Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Humour/Détente
Iris : La création
 Publié le 20/05/07  -  7 commentaires  -  7194 caractères  -  34 lectures    Autres textes du même auteur

La création du monde vue par le Créateur.


La création


Au commencement, il n’y avait rien.


« Ah non ! C’est pas vrai que ça va encore recommencer, s’exclama un vieillard barbu, dont les cheveux commençaient à déserter le crâne, dévoilant une peau blanche, luisant comme la nacre. Et puis d’abord, ça s’est pas passé comme ça ! Au commencement, déjà, il n’y avait pas que moi. Qu’est-ce que c’est que cette manie que vous avez de me faire toujours paraître tout seul, vieux et sévère, dans un endroit glacial, plein de courants d'air en plus, que vous appelez… Paradis, je crois. Oui, c’est ça, paradis. Mais non… J’ai de la famille, des amis, comme tout le monde ! Et puis cette histoire du monde entier créé en quelques jours, une semaine je crois hein ? Eh bien c’est tout simplement de la fumisterie ! Attendez… essayez d’imaginer le boulot monstre que c’est de créer un monde ! Tenez, rien que d’y repenser, ça me fatigue. Des tonnes d’espèces à imaginer, des milliers de décors à trouver, des continents à placer, des événements climatiques à créer… Non, moi je vous dis, sept jours pour faire cela, c’est tout simplement impossible. Moi, le monde dans lequel vous vivez, je l’ai fait en sept ans à peu près. Alors vous imaginez aisément quel génie il faut être pour le réaliser en sept jours ! Non, non, c’est physiquement irréalisable…


Et puis, cette histoire de création, ce n’est qu’un truc inventé par les… ah ! comment ils s’appellent déjà, ceux-là ? Mais si… Vous savez… Ceux qui prient dans des endroits où il gèle à pierre fendre, comme s’ils aimaient ça… Ah, les chrétiens ! Tout ça, c’est rien qu’une histoire inventée par les chrétiens pour se persuader de mon existence en tant que… Dieu. Oui, je crois que c’est comme cela qu’ils m’appellent. Dieu Tout-Puissant, ou Seigneur. Je n’irai pas vous les dire tous, ils en ont trouvé plus que j’ai inventé d’espèces vivantes !


Bon, c'est vrai, ils ont quand même une petite part de vérité. Ils disent que je me suis reposé. Mais un seul jour ! Des dingues je vous dis ! Moi je peux vous assurer qu'après avoir créé le monde, je me suis reposé bien plus que le seul petit jour qu'ils ont décrété ! J'ai dormi au moins trois ans d'affilée. Eh ! C'est fatiguant de créer un monde !


D’ailleurs, je vais vous dire l’espèce qui m’a posé le plus de mal à créer, et dont je suis le plus fier. Ah, oui, elle est parfaite ! Une ligne sublime, pas de poils partout comme ces macaques si stupides, des yeux si expressifs, un corps si élégant, tout en muscles, tout en finesse… Ah ! Y’a pas à dire, c’est bien la limace que je préfère le plus !

Quoi ? Vous pensiez que c'était l'Homme ? Ah, ah, ah ! Non, sincèrement, vous y pensiez vraiment ? L’Homme, mon espèce favorite ? Vous n’êtes pas sérieux ! Non, d’ailleurs je la considère comme la moins réussie : ils sont si laids ! Ils n’égaleront jamais la grâce du coq, ou l’intelligence de l’éléphant. Mais je les laisse là, juste pour voir jusqu’où ils sont capables d’aller. Parce que, je dois bien l’avouer, l’Homme est tout de même l’espèce qui possède le plus de détermination.


Mais côté réflexion, intelligence, 'sont pas au top, hein…


Tenez, ça me fait penser à une anecdote intéressante : c’était au tout début et je dois avouer que je bidouillais un peu. Les espèces étaient alors un peu bizarres. Par exemple le mille-patte, ou encore le phasme (vous savez cet insecte qui se fait passer pour une branche, lui j'ai dû louper un branchement dans les neurones…) et une espèce qui résume parfaitement ma difficulté : l'ornythorinque. Alors lui, je me demande même comment il a fait pour survivre. Enfin bon, j'en étais là dans mes petites magouilles quand j'ai fait le premier couple humain. Adam et Eve que je les ai appelés. Alors eux, ils n’étaient pas qu’un peu bizarres ! Des dingues ! Sous prétexte qu’ils étaient les premiers, ils s’étaient mis en tête que l’Humanité avec un grand H reposait sur leurs épaules. Et ils n’arrêtaient pas de faire la… la… bah, vous savez… la chose quoi… Ils faisaient un tel boucan ! Des râles, des cris, des hurlements ! De jour comme de nuit ! Tout ça dans mon atelier. Je ne parvenais même plus à dormir, tant ils faisaient du bruit ! Alors, même s’ils n’étaient pas parfaitement au point, je les ai balancés tous les deux à cœur joie sur la Terre. Qu’ils se débrouillent, au moins je pouvais dormir sur mes deux oreilles…


Bon, alors, je parlais de quoi, moi déjà… Ah, oui ! De la création. Alors, oui, ça ç’a été l’horreur. Surtout quand il a fallu créer le monde… Comment dire… Horrible ! Toute cette terre à modeler, toutes ces montagnes à faire… Et tout ça est si petit ! J’en ai eu du mal à façonner cette minuscule bille que vous voyez entre mes doigts. Mais c’est vrai que j’en suis assez fier aussi, d’un point de vue général. Mais, bon, maintenant que je sais comment on fait, j’espère que je pourrai en faire une mieux. Nan, celle-là, sans rire, les espèces, les paysages tout ça, c’était un brouillon. Attendez… Vous qui y vivez tous les jours, vous voyez bien qu’elle est pas au top ! Mais oui, ce n'est qu’un simple brouillon, et encore pas très réussi… Il a pris sept ans ? Bah… Une broutille… Mon père, ne prenez pas cet air étonné, j’ai un père, comme tout le monde, et bien mon père, il créa son dernier monde en date en sept cent vingt-sept ans ! Ah ! mais attention, cette fois-ci, on ne peut plus comparer son monde au mien… Le sien, c’est du grand art, une œuvre d’un talent presque inimaginable ! Tout est réfléchi au dixième de millimètre près. C’est un peu comme lorsque vous vous émerveillez devant cette femme peinte par un italien… Vinci. Léonardo Da Vinci. Bon, évidemment, c’est un peu minus par rapport à mon père, mais je l’aime tout de même bien ce gamin. Quel gamin ? Mais vous suivez un peu ? Léonard !


Donc bon, une fois le monde créé, vous n’avez pas encore fini. Ah, j’oubliais ! Vous savez ce qui m’a fait le plus mal au cœur dans la création de la Terre ? C’est de devoir la noyer presque entièrement sous l’eau. Ah quelle horreur de voir tout ce travail noyé sous des milliards de milliards de cette molécule H2O… Ensuite, vous devez régler la température interne, externe, les couches atmosphériques, tout ça au poil près. Autant vous dire qu’on fait pas ça en un jour. C’est la partie la plus difficile : pensez que si vous réglez trop fort ou trop froid, votre planète sera inhabitable, fiasco total donc…


Puis, vous devez implanter vos espèces, autant marines, terrestres, qu’aériennes. Là, c’est plus l’imagination qui prime. Le but du jeu est d’inventer la créature la plus loufoque qui soit, tout en lui donnant la possibilité de survivre et qu’elle soit esthétiquement belle. Un de vos savants l’a dit : ce que je pense est correct, mais ce n’est pas beau. C’est donc faux. Il avait raison aussi celui-là…


Et puis, voilà. Votre monde est créé. Vous n’avez plus qu’à vous installer dans un fauteuil et admirer passivement le fruit de votre travail. Jusqu’à ce que vous décidiez d’entreprendre à nouveau la création d’un monde. Bon, je vous laisse, j’ai du travail moi… Quoi comme travail ? Bah j’ai un travail comme tout le monde oui, pourquoi ça a l’air de vous étonner ? Je suis facteur moi monsieur… »


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   passiflore   
21/5/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
L'humour du Créateur rend l'histoire fluide, avec un rien de détachement nécessaire pour rendre ce sujet, bien dense et "sérieux", léger et attrayant. Un sympathique moment de lecture! D'ailleurs, je vais de ce pas créer mon monde après avoir lu avec attention tous les conseils donnés!...

   Ten   
3/6/2007
 a aimé ce texte 
Pas
La forme n'est pas trop mal étudiée, malgré les quelques interjections et exclamations qui ne m'ont pas plues. Par ailleurs, j'ai dû m'y reprendre à plusieurs fois pour comprendre le sens d'une phrase : entre les virgules et les répétitions, j'ai eu un peu de mal. L'expression descriptive en début de récit est très lourde et aurait méritée d'être séparée en deux phrases distinctes.

Mis à part ça, c'est le fond qui m'a vraiment gênée. L'idée est certes amusante mais elle n'évolue pas, ce qui m'a donnée l'impression de n'avoir pas été approfondie. Après avoir lu quelques phrases, la curiosité m'a poussée à continuer et j'ai été déçue. Je n'ai d'ailleurs pas compris la chute.
Certaines expressions ne me semblent pas bien adaptées au récit, et - pour moi -, ont tendance à perdre le lecteur : le narrateur parle de l'Homme tantôt à la troisième personne du singulier, tantôt à la deuxième personne du pluriel.
Le récit fonctionne à sens unique, à savoir qu'un seul point de vue n'est évoqué : celui de la "réelle" version de la création.
N'aurait-il pas été intéressant d'y confronter une autre interprétation ?

Comme vous pouvez le constater, une nouvelle peut être appréciée ou pas du tout. Ne vous arrêtez donc pas à mon seul commentaire.
Bonne continuation.

   Maëlle   
13/6/2007
Sans plus. Amusant, vaguement, mais vraiment vaguement... sans compter que la Genese est un texte qui existe sous des formes trés voisines dans beaucoup de mythologie, la plupart ayant bien plus de 2000 ans.

Finalement, je dirais que ce texte est facile. A lire, sans doute à écrire , mais a oublier aussi...

   Faige   
22/8/2008
 a aimé ce texte 
Un peu
Je découvre ce texte après avoir écrit une lettre de Dieu aux hommes... J'ai d'ailleurs aussi eu l'idée de balancer à l'Homme qu'il n'était pas au sommet de la Création (désolée, je t'ai lue après hein !). Ton texte se veut à contre-courant de toutes les "idées reçues" sur la Divinité : j'aime ça, et puis tu as développé le style qui va avec. Mais il est dommage qu'au bout d'un moment, on en comprenne le fonctionnement : au fil de la lecture j'ai été de moins en moins surprise, et le coup du père et du facteur ... Je trouve que c'était un peu trop simple ; alors qu'ailleurs, ça marche, quand tu prends les clichés à leur propre jeu, sans chercher trop vite à les déraciner. Par exemple, le passage sur les espèces et les animaux est vraiment drôle, génial même.

   Anonyme   
26/2/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Soit je fatigue, soit je sature. Trop léger, trop superficiel, trop... facile.
Sept jours sept ans ? Quelle différence ? Quelle importance ?
le sujet doit me saturer un peu, il est traité, sur ce site, sur tous les tons et dans tous les sens. Jusque là, je n'ai trouvé qu'un texte traitant du Sujet qui sorte vraiment de l'ordinaire. Mordant, ironique, sensé, un peu ce qui manque à ce texte.
Mais c'est rien, pardonne moi Iris, je sature c'est tout et si j'ai voulu lire ton texte, c'est parce qu'il était court et que l'écriture était jeune et que donc, j'espérais y trouver... un autre sel.

   Perjoal   
26/2/2009
J'aime cet humour et ce style de monologue.
Par contre, Il aurait mieux fallut parler de "Religieux" en place des "Chrétiens". Premièrement autan ne pas viser une religion particulière, et deuxièmement La Genèse vient de l'ancien testament et donc de la religion Juive...

De même Dieu n'a pas chassé Adam et Eve du Paradis par ce qu'ils forniquaient ;-) mais par ce qu'ils ont voulu prendre le fruit de la connaissance….

   monlokiana   
29/7/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J’ai bien aimé même si à un certain moment, je n’ai pas trop bien senti le coté « humour/détente de ce texte ». Certains passages font sourire, pas plus ni moins.
Par exemple, le passage d’Adam et d’Eve chasser parce qu’ils…(vous savez) m’a fait sourire. Contrairement à un autre commentaire, je ne pense pas que l’auteur ne soit pas au courant de la véritable raison pour laquelle Adam et Eve ont été chassé. Je pense plutôt que ce changement de faits est volontaire pour un peu faire rire, car, ne l’oublions pas, c’est de l’humour.
L’évocation des chrétiens aussi : il n’y pas que les chrétiens qui croient que Dieu a créé la Terre en sept jours.
La chute par exemple, elle fait sourire. Un facteur (mdr)
J’ai bien aimé, même si l’humour n’est pas 100% au rendez- vous


Oniris Copyright © 2007-2019