Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Vincendix : Catherine et Jean-Michel
 Publié le 25/04/18  -  17 commentaires  -  995 caractères  -  200 lectures    Autres textes du même auteur

Souvenirs émus d’un couple que j’aimais beaucoup.


Catherine et Jean-Michel



J’ai dans mes souvenirs une maison de pierre
Aux petites fenêtres, aux volets bois teintés,
L’un des murs sans soleil est recouvert de lierre
Le toit est en ardoise aux reflets argentés.

Je franchis le portail et j’agite la cloche
Le sentier ensablé crisse sous chaque pas,
Un rideau se soulève alors que je m’approche
Je commence à sentir le fumet d’un repas.

Je vois sur le perron ma tante Catherine
Silhouette menue aux tailleurs ajustés,
Mon oncle Jean-Michel ancien de la marine,
Leur chien Poséidon aux poils noirs et bleutés.

Je revois le salon, les nombreuses maquettes
Une armada de bricks, de superbes bateaux,
Et j’aperçois aussi l’océan, les mouettes
Que ma tante peignait sur de jolis tableaux.

Il me reste l’odeur de tabac et de cire
De l’oncle les jurons et les éclats de voix,
De tante Catherine il me reste un sourire
Ses fars délicieux et son sirop de noix.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Louison   
5/4/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Le second vers me paraît un peu bancal (je compte 13 pieds) mais je ne suis pas spécialiste et ce n'est qu'un détail car j'aime beaucoup ce souvenir que vous partagez et qui m'emmène vraiment chez Catherine et Jean Michel

   Lulu   
8/4/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

J'ai parcouru ce poème avec beaucoup de plaisir. J'y ai lu une belle nostalgie, telle que l'annonçait l'incipit, mais aussi une chouette mélodie du fait du jeu des rimes, des quatrains et des images choisies, comme "Le sentier ensablé crisse sous mes pas"... Ce souvenir rend le texte très réaliste, ancré dans la mémoire comme chez un Marcel Proust qui évoque des graviers, ou le goût de la madeleine...

J'ai aimé aussi les détails des souvenirs, ces bateaux et cet océan sur les tableaux.

J'imagine que ce poème est une trace pour l'auteur qui, de fait, aura conçu lui-même une sorte de tableau de moments partagés. L'émotion qu'il éprouve, en tout cas, est communicative. On se prend à imaginer le "sourire de Catherine, ses fards délicieux...".

   troupi   
11/4/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Il existe des gens aimés qui disparaissent sans s'en aller vraiment.
Ce couple est de ceux-là qui vous a inspiré une bien belle histoire.
L'écriture n'est pas alambiquée et convient parfaitement à la transcription de ces souvenirs heureux.
Merci pour cette belle lecture.
troupi en EL.

   Anonyme   
25/4/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Vincent... Les Vieux de la vieille que nous sommes devenus ont tous en tête, peu importe leurs noms, un couple de "Catherine et Jean-Michel" qui a marqué leurs jeunes années.
J'aime beaucoup ta poésie sans effets de manches ni fumeuses métaphores, une poésie figurative que j'apprécie à sa juste valeur...

Bravo et merci pour cette agréable lecture matinale

   Hananke   
25/4/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Joli texte nostalgique où l'auteur se revoit dans un lieu qui lui fut cher.

On peut juste regretter comme il arrive quelques fois chez l'auteur
que ce texte reste au niveau de la description.
On aurait aimé que ces jolis vers dans un ou deux quatrains de plus
prennent une dimension plus élevée, spirituelle, que l'on puisse pénétrer ou partager ces fameux souvenirs.

   Francois   
25/4/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voici un poème joliment écrit, et une belle évocation d'un couple aimé, décrit avec justesse et sensibilité...

J'aime beaucoup, notamment :
"Je vois sur le perron ma tante Catherine
Silhouette menue aux tailleurs ajustés,
Mon oncle Jean-Michel ancien de la marine,
Leur chien Poséidon aux poils noirs et bleutés."

Je regrette juste le vers 2 et ses 13 pieds...

J'aurais peut-être écrit ainsi le dernier quatrain :
"Il subsiste l’odeur de tabac et de cire,
De l’oncle les jurons et les éclats de voix,
De tante Catherine il me reste un sourire,
Ses fars délicieux et son sirop de noix."
Pour éviter la répétition de "il me reste".

Merci pour ce beau portrait !

   papipoete   
25/4/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Vincendix
J'entre dans cette maison par la pensée ; plus personne ici, et pourtant je vois leurs anciens habitants et leur chien . ça bouge, ça remue de tous côtés ; il y a aussi ces odeurs anciennes et ces couleurs sur la palette abandonnée ; les cris de l'Oncle et les sourires de la Tante ! Que j'aimais cet endroit-là !
NB l'auteur nous prit à nouveau par la main, par les oreilles et le nez, pour nous faire visiter avec bonheur, chez Catherine et Jean-Michel . Une plongée dans le temps qui nous ramène chez nos Oncles et Tantes bien-aimées !
le 2e vers mesure 13 pieds, qui justifierait la forme " contemporaine " ?

   leni   
25/4/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
salut VINCENT
Comme dab ce texte coule de source Le souvenir de Cat et Jean habillé de tendresse sonne vrai sonne juste ET me plait par sa simplicité De belles images qui chantent à la lecture à haute voix J'aime le chien
POSEIDON qui est un gars de la marine

Et voici ce qu'il me reste

Il me reste l’odeur de tabac et de cire
De l’oncle les jurons et les éclats de voix,
De tante Catherine il me reste un sourire
Ses fars délicieux et son sirop de noix.


JOLI JOLI MERCI VINCENT Egal à toi-même

Amitiés LENI

   Robot   
25/4/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Dans cette poésie les souvenirs, la nostalgie rappellent des êtres qui ont par leur seule présence imprégné des sentiments qui perdurent au-delà de leur disparition.

Un texte qui rend tout cela palpable, visuel, olfactif.

   PIZZICATO   
25/4/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Merci de nous avoir fait participer à une visite chez " Catherine et Jean-Michel ".
Un langage sobre, sans fioritures, qui rend agréable la lecture de ce texte.

" Poséidon " m'a fait sourire ; pour le chien d'un marin c'est bien adapté.

Petite remarque personnelle : " Silhouette menue aux tailleurs ajustés " j'aurais mieux vu le singulier (bien que faisant allusion à la garde-robe).

   plumette   
25/4/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est doux, c'est simple, imagé et touchant.

Les sens sont sollicités , c'est peut-être ce qui permet d'accrocher immédiatement avec ce texte et d'accepter par exemple ce " volets bois teintés" qui ne sonne pas très bien.

Vous faites revivre en peu de mots cet univers là.

C'est de la poésie pour partager, et pour donner envie d'en faire autant !

Plumette

   Annick   
25/4/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poème nostalgique où chacun et chacune peut retrouver dans sa mémoire un couple ami comme celui-ci, ou tout simplement ses propres parents.
Votre poème vibre de ces petits détails qui font le sel de la vie :

Il me reste l’odeur de tabac et de cire
De l’oncle les jurons et les éclats de voix,
De tante Catherine il me reste un sourire
Ses fars délicieux et son sirop de noix.

Merci.

   Cat   
25/4/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Rien de forcé dans les rimes qui glissent avec bonheur, comme une aquarelle de douceur nous parlerait de ces gens qui ont marqué tes jours dans leur maison de pierre.

Tout y est dit avec une poésie simple qui touche droit au cœur. Les paysages, les portraits, les bruits des mouettes sur l'océan et l'odeur du tabac et de la cire. Tout naît sous les traits de ta plume bien inspirée, comme un bon bol d'air nostalgique habille de sa douce chaleur les ombres du passé.

Merci pour le partage, Vincent.
A te relire


Catherine

   sympa   
25/4/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poeme simple sans chichis dont j'ai apprécié la lecture.
Un bien bel homage à ce couple qui semble avoir beaucoup compté pour vous.

   emilia   
26/4/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un bel hommage familial qui réveille chez chacun/chacune la page des souvenirs, ces moments si agréables autour du partage convivial d’un repas et bien au-delà, cette affection témoignée lorsque « un rideau se soulève » attestant le plaisir d’une visite attendue et appréciée que l’on guette derrière la vitre et ce cérémonial d’accueil en compagnie du chien, soulignant cette évocation recueillie et reconnaissante des empreintes laissées par ce couple familier à travers leurs voix, leurs sourires, les odeurs et saveurs mémorisées… ; merci à vous pour cette agréable lecture…

   Donaldo75   
27/4/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Vincent,

J'ai bien aimé ce poème nostalgique, bien rythmé par des alexandrins tout tracés dans le sillon des images d'antan. C'est particulièrement réussi, et cette forme classique va bien avec le thème. Je trouve cette poésie reposante, comme quand on feuillette un album de photos, sans forcément connaitre les lieux et les personnes qui le composent.

Bravo !

Donald

   Vincendix   
29/4/2018


Oniris Copyright © 2007-2018