Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Laboniris
wancyrs : Visions
 Publié le 21/11/12  -  16 commentaires  -  1170 caractères  -  414 lectures    Autres textes du même auteur

Science sans conscience n'est que ruine de l'âme…

François Rabelais


Visions



INRI
Air
Plasma.
Terre.........................E=MC².........................Feu
Plasma............................................................Plasma
Eau
Plasma
? Génère qui te génère ?
ADN ou Cellule
Plasma
? YHWH ?
Homo sapiens
Curabitur aeternam
Diebus
Vestris
Computati
Sunt
Eli ! Eli !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   jamesbebeart   
5/11/2012
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↓
Chemin de croix, pas vraiment pathétique ; un condensé, un raccourci qui ne présente pas beaucoup d'intérêt à mon humble avis. Désolé, une prochaine fois peut-être.

   Salamandre   
11/11/2012
 a aimé ce texte 
Un peu
Justement, l'exergue qui le dit.

Je n'accroche absolument pas à ce genre expérimental qui mêle au latin les formules. Je gage qu'il ne peut y avoir que peu d'élus à lire votre poésie. Mais pourquoi pas...

Il manque l'élégance, la force, la finesse, ça manque de mots...

D'autres aimeront mais je n'ai pas trouvé l'exercice à mon goût.

   Labrisse   
21/11/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Oui on peut y voir de la "performance" mais je suis plus adepte en terme de descente de croix, du Caravage qui est plus qu'essentiel dans le genre dès la renaissance .

Vous faites plusieurs fois une répétition avec plasma.

Comme Salamandre je ne suis pas non plus très adepte du genre.

Amitiés,

Labrisse

   Marite   
21/11/2012
Bonjour Wancrys ! Ce qui me déçoit dans tes "Visions", c'est leur étroitesse au niveau du fond. La forme à la limite on peut s'y faire mais les mots "INRI" et "YHWH" limitent considérablement les perspectives. Cela dit, je n'ai jamais étudié le latin aussi peut-être quelque chose m'a échappé au travers de ces mots.

   MonsieurF   
21/11/2012
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
c'est quoi cette mode des poèmes à tendance chrétiens ? c'est le deux ou troisième que je lis, et plus ça va, moins je vois leur utilité.

Celui-ci n'est pour moi qu'une vague tentative, vaine par ailleurs, de poésie expérimentale autour des "bases" du christianisme.

Sans recherche ni sur la forme ni sur le fond, il joue sur un visuel trop facile.

Bref, je me suis ennuyé ferme en 15 lignes.

   Artexflow   
21/11/2012
 a aimé ce texte 
Bien
INRI et YHWH, même remarque, pour moi ils réduisent considérablement le propos du texte...
Le mot plasma est répété trop souvent.

La mise en forme, j'ai un peu l'impression que c'est du bluff, je ne vois pas l'UTILITÉ je veux dire. Ce n'est même pas très beau.

E=MC² me semble presque hors de propos.

Si le début du texte, vaguement "alchimique" peut me plaire, alors dès "ADN ou Cellule" je décroche. D'ailleurs, que voulez-vous dire par ADN ou Cellule ? J'ai l'impression que vous associez des mots sans vraiment savoir pourquoi.

Une raison au point (unique) après le premier "plasma" ?

Finalement ce n'est pas que je n'ai pas aimé votre texte, c'est surtout qu'une fois l'onglet fermé, je ne m'en souviendrai jamais...

Je mets moyen moins, dans le doute, je veux dire, s'il y a un sens qui m'échappe. On dirait un texte écrit sous Kétamine.

EDIT : Explication du texte disponible sur le forum, je change ma note en "bien". Mon précédent commentaire est donc caduc.

Je maintiens néanmoins mes remarques sur "plasma" qui est à mon sens trop répété, et sur la dimension chrétienne du texte, qui loin de me gêner le rend peut-être un peu trop inaccessible, voire énervant ?
Le calligrame est réussi mais la croix me semble un peu trop grande.

Un poème presque à ne pas lire, je veux dire que des mots ne se dégagent pas tant de sens que ça, en revanche il sera à mon avis particulièrement intéressant d'en discuter.

   Miguel   
21/11/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je m'étonne que personne n'ait encore employé le mot "calligramme", car ce poème en est un ; la forme épouse le sens. Un cri d'angoisse et de détresse, une méditation sur notre fugacité et notre néant, de la "relativité" de toute chose, la guerre et la mort : rien que de très universel. L'eau, le sang, les symboles de l'agonie du crucifié. La seule note d'espoir est ici implicitement exprimée par la forme de la croix et le sens dont celle-ci est porteuse. Les formules latines donnent à l'ensemble une tonalité autant ésotérique que religieuse : plongée dans les mystères infinis. Beaucoup d'intériorité, et une émanation à laquelle on ne peut sans doute être sensible sans une certaine disposition d'esprit.

   wancyrs   
21/11/2012

   Raoul   
21/11/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
(avant lecture de ce qui est en discut')

Plus qu'un gentiment désuet calligramme, je vois en cet écrit le graffiti urbain qu'aurait pu laisser au coin du bloc un Samo passé nuitamment.
Des mots posés, issus de mondes différents qui se frôlent, se côtoient, fument ensemble autour d'un brasero, ceux des bouches, des trognes, des silhouettes - un Estragon peut-être (qui toujours attend Godot), un péripatéticien illuminé de My own private Idaho, un clochard céleste Toporien dans un film de Ruiz… - dans un terrain vague.
Je trouve plus de poésie dans ce geste que dans nombre de poèmes écrits au podomètre.

   Lunar-K   
21/11/2012
Salut Wancyrs,

Difficile d'aborder un texte aussi minimaliste, surtout quand on se mêle d'y ajouter du latin (décidément, tu ne nous ménages pas sur ce coup-là ! ^^)... Au fond, le plus parlant reste encore la citation de Rabelais et la forme, je veux dire le dessin, du poème. Les deux se rejoignent et me semblent constituer tout le mouvement du texte : une sorte de mise en croix de la science, sous-entendu que cette mise en croix serait pour elle, la science donc, comme une "conscientisation"...

Sur le principe (conscientiser la science), je serais plutôt d'accord. Je le suis par contre nettement moins, pas du tout en fait, quand il s'agit pour ce faire de la crucifier... C'est que, je pense, il ne se trouve aucune réelle opposition entre la science actuelle (idéologique et hégémonique : scientiste) et la foi religieuse. La première n'est jamais que le prolongement de la seconde, qui tend à se perdre actuellement, mais qui ne se perd qu'en se prolongeant scientifiquement (donc qui se recycle plus qu'elle ne se perd). Einstein disait : "La science sans religion est boiteuse, la religion sans science est aveugle". Il n'a pas tort. Malheureusement, tous les scientifiques n'osent pas se l'avouer aussi clairement. Et tous n'ont d'ailleurs pas la lucidité nécessaire pour se l'avouer. D'où, effectivement, de nombreuses querelles, quelquefois sanglantes, entre les tenants du religieux et les tenants du scientifique.

Cependant, pour moi, l'échappatoire n'est pas à trouver du côté d'une conciliation entre les deux, mise en croix de la science ou scientification du religieux. Tout simplement parce qu'il n'y a rien à concilier, les deux revenant au même là où ça importe le plus (et si l’homme est bien cet « éternel fou » dont tu parles, il n’est pas surprenant que son délire, le même, insiste également dans la science, qu’il n’y ait pas plus de conscience effective dans la religion que dans la science). Par conséquent, tout le travail me semble devoir être mené bien davantage sur la prise de conscience de cette identité de principe afin de trouver ensuite une véritable porte de sortie qui ne serait ni scientiste ni religieuse.

Bref, voilà un peu comment je comprends ton texte, et comment je ne suis pas du tout d’accord avec ce que j’en comprends. Mais je pense que nous avons déjà eu l’occasion par le passé de nous rendre compte de nos divergences dès qu’il s’agit d’aborder ce genre de problème… Il me faudrait sans doute argumenter davantage pour mieux me faire comprendre. Je suis bien sûr ouvert au débat.

Bonne continuation !

   Fanch   
21/11/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
En première lecture, j'ai eu un ressenti positif sans comprendre vraiment pourquoi, d'autant que ce "style" de poésie est aux antipodes du mien...
J'ai honte de le dire mais il m'a fallut aller sur le forum pour avoir l'explication de mon ressenti, un peu comme l'on se met à aimer certaines musiques ou tableaux parce que l'on nous en explique la génése.
je n'ai donc pas été capable de me faire une opinion tout seul! mais je suis pour autant ravi d'avoir, grâce aux débats du forum, pu m'intéresser à une expression à laquelle rien ne me prédispose

   Ludi   
21/11/2012
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Cher Wancyrs,

Si un jour je prends ma retraite, c’est au Canada, à côté de vous, que je veux la passer. Dans un des derniers pays noté AAA, peuplé de gens sympathiques, accueillants et instruits.

Vous êtes un Sage, aussi affûté en Pentateuque qu’en Pantagruel, aussi préoccupé de la transmutation alchimiste de l’homme en dieu, que de celle du plomb en or, aussi calé en E=MC2 que moi pour compter jusqu’à 10 (malgré tous mes diplômes de sciences occultes et de géométrie dans l’espace – les seconds étant offerts avec les premiers), aussi doué en géométrie dans l’espace – précisément – qu’en poésie latine bi, tri, et quadri syllabique.

C’est donc avec beaucoup d’humilité et un peu essoufflé, que j’entreprends l’ascension de votre croix. Mais le voyage vaut la peine. Content d’avoir pu atteindre et décrocher le pompon « INRI ».
Je me sens transformé, transmuté forcément.
Et à votre dernier cri : « Eli ! Eli ! » maintenant je peux répondre : « Pas de panique, j’arrive, j’arrive ! ».

Un peu vexé quand même par toutes vos explications (vous me prenez pour une buse ?).

Un grand moment, merci à vous.
Ludi

PS : je viens de verser 20 000€ à Wikipédia (qui fait la quête en ce moment). En effet, chers Oniriens, je ne l’ai jamais autant utilisé que depuis que vous m’hébergez. Ça commence à me coûter cher, vos c…

   Cristale   
21/11/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Science et religion en corrélation ? Cela a toujours été un mystère pour mon petit neurone.

A part cela, j'ai bien du mal à commenter ce "calligramme" la langue latine étant morte avant que je ne sois née..... mais je reconnais de belles qualités graphiques.

Une publication qui soumet de grands questionnements philosophiques et métaphysiques, je vais donc attendre que ce texte refroidisse un peu pour le réexaminer à tête reposée.

Je trouve l'exercice esthétique, (je suis une "visuelle" et oui!) alors rien que pour la difficulté de ce travail délicat je décerne une mention +

   Charivari   
6/12/2012
Salut Wan.
La citation de Rabelais colle très bien au calligramme -je ne sais pas comment l'appeler en fait-
Le tout me parait très intéressant. Même si je trouve que la "poésie" est un peu trop absente, tout de même, ça fait réfléchir, et c'est le but de la manoeuvre. Donc pour moi c'est reussi.
Je crois aussi que j'aurais préféré un texte plus explicite, qui délivre un message, et moins hermétique, mais ce n'est pas un reproche.

Le thème abordé est un vrai thème, le mysticisme est historiquement l'ancêtre de la science, à ce titre j'aime particulièrement ce "Terre / E=MC2/ Feu", qui retrace cette chronologie historique, et nous fait penser qu'au bout du compte, c'est une même recherche sur les mystères du monde depuis les chamanes du paléolithique jusqu'à Eisntein.

Le termes de ce texte sont justes et utilisés à bon escient. Ça ouvre le débat... Par contre, je ne vais pas noter, d'ailleurs, au fond, on s'en fout de la note, hein.

Bonnes fêtes

   FABIO   
13/2/2014
poésie.................questionnement
qui génère ton écriture?
Folie ou inspiration
encre:::::::::cerveau::::::main
feuille blanche,,,,,,,E=néant
ténébreuse::::::::::cérebralité

   silvieta   
16/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Un calligramme bien dessiné. Et alors ? pas très révolutionnaire, ceci.

La répétition du mot "plasma" est appropriée pour le thème (la mise en croix). Le mot "Eli Eli" aussi, bien sûr.

Un poème qui se lit vite, donc comme je suis pressée ce matin, j'aime bien.


Oniris Copyright © 2007-2017