Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Humour/Détente
Fattorius : Lettre à un être cher
 Publié le 22/03/07  -  13 commentaires  -  2666 caractères  -  81 lectures    Autres textes du même auteur

Parce que les voies des grandes amours sont parfois contrariées...


Lettre à un être cher


Cher ami de toujours,


Il est temps que je t’écrive ces quelques mots pour te dire à quel point tu comptes dans ma vie, une existence faite de tristesses et de désillusions à laquelle tu confères de précieuses étincelles de tendresse.

Sans toi, que mon foyer serait froid ! Mais quand j’y reviens, après une rude journée de dur labeur, et que j’ouvre la porte, tu éclaires ma pauvre maison de ta féconde et chaleureuse lumière – cette petite lumière qui, au bout d’une route rocailleuse, m’attire comme une phalène.

Naturellement, tu sais très bien me prendre par les sentiments, même quand il me semble ne plus en ressentir, tant je me sens vidé.


Si tu savais mon cher, de quel bonheur chacun de tes dons m’inonde ! Ai-je envie, au crépuscule vespéral, d’une bière bien fraîche de ma marque préférée ? Toi, tu vas me la livrer, sans jamais te plaindre. Deux ? Complaisant, tu n’hésites pas à me l’offrir. Trois, quatre ? Aucun souci… Parfois bien sûr, tu me signales, quinaud, qu’il n’y en a plus. Dans ces circonstances, rarissimes il faut le dire, je te suis infidèle puisque je vais rechercher ce gouleyant plaisir chez Fred, au bar du coin. Mais je finis toujours par revenir vers l’être le plus important à mes yeux : toi.

De temps à autre, tu me proposes un peu de viande froide, ou des yaourts, voire le pétillement d’une bouteille de champagne, les soirs où l’ambiance choisit de m’envelopper de ses amples velours de romantisme passionné. Une pizza chaude ? Ce n’est pas ta tasse de thé, nous le savons tous les deux. Mais tu ne me tiens pas rigueur d’en commander une chez Vittorio ; tu es même le premier à me rappeler son numéro de téléphone en me présentant, quand j’en ai besoin, sa carte de visite. Ce travail d’équipe suffit à faire de nos soirées télévision autant d’expériences inoubliables… alors qu’elles seraient si mornes sans toi.

Mais comme tout le monde, il t’arrive de tomber malade. Une tragédie, alors, fond sur notre modeste demeure. Mais qu’à cela ne tienne ! J’appelle mon ami Lucien, l’électricien. Lui connaît mieux encore que moi les secrets de ton cœur, et tout se passe comme si tu goûtais profondément les moments privilégiés où ses efforts se déploient sur toi, où ses doigts experts inspectent ton intimité engourdie. Chacune de ses visites te redonne vie. En récompense, tu n’hésites pas à lui offrir une de ces bières bien fraîches dont tu as le secret. Et tu sais très bien ne pas m’oublier.


Oui, mon cher ami, tu mérites bien une déclaration enflammée. Pour apporter autant de joies au vieux garçon endurci que je suis, il n’y a que toi, mon frigidaire adoré, qui saches y faire.


Le 23 novembre 2006


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Nono   
22/3/2007
Un ami qui t'accueille aussi bien avec une bière qu'avec du Champagne ... ça c'est un ami !
À étoffer peut-être encore un peu, mais bien vu, l'idée.

   Marsupilmi   
22/3/2007
Témoignage chaleureux à l'égard de ce viel ami pour lequel c'est un bon moment de détente, après avoir été sous pression.

   Athanor   
23/3/2007
 a aimé ce texte 
Bien
Bien vu le sujet.
À présent reste au frigo de dire ce qu'il pense de son proprio.

   Maëlle   
27/3/2007
La, je l'avais vu venir... Mais en fait, c'est presque plus drôle comme ça.

   Karl   
29/3/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↓
C'est court, mais plus imagé et plus subtil que certains autres textes du même type. Ici, le texte se tient, on pourrait presque douter par endroits. Dommage, vraiment dommage de ne pas avoir poussé la supercherie dans ses derniers retranchements en proposant un texte plus complet.

   roxyleen   
31/3/2007
 a aimé ce texte 
Bien
je me suis amusée a voir si c'etait un gars ou une fille tt du long du texte, et pour finir la chute du frigo m'a bien amusée..je ne suis pas une pro, disons qu'il y a qq tournures de phrases a ramanier peut etre et qu'il faudrait justement que le lecteur croit en un personnage de manière plus poussée pour que la conclusion soit encore plus forte..juste un avis.

   Pat   
22/4/2007
Je trouvais le style un peu ampoulé au départ, bien que témoignant d'une bonne richesse lexicale. Puis je me suis laissée séduire... Finalement je sentais qu'il y avait un truc. Un regard sur la catégorie (que je n'avais pas consultée) a attisé ma curiosité. Bien vu le coup du frigo. Après réflexion ça me rappelle un exercice d'atelier d'écriture : l'objet mystérieux. c'est vrai qu'on aurait envie de textes plus longs (c'est le 2ème de cet auteur que je lis, alors il y en a peut-être). Mais c'est facile à dire... En tout cas, donner envie de plus, c'est plutôt encourageant!

   teeth   
2/8/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Pendant que je lisais, je ne comprenais pas pourquoi cette nouvelle se trouve dans cette catégorie. Quand tu as parlé de Lucien, je n'ai pas vraiment compris pourquoi tu précisais qu'il était électricien. (peut-être suis-je un peu long à la détente). C'est à la dernière phrase que tout c'est éclairé, et c'est à ce moment que j'ai souri. Un bon moment de détent.

   Bidis   
3/12/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J"ai d'autant plus souri que je croyais pendant les trois premiers quarts du texte qu'il s'agissait d'une relation "spéciale"...
Texte très bien écrit par ailleurs.

   Anonyme   
14/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien
J' ai cherché, en vain. Chien ? Téléphone ? Ordi ? Je n' avais pas pensé au frigo. Ou bien je suis nullasse ou bien le suspense est tellement bien mené que ... ben ... on ne peux le savoir que lorsque tu le dis. Pour ça, un bien joyeux moment de lecture.
Pour ce qui est de la texture, moi, ce n' est pas tellement le fait que cet écrit soit court qui me gêne. Au contraire, on ne peut pas laisser le lecteur sur sa faim trop longtemps !
Ce qui me dérange, c' est que la prose m' a l' air un peu bâclée, pas assez travaillée dans la forme, comme si tu voulais que le lecteur comprenne très vite la chute, qu' il ne risque pas de t' abandonner.
Moi je dis : sympa.

   Edelweiss   
11/8/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très bonne idée de chute, qui fait l'existence même du texte. Je pensais qu'il s'agissait de la télévision pour ma part! Mais comme je l'ai également vu dans les autres commentaires, on se doute de la supercherie mais on ne sait pas pour autant ce que ce sera au final ;) et c'est ça qui est amusant.
J'ai surtout apprécié le style d'écriture poétique, fluide et très agréable à lire. Un petit bijou selon moi. Continuez !

   carbona   
1/10/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Votre écriture est plaisante à lire. Un court texte pas désagréable.

On sait dès le départ qu'il va y avoir une chute spéciale, ça ça ne pose pas de problème, ça fonctionne bien.

Ce qui fonctionne moins bien en revanche sont les éléments qui semblent être là pour flouer le lecteur et qui ne tiennent pas la route :

- "Ai-je envie, au crépuscule vespéral, d’une bière bien fraîche de ma marque préférée ? Toi, tu vas me la livrer, sans jamais te plaindre." < ça fonctionne mais de justesse car le terme livrer ne me semble pas adéquat, il donne l'impression que c'est le frigo qui apporte en se déplaçant la bière au narrateur

- "Ce travail d’équipe suffit à faire de nos soirées télévision autant d’expériences inoubliables… alors qu’elles seraient si mornes sans toi. " < là ça ne marche pas trop si on part du principe que la télé est dans le salon et le frigo dans la cuisine ou alors il faut préciser qu'on a affaire à un studio

Merci pour votre texte.

   PatriciaBD   
23/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Originale la chute ! Bravo !


Oniris Copyright © 2007-2020