Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
wancyrs : Châtiment
 Publié le 24/06/13  -  14 commentaires  -  538 caractères  -  252 lectures    Autres textes du même auteur

Qui a le droit !!!


Châtiment



Sacrifice odieux
Regard de chienne effrayée
Ton désir ta ruine

Cerclée d'exaltés
La foi encore en marche
Homme, femme et enfant

Caillou justicier
Colère en apesanteur
Fend l'air épaissi

Soleil obscurci
Quand tombent les projectiles
Bruits mats de chocs

Et gicle le sang
De la poupée indocile
Chancelle qui dévie

Petit monticule
Bouillie de pierre et de chair
Meurtrie au nom de…


Qui a le droit !!!


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   merseger   
13/6/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Vous nous démontrez ici avec une force, une brutalité qui n'en soulignent que mieux la monstruosité de l'évènement, que l'homme ne mérite pas de règner sur la création, surtout quand sa barbarie se manifeste au nom de la religion. Le réalisme de votre poème est aussi cruel et lucide que les bourreaux peuvent être aveugles et abjects.

   Pimpette   
24/6/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Poésie redoutable, comme elle est rarement!
Je ne trouve pas de mots!
Il faut un talent et un courage énorme pour écrire ça...
je salue bien bas...

   Mona79   
24/6/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est horrible et pourtant cela existe encore. Oui, "qui a le droit ?" L'infamie dénoncée, mais pas encore jugulée, hélas ! Votre poème répond à cette interrogation : mais quand cela cessera-t-il ? Il ne donne pas la solution, mais donne à voir, à savoir, sans fermer les yeux pour regarder ailleurs. Merci pour avoir eu ce courage.

   Anonyme   
24/6/2013
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Wancyrs,

Je ne suis pas vraiment emballé par ce texte. Je lui reconnais une certaine violence dans la description, mais en même temps assez banale :

- « sacrifice odieux – cerclée d’exaltés – la foi encore en marche – caillou justicier – bruits mats de chocs – et gicle le sang – bouillie de pierre et de chair – etc… »

Tout ça est finalement assez convenu et ne dépasse pas le cadre narratif d’un reportage journalistique sur la lapidation. Le texte est trop descriptif et pas assez… " sublime ". Je ne vois pas vraiment ici le travail de la poésie qui consisterait à dépasser les événements.

Et puis pourquoi des points d’exclamation à « Qui a le droit !!!! » ? . Soit je n’ai pas compris le message, soit il s’agit d’une maladresse de l’auteur. Ici ça sonne comme une justification de la lapidation plutôt que comme une question. Très bizarre…

Une autre foi, Wancyrs…

Cordialement,
Ludi

   Jano   
24/6/2013
 a aimé ce texte 
Pas
Je n'apprécie guère ce poème, ni par la forme, ni par le fond.
Au niveau de la structure, nous avons une énumération hachée, avec peu de déterminants, qui enlève toute musicalité à l'ensemble. Les vers semblent désolidarisés les uns des autres, on dirait une liste de choses.

Par rapport au contenu, je trouve le message excessivement démonstratif. On comprend tout de suite de quoi il s'agit, la scène manque de suggestion, de subtilité. D'un côté des méchants fanatiques, de l'autre une pauvre femme adultère, avec une petite note moralisatrice à la fin.

Vous mettez tout le monde dans le même sac du côté des punisseurs ("Homme, femme et enfant"), or j'imagine que les femmes subissent davantage ces lois qu'elles n'y participent. Finalement vous les rendez aussi méprisables que leurs conjoints. J'aurais aimé voir dans la foule de la pitié, de la peur voire du chagrin et non pas que de la haine qui répond à des clichés occidentaux.

Bref, tout ceci m'apparait bien caricatural.

   Anonyme   
24/6/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
des vers bien choisis pour nous envoyer cette violence en pleine figure, cette réalité qui fait froid dans le dos à travers tes mots, des images fortes qui ne tombent pas dans le cru et le sordide.
la ponctuation à la fin n'est pas utile, la phrase en elle-même est assez forte au niveau du ton que dégage ce poème, sinon pourquoi vous n'avez pas jugé utile d'en mettre dans tout le reste du poème?

   Anonyme   
24/6/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Hmm... J'ai encore un peu de mal à comprendre comment sont classifiées les poésies, sûrement dû au fait que je ne m'y connaisse pas trop en poésie. Par conséquent, mon avis ne vaut peut-être pas grand chose mais, quoi que ce soit, j'ai trouvé ce texte suffisamment beau et poignant pour me décider à en faire un commentaire.

   Ioledane   
24/6/2013
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Un texte qui dénonce, d'une plume sans complaisance.

Un peu 'too much' pour moi dans la sanguinolence poétique, même si cela dit bien l'horreur de la chose.

Les tercets me semblent de qualité inégale : j'aime assez celui du "caillou justicier", et l'inachèvement du dernier pour finir sur ce cri de révolte ; à l'opposé j'ai moins apprécié "quand tombent les projectiles" ou "gicle le sang" (trop prosaïques). "Chancelle qui dévie" me dérange également, du point de vue de la syntaxe et de la logique (deux verbes, où est le sujet ?).

   brabant   
24/6/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Wan,


La lapidation, si je ne me trompe, est le châtiment biblique ou coranique qui punit l'adultère, que la Charia, pas plus que la Torah ou le Talmud d'ailleurs, n'ont gommé de leurs tablettes. Ceci montre bien combien les textes figés sont des textes imbéciles tout autant que les textes fondateurs pour peu qu'ils soient perdus, indélébiles, dans les sources du temps.
Vive Vatican II donc en ce qui concerne le catholicisme romain ! Enfin, s'il n'y a rien eu de nouveau depuis, je ne suis pas au courant car c'est à peu près à cette époque-là que j'ai quitté la religion. Et pourtant je l'aimais bien, Jean XXIII, pas comme le Monseigneur du même nom qui politise en pontifiant à Notre-Dame. J'aimais bien aussi Jean-Paul Ier, le pape assassiné, un pape dont l'oeuvre majeure fut la rédaction d'un catéchisme pour enfants, pensez donc, il avait tout pour me plaire :)


Oserais-je dire, sans rire, Wan, que ton poème est percutant, comme doivent l'être ceux qui dénoncent la cruauté imbécile mise au service du jusqu'au boutisme religieux. La forme brève est parfaite, adéquate, métaphorique.

Ce poème est d'un guetteur et d'un lanceur d'alerte, le mot est à la mode, or pour une fois une mode est utile, alors Avanti !

Merci !

:)

   leni   
24/6/2013
Salut mon frangin Wan
La lapidation est une aberration culturelle que tu dénonces Car tu es un humaniste Tu nous l'as souvent prouvé et j'ai pu t'exprimer toute mon estime Dans ton texte comme l'a suggéré un commentateur "homme femme et enfant"pourraient être du côté des accusateurs C'est ambigu dans ta formulation La forme est un peu sommaire si on se rappelle certains de tes textes Je souhaitais m'exprimer car je suis fermement opposé à cette ignoble aberration Je ne note pas
Merci de ta compréhension Leni

   Anonyme   
24/6/2013
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
C'est splendide, exceptionnel. La violence se raccroche a des mots et des histoires des vers qui précèdent, c'est intelligent, sadique et cassant comme un galet.

   MissNode   
24/6/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonsoir Wancyrs !
J'aime :
- la forme scandée en trois vers, dont (souvent) un court/un long/un court : elle m'évoque une marche silencieuse de protestation (sensation perso)
- les trois dernières strophes, beaucoup ! Notamment "Soleil obscurci" "Chancelle qui dévie"
- dans les trois 1ères : "Ton désir ta ruine" "Cerclée d'exaltés"
- le propos dénonciateur toujours, dans tes poèmes, sans faux-semblant !

J'aime moins :
- l'accumulation de substantifs : mais à vrai dire, ils donnent au poème son air de décrire une "nature morte", ce qui renforce à mes yeux la puissance des deux dernières strophes.
- l'"apesanteur" de la colère : ça lui confère une légèreté qui n'a pas sa place ici, et m'empêche d'en ressentir la densité, malgré "l'air épaissi" qui arrive ensuite.
- les trois premières strophes, aux vers moins poétiques à mes yeux ; par ex : "effrayée" "Homme, femme et enfant" me semblent un peu commun...
- ce final "qui a le droit" ne peut malencontreusement pas m'enlever un refrain trop entendu d'un chanteur trop "variétoche" à mon goût, mais ça, que veux-tu, c'est perso !

Je ne comprends pas :
- La nécessité du "encore" dans "La foi encore en marche"

Enfin, bon, si je cherche la petite bête, c'est que le poème a fait mouche : très touchant et plein de courage !
Encore merci, Wancyrs :-D

   Miguel   
24/6/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une écriture minimaliste qui laisse toute la place au ressenti. Les choses sont dites avec le moins de mots possible. Aucune recherche d'effet ne vient forcer la réalité.
Ainsi, wancyrs nous rappelle que, deux mille ans après cette belle parole : "Que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre", il y a encore du chemin à parcourir. Bravo pour ce cri émouvant.

   MissNeko   
10/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Un poème d une grande intensité au sujet rude.
La plume est belle et bien aiguisée.


Oniris Copyright © 2007-2018