Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



placebo : Les deux têtes éclatées
 17 commentaires | 314 lectures | Lire cette poésie 

Histoire d'amour, petite pensée post-écriture pour Maupassant et son « Fort comme la mort ».
Éclater le texte pour mieux appréhender le rythme.


Lotier : Le gué
 18 commentaires | 156 lectures | Lire cette poésie 

Acte I, scène 1
Till, Lith.


EmmanuelC : Dialogue à brûle-pourpoint pour une question en suspension [Sélection GL]
 21 commentaires | 159 lectures | Lire cette poésie 

Les mots règnent depuis trop longtemps sur la littérature française.
Laissons donc quelques instants la parole aux signes de ponctuation.


LeopoldPartisan : Immaculée conception
 9 commentaires | 120 lectures | Lire cette poésie 

Long poème conçu comme un livret d’opéra, c’est-à-dire avec un prélude, quatre tonalités (décorum, forum, post-partum et maelstrom) pour finir sur une variation dont le titre est emprunté au chef-d’œuvre de Malcolm Lowry et de la littérature anglophone.

Musique : « Les préludes de Lohengrin » de Richard Wagner, album « A Séance Of Dark Delusions » de Nordic Giants, album « Demon » de Gazpacho…


Lotier : Roue de la fortune
 36 commentaires | 1006 lectures | Lire cette poésie 

Rond : forme maïeutique.


Charivari : Dans la prison des mots croisés
 10 commentaires | 164 lectures | Lire cette poésie 

Jeux oulipiques.


Chlorure : Acte
 6 commentaires | 122 lectures | Lire cette poésie 

Expérimentation poïétique sur les limites du théâtre, de sa représentation ; de ses résonances en l'esprit, à la lecture.
À J. Pollock.


wancyrs : Visions
 16 commentaires | 414 lectures | Lire cette poésie 

Science sans conscience n'est que ruine de l'âme…

François Rabelais


Raoul : Conseil d'orientation
 16 commentaires | 191 lectures | Lire cette poésie 

… de désorientation.


David : Je m’ê trompée
 17 commentaires | 457 lectures | Lire cette poésie 

Pour la fête des mères d'avant et d'après 1975.


c-cil : Qu’âtre ces ont - Dysorthographie poétique
 14 commentaires | 333 lectures | Lire cette poésie 

Poésie sérieusement enjouée sur les mots.
À lire à haute voix pour plus de facilité ;
partie d'un jeu de mots enfantin : il fait encore beau – croi croi dit le corbeau…


birdy : Bonne fête des oisals
 16 commentaires | 439 lectures | Lire cette poésie 

Un onirisme matinal.


David : La clé des sons
 21 commentaires | 703 lectures | Lire cette poésie 

Sans d'autre but que de produire une sonorité entraînante, neutre également par son vocabulaire, est-ce qu'il est possible de réduire autant le "temps d'un poème", vu comme une certaine méditation, une recherche d'un certain vide, une certaine paix intérieure ?


MarionTouvel : Dévotion (mathématique)
 22 commentaires | 211 lectures | Lire cette poésie 

"Pour approcher le spirituel en art, on fera usage aussi peu que possible de la réalité, parce que la réalité est opposée au spirituel." Piet Mondrian


MarionTouvel : Posture
 12 commentaires | 258 lectures | Lire cette poésie 

La masse atomique de N peut varier... mais ça n'a rien à voir.


karminator : Chaos
 15 commentaires | 642 lectures | Lire cette poésie 

Travail littéraire sur le chaos.

Le premier Laboniris, "texte" controversé sur Oniris.
Extrapolation de la démarche du poète québécois Claude Gauvreau.


PostBlue : 5:14:31
 24 commentaires | 710 lectures | Lire cette poésie 

Dévorer les désirs (...) au bout d'une léontine / Le temps ne finit pas de s'arrêter.


MarionTouvel : Dvāparayuga
 10 commentaires | 332 lectures | Lire cette poésie 

Broderies sur kigo persos, l'almanach qui figure de manuel. Sigur Ros/Jonsi en bruits de fond.
Les feuilles du châtaignier en tombent. Krishna est mort, vive Krishna !
Un arrière-goût de fin du monde, autant de pieds qu'il y a de jours, mais rien à prendre trop au sérieux.


MarionTouvel : Figure d'almanach pour composition matricielle
 13 commentaires | 186 lectures | Lire cette poésie 

« Secondé par vous, j'ai pu (...) obscurcir le soleil
dans la splendeur de son midi,
appeler les vents mutins, et soulever entre les vertes mers
et la voûte azurée des cieux une guerre mugissante… »

La Tempête, W. Shakespeare



Oniris Copyright © 2007-2017