souterraines de travailleurs décérébrés, des affres puériles de pathétiques chefs à plume, des certitudes moisies des madames Voui-Voui ou de philosophes de comptoir plus Robert que Redford.

Bravo !

Don


Oniris Copyright © 2007-2018