Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Vincendix : Quelles histoires !
 Publié le 17/06/18  -  16 commentaires  -  1183 caractères  -  249 lectures    Autres textes du même auteur

Souvenirs confus des cours d’Histoire, le dernier quatrain concerne mon histoire.


Quelles histoires !



Après un corps-à-corps au col de Roncevaux
J’ai traversé l’Espagne au son de la trompette,
Les colonnes d’Hercule étaient en plein travaux
À Trafalgar j’ai pris la poudre d’escampette.

J’ai vu brûler le feu d’un bûcher à Rouen
Et fait avec Ulysse un voyage homérique.
Couché quarante jours au château d’Écouen
Dans le lit de Nina découvrant l’Amérique.

J’ai fréquenté Hélène avant Napoléon,
Passé une nuit blanche au cœur de la Castille,
Rencontré en secret le chevalier d’Éon
Un quatorze juillet c’était à la Bastille.

Préparant le terrain pour de belles moissons
J’ai labouré, semé les Champs Catalauniques,
Brisé une clovisse au marché de Soissons,
À Waterloo crié à bas les Germaniques.

Avec François Périer j’étais à Marignan,
Revêtu d’un polo, j’ai visité la Chine.
C’est près d’un riche lieu que j’ai vu d’Artagnan
Refusant d’obéir et de courber l’échine.

J’ai fui devant Bertha sur un quai de Verdun,
À Valmy, écrasé un lapin de garennes,
Campé dans la forêt du côté d’Issoudun,
Arrêté par les flics en traversant Varennes.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   sympa   
1/6/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Je ne garde pas d'excellents souvenirs de mes cours d'histoire qui ne me passionnaient guère!
Cependant, vos souvenirs sont décrits avec une telle maitrise que j'en aurais presque envie de m'y replonger !
J'ai adoré tout le cheminement de votre poeme original.

   PIZZICATO   
17/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Les subtilités, l'humour et les calembours foisonnent dans cette révision d'histoire. Les cours, de cette façon, je suis preneur!

Entre autres :
" Après un corps-à-corps au col de Roncevaux "
" J’ai fréquenté Hélène avant Napoléon "
" Brisé une clovisse au marché de Soissons "
" Revêtu d’un polo, j’ai visité la Chine "

Merci pour cet instant de détente.

   Annick   
17/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
On suit le narrateur dans son parcours épique car c'est le seul repère que j'ai pu trouver. Pour le reste, les lieux les plus éloignés se cotoient, les temps les plus reculés se heurtent gentiment avec ceux plus contemporains. D'un seul coup d'un seul, par la magie des mots qui se donnent la main, tout est possible dans la tête du narrateur qui s'en donne à coeur joie : force calembours, jeux de mots, clins d'oeil, pirouettes. Le temps linéaire n'existe plus. L'espace est destructuré. Le poète fantasque fait des sauts qui le propulsent ici ou là, autrefois ou hier.
Derrière toute cette truculence, peut-être des souvenirs de cours d'Histoire où il fallait ingurgiter vite fait bien fait des notions parfois complexes.

Un jeu de mots parmi d'autres que j'ai apprécié : "...c'est près d'un riche lieu..."

Merci pour ce poème original et très plaisant à lire.

   Coeurdeloup   
17/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Humour, jeux de mots, rythme soutenu… des cours d'histoire comme ceux-là on en redemande !

   papipoete   
17/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonsoir Vincendix
L'auteur a su revêtir l'habit de ces hérauts d'armes, de ces héros de l'histoire chevaleresque, en se trouvant sur leurs lieux de bataille ou face au bûcher de la place du vieux marché à Rouen !
Il a interprété dans sa tête ces rôles épiques ou tragiques, ou plus légèrement rencontré " Dame ou Sieur " d'Eon .
Mais sa plume virevoltant avec les bons mots, se fait plus grave en quatre lignes pour se rappeler de Bertha sur un quai de Verdun dont il était acteur en chair et en os .
NB le poète se fait conteur de l'histoire de France et de celle d'au-delà nos frontières, avec talent mêlant humour et aussi gravité, subtils calembours, tout au longs d'alexandrins nous évoquant un " ex " Grand Onirien ...

   Cristale   
17/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
L'histoire revue par Vincent ça vaut le détour !
Ça me rappelle quelqu'un qui nous manque déjà. Un texte bien enlevé, vif, aucun temps mort, du rythme et de la rime, que demander de plus ?

"J’ai fréquenté Hélène avant Napoléon,
Passé une nuit blanche au cœur de la Castille,
Rencontré en secret le chevalier d’Éon
Un quatorze juillet c’était à la Bastille."

J'adore ce quatrain.

Merci Vincent, la lecture de votre poème a été un plaisir en ce dimanche.

Cristale

   leni   
18/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonsoir Vincent
SUPERGE clin d'oeil à l"histoire QUEL souffle

J’ai fui devant Bertha sur un quai de Verdun,
À Valmy, écrasé un lapin de garennes,
Campé dans la forêt du côté d’Issoudun,
Arrêté par les flics en traversant Varennes.

ces quatre vers me plaisent beaucoup
Salut amical Leni


ADDENDUM 1806 Je m'étonne de la notation une plume

   Recanatese   
17/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir,

Une lecture très agréable, ludique avec des trouvailles à la pèle ("brisé une clovisse au marché de Soisson"; "c'est près d'un riche lieu que j'ai vu d'Artagnan") et bien d'autres encore.
J'apprécie aussi le fait que vous ne vous soyez pas imposé un ordre chronologique des événements historiques, votre texte n'en n'est que plus vivant!
Je sens, derrière les souvenirs de ces cours d'histoire, un élève qui devait déjà avoir un certain attrait pour la littérature, pour la liberté enfantine de faire joujou avec les mots...
Bref, un texte ludique et maîtrisé à savourer sans modération!

À vous relire

Recanatese

   Vincendix   
18/6/2018

   Donaldo75   
18/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Vincent,

J'ai trouvé ce poème très bien tourné, avec de la verve et de l'allant, surtout en regard du thème qui pouvait rapidement s'avérer lassant. C'est drôle, avec beaucoup de jeux sur les symboles, via les mots, les références historiques, via les situations, bref pas du n'importe quoi pour faire rigoler la bande de cancres scotchés au radiateur au fond de la classe mais pour aider à réfléchir tous ensemble.

Bravo !

Donald

   Hananke   
18/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Un cours d'Histoire en poésie, pourquoi pas.
Quelques quatrains sont amusants et d'autres plus banals, c'est un peu
la loi du genre lorsque l'on choisi ce genre de formule.
Je trouve aussi que l'ensemble des quatrains manquent de lien,
qu'il n'y a pas d'enchaînements entre eux : passant Trafalgar
on se retrouve à Rouen.
Mais bon, malgré ce que je lui déplore, ce texte conserve une bonne
valeur poétique et fait passer un bon moment de lecteure.

   Quidonc   
18/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Au fil des quatrains on revisite l'histoire absurde des hommes et au dernier quatrain, un moment d'histoire d'un homme. L'évocation de non-dit qu'un trop émotion empêche d'exprimer.
Si le début est énoncé sur un ton léger d'un vieux cancre qui n'a que faire de l'orgueil des hommes, le denier quatrain, sans en avoir l'air implique le poète plus qu'on ne peut l'imaginer.

Bravo

   Curwwod   
18/6/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
C'est excellent d'humour et de loufoquerie, sans oublier que ça dénote un savoir historique étendu et un amour certain de la grande et de la petite histoire. L'écriture est sans reproches et l'auteur aurait bien tort de craindre une Bérésina onirique. Qu'il demeure en ce 18 juin à 18 heures présent à l'Appel, sans peur et sans reproche.

   Queribus   
19/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Quel bonheur et quel plaisir devant ce feu d'artifice poétique où l'histoire est revue de façon humoristique et amusante même si on y trouve aussi un côté un peu fourre-tout mais nous ne sommes pas en cours d'histoire. Et puis avec ça, une maitrise de la prosodie épatante. Je crois même qu'avec une bonne musique, on pourrait en faire une superbe chanson.

Enfin et vous l'aurez compris, je suis un inconditionnel de votre écrit; faites-nous en vite d'autres de cet acabit.

Bien à vous.

   Vasistas   
20/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir,
c'est super chouette
j'ai balancé un peu trop de boulettes de papier sur mes camarades, jamais appris ces impossibles dates à retenir
je me suis arrêté cher les primitifs, incroyable ce que l'on peut faire avec des cailloux.
mais là je suis admiratif de l'humour porté sur ce qui ne m'a jamais fait rire, garçon sans histoire , je ne suis français que par hasard, mais quelle belle langue magnée de si belle manière.
Bravo et merci

   Robot   
24/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
L'histoire revue sous l'angle de l'humour mais tout en conservant l'élément véritable. Bon, la chronologie est un peu bouleversée, mais j'ai passé un bon moment sur ce texte en appréciant les subtilités introduites : "J'ai fréquenté Hélène avec Napoléon !" On est à la limite de crime de lèse-majesté.

J'espère que d'autres quatrains suivront, il y a encore de la matière !


Oniris Copyright © 2007-2018