Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
sympa : Tire-bouchon
 Publié le 22/07/18  -  13 commentaires  -  751 caractères  -  209 lectures    Autres textes du même auteur

Encore un coup bas de ma femme !


Tire-bouchon



Qu'en ai-je fait bon sang ! Je le cherche partout !
De la cave au grenier, dans le lave-vaisselle ?
Nom d'un chien c'est toujours la même ritournelle
Ça doit être Suzy qui veut me mettre à bout !

Elle a fourré son nez dans le vieux fourre-tout,
Pour le dissimuler et se faire la belle !
Elle a le don de me retourner la cervelle,
D'un claquement de doigts, c'est un vrai marabout !

Je vais devoir manger mon morceau de fromage
Sans un verre de vin, c'est quand même dommage !
Tant pis je vais vider le jus des cornichons...

Je serais prêt à tout pour boire ma piquette :
Jusqu'à devoir sonner chez la vieille Paulette
Quand je suis dépourvu de mon tire-bouchon !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anje   
12/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Afin de faire bien ressentir le questionnement, la réflexion, la recherche de l'objet, j'aurais mutiplié les points d'interrogation au deuxième vers pour écrire "Dans la cave ? Au grenier ? Dans le lave-vaisselle ?". En remplaçant aussi, le "de" par "dans". Il me semble que çà aurait mieux suivi "je le cherche partout".

Vieux fourre-tout, vieille Paulette... Il serait peut-être judicieux d'éviter cette répétition qui, d'ailleurs, ne sonne pas si bien avec fourre-tout. Pardon pour Paulette !

Un morceau de fromage sans une gorgée de vin, c'est comme un poème sans poésie, c'est bon mais çà glisse moins bien.

   Eclaircie   
13/7/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,

Un poème néo-classique assez drôle et plaisant car harmonieux à la lecture.
le sujet relève de l'humour pas très spirituel, à mon goût.

J’imagine que l'auteur a dû d’amuser à l'écrire.
J'avoue ne pas avoir plus à en dire. Il ne restera pas dans les annales mais aura fait passer un bon moment de lecture.

Bonne continuation,
Éclaircie

   LenineBosquet   
15/7/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour, c'est très léger, trop pour moi, ça pourrait être rigolo, et même tragique ! mais ce n'est, à mon goût, ni l'un, ni l'autre.
Je trouve le vers 4 assez inélégant dans sa tournure, comme les deux "fourre" dans le vers 5.
"Marabout" me semble tomber là comme un cheveu sur la soupe, pour la rime.
Le jus des cornichons à s'envoyer c'est plutôt marrant, mais le vers en lui même est vraiment plat.
Finalement le dernier tercet est sympathique et réussi sa chute, comme une chanson populaire, mais ceci reste bien mince pour moi quand même.

   Hananke   
22/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Un sonnet qui a le mérite d'être amusant sans tomber dans l'argot
ou l'hermétisme, c'est assez rare pour être souligné.

Je ne pense pas que le jus des cornichons vaillent le nectar de la bouteille mais faut de mieux !!

Oui, un bon sonnet néo qui nous change de la nostalgie.

   papipoete   
22/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour sympa
Il y a 2 difficultés majeures en poésie, selon moi ;
- écrire court
- faire rire
Non seulement, votre thème s'attaque à l'une de ces formes, mais vous le faites de surcroit, en alexandrins !
- Mon tire-bouchon, ma plume à moi, celui dont je ne peux me passer ! il a disparu ! je ne vais quand-même pas dîner à l'eau claire !
Ouf, le pot de cornichons ! son vinaigre fera l'affaire ! non je ne dînerai pas à l'eau !
NB c'est d'autant plus amusant, que c'est forcément Suzy qui l'a volatilisé ; d'un claquement de doigts , abracadabra !!!

Une véritable bouée pour ce picoleur invétéré, que ce tire-bouchon ! Seigneur, montrez-lui la cachette, de grâce !
Un texte jubilatoire que ce " néo-classique " sans faille !

   Coeurdeloup   
22/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai aimé l'humour et la légèreté qui se dégage de votre poème… Mais évitez de boire le jus des cornichons… outre les aigreurs d'estomac que ça pourrait provoquer ça gâcherait la saveur du fromage !

   LylianR   
22/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème léger, drôle sur un sujet plus qu'anecsotique et que, pourtant, le narrateur a su faire exister de manière plaisante :
ces petits détails de la vie qui nous rendent fadas quand tout ne fonctionne pas comme il faut.

Pire que la piquette :

Je vais devoir manger mon morceau de fromage
Sans un verre de vin, c'est quand même dommage !
Tant pis je vais vider le jus des cornichons...

J'aurais juste aimé un dernier vers plus "piquant". Celui-ci fait un peu retomber "la mayonnaise" :
Quand je suis dépourvu de mon tire-bouchon !

J'ai beaucoup aimé ce poème amusant.

   Miguel   
22/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il y du Brassens dans ce sonnet ! Je ne saurais faire meilleur compliment. Les vers sont fluides et semblent aller de soi (mais on sait ce que cette facilité apparente cache en général de travail), le thème épicurien s'accommode à merveille de cette prosodie néo-classique, ce ton de râlerie joyeuse est un joyau d'humour. Du Brassens et du Saint Amant (ou Amand, j'ai oublié). En tout cas un amoureux de la vie et de la ripaille. Ah, si la poésie avait gardé ce visage, elle n'aurait pas perdu son public !

   PIZZICATO   
22/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voilà un sujet amusant. Traité simplement et avec humour.
" Elle a le don de me retourner la cervelle,
D'un claquement de doigt ".

" Je vais devoir manger mon morceau de fromage
Sans un verre de vin, c'est quand même dommage !" Misère ! C'est Pierrot sans Colombine.

Un agréable et distrayant moment de lecture.

   Gemini   
22/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Chacun a son défaut, où toujours il revient : Honte ni peur n'y remédie. C'est la morale de La Fontaine dans l'Ivrogne et sa femme (III, 7).
J'ai bien aimé le rythme et la fluidité ; un peu désarçonné par la présence de Susy et de Paulette (pourquoi pas Christiane et Marie-Antoinette ?), et par la conscience de l'ivrogne admettant que sa boisson est vraiment de la piquette (puisqu'il se ment, autant se mentir jusqu'au bout en se disant qu'il boit un premier cru !).
Je me suis demandé s'il n'eut pas fallu taire le titre afin de permettre au sonnet, et son vers ultime, de nous laisser découvrir l'objet du poème.

Allez Bacchus et vive la république ! (et vive la bouchon à vis)

PS : Je me suis aussi demandé jusqu'à quel point, même au singulier, rajouter un S à tire-bouchon, pour un ivrogne, ne serait pas une licence admissible.

   Cristale   
22/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Comme elle peut être pénible Suzi ! Qu'elle ne vienne pas se plaindre de retrouver les cornichons tout secs dans les bocaux, après tout c'est sa faute, elle n'a qu'à pas cacher le tire-bouchon...

Un poème sympa (oui je sais c'est facile :) ) Le discours est fluide, sans tournures compliquées, l'auteur a travaillé la syntaxe c'est évident, pour moi c'est un bon cru...

Au plaisir de vous relire.
Cristale

   Vincendix   
23/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Sympa,
Un sujet original, que faire sans tire-bouchon quand une bonne bouteille vous invite à la boire?
Perso, ce n'est pas un outil que j'utilise souvent, sauf quand je reçois mais je comprends ta douleur.
Vincent

   lucilius   
24/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Pauvre Suzy qui connaît bien son homme et ses addictions. Elle fait tout pour freiner ses penchants, jusqu'à subtiliser tous les tire-bouchons de la maison sans doute. Mais le picoleur est malin et trouve toujours l'ustensile de remplacement pour ouvrir n'importe quel type de bouteille. Là c'est le repli sur le vinaigre de cornichon.
Pour la petite histoire, j'ai connu dans un village néo-calédonien des gens tellement imbibés que lorsqu'il n'y eut plus rien à boire, ils s'en prirent aux flacons de parfums et d'eau de Cologne puis à l'alcool à brûler. Trois d'entre eux sont morts à l'hôpital, les autres ont conservé de graves séquelles (perte de la vue etc...).

Texte divertissant, écrit simplement donc aisé à lire et à comprendre.


Oniris Copyright © 2007-2018