Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Humour/Détente
aldenor : La mouche
 Publié le 14/02/08  -  14 commentaires  -  11752 caractères  -  70 lectures    Autres textes du même auteur

Une prise de conscience.


La mouche


Nestor Sinalco contrôle la qualité des services au sol dans une compagnie d’aviation. Un poste qui lui sied bien tant il dégage une impression de haute spiritualité avec son allure élancée, son crâne pointu, son menton montant, sa chevelure qui fait une houppe : tout en lui semble s’élever vers la « Qualité ».


Ce matin, il boit du thé noir, plongé dans son travail. Des piles de dossiers et de paperasses encombrent son bureau en bois d’acajou. Il essaye d’établir, à l’aide des données fournies par le système de « réconciliation des bagages » qui enregistre l’activité de chaque manutentionnaire, la constance dans l’efficacité des employés du service bagages. C’est un nouveau concept dont l’idée lui est venue la veille en s’endormant. Auparavant il mesurait l’efficacité pure en termes de moyenne quotidienne de tonnes de bagages soulevées par personne. Mais là, c’est plus subtil, il cherche à mesurer en quelque sorte les baisses de régime.


« Aha ! » fait-il avec satisfaction en découvrant des écarts monstrueux dans la performance d’un certain Grégoire Atanasov, employé dans la compagnie depuis trente ans d’après les fichiers. Ses moyennes quotidiennes oscillent entre une et quatre tonnes, alors que l’écart type maximal d’autres employés n’excède jamais les trente pour cent.


Il se saisit du téléphone et appuie sur le bouton rouge qui le met en contact avec sa secrétaire. À ce moment une mouche lui passe au raz du visage, effleurant ses poils du nez… Ah comme il déteste ça !


- Saloperie de bestiole ! s’exclame-t-il en se frottant le nez.

- Comment ? fait la secrétaire.

- Envoyez-moi Atanasov ! aboie-t-il, furieux autant de l’intervention de la mouche que du fait d’être affublé de ces poils au nez, indignes de ses hautes capacités.

- Pardon ? Où voulez-vous que je vous envoie monsieur Sinalco ?

- Qui vous parle de m’envoyer quelque part ? Je vous demande de faire venir Atanasov, du service bagages !


*


Le responsable de la qualité prend une rare pause, il rêvasse au projet de réforme du manuel de la compagnie ; en éliminant les marges, les espacements et les fioritures, avec des polices de caractères de 8 points, on pourrait le réduire à la moitié et économiser des sommes de papier. Ça ferait plus sérieux aussi : un outil de travail doit être revêche, on n’est pas là pour s’amuser ; il avale une gorgée de thé avec satisfaction quand on frappe à sa porte. Il pose précipitamment sa tasse et s’empare au hasard d’un papier sur son bureau qu’il fait mine de lire avec intérêt, puis il dit « Entrez ! ». Le papier se trouve être un avis du club de bowling de la compagnie. Il y a une compétition entre les départements le samedi suivant, les intéressés doivent amener leurs propres boules...


Grégoire Atanasov entre d’un pas hésitant, comme s’il posait les pieds sur des épaisseurs imaginaires de la moquette… Nestor Sinalco reste fermement concentré sur l’avis du bowling. Le manutentionnaire se racle la gorge pour se manifester. C’est un petit bonhomme à l’allure fragile ; il porte l’uniforme vert du service bagages avec sa ridicule cravate à pois rouges. Le responsable de la qualité relève la tête avec une note d’agacement :


- Ah ? Que voulez-vous ?

- Atanasov, monsieur Sinalco. Vous m’avez demandé.

- Je vous ai demandé… Exactement.


Nestor Sinalco est un maître de l’exactement, qu’il module avec un art consommé. Il peut bâtir une conversation sur ce seul mot et laisser son interlocuteur repartir avec l’impression d’avoir appris beaucoup de choses. Tantôt il s’appesantit sur l’x : Exxxac-tement, il paraît alors évident qu’il en sait bien plus sur la question que ce qu’on lui en apprend. Tantôt sur l’a : Exaaaactement signifiant qu’il était arrivé à cette conclusion depuis le biberon et qu’on joue avec sa patience. Ou encore sur l’en : Exactemeeeent, plus respectueux, une sorte de bravo, mais un brin suspicieux, comme s’il demandait à son interlocuteur « vous avez trouvé ça tout seul ? »


Ici il l’utilise sec, exactement, c’est bien ça et rien que ça et d’ailleurs ça va de soi et ce n’était pas la peine de perdre du temps à dire ce qui va de soi.


Le manutentionnaire reste debout sans trop savoir que faire de ses mains qu’il croise d’abord, puis il en tient une sur la hanche et se frotte le menton avec l’autre.


- Savez-vous Atanasov que la constance dans l’effort est une valeur que notre compagnie prise hautement ? demande le responsable de la qualité, tout en rangeant précautionneusement l’avis du bowling dans un sous-main en cuir portant ses initiales en caractères dorés.

- Oui monsieur, nous avons appris ça en recyclage : La constance facilite la prévisibilité.

- Exxxac-tement.

- Ah ? Vous trouvez ma performance imprévisible ?


Nestor Sinalco s’empare de sa tasse de thé en disant « Exa… », quand il découvre la mouche posée sur le rebord de la tasse. Il lui assène un coup brusque. La tasse lui échappe des mains et le thé se renverse sur son bureau. Atanasov s’empresse de sauver un dossier en péril.


- Laissez ça, je vous prie ! Ce sont des dossiers confidentiels !

- Pardon… Je croyais bien faire, dit Atanasov en posant brusquement le dossier sur la flaque thé.


Quelques gouttes giclent sur le visage de Nestor Sinalco, qui s’apprête à exploser, quand il est soudain pris d’une grande lassitude. Il pose ses coudes sur le bureau et enfouit son crâne dans ses mains.


- Laissez-moi seul je vous prie, dit-il d’une voix faible.


Ce disant, il aperçoit du coin de l’œil la mouche qui, venant de se dépêtrer de sous le dossier nageant dans le thé, bat les ailes frénétiquement pour s’égoutter et s’envole nonchalamment.


- Repassez me voir demain à midi dix, ajoute-t-il sans relever la tête.


*


Le lendemain matin, Nestor Sinalco débarque au bureau de bonne humeur, frais et pimpant, rotant son petit-déjeuner copieux, jus de pamplemousse, œufs au plat frits dans de l’huile d’olive, prêt à abattre du travail. Mais aussitôt assis, bzzz la mouche passe.


- Quoi ? Elle est encore là celle-là !


Il bondit de son siège et frappe l’air à l’aveuglette, puis repérant la mouche sur l’armoire, il fonce vers elle et frappe d’un geste plus précis, mais elle esquive le coup de justesse. Alors, il se saisit du volumineux tome 3 « Correction et Prévention » du manuel de qualité qu’il agite furieusement dans tous les sens. À ce moment, son directeur dit en entrebâillant sa porte :


- Bonjour Monsieur Sinalco.

- Bonjour Monsieur le Directeur, répond Nestor resté en suspens, portant le manuel à bout de bras et grimaçant un sourire.

- Vous faites des exercices ?

- Exactement, grommelle Nestor, accompagnant ses paroles de flexions de bras pour confirmer la chose.


« Quelle mouche l’a piqué ? » se demande le directeur en s’éloignant.


Et puis la mouche est juste là sous ses yeux, posée sur son bureau. Elle a de beaux gros yeux rouges qu’elle est en train de frotter avec ses pattes comme si elle avait du mal à croire ce qu’elle voyait.


Nestor Sinalco se trouble. Il imagine la scène de son point de vue à elle : un géant qui lui veut du mal ; un cinglé qui emploie des dossiers comme chasse-mouches.


Pourtant, elle semble paisible, sans crainte. Il frappe tout de même pour voir sa réaction, mais tout doucement, pour lui laisser la possibilité d’esquiver le coup et elle s’envole lestement.


*


Le responsable de la Qualité contemple un graphique : les moyennes quotidiennes de tonnes soulevées par Grégoire Atanasov, selon les jours de la semaine. Il s’aperçoit que c’est surtout les jeudis que les baisses de régime paraissent. Il ne sait pas quoi déduire de cette constatation. D'ailleurs, il n’a plus trop envie de travailler. Il se lève, fait quelques pas dans son bureau. La mouche est immobile sur un mur. Il lui dit :


- Je ne sais pas ce que j’ai aujourd’hui, je n’ai pas envie de travailler.

- …

- C’est normal tu trouves ? On n’a pas idée de passer sa vie à éplucher des dossiers et à rédiger des rapports ? Que veux-tu, c’est comme ça que vivent les hommes, l’un passe sa vie à porter des bagages, l’autre à faire des manuels de contrôle de la qualité, ou des guitares ou des chaussures ou je ne sais pas quoi…

- …

- Exxxac-tement, tu dis ? Tu veux dire que ça se passe autrement chez vous ? Que chaque mouche confectionne ses propres guitares et ses propres chaussures et conçoit son manuel de qualité selon sa définition personnelle ? Je comprends, vous touchez à tout, ça a son charme, c’est plus varié, plus authentique, nous faisions ça à nos temps préhistoriques, mais en fin de compte on ne fait alors rien comme il faut ; aucune mouche ne portera dans ces circonstances plus d’une tonne de bagages quotidienne. La spécialisation assure la qualité.

- …

- Vous voyagez sans bagages ? Bon. Quand même, c’est du gâchis de laisser inutilisées toutes les infrastructures de traitement de bagages dans vos aéroports.

- …

- Vous les avez transformées en pistes de bowling ? Ce n’est pas très rentable d’engager des manutentionnaires pour jouer au bowling.

- …

- Tu voudrais me chanter un air d’opéra de chez vous qui t’est venu à l’esprit ? Volontiers, mais finissons d’abord cette conversation. Je te parle de rentabilité et en même temps je sens monter une voix intérieure qui s’en moque. Je ne sais pas ce qui m’arrive.

- …

- Toi tu le sais ? La façade de « Monsieur Qualité » s’effrite ? Celui que je devais être selon mes penchants naturels commence à transparaître ?

- …

- Gzactement ? Que me chantes-tu là ? Tu veux dire que la société m’avait avalé dans sa machine ? Que j’étais tombé dans son piège ?

- …

- Exxxxxxxxaaaaaaaacteeeeeeemeeeeeeeeent ? Ah ! J’ai trouvé mon maître pour l’exactement ! Oui, tu m’as ouvert les yeux, j’étais devenu un simple rouage de la société alors qu’au début, à seize ans, je débordais, le monde n’était pas à ma dimension…

- …

- Comment dis-tu ? « J'étais à Moscou dans la ville des mille et trois clochers et des sept gares / Et je n'avais pas assez des sept gares et des mille et trois tours... » ? Je n’aurais jamais cru que « La Prose du Transsibérien » soit connue chez les mouches !

- …

- Mais non, je ne vous prends pas pour des ploucs, voyons, j’ignorais, voilà tout. Alors oui c’était comme ça, je n'avais pas assez de sept gares et de mille et trois tours et maintenant je suis devenu Monsieur Qualité, tout entier confiné dans les sept tomes du manuel de la compagnie et ses mille et trois pages, que je m’apprêtais d’ailleurs à condenser… Grâce à toi je sais comment c’est arrivé, je suis tombé dans ce piège duquel tu me parles, ma vie a été en se rétrécissant, je me suis vidé de mon suc et aujourd’hui, aujourd’hui si j’essaye de penser un peu plus grand que ce bureau, que mon manuel ou que mes graphiques, à la vie qui passe, au sens du monde, c’est trop grand pour moi au point que l’air me manque… Alors, j’évite d’y penser.

- …

- Je ne suis qu’un imbécile ?

- …

- Oui, exactement…


*


Un raclement de gorge. Nestor se retourne. Grégoire Atanasov est là, debout, depuis qui sait quand. Depuis midi dix probablement.


- Monsieur Atanasov ! Cher monsieur Atanasov ! Venez, venez, installez-vous, mettez-vous à l’aise, ôtez cette absurde cravate. Vous aimez la musique classique ?

- Tout à fait monsieur Sinalco. J’adore la musique classique. Je ne rate jamais les représentations des mercredis, bien que ce soit dur d’être performant de bonne heure le lendemain.

- Je comprends… Mais oublions tout ça ; vous tombez bien, mon amie la mouche, que vous apercevez là sur le mur, s’apprête justement à nous chanter une aria de Mouchmouchov « Le beau linge du beau Ling ».



Fin


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   David   
14/2/2008
Bonjour,

D'abord pardon pour la confiture, mais c'est Blaise Cendrars qui a écrit "la prose du transsibèrien et de la petite Jehanne de France", ça devrait être quelque part en bas de page.

La fin n'est pas à la hauteur du reste à mon goût, les dernières lignes. Sinon bravo pour cette descente dans l'absurde, cette histoire m'a bien plu.

   mimich   
20/2/2008
En somme si j'ai bien compris-mais je n'ai lu qu'une fois et entre les lignes cette histoire...c'est la petite mouche qui fait comprendre à Nestor qu'il devrait changer sa manière d'être et ne pas enfermer sa vie dans la rigidité de son travail de contrôleur.la mouche devient un"facteur déclenchant"...
Pourquoi pas! mais la mouche n'est-elle pas le symbole de l'activité inutile et désordonnée?La profession ne doit pas absorber toute notre énergie, c'est bien cela?
Pour simplifier je dirai que l'auteur à des talents d'écrivain, qu'il amène bien ses dialogues, qu'il sait retenir le détail intéressant;...
Mais l'dée directrice de cette petite histoire ne m'a pas particulièrement séduit,il est vrai que je suis un piètre lecteur et que la critique est facile...

   Anonyme   
28/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Voici quelques points relevés au cours de ma lecture.

Première partie

Je trouve que la présentation de Nestor Simalco se fait avec une phrases très longue. J’aurais écrit « Un poste qui lui sied bien tant il dégage une impression de haute spiritualité. Une attitude élancée. Un crâne pointu avec sa chevelure faisant houppe. Un menton montant. Tout en lui semble s’élever vers la qualité ».

Des piles de dossiers et des paperasses ici je supprimerais les « des » inutiles, pour donner plus de vie au texte.

Bureau en bois d’acajou, je supprimerai bois pour éviter la redondance avec acajou qui est un bois.

Après « réconciliation des bagages » le qui enregistre serait remplacé par "enregistrant".

« C’est un nouveau concept » pour alléger je dirais simplement « Nouveau concept etc…

De même "Mais là, c’est plus subtil", on pourrait dire : « Plus subtil, là, il cherche etc… » Ce qui a l’avantage de mettre « plus subtil » en évidence pour accentuer le trait de caractère de Sinalco.

La phrase «Il se saisit du téléphone… » plutôt remplacée par « Il saisit le téléphone presse le bouton rouge pour joindre sa secrétaire. »

Quelque chose m’échappe. Pourquoi la secrétaire demande-t-elle « Où voulez vous que je vous envoie monsieur Sinalco ?

Deuxième partie

Le responsable de la qualité, à propos de la rare pose, je dirais plutôt: « prenant une rare pose, le responsable de la qualité rêvasse à un projet de réforme du manuel de la compagnie. En éliminant se dit-il les marges, les espacements, les fioritures et en utilisant des polices de huit points on le réduirait de moitié. Des tonnes de papier d’économisées.
Le rare de rare pose me gêne un peu.

« Le papier se trouve être un avis du club de bowling de la compagnie. » J’écrirais. « Le papier ! Un avis du club de bowling. Une compétition entre les départements. Pour le samedi suivant. Les participants sont priés d’amener leurs propres boules ».

« C’est un petit bonhomme » je dirais « Petit bonhomme à l’allure fragile portant l’uniforme vert du service à bagages avec une ridicule cravate etc… »

Le passage de l’exactement est assez rigolo et bien décrit.

Ici il l’utilise sec, exactement cette phrase me paraît confuse.

L’attitude du manutentionnaire ne sachant quoi faire de ses mains est parfaitement bien rendue.

Bien rendu aussi entre la question de l’ouvrier sur sa performance imprévisible et la découverte de la mouche (imprévisible) sur la tasse de thé. Bravo !

Je supprimerais le « et » entre la tasse lui échappe (et) le thé se renverse

3ème partie

Je dirais Quoi ! encore là celle-là ! A propos de la mouche le lendemain.

Pour la phrase « il bondit etc… » j’écrirais pour éviter la répétition de frappe « Il bondit de son siège, frappe à l’aveuglette puis la repérant sur l’armoire, fonce vers elle, la manque de justesse.

Le directeur demande « Vous faites des exercices » je dirais « vous faites de l’exercice »

À propos de : la mouche je mettrais « … posée sur son bureau. Ses gros yeux rouges qu’elle frotte avec ses pattes comme si… »

Nestor Sinalco se trouble. L’auteur ici amorce la transition qui conduit le récit à la chute de l’histoire.

À propos des baisses de régimes « Les baisses de régimes c’est surtout les jeudi qu’on les remarque. »


4ème partie


J’aime bien l’utilisation de la mouche dans la réflexion personnelle de Sinalco avec l’amusante déclinaison des sonorités de l’exactement. Il y a aussi cette pirouette qui permet de connaître la raison des baisses de régime du jeudi du manutentionnaire.

Conclusion.

Le style aurait besoin d’être revisité, allégé dynamisé par des phrases plus courtes, plus vives.
Sur le fond, on est dans un schéma assez classique celui du revirement, du volte face.

Le récit est bien construit.
L’utilisation de la mouche dans le monologue final est une excellente idée.
La chute est bien vue. J’ai aimé le côté plaisant de ce récit

   widjet   
2/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Drôle. Décalé. Burlesque.
Et mine de rien, une critique assez acide du monde du travail (et du système en général) et de son "abrutissement" lié à la répétitivité des taches qui peut confiner à la démence (même temporaire). Ca m'a fait penser aux "Temps Modernes" de Chaplin. Réussi !

Widjet

   Togna   
9/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Malgré une écriture qui ne demande qu’à progresser, j’ai lu avec plaisir et trouvé ce récit original. La vénalité des errements matérialistes est mise en exergue avec humour.

   Bidis   
4/8/2008
 a aimé ce texte 
Passionnément
Épouvantablement déçue par la "Course d'autobus" de laquelle j'attendais mille merveilles en lisant d'abord les commentaires et dont le surréalisme m'a paru gratuit, j'ai fondé l'espoir que "La mouche" allait me réconcilier avec la lecture de ce formidable auteur.
Eh bien, cette fois, c'est aux commentaires des autres que je n'ai rien compris...
Tout d'abord, j'ai trouvé impeccable la mise en scène du personnage principal. L'on glisse immédiatement dans un humour subtil et jubilatoire. Et, personnellement, je n'ai rien trouvé dans l'écriture qui m'ait le moins du monde heurtée.
L'envoyer à Tanasov, Pissavy...
Bon Dieu, que ça fait du bien de rire aux éclats de grand matin !

   leon   
21/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai rigolé en voyant Mr Sinalco se débattre avec cette drôle de mouche.

J'ai adoré la description des différentes prononciation de "exactement".

J'ai juste regretté la fin qui tombe à plat pour moi : mais c'est peut-être que je n'ai pas compris ce que représentait "une aria de Mouchmouchov « Le beau linge du beau Ling »"

   xuanvincent   
21/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Cette nouvelle m’a bien amusée !

J’ai apprécié le portrait de cet homme qui ne semble vivre que pour son travail, ainsi que la manière dont le monde du travail est présenté.

Agaçante, cette mouche… Un instant, j’ai pensé à la mouche du coche, non il s’agit là plutôt on dirait de la mouche du boss !

Amusant, j’ai trouvé, le « dialogue » * entre le responsable de la qualité et la mouche ! Cette mouche, après l’avoir fait sorti de ses gonds, semble pour la première fois lui faire prendre conscience de l’absurdité du travail, de son travail. Et, plus étrange, il semble la comprendre.
* (la mouche ne parlant en fait ne parlant sans doute pas, car je n'ai pas eu l'impression que cette histoire basculait dans le registre du fantastique)

Le plus drôle, c’est lorsque l’on découvre que l’employé a dû suivre toute cette scène insolite, et penser que le responsable qualité parlait, tel un fou, tout seul !

La chute m’a amusée. Si le responsable qualité reste dans son rôle de responsable, éludant ce monologue bizarre qu’il vient de débiter, par contre il se montre sous un jour surprenant, bien plus humain. Voire un peu fou, puisqu’il traite cette bête qui était jusque là son ennemie, d’ « amie », qui va lui chanter une aria !

Détail :
. « quelle mouche l’a piqué ? se demande le directeur en s’éloignant » : cet humour m’a paru tomber un peu à plat dans le contexte, où l’on vient de parler d’une mouche réelle.

   marogne   
7/10/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le thème est plaisant, même si sans doute un peu « banal », mais il est bien amené, et l’écriture est plaisante à lire. Les personnages, même le manutentionnaire, sont décrits de telle façon qu’on croit presque les connaître. La prise de conscience va sans doute un peu trop vite, pour rester dans les limites de la nouvelle, on y perd sans doute un peu.

   Selenim   
21/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Une première partie tonitruante.
Un humour décoiffant, une prose décapante, un rythme percutant.
Un vrai régal. Un sans faute.

Les descriptions des Nestor et Atanasov sont racées et très drôles.
Le paragraphe sur exactement, délectable.

Malheureusement, je me suis englué dans le monologue de Nestor. Baisse du rythme, humour plus laborieux, l'écriture ne varie pas assez. La redondance des exactement ne fonctionne plus.

Un texte qui m'a donné l'impression d'avoir été écrit en deux fois, avec un changement d'état d'esprit de l'auteur entre temps.

Étrange.

   liryc   
28/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le hazard fait bien les choses. Il m'a mené à a nouvelle et fanchement j'ai passé un excellent moment dans cette nouvelle pleine de fantaisie et d'imagination. Je pense aussi qu'elle peut se priver des deux dernières lignes. Bravo.

   Perle-Hingaud   
23/10/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Lisez des textes anciens, serinait le Maître... Mais le Maître avait raison, (une fois de plus ?). Cette nouvelle est un vrai petit bijou: précision de l'écriture, justesse de l'univers, qui bascule lentement dans l'absurde alors que la vérité apparaît sur le sens profond de l'existence. J'ai tout aimé: du nom des personnages aux descriptions précises, méticuleuses, des dialogues si naturels aux attitudes de la mouche.
Quel plaisir...

   in-flight   
30/12/2014
Atanasov--> J'ai pensé rapidement à Stakhanov, le perforeur / performeur soviétique. Une plongée acide dans le bain du travail.

   matcauth   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Aldenor,

je me souviens que vous m'avez accompagné sur mes premiers écrits, alors quand j'ai vu votre petit post sur les 10 ans d'Oniris, je me suis rappelé à votre bon souvenir et à votre style inimitable, mélange d'absurdité et d'humour, avec une connotation réaliste. Un truc du genre : le quotidien est fou, mieux vaut en rire, et les choses les plus simples, les choses de tous les jours sont une source inépuisable.

Eh bien voilà, ce texte est dans ce même état d'esprit. Cela nous parle, nous concerne, c'est notre quotidien, mais on ressort de notre lecture content, enjoué, tout au moins.

Parce que vous pensiez m'avoir avec une mouche, franchement ? ben oui, vous m'avez eu.

Je pensais que les baisses de forme de notre ouvrier allaient passer à la trappe mais non, vous n'oubliez rien, tout est cohérent, réfléchi.

La qualité d'écriture est là, les phrases sont bien écrites, simple, car elles servent l'histoire, la forme n'est plus un problème pour vous, c'est maîtrisé.

Si je dois avoir un petit regret, c'est sur le fait que le directeur qualité arrive aussi vite à changer d'avis. Mais bon, si on voulait garder du réalisme également sur ce point, il faudrait écrire un roman en trois volumes, et ce n'est pas le sujet ici.

Je vais aller voir un peu ailleurs voir ce que vous avez écrit d'autre.


Oniris Copyright © 2007-2019