Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Vincente : Seconde vie
 4 commentaires | 34 lectures | Lire cette poésie 

Aux pas contés d'une réalité.


BlaseSaintLuc : Balade pour un fou (de passant)
 9 commentaires | 79 lectures | Lire cette poésie 

La vie, c'est un voyage, ceux que l'on fait laissent des souvenirs. On la passe comme un fou, quand on rêve en même temps !


Alcirion : Sacerdoce du souvenir
 10 commentaires | 113 lectures | Lire cette poésie 

Salut, fontaine dont on ignore la source, fontaine sainte, bienfaisante, intarissable, cristalline, azurée, profonde, murmurante, limpide, ombragée. Salut, génie de la ville, qui nous verses un breuvage salutaire, fontaine appelée Divona par les Celtes, et consacrée comme une divinité.
Ausone


chVlu : L'avis par la fenêtre
 7 commentaires | 40 lectures | Lire cette poésie 

Il est du virtuel comme du réel, tout mène à tout à condition de savoir en sortir…


Dolybela : Mon amour prends-moi la main et...
 5 commentaires | 62 lectures | Lire cette poésie 

À ma romantique Rome antique.


Donaldo75 : Les arbres aux mille couleurs
 12 commentaires | 106 lectures | Lire cette poésie 

Ma vie entière défile devant moi,
Se haussant telle une fleur
Ramenant ma vie vers la terre.

(David Sylvian - 1984)


Alcirion : Sommes-nous revenus ?
 7 commentaires | 82 lectures | Lire cette poésie 

La première version de ce texte date de 2006. Je l'ai repris une nouvelle fois dans un format de récit poétique.


Stephane : Une nuit sans fin
 6 commentaires | 58 lectures | Lire cette poésie 


BlaseSaintLuc : J'ai fait le tour
 12 commentaires | 129 lectures | Lire cette poésie 

L'amour est-il une cage ou un absolu ?


wancyrs : J'aurai ta peau d'ours mal léché
 5 commentaires | 68 lectures | Lire cette poésie 

J’aurai ta peau d’ours mal léché que je vendrai avant d’avoir tué, afin que librement mes pieds s’en aillent où ma tête ne sait car, finalement le vrai du vrai c’est juste d’aller, plus que de savoir où aller...



Oniris Copyright © 2007-2020