Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


L'histoire de Brigitte et celle de Jean-Luc
NICOLE : L'histoire de Brigitte et celle de Jean-Luc  -  L'histoire de Jean-Luc - Chapitre 9
 Publié le 24/10/09  -  4 commentaires  -  10535 caractères  -  53 lectures    Autres publications du même auteur

Vers quatre heures du matin, la probabilité de voir Brigitte arriver pour récupérer sa robe lavande et son caraco étant pour le moins réduite, je décide, mon paquet de linge mouillé sous le bras et mon portefeuille humide à la main, de regagner ma voiture pour y finir cette nuit déjà bien avancée.

À huit heures, réveillé par le soleil rasant du matin, je m’extirpe péniblement de la voiture, en frottant la marque laissée sur mon flanc droit par le levier de vitesse.

Vite, trouver un poste d’observation le plus éloigné possible de la haie d’hier.


De l’autre côté du terrain des filles, il y a un jardin ouvrier, avec une cabane à outils qui m’ouvre des perspectives. D’accord, je ne vois plus la cuisine, mais j’ai une vue satisfaisante sur la salle de séjour et l’une des chambres, et il faudra bien m’en contenter.

J’occupe le début de la matinée à me couper les ongles des pieds et des mains avec le coupe-ongle d’un porte-clefs couteau multifonctions offert par Jean-Marc à l’occasion d’une fête des pères. De temps en temps, Isabelle ou Alice passent, rien de bien intéressant.

Vers dix heures trente, Alice part derrière la maison, elle en revient les bras chargés de linge sec. Elle s’installe dans la salle à manger pour repasser le linge, en prenant soin de faire une pile à part avec les affaires de Brigitte. Vers onze heures, Isabelle sort de la cuisine chargée d’une casserole et d’une cuillère en bois, Alice goûte, et je salive abondamment.

J’ai une pensée émue pour les délicieuses carottes de la veille.


Vers midi, Alice met la table : six couverts. J’attends patiemment, en espérant que Brigitte fera partie des convives. Aux alentours de treize heures, le couple d’universitaires genevois qui nous avaient été présentés lors de notre séjour chez Isabelle s’extirpe d’une voiture poussive.

Cette fois, ils sont flanqués d’un adolescent morose qui salue les deux femmes avec une économie de mots et de sourires propres à cet âge ingrat. Ils s’installent au salon, et se mettent à manger négligemment des canapés qui monopolisent toute mon attention, avec une exclusivité quasi hypnotique.


Une demi-heure plus tard, Brigitte arrive, me tirant brutalement de la légère torpeur induite par la faim. Elle porte des vêtements que je connais, la même coiffure, et elle a pourtant quelque chose de différent. Les autres se lèvent pour l’accueillir, ils rient, et la femme dont j’ai oublié le nom pose sa main à plat sur le ventre de ma femme ; et son geste me frappe de plein fouet, comme une gifle.


Elle porte elle aussi sa main au petit ventre rond et tendu que je ne lui ai jamais vu auparavant, mais qui réveille des souvenirs anciens de grossesses passées, celles de Marianne d’abord, la mère de mes enfants, puis celles des autres femmes croisées, centrées autour de leur ventre souverain.

Tout au long de la soirée, elle reproduit inconsciemment ce geste ancestral, commun à toutes les femmes qui abritent une autre vie ; elle caresse son ventre, le nid où la vie prend des forces.

Les autres parlent et elle leur répond parfois, le sourire au bord du cœur.


J’essaie de me remettre en mémoire les diapos de ces cours, suivis distraitement puisque je ne me destinais pas à l’obstétrique.

Combien de mois ?

Elle était forcément déjà enceinte lorsqu’elle est partie. J’essaie de compter les semaines, les jours. Je tente de toutes mes forces d’acquérir des certitudes mathématiques. La journée passe, fébrile et tourmentée. Je les regarde manger, aller et venir, rire et parler. Je la vois porter souvent la main à son ventre, avec à chaque fois ce sourire particulier, comme tourné vers l’intérieur.

Lorsque, le jour déclinant, elle se lève pour prendre le sac de voyage qu’Alice lui tend, je me réveille comme d’une longue torpeur, et je regagne ma voiture en toute hâte.


J’allume le moteur de la voiture de location, et j’attends que celle avec laquelle je l’ai vue arriver me dépasse. Elle a abandonné sa Mini à Paris, elle disait pourtant qu’elle l’adorait. Moi aussi elle disait m’aimer, et elle m’a pourtant laissé aussi.


Elle nous amène dans le centre de Genève. Je la suis jusqu’à un immeuble ancien. Lorsque la porte se referme sur elle, je me rapproche des sonnettes, à l’extrémité de la troisième rangée de noms se trouve le sien, le nôtre : Mme Duvallon.


Je tourne les talons, et je reprends la voiture jusqu’au premier hôtel confortable que je croise en m’éloignant de la ville.

À ma demande, la réceptionniste m’indique comment bénéficier de leur service pressing en une heure, en parvenant poliment à ne pas s’attarder sur ma tenue négligée, puis elle me promet de transmettre ma commande au maître d’hôtel : une entrecôte avec des frites, et pour finir un tiramisu.

Brigitte aurait dit « trop riche pour un repas du soir ». Enfin elle aurait dit ça quand mon taux de cholestérol lui importait, il y a quelques semaines, dans une autre vie.


Je me fais couler un bain chaud pour patienter jusqu’à l’arrivée de mon repas, et j’essaie de réfléchir calmement aux événements de la journée.

Ma femme est enceinte de plusieurs semaines, peut-être de moi, même si je ne peux pas avoir de certitude absolue à ce sujet (mais quel homme peut se vanter d’en avoir !), et malgré ça elle est partie (ou peut-être à cause de ça, allez donc savoir avec les femmes qui ne parlent pas beaucoup !).

Je sais où elle habite, je peux donc lui rendre visite dès que je le voudrai. Je peux y aller dès demain, mais pour lui dire quoi ?


Je m’étais dit naïvement qu’il fallait que je la retrouve, un peu comme si c’était la réponse à toutes mes questions. Aujourd’hui je connais son adresse, mais pas grand-chose de plus, sinon qu’aucune femme n’a l’air plus équilibrée et sereine qu’elle aujourd’hui, et qu’elle est enceinte.


Rien n’est réglé, bien au contraire.

Affaiblie par ces observations déprimantes, ma décision de renouer le contact perd de sa force. Elle a mis entre nous une distance plus infranchissable que des kilomètres, me présenter spontanément me semble impossible maintenant.


Je mange sans conviction les choses grasses et sucrées que j’ai commandées, et je dors mal, d’un sommeil lourd et peuplé de cauchemars. Dans l’un d’entre eux, Brigitte donne naissance à une nichée d’oisillons hurlants, aux plumes poisseuses et collées, aussi laids que de vrais petits oiseaux, et dans mon rêve, je me tourmente énormément de ne pas être capable de les aimer.

Tout le monde dans notre entourage s’attendrit en s’efforçant de trouver des ressemblances avec d’autres membres de nos familles, et moi, je suis le seul à les voir tels qu’ils sont : hideux et piaillards.

Je me secoue un peu, et la gangue d’angoisse qui me serre le cœur se dissipe. Un rêve, seulement un méchant mauvais rêve, fruit d’une digestion laborieuse, rien de plus.


Douché, rasé de frais et correctement vêtu, je reprends la voiture en direction du centre ville. Je retrouve facilement son immeuble, mais l’étroitesse de la rue, et l’impossibilité d’y stationner, m’interdisent de me poster à proximité plus de quelques instants, entre deux tours de pâté de maisons.

Je repère de l’autre côté de la rue, presque en face de son immeuble, une pension de famille, dont les fenêtres, orientées sur la rue, pourraient me fournir un poste d’observation acceptable.

La propriétaire s’étonne bien un peu de me voir refuser la chambre calme dont les fenêtres donnent sur la cour intérieure, mais lorsque j’explique que, citadin, j’ai besoin des bruits de la ville pour m’endormir, elle m’adresse un sourire compréhensif, et me dirige vers l’une des deux chambres rarement louées, parce que donnant justement sur la rue commerçante.

Elle tient une table d’hôtes tous les jours sauf le dimanche, parce que le dimanche elle reçoit ses enfants. J’accepte la proposition qui m’est faite de me joindre aux autres convives, avec empressement.


Mon obligeante logeuse congédiée, je déplace la petite coiffeuse vers la fenêtre, et je m’y installe avec l’un des romans que j’ai apportés. De là où je me trouve, je peux surveiller l’entrée de l’immeuble de Brigitte.

À treize heures, je me fais monter un encas en prétextant une indisposition passagère (promis dès que je me sentirai mieux, je descendrai pour prendre mes repas avec les autres), puis j’entreprends d’appeler les enfants et Henri pour les rassurer. Ils accueillent ma petite mise au vert improvisée avec une égale bienveillance, rassurés par ma bonne humeur.

Seule Éliane semble trouver mon rétablissement un peu prématuré.


Vers dix-sept heures, Brigitte sort de son immeuble.

Je la suis des yeux jusqu’à une boulangerie au coin de la rue. Elle en ressort avec un carton à gâteaux, puis elle retourne chez elle. Elle attend donc des invités. J’entreprends alors d’observer les gens qui entrent, en essayant de deviner lesquels peuvent se rendre chez elle.

Vers vingt heures, je la vois ressortir avec son carton à gâteaux. Elle s’est changée, et porte une robe taille haute qui met en valeur son ventre rond. Elle s’arrête à la hauteur de la voiture avec laquelle je l’ai vue arriver hier chez les filles, et pendant qu’elle installe délicatement ses gâteaux sur le siège passager, je me rue dans l’escalier avec mes clefs de voiture à la main.

Je bouscule au passage ma logeuse, en lui hurlant que, non désolé, je ne pourrai pas prendre mon repas ici ce soir, puis je sors la voiture de la cour en toute hâte.

La maison donne sur une rue en sens unique, derrière celle de Brigitte, et le temps que je retrouve la bonne artère, elle a disparu. Je fais quelques tours rageurs dans le quartier, élargissant inutilement le cercle de mes recherches, avant de retourner à la pension, excédé.

Je reprends ma lecture où je l’avais laissée, pour tromper l’ennui, sans parvenir à me concentrer vraiment.


Vers minuit, elle revient, seule.


Le lendemain je me mets en rapport avec l’agence locale de mon loueur de voiture. Non, il n’a pas de deux-roues, mais il peut m’adresser à un confrère qui pourra m’en fournir un.

Je choisis un scooter rouge, que je m’entraîne à conduire en reprenant le chemin de la maison de Mme Morlas.

Après des débuts laborieux, j’acquiers finalement une maîtrise que je juge suffisante, du moins pour le moment. Comme je m’y attendais, je trouve facilement à le garer à quelques mètres de l’entrée de Brigitte.


Ce soir, je vais prendre part au repas collectif de la charmante Mme Morlas, et tenter de lui faire oublier ma cavalière défection de la veille au soir.



 
Inscrivez-vous pour commenter ce roman sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   jaimme   
24/10/2009
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai la vague impression que l'auteur est "coincée" par son propre scénario. Je m'explique. Puisque, dans le récit de Brigitte, Jean-Luc n'intervient pas dans cette période de leurs vies, celui-ci ne peut vraiment interagir. Il doit rester spectateur. Et donc les faits sont peu marquants. Comme, de plus, Jean-Luc est nettement moins porté sur l'introspection l'ensemble est en fort décalage avec la vivacité et le rythme des épisodes précédents.

Un peu surpris par ce ventre déjà rond et visible. Elle est enceinte depuis assez peu, non? Faudrait que je recalcule.

Une seule expression m'a surpris: "le nid où la vie prend des forces", je trouve cette belle expression un peu trop féminine, surtout dans la bouche de Jean-Luc. Ce qui ne veut pas dire que les hommes ne peuvent avoir en tête autre chose que foot et bière!! M'enfin! Mais pour ce grand sentimental qu'est J.L....

   Anonyme   
24/10/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour NICOLE

Je me demande comment je vais faire pour la suite. J'ai un gros problème avec JL : il n'est absolument pas crédible ni logique. Quel âge a-t-il ? Huit ans ?
Il y a une coquille dans le texte : la table est mise à midi, et il ya cette phrase :"Tout au long de la soirée, elle reproduit inconsciemment ce geste" et plus tard : "lorsque le jour déclinant".
Je vais poursuivre la lecture, par sympathie pour l'auteur et parce que j'espère un rebondissement quelconque mais le comportement de JL... je sature.
Il me dérange bcp parce qu'il ne cadre pas, ou alors avec énormément de difficultés, avec le personnage de départ, surtout dans le premier chapitre de son histoire à lui.
Il ne m'apparaissait pas si mou ni si puéril, ni si égocentrique. Dans les premiers chapitres, de l'histoire de Brigitte, il a été touchant, amusant, perdu, solide - ou fiable - (bien que très intéressé) voir la première soirée, maintenant, il est seulement ridicule.
Je crois qu'on peut rendre un personnage détestable, à condition que dans ce détestable, on s'y retrouve un peu. L'humain a des côtés vraiment horripilants, mais il y a toujours quelque chose à quoi se raccrocher, un détail qui rapproche le méchant du lecteur. Quelque chose. Ici, il n'y a rien. J'ai l'impression que l'auteur en veut à JL et que, surtout, elle ne l'aime pas.
A chaque nouveau chapitre j'attends de JL une réaction, un mouvement (logique) et ça ne se produit pas.
Ou au moins un signal, comme quoi cet échec lui a fait perdre la boule, ou tout sens commun ?

   nico84   
26/10/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je relève d'abord une phrase :

"Moi aussi elle disait m’aimer, et elle m’a pourtant laissé aussi. "

Etrange pour un homme de cet âge, conception simpliste de l'amour. Il ne se remet toujours pas en question et surtout, il ne prend pas contact avec Brigitte. Jean-Luc ne mérite pas grand chose. Jamais il ne se confronte à ses échecs. Donc il n'évolue jamais dans ses pensées, d'où une maturité "infantile".

Il nous exaspère, peut être échappe il un peu à l'auteur, on le verra par la suite.

Et je lis par la suite :
"et malgré ça elle est partie (ou peut-être à cause de ça, allez donc savoir avec les femmes qui ne parlent pas beaucoup !) --> ça ne lui viendrait pas à l'esprit de se remettre en cause et donc inversé les rôles. Peut être que mon attitude fait qu'elle ne pouvait pas me parlait et donc elle a pris la fuite. C'est tout de suite plus constructif.

Mais je félicité ici l'auteur qui malgré un personnage pitoyable dans tous les domaines, lui conserve une cohérence remarquable, celle d'un homme qui est comme il est figé dans le temps et l'inaction, dans un confort précieux et qui reste passif devant toute situation, réservant ces opinions à des pensées furtives de mauvais goûts.

Bravo tout de même malgré un agacement croissant envers cet energumène.

   carbona   
7/9/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je trouve ce chapitre un peu long, car on est seul avec Jean-Luc, alors la partie d'espionnage dure un peu trop. J'ai du mal à porter de l'intérêt aux autres figurants, la dame de l'auberge de jeunesse, par exemple, car l'heure est grave, je veux savoir comment il va s'y prendre !!!

J'apprécie que vous nous présentiez des morceaux de l'histoire (déjà dans le chapitre précédent) qui ne faisaient pas partie du récit de Brigitte.

Quelques remarques sur l'écriture :

Répétition de torpeur à peu d'intervalle.
Répétition de "elle porte sa main à son ventre", un peu insistant.

"J’essaie de me remettre en mémoire les diapos de ces cours, suivis distraitement puisque je ne me destinais pas à l’obstétrique. " < ces cours, pas très clair


Oniris Copyright © 2007-2019