Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Willis : Mercenaire
 Publié le 26/08/18  -  16 commentaires  -  1426 caractères  -  255 lectures    Autres textes du même auteur

Le Procès – Remords.


Mercenaire



Qu'importe la façon d'obtenir la victoire
Quand l'octroi d'un blanc-seing garantit le succès...
Ce tacite contrat vint couvrir les excès
Commis lors de conflits de sinistre mémoire

Hier est consigné dans ce réquisitoire
Venant me diffamer par l'inique procès
Où rien ne m'affilie aux combattants français
Je suis un criminel affirme le prétoire

Héros désavoué sans âme ni vertu
Pour avoir déposé parfois même abattu
De gênants dictateurs et leurs cruels sicaires

Je reconnais pourtant que je fus serviteur
Des intérêts secrets de mes commanditaires :
Ministres corrompus d'un état malfaiteur

---
À l'heure où les verrous condamnent ma cellule
Dès que tombe le soir sur les bâtiments gris
Mon âme est diffamée au gré de ces esprits
N'ayant d'autres desseins que ma raison bascule

Hier vient me trahir, délatrice crapule
Pour dire son remords et cracher son mépris
En donnant les détails de faits pourtant prescrits
Sordide procureur dépourvu de scrupule

Victime en trompe-l'œil, martyr en faux-semblant
Chaque ombre a témoigné d'un regard accablant
Dans la sourde clameur de ce profond silence

Tous se sont opposés au moindre concordat
Dans le but évident d'assouvir leur vengeance
Récusant le motif que j'étais un soldat


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Vanessa   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,
J'ai trouvé le sujet très interressant.
Même si votre texte ne change pas mon avis sur la position de mercenaire, il est toujours bon d'entendre la parole de l'autre.
Pourquoi avez-vous séparé vos sonnets par des pointillés puisqu'ils sont un même poème ?
J'ai bien aimé votre texte. Il est très bien écrit.
Merci.

   Eclaircie   
13/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Un sujet intemporel, de la responsabilité du simple soldat dans les conflits générés par bien d'autres acteurs.
Mais aussi un sujet sur la valeur des actes selon que l'on soit dans l'action ou dans la réflexion sur l'action.
Un sujet sur le jugement, le jugement dans un tribunal mais aussi le jugement que chacun porte à l'autre.
Il y aurait tant à dire sur le(s) sujet(s).

Revenant au poème, ce mercenaire s'exprime fort bien. Il tend à se disculper de ce qui lui est reproché, accusant l'Autre.
C'est la position de cet homme sur la sellette.
Ce narrateur choisi d'évoquer son "âme", quid de sa conscience ?
Je lis aussi "Héros" terme très difficile à porter, qui ne devrait pas qualifier l'être" dans sa durée mais l'acte que l'être a réalisé.

Difficile pour moi de détacher le fond de la forme, sans doute la forme est suffisamment harmonieuse pour mettre le fond sur le devant de la scène.

Je n'apprécie qu'un peu, la réalisation de ce poème.

Éclaircie

   Quidonc   
13/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Les actes guerriers en soi n'ont déjà pas ma faveur, mais soit. On est pas tous fait du même moule et c'est heureux.
Par contre je ne vois rien d'héroïque dans les agissements d'un mercenaire, payé pour tuer.
Je ne vois rien d'héroïque et encore moins d'envolée lyrique dans ces actions. Le mercenaire fait un choix rémunéré, le héro ne demande rien et est un acte dicté par le sacrifice.
"Je reconnais pourtant que je fus serviteur
Des intérêts secrets de mes commanditaires :
Ministres corrompus d'un état malfaiteur"
Le texte est pourtant techniquement bien écrit et on ressent bien la déception et l'amertume du mercenaire. Mais c'est dans son choix premier qu'il doit poser son regret.

   Miguel   
15/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
De beaux vers, bien rythmés, un souffle, et un contenu courageux sur un sujet épineux et toujours discuté. Ce texte nous dit, si j'ai bien compris (mais parfois on comprend ce qu'on veut comprendre) qu'il est facile de juger confortablement assis dans une salle de tribunal, ceux qui ont agi sur le terrain (où souvent on les avait envoyés, ou bien où les ont conduits leurs principes) dans des situations de stress, d'urgence et de terreur. On a l'impression d'entendre ce locuteur dire ses vers la tête haute et sa conscience pour lui. J'aime bien la dénonciation de tant de duplicité, du vers 9 ; mais tout me plaît dans ce cri du coeur d'une victime désignée et résignée.

   papipoete   
26/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Willis
On nous a appris à tuer, sans se poser de questions, obéir seulement et au trot ! J'ai abattu d'humbles combattants et fus utile pour destituer tel ministre ou homme d'importance !
Aujourd'hui, je croupis en cellule attendant une sentence en " trompe-l'oeil " ... ( qui pourrait se ranger du côté d'un mercenaire ? ) Je ne serai même pas jugé comme soldat défendant sa patrie ... je n'en ai plus !
NB le premier sonnet est touchant, pourrait nous faire pencher pour ce " serviteur " qui ne fut pas de trop pour prêter au besoin, main forte à une armée conventionnelle .
Le second sonnet nous plonge dans l'abîme d'une geôle, que le prisonnier pouvait s'attendre à connaître en signant son contrat, avec le risque funeste de n'être connu ... de personne !
je ne sais pas le nom d'un " double-sonnet " ?
Si je suis surpris, pour une forme fixe, du manque de ponctuation, je ne vois pas ce qui s'oppose au moins, à la forme " néo-classique " ? ( ABBA/ABBA/CCD/EDE ) métrique juste, rimes correctes ?

   koko   
26/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La plaidoirie s'enflamme dans une versification impeccable faisant sonner double et double sonnet MAIS...
un mercenaire n'est point une victime ! c'est un vil gredin crapuleux !... qui ne mérite aucune autre sorte d'égard que la ferme invitation à croupir... au cul-de-basse-fosse... ad vitam aeternam !
Allons, allons, mon ami ! vous vous égarez, une fois de plus !
Ceci dit, j'aime votre style, votre emportement grandiloquent !
Votre fougue Fouquier-Tinvilesque me comble d'aise, figurez-vous !
Avec vous, je plonge dans un univers surréaliste, qui me met en joie !... Je retrouve à la fois les Monty Python de la grande époque et mes camarades de classe de 4ème redoublée... où nous pouffions devant le proviseur écarlate nous menaçant de la Classe Pré-Professionnelle de Niveau...
C'est sans doute idiot mais c'est ainsi : mon ami, j'aime votre Rime foisonnante !

P-S : Et la ponctuation !?... Ce sont des sonnets, pas des gaudrioles libertines ! Il y fallait au moins le point final de chaque strophe !

   lucilius   
26/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Cette version de mercenariat n'est pas sans me rappeler l'affaire "Bob Denard" aux Comores, ainsi que son interpellation à laquelle j'avais participé en 1995 à Kangani. Il n'y avait alors ni héroïsme, ni triomphalisme de part et d'autre ; juste une attitude soldatesque ubuesque chez un homme usé, apeuré de surcroît, ayant dépassé l'âge de la retraite et conscient de son dernier baroud.
Sur la forme, c'est plutôt bien écrit mais il y manque l'essentiel : une expérience partagée et un regard qui personnalise la plume de l'auteur. Et le problème est là car pour moi, seul le vécu peut forcer l'inspiration et la transcender.

   Anonyme   
26/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
les autres ne comprennent jamais les situations des uns ; on prend plaisir aux accusations et jugements parcequ'on ignore ce qu'un homme (soldat) peut vivre sur le terrain.
j'ai trop aimé cette poésie, surtoût cette injustice que l'auteur dénonce en passant et je ne peut que vous remercier pour ce poème très respecté dont l'expression est simple et harmonieuse !

jerusalem

   leni   
26/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Etre payé pour tuer c'est un choix LE Mercenaire perd sa condition d'homme libre Il peut tuer n'importe qui sur ordonnance Alors le juger
de quel droit le mercenaire peut s'étonner
CE texte est superbement rédigé comme chacun des textes de l'auteur
Le sujet qui amène réflexion peut amener des jugements divers SOIT!
Beau travail d'écriture
Merci SALUT CORDIAL LENI

   Zoe-Pivers   
26/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Deux sonnets, cela demande un certain travail et pourtant je ne le ressens pas... La lecture est fluide les vers s'enchainent avec aisance et la pensée suit leur route.

Le sujet délicat titille la conscience et un sentiment de malaise la déstabilise. Qui est la véritable crapule dans l'histoire ?

Il a une belle qualité d'expression ce mercenaire, j'aime beaucoup.
Merci

   PIZZICATO   
26/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Un sujet très délicat à analyser.
De Ravaillac au SAC, en passant par Oswald, CIA et autre Carlos, qui doit-on essentiellement condamner ? Le (s) commanditaire (s) ou celui qui commet l'acte ?

Il semble, qu'ici, le " mercenaire " est considéré presque comme une victime du devoir. Ce type de mission est rarement confié à un soldat.
En ce qui me concerne, je ne pense pas que la plupart de ces ... intervenants agissent par idéologie.

Ma note sera pour la forme soignée de ce texte.

   BlaseSaintLuc   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
avocat poète mercenaire plaidant ça propre cause , mais à qui parle le narrateur ? à sa conscience ? au lecteur ? c'est bien écrit , l'idée est clair même si le sujet est obscur (dans le sens noir ) ici ce n'est pas tant du Mercenaire dont il s'agit, mais bien des commanditaires qui toujours ce cachent derrière , donc bien amené pour ce posé la question .on ne juge pas le mercenaire , mais le texte et le propos , très bien écrit .

   Brume   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Willis

Il y a une forte tonalité qui résonne à ces 2 sonnets.
Le ton est froid dans la première partie, alors que dans la seconde je trouve le ton acerbe. Dans cette dernière je ne ressens pas de remords à ma lecture mais plutôt un côté accusateur. Les vers ont une certaine puissance et ont un certain caractère, ce qui donnent justement le ton.

L'atmosphère est glaciale, les sentiments sont saisissants.


J'aime beaucoup le rythme qui scande sans fausse note les mots du narrateur.

Je ne vais pas commenter les techniques de la poésie classique, je n'y connais rien. Mais un poème plein d'émotion et une écriture pleine d'intensité.

   Kherza   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Les mercenaires, Alcibiade... Vaste sujet. Ils sont les 1ers responsables en cas de bavure mais d'un autre côté peuvent plus facilement changer de camp ou se retirer quand le navire vient à prendre l'eau. Très beau texte. Merci!

   Cristale   
28/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
De mercenaire, je n'en connais point et pour se faire je suis allée vérifier sur un lexique français la définition de cette fonction. Ma conclusion est qu'en abrégé il s'agit d'un chasseur de prime. Mais je ne suis point là pour juger l'acteur principal de cet écrit.

Je sois dire ma surprise devant cette publication: l'auteur ne s'est pas contenté d'un seul mais de deux sonnets. Un réquisitoire dans le premier, une sentence dans le second et des vers fort bien tournés.

J'aime bien l'aponctuation partielle, rares virgules, pas de points finaux.
Quand-même un petit reproche concernant l'hémistiche du vers ;
"Quand l'octroi d'un blanc-seing garantit le succès"
Il n'est pas recommandé de mettre un mot composé à l'hémistiche d'un alexandrin. En classique, la sanction est assurée et puis cela casse le rythme du vers.

Une fluidité constante, un rythme soutenu, écriture masculine, sans fioritures pour faire joli. Beaucoup de substantifs à la rime mais bon, le texte n'est pas alourdi par trop de prépositions et de conjonctions, le secret de la fluidité.

Exercice certainement difficile mais réussi à mes yeux.
Bravo Willis ! Beau travail, avec mes encouragements.

Cristale

   solo974   
12/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Willis,
J'aime bien votre poème.
Un sujet difficile - selon moi - mais que vous avez su aborder avec poésie et sensibilité.
Les trois derniers vers m'ont particulièrement touchée et émue.
Excellente continuation à vous.


Oniris Copyright © 2007-2018