Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Carte blanche : des liens et des lettres
Posté par philippe le 10/Oct/2008 (19 lectures)

Les Maîtroniques ont demandé aux Fouineurs de mieux faire connaître leur travail à la communauté onirienne. Alors Oxoyoz, le responsable fouineur, se met devant le miroir de son bureau et réfléchit à comment présenter les choses :
Oeuvre commune Macalys et OxOyOz

Oxo : Bonjour moi-même, installez-moi.
Yoz : Bonjour, merci.
O : Alors, je suis « organiris » ? En quoi ça consiste ?
Y : Les organiris constituent le comité de gestion d’Oniris. Ils discutent et prennent les décisions importantes, concernant l’orientation présente et future du site. Ils ont le droit de parler au nom du site, à l’intérieur et à l’extérieur de celui-ci.
O : D’accord, mais en ce qui me concerne, spécifiquement ?
Y : Je m’occupe avec Macalys des Ailleurs d’Oniris, la rubrique Liens Web du site.
O : La rubrique Liens, c’est ce qu’on voit sur chaque site, dans un coin de page, qui présente les différents partenaires ?
Y : Oui. Je référence et mets en place des échanges de liens avec d’autres sites de littérature. Il y en a deux sortes : les sites jeunes qui cherchent à se faire connaître, et qui demandent, à travers l’échange de liens, à Oniris de les aider ; et les blogs et sites perso des Oniriens, où là c’est Oniris, à travers moi, qui demande aux inscrits d’y placer une pastille précisant que la personne publie ses textes chez nous.
O : Et en pratique, comment je m’y prends ?
Y : En rédigeant des articles et en envoyant beaucoup de mails. J’écris pour solliciter, répondre, expliquer, préciser.
O : Et les gens acceptent ?
Y : Oui, en général les Oniriens sont heureux de procéder à l’échange. Ceux qui ne sont pas intéressés se contentent de ne pas répondre. Mais une fois j’ai eu un chef d’entreprise qui, s’il trouvait la proposition « très web 2.0 », déclinait l’offre trouvant celle-ci trop éloignée de ses activités professionnelles.
O : Je vois. Et donc les inscrits répondent oui, ou ne répondent pas ?
Y : C’est ça. Sauf une fois où l’un a répondu « oui mais ». En fait la personne possédait un site Internet pour aveugles. Il était d’accord pour procéder à l’échange, mais pas pour incruster la bannière d’Oniris.
O : Forcément : pas d’images s’il s’agit d’un site pour aveugle. Mais je ne savais même pas que ça existait. Je prendrais bien un café, et moi ?
Y : Oui s’il me plait.


Colette est justement en train de discuter avec Maëlle à coté de la machine à café. Oxo lui fait signe de lui apporter un gobelet.

Y : En fait j’ai appris que les aveugles utilisent des logiciels de synthèse vocale, qui sont plus performants si les pages Internet sont structurées d’une certaine manière. Mais sur le coup, j’ai cru que c’était une blague.
Colette : Voilà, je vous apporte du café.
Oxo et Yoz : Merci !
Co : Yoz, n’oublie pas de parler des liens avec les sites collaborants.
O : Les sites collaborants ? Qu’est-ce que c’est ?
Maëlle, en criant depuis le couloir : Colette, je t’avais dit sans sucre le café !
Co : …Ce sont des sites dont les membres peuvent collaborer avec les Oniriens pour illustrer leurs textes ou les calligraphier par exemple.
Y : Oui, et de la même manière, les Oniriens peuvent se rendre sur ces sites et s’inspirer d’une photo ou d’un dessin pour écrire un texte.
Maë, toujours en criant depuis le couloir : Mais dans tous les cas, il faut l’accord de l’auteur pour commencer. Sur Crayons de couleur on a un smiley spécial pour les dessins en quête d'illustrateurs.
O : C’est très sympa ça, et c’est moi qui m’en occupe aussi ?
Y : Non, c’est plutôt Maëlle et Colette qui gèrent ça.


Maëlle, toujours à coté de la cafetière, appelle sa copine pour reprendre leur discussion.

Co : Bon je vous laisse.
Oxo et Yoz : À plus tard.


Oxo boit une gorgé et reprend.

O : Dis-moi, sur quel ton se passent les discussions ? De façon courtoise ou plus familière ?
Y : J’aborde toujours les gens de façon très polie. C’est nécessaire vu que je parle au nom d’Oniris. Mais il y a plusieurs inscrits qui se sentent vite à l’aise, et me parlent comme à un vieil ami.
O : C’est plus agréable j’imagine.
Y : Effectivement, Surtout que j’envoie beaucoup de mails. D’ailleurs pour éviter d’être débordé, je procède par séries : je contacte une dizaine d’Oniriens en même temps, puis attends quelques semaines pour que tout soit réglé et je recommence.
O : Quelques semaines ? Ça prend du temps !
Y : Oui, il faut attendre que les gens répondent, puis qu’eux ou moi rédigions l’article qui sera placé dans la rubrique. Il ne faut pas oublier que les gens ont une vie à coté, et que moi aussi je fais ça bénévolement sur mon temps libre, comme tous les organiris.
O : Et en quoi consiste la rédaction des articles ?
Y : L’article doit être bref et concis, tout en présentant de façon claire et personnalisée le site. La plupart des gens me délèguent cette tache, et il n’est pas toujours facile d’innover.
O : C'est-à-dire ?
Y : Et bien, beaucoup de blogs se ressemblent : les auteurs y publient leurs textes et parlent de leurs loisirs. Je m’efforce de faire des articles différents, pour rendre compte de la spécificité de chacun, mais c’est dur.
O : Moi je préférerais rédiger l’article concernant mon blog, pour être sûr qu’il le présente de la bonne manière.
Y : C’est sûr, mais ça prend un peu de temps, et il est plus facile de confier ça à un autre. Je suis là pour les aider. Plusieurs Oniriens ne savent même pas comment insérer une bannière sur leur site, là aussi je les aide. Il faut dire que certains hébergeurs de blogs ne permettent pas facilement l’opération.


Inopinément, Philippe arrive en claquant des talons: Oxoyoz se dresse au garde-à-vous, raide comme un piquet.

Phil : Bon, Oxo, tu en es où avec tes Ailleurs ? On ne t'entend pas beaucoup pour le moment.
O : Heu, chef oui chef. Je suis justement en train de bosser sur la présentation.
Phil : Et elle en est où la rubrique Liens aujourd’hui ?
Y : J'ai 93 sites référencés chef, progression moyenne de 4 sites par mois le tout réparti dans 5 catégories, 16 sous-catégories, chef. Vous voulez les noms des catégories, chef ?
Phil : Je les connais bien sûr, mais fais-moi un topo complet.
Y : Ben il y a « À propos de L’édition »
O : 20 sites, les sous-catégories sont : Aide à l'édition, Droits d'auteurs, Édition en ligne, Édition professionnelle, et Sites d'auteurs publiés.
Y : Puis il y a « Aide à l'écriture » avec 14 sites.
O : Sous-catégories : Conjugaison - Grammaire, Mise en page - Typographie, Vocabulaire et Autres.
Y : Ensuite on a « Sites Intéressants » et ses 26 sites.
O : Avec Concours de nouvelles, Revues littéraires, Sites de littérature et Divers.
Y : Et enfin « Sites partenaires »
O : 30 sites : Auteurs d'Oniris et bien sûr Collaborations.
Phil : C’est tout ?
Y : Ah non, il y a aussi les 3 « Mises en voix », de Titefée.
O : Oui, des lectures de textes.
Phil : Oui, oui je sais. Et franchement, tu crois que ça intéresse quelqu’un tout ça ?
Y : Oh oui, chef, tiens, le site de Ninjavert a été cliqué 111 fois et celui de Baboo, 84 fois.
Phil : Oui, ca va! C'est bien! Continue comme ça ! Ou continuez comme ça, je sais pas s’il faut te parler au pluriel. Corrige moi un peu ta cravate et ne force pas trop sur le café de Colette: il te fait des yeux rouges.


Philippe sort de la pièce en claquant la porte et affichant un sourire discret que ni Oxo ni Yoz ne peuvent voir.

Oxo : Pfiou, la vache!
Phil de derrière la porte: J'ai entendu !
Yoz en criant : Je parlais de Margueritte, chef !


Oxoyoz se rassoit et revient à son miroir. Il en profite pour arranger son nœud de cravate. C’est là que Macalys arrive avec des collants verts, une cape et un masque.

Ma : Salut Batman, alors quoi de neuf patron ?
O : Super ton costume de Robin. Ben là je réfléchis avec moi-même à la présentation de notre travail.
Y : Tu aurais pas une idée à me proposer ?
Ma : Déjà voir un psy, parce que se parler à soi-même c’est mauvais signe. À moins que ça soit d’un coté Batman et de l’autre Bruce Wayne. Ensuite je pense qu'il faudrait un passage pour expliquer aux Oniriens pourquoi la rubrique leur est bénéfique.
O : Développe.
Ma : Faut pas oublier qu'on est sur un site thématique, Batman. On met pas grand chose d'autre que du littéraire, alors d'office ça sélectionne. Et on offre une vitrine qualité aux Oniriens.
Y : Continue j’aime bien.
Ma : Et bien, par rapport à ce que je viens de dire, ça fait qu’on crée un annuaire de valeurs. Puis Oniris c’est 600 membres lecteurs plus tous les anonymes qui se promènent, et les Ailleurs proposent une navigation facile. Donc en plus d’une vitrine de qualité, c’est une très grande vitrine qu’on laisse à la disposition des auteurs.
O : C’est très bien dit tout ça.
Y : Oui tout a fait.
Ma : Bon Batman et Bruce Wayne, je vous laisse, j’ai à faire.
Oxo et Yoz : À plus tard.


Macalys hésite une seconde à sortir par la fenêtre comme l’aurait fait Robin, puis choisit finalement la porte.

O : Bon, j’en reviens au fond de la mission. Référencer des blogs n’a pas grand-chose à voir avec la littérature non ?
Y : C’est vrai, mais il faut regarder la démarche globale : on crée un annuaire de la littérature comme vient de le dire Macalys, une sorte de Guide du Routard, version web, pour les auteurs amateurs. L’indexation des blogs permet de présenter à la communauté les espaces de création des auteurs, c’est leur petit univers, là où l’on voit leur quotidien et leurs inspirations. Puis les échanges de liens permettent de maintenir la réputation d’Oniris.
O : Mais un « annuaire de la littérature » ne se résume pas aux blogs des inscrits.
Y : Tout à fait. La mise en place d’échanges n’est que la moitié de mon travail. L’autre étant la recherche et le référencement de sites utiles et intéressants.
O : Ceux des catégories que j’ai énoncées à Philippe ?
Y : Voilà. Je fais des articles sur des sites parlant des droits d’auteur, de typographie, de concours de nouvelles, etc.
O : Et j’entre en contact avec ces sites ?
Y : Je contacte les webmasters pour les prévenir que je rédige un article à propos de leurs pages et je les invite à le lire pour me dire s’ils sont d’accord avec ce qui est écrit.
O : J’ai donc discuté avec beaucoup de webmasters ?
Y : Un certain nombre oui. Mais tous ne répondent pas, donnant implicitement leurs accords par le silence. D’autres prennent le temps de me remercier. À vrai dire, je ne discute qu’avec des webmasters d’une certaine manière, car quand je contacte un Onirien, ce n’est pas en tant qu’inscrit que je l’interpelle, mais en tant que possesseur d’un site Internet.

O : Bien, je crois que j’ai tout dit.
Y : Je pense que j’ai fait le tour.
O : Alors merci.
Y : Tout le plaisir était pour moi.


Sur ces paroles, Oxoyoz se lève et part rédiger sa présentation.
questions et discussion: En cliquant ici


Oniris Copyright © 2007-2017