Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Vero : Pendant qu'ça rigole
 Publié le 25/01/22  -  10 commentaires  -  1161 caractères  -  252 lectures    Autres textes du même auteur


Pendant qu'ça rigole



Auteur : Vero
Compositeur/interprète : Yves Alba.
https://ahp.li/ad4fa888d53da048dd28.mp3


Quand Madame cuisine,
Monsieur lit son journal,
Quémande une bibine,
C'est bon pour le moral…

Quand la même époussette
Repasse et sort le chien,
« Monseigneur » fait ronflette…
En bref, il ne fout rien.

Quand la progéniture
Se plaint d'une gastro,
Un peu d'ultra levure,
Papa court au Bistro...

Ça fume et ça picole,
En bons piliers d'comptoir
Et pendant qu'ça rigole,
Maman sort son mouchoir…

Quand il revient pompette,
Monsieur veut son câlin
Et n'en fait qu'à sa tête.
« Cours toujours mon lapin ! »

C’est la même rengaine,
Madame sans broncher
Prétexte une migraine
Et file se coucher.

Le soiffard en colère,
Ses ébats ajournés,
Conclura son affaire
Au bal des culs tournés.

Ça fume et ça picole,
En bon pilier d'comptoir
Pendant qu'elle rigole,
Monsieur sort son mouchoir…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Cristale   
13/1/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
Et oui, c'était comme ça il y a encore peu de temps dans certains foyer, heureusement, au XXIème siècle, les choses ont évolué quant à l'équilibre dans l'égalité des partenaires.
La chanson tout en dénonçant l'attitude dramatique de quelque mufle a cela de particulier qu'elle donne le sourire de par l'écriture qui a su jouer avec un petit air moqueur ces scènes de vie épouvantable et, d'autre part, a terminé l'histoire sur une note tragi-comique. Qui n'a pas vu sur les bandes dessinées d'autrefois (pas si lointain) le papa dans son fauteuil fumant sa pipe et lisant le journal et la maman en tablier devant les fourneaux avec un bambin accroché à ses jupes ?

La voix qui chante guillerettement et c'est un vrai plaisir, sur une musique enjouée, de la voir s'approprier les mots de l'auteur avec autant de brio.

"Le bal des culs tournés" ....j'adore ^^

Je me suis régalée à vous écouter ce matin.
Bravo au compositeur et à l'interprête.

Cristale
En E.L.

   Miguel   
14/1/2022
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Il n'en fait pas qu'à sa tête puisqu'elle l'envoie promener. On la comprend, cela dit. Je ne saisis pas le sens de la dernière strophe. Le reste est assez bien tourné.

   papipoete   
17/1/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
chansons et slams
je crois reconnaître le chanteur...
Un texte où l'on rigole au moment de prendre son mouchoir ; mais je me range aux côtés de madame qui le prend à bon escient !
Le pacha à la maison qui veut se faire servir, et jouirait d'un câlin rentrant du bistro bourré comme un coin ; pour monsieur à qui tout est dû, sauf de partager un peu les tâches ou s'occuper du petit qui pleure !
NB notre chanteur met tout son talent, dans l'interprétation avec ses appuis sur le " sans gène " , quand Monseigneur se prélasse, ou s'envoie un énième vers au comptoir du coin et la tonalité badine en général !
Des lignes rudes pour la victime, mais jubilatoires pour décrire Monsieur ; la 3e strophe est fort drôle !
Une ritournelle à fredonner le lundi-matin, sur la route du boulot, pour se donner du courage !
papipoète

   Vincent   
25/1/2022
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour

Je n'ai pas été très emballé

ni par le texte ni par la musique

je trouve que tout reste à plat sans trop de poésie

une histoire de la vie ordinaire

et un peu à contrecourant de l'évolution actuelle

désolé

   Corto   
25/1/2022
 a aimé ce texte 
Pas
Quel gâchis !
Je propose à l'auteur un autre thème: "Quand on n'a rien à dire / Pourquoi ne pas se taire ?"
Le texte proposé ici se roule dans la banalité, ne peut prétendre à aucune once de poésie.
La trivialité appelée à la rescousse ne comporte ni humour ni originalité.

La voix est à l'unisson mais si souvent entendue....

Avec mes regrets.

   hersen   
25/1/2022
 a aimé ce texte 
Pas
je pense que nous sommes ici un peu trop sur des sentiers battus. cette impression ne me vient pas du thème, hélas éternel, mais du traitement.
Il n'y a pas suffisamment d'originalité, suffisamment de recherche poétique dans le texte pour que j'abonde dans le sens d'icelui.
la dernière strophe, en chute, me laisse indifférente dans le sens qu'elle donne au poème.
Raconter tel que ça se passe dans les ménages qui sont pris de boisson n'est pas porteur de poésie, et c'est dans ce sens qu'il faudrait revoir le texte. Pour, en quelque sorte, éveiller ma curiosité du pourquoi de ces attitudes, du vide, du creux, je ne sais pas. C'est pour moi désespérant. Alors soit il faut aller bien loin dans la désespérance, soit il faut aller vers l'espérance sociologique. J'en demande beaucoup, oui, je sais. mais j'essaie d'expliquer en quoi ce texte ne m'a pas touchée.
L'interprétation suit la ligne de l'écrit, et c'est dommage, il aurait fallu booster tout ça.

Merci pour la lecture !

   Provencao   
25/1/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Véro,

Je trouve que certains commentaires sont sévères et acerbes, cette poésie est à mon sens ni à cafeter, ni à dépasser, elle se propose comme ce qu'il faut apprecier et reconnaître : le langage.

Moi j'y ai lu comme un écorché d'une vie ordinaire qui ne s'appuie pas sur la négation d'un couple, mais au contraire est sa confession, sa compréhension comme écart dans lequel "le poliment correcte" peut se laisser espérer.....

Cette désespérance est celle qui n'abandonne pas l'espoir de donner à cette scène, avec ses brèches et précipices, .un sens de vérité en quelque sorte...

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Cyrill   
26/1/2022
 a aimé ce texte 
Pas
C'est une chanson au thème bien poussiéreux, enfonçant des portes ouvertes, qui aurait fait son effet dans les années 50/60, peut-être, et encore...
Du trivial et seulement du trivial, aux accents passéistes et sur un ton bon enfant, qui ne me semble pas dénoncer quoi que ce soit, la terre continue de tourner.
Désolé, ce sera pour une autre fois.

   Antonin   
27/1/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Cette chanson populaire joliment tournée, à la prosodie – avec juste ce qu'il faut d'élisions – et aux rimes impeccables, pour nous ramener à l'époque de la nappe vichy et de la casquette de travers, n'en demeure pas moins furieusement d'actualité puisque, n'en déplaise aux progressistes forcenés, nous n'avons guère évolué depuis Cro Magnon sur le plan émotionnel, et c'est ça qui est à déplorer ! Ce que fait ce texte tout en tournant la chose en dérision ; pourquoi pas ? Puisque l'homme est ce qu'il est depuis toujours, et que vraisemblablement il ne changera pas, mieux ne vaut-il pas en rire ?

   Dupark   
5/5/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Un chant révolutionnaire ! Le vent de cette révolte est rafraîchissant.
La fin est marrante. La grève du sexe comme arme à la bêtise misogyne. Bravo !

Le style est cru, comme le thème. Pas de place au lyrisme pour ce combat-là.

J'adore !


Oniris Copyright © 2007-2022