Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Wasche : Érections [concours]
 Publié le 28/10/17  -  6 commentaires  -  981 caractères  -  255 lectures    Autres textes du même auteur

L'homme n'évolue guère.


Érections [concours]



Ce texte est une participation au concours n°23 : Un monument
(informations sur ce concours).





En la place plaisante au charmant val des cygnes,
On érigea jadis, en pierres, une tour
Énorme ! et la fierté de la gent alentour
Vit en ce fort totem ses qualités insignes.

Mais si l'on la voyait, on ne l'entendait point,
Alors elle accueillit deux vigoureuses cloches
Puis prit encor du pied quand, en ennemis proches,
Il fallut de François surveiller l'embonpoint.

Las ! par ces lourds ajouts qui la mirent obèse,
Dieu ne put empêcher que le sol elle baise ;
La pauvre jusqu'en bas s'écroula ! Patatras !

Au lieu d'elle, aujourd'hui, se plante un pieu de fer
Qui, de mots réunis en un joyeux fatras,
Chante sa litanie au ciel... la pointe en l'air.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   PIZZICATO   
28/10/2017
Je ne suis pas parvenu à résoudre l'énigme de cette tour.

Le " val des cygnes " ne m'a pas beaucoup aidé ; non plus que " Il fallut de François surveiller l'embonpoint ".

J'avais pensé à la tour << François 1er >> mais elle ne me semble pas correspondre aux éléments du texte.
Bon ! J'attendrai patiemment que l'auteur nous la dévoile.

Par contre, j'ai une petite idée sur le dit auteur.....

   papipoete   
29/10/2017
bonjour,
Ce poème au classique parfait laisse deviner le nom de l'auteur, mais hélas celui du monument après moult recherches, ne se démasque pas !
Aussi, ne puis-je noter ce sonnet aux " savoureux alexandrins " !

   Bidis   
29/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème fort plaisant à lire. Ici encore, je viendrai relire lorsqu'on dévoilera quels étaient les monuments en question. Ici encore, mais avec peut-être plus d'impatience encore que pour les autres textes. Parce que l'histoire de ce monument mystérieux me semble, d'après ces vers, assez... mouvementée.

   solo974   
6/11/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour,

Sans être Sherlock Holmes, je pense à l'ancienne Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg.
J'aime beaucoup votre sonnet, que j'ai trouvé plein d'humour : "Enorme !" (mis en valeur par l'enjambement), "Il fallut de François surveiller l'embonpoint", "Patatras !"...
C'est frais, léger et aérien - contrairement à ladite cathédrale...
Merci pour cette lecture rafraîchissante et bonne continuation à vous,
Solo974

   jfmoods   
1/11/2017
Ce sonnet en alexandrins est à rimes embrassées, croisées, et suivies, suffisantes et riches, majoritairement masculines.

Si le contexte temporel ("jadis", "Alors", "Puis", "aujourd'hui") est aussi vague que le contexte spatial ("En la place plaisante") ou que les divers acteurs (pronom indéfini : "on"), l'histoire tumultueuse de ce monument, à caractère religieux, se dessine tant bien que mal au fil du poème (contre-rejet et rejet : "une tour énorme", démonstratif : "ce fort totem", jeu antithétique : "on la voyait, on ne l'entendait point", effet de gradation : "elle accueillit deux vigoureuses cloches", "prit encor du pied", "ces lourds ajouts qui la mirent obèse", "La pauvre jusqu'en bas s'écroula", inversion du sujet : "se plante un pieu de fer").

Parfois, un sonnet peut prendre l'aspect d'une énigme à déceler... comme peut l'être une grille de mots croisés de Michel Laclos. Les vers 1, 7 et 8 constituent les points d'appui de cette énigme.

Commençons par les vers 7 et 8...

"... en ennemis proches,
Il fallut de François surveiller l'embonpoint"

L'excès de poids dont il est question ici n'est certes pas à prendre au sens propre du terme. Il est lié à une faim toute métaphorique. Cette insatiable faim, une faim de conquêtes, fut celle de François Ier. Comme ses prédécesseurs, il s'engagea dans des guerres en Italie.

Au vers 1, le "val des cygnes" ne semble pas mener bien loin. Cependant, il arrive que l'on parle de "cygne noir" pour désigner la gondole. Le val des cygnes pourrait donc être l'un des nombreux canaux qui traversent la cité de Doges, la Sérénissime : Venise.

Si l'on suit à présent les diverses indications du poème, on aboutit au campanile de Saint-Marc...

-> http://monumentsdevenise.com/content/campanile-saint-marc.jpg

Demeure un questionnement sur l'ensemble du dernier tercet... Est-il fait allusion ici à l'archange Gabriel qui se trouve, comme à contre-emploi, au sommet de l'édifice reconstruit, intercesseur entre la terre et le ciel, entre l'homme et la divinité ?

Dans un contexte de foi religieuse, ce sonnet, agrémenté de double-sens croustillants (titre : "Érections", "elle baise", "un pieu de fer", "la pointe en l'air") ne manque pas de sel.

Merci pour ce partage !

   David   
1/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Un poème rigolo, mais je ne devine pas le monument, visiblement quasiment disparu. Il y a un ton un peu moyenâgeux qui accompagne l'humour du sujet, avec des vers vif aussi, c'est pas du tout contemplatif pour le coup, tout en restant cohérent.


Oniris Copyright © 2007-2017