Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
sympa : Sous le grand olivier [Sélection GL]
 Publié le 29/08/18  -  14 commentaires  -  847 caractères  -  177 lectures    Autres textes du même auteur

Clin d'œil à Jean ferrat.


Sous le grand olivier [Sélection GL]



Te souviens-tu Raymond, du lac de Saint-Privat,
Et du grand olivier, à nul autre pareil ?
Nous étions, mon amour, les enfants au soleil
Que chantait en son temps notre cher Jean Ferrat.

Assis, main dans la main, tu fredonnais sans cesse,
"Que serais-je sans toi", de ta voix de velours.
"Moi, je t'épouserai, promis, un de ces jours" !
Nous n'avions pas dix ans. C'était notre jeunesse...

Voudrais-tu me jouer un air d'accordéon,
Enlacer tendrement ta femme, ta compagne ?
Aimerais-tu revoir notre belle montagne,
Et me chanter "aimer à perdre la raison" ?


Si le temps a passé, l'amour reste cerise,
Notre enfant se construit un nouvel avenir,
Mais, je te sens, mon cœur, empreint du souvenir :
Retrouvons l'olivier, Raymond, fais ta valise !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Damy   
14/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très agréable contine emplie de candeur et d’amour, cela fait du bien à mon âme éprise de quiétude.
« Si le temps a passé, l'amour reste cerise, ». Fameux.
Merci beaucoup

   Miguel   
15/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Ce poème n'obéit pas aux règles classiques. Cela ne lui ôte pas ses qualités ; il est très tendre, très lyrique, mais le "fais ta valise" final a quelque chose de prosaïque et d'un peu vulgaire après tant de délicatesse.

   papipoete   
16/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
classique
sur le thème éternel de l'amour, nous voici dans un flash-back, où les serments se gravaient au coeur, et sur l'écorce d'un arbre vénérable, les héros avaient 10 ans, et pourtant après que le temps aie grisonné leurs tempes, leur amour est toujours " cerise " !
NB nous sommes tous, plus ou moins, acteurs de ce poème-douceur, et ces souvenirs font tant de bien ! La 2e strophe en est une jolie page !
je ne sais si la rime " accordéon/raison " passera en classique ?
papipoète

   Lulu   
29/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Sympa,

J'ai bien aimé ce poème pour sa simplicité. Les mots sont clairs, et l'on sent plus une énergie encore très vive que de la nostalgie, ce qui m'a particulièrement touchée.

Dans le premier quatrain, je n'ai pas aimé l'expression "à nul autre pareil" que je n'affectionne d'ailleurs pas du tout dans la vie quotidienne, alors en poésie, encore moins… C'est subjectif, certes…

J'ai aimé ce vers à la première lecture :
"Nous n'avions pas dix ans. C'était notre jeunesse…"
J'ai, en effet, été agréablement surprise que ces souvenirs puissent remonter aussi loin…

J'ai aimé "l'amour reste cerise", comme il serait ou resterait gourmand… avec l'image du fruit, originale et belle, en plus.

Mes encouragements.

   Coeurdeloup   
29/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Un amour qui a traversé le temps… La promesse faite sous l'olivier, à 10 ans a été tenue… Les tempes ont blanchi, l'enfant fait sa vie…

Mais "Si le temps a passé, l'amour reste cerise"...

Le dernier vers "Retrouvons l'olivier, Raymond, fais ta valise !"sonne (pour moi) comme l'impatience, l'invitation à retrouver ces 10 ans.

Il contraste avec la douceur des vers précédents… sans que cela "dérange"

Merci du partage…

   PIZZICATO   
29/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un texte empli de fraîcheur.
Un " grand olivier " au lac de St Privat , des titres de Ferrat ; autant de souvenirs qui rappellent la naissance d'un amour solide.
" Si le temps a passé, l'amour reste cerise "

" Retrouvons l'olivier, Raymond, fais ta valise !" belle chute.

   Hananke   
29/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

J'aime bien ce poème en forme d'hommage à Jean Ferrat.
Il est vrai que ses chansons ont bercé notre jeunesse et même
celle de nos parents. Tout une époque.

Belle chute qui demande un retour en arrière qui ne se fera
malheureusement jamais.

   Donaldo75   
29/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour sympa,

Voici un bien joli poème sur la nostalgie. Il évoque le passé de belle façon, avec une forme de musicalité (est-ce lié à la référence faite à Jean Ferrat ?) qui renforce la poésie de l'ensemble.

Bravo !

Don

   lucilius   
29/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour, en me référant à l'incipit, je comprends que cette poésie est un hommage à Jean Ferrat. Pourtant, dès le départ, vous égratignez l'un de ses titres : "deux enfants au soleil" et non "les enfants au soleil", alors que les titres suivants sont respectés.
L'introduction du texte "te souviens-tu..." est tellement éculée que pour moi, elle manque d'originalité. C'est dommage car tout le reste est de bonne facture.

   Vincendix   
29/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Sympa,
Ces vers expriment une réelle nostalgie et de la tendresse, l’évocation de Jean Ferrat conforte ces sentiments.
Un poème sans grandes envolées lyriques mais tout à fait en adéquation avec le sujet, j’ai du plaisir à le lire.
Vincent

   Anonyme   
29/8/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Quelle douceur profonde, que suscite ce poème ? même si le "fais ta valise" semble lui ôter son lyrisme à la fin, je pense que c'est cela cette diffèrence qui a rendu certains célèbres dans ce monde!

jerusalem
grand merçi

   INGOA   
30/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,
Je me vois bien sous ce grand olivier, quelques années plus tard, essayer de ranimer une flamme émoussée sous des airs hors d'âge. Oui mais… voilà ! Le temps gomme le temps, les souvenirs s'estompent et vouloir les ranimer relève parfois du parcours du combattant, surtout chez une femme confrontée au remplacement progressif et inéluctable de sa génération.

   Quidonc   
31/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est joli, c'est frais. Hommage intelligent à Jean-Ferrat au travers de l'amour du couple apparemment aficionados du sus-cité poète.
De la fraîcheur donc, de l'humour aussi, en tous les cas beaucoup de plaisir dans cette divertissante lecture.

Merci de partager votre passion

Quidon

   Zoe-Pivers   
31/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Sympa,
Je suis sous le charme de ce poème.
C'est tendre, ça chante, avec cette invitation à fredonner les morceaux dans sa tête, ça fait du bien. Puis ce derniers vers qui claque comme un sursaut, on a presque envie de partir avec vous :)
Merci beaucoup


Oniris Copyright © 2007-2018